Sony achète la production de capteurs photo de Toshiba

Anthony Nelzin-Santos |

Après quelques semaines de négociation, Sony a finalisé l’acquisition de la chaîne de production de capteurs CMOS de Toshiba. Une opération qui lui permet d’asseoir un peu plus sa domination sur le marché des capteurs, et de renforcer ses activités de recherche et développement pour mieux répondre aux besoins de ses plus gros clients, parmi lesquels Apple.

Quelques capteurs de Sony. Image Sony.

Toshiba, empêtrée dans un scandale comptable d’un milliard d’euros, reçoit un peu plus de 140 millions d’euros en échange de son complexe de production à Ōita. Dans le même temps, Sony a prévu de quadrupler ses investissements pour maintenir sa position de leader incontesté du marché, qu’elle contrôle à 40 %. Une activité stratégique, qui lui permet notamment de tirer quelques profits du marché des smartphones, à défaut d’avoir réussi à imposer les Xperia.

Sony fournit notamment le capteur photo de l’iPhone, ceux de la plupart des appareils Samsung, et une majorité des capteurs des plus grands noms du marché de la photo. L’usine de Toshiba n’augmentera pas énormément sa capacité de production, mais lui permettra de récupérer quelques contrats complémentaires, avec Microsoft et Nikon notamment. Elle lui offre surtout le savoir-faire de 1 100 ingénieurs et concepteurs de capteurs, qui renforceront ainsi son activité de recherche et développement.

C’est que Sony voit au-delà du marché de la photographie traditionnelle, et même au-delà de celui du smartphone. Tout en gardant un pied dans certains marchés grand public très symboliques, la société nippone se repositionne comme un fournisseur de composants de haute qualité. Ainsi, elle a récemment présenté un module capable de traiter 1 000 images à la seconde — une technologie qui pourrait se révéler cruciale dans le développement des « capacités visuelles » des véhicules autonomes.


avatar occam | 

Nikon, qui utilisait déjà les capteurs Sony dans ses DSLR haut-de-gamme, devient maintenant complètement tributaire de Sony.

avatar sebas_ | 

Ce qui explique peut être les rumeurs récurrentes de Nikon de racheter l'activité photo de Samsung, qui se désengage du marché malgré de bons hybrides (NX). Comme dis dans l'article, Sony fournis presque tous les fabricants d'appareils photos du marché (sauf Canon) et leur EXMORS sont très bons. Sony devient trop puissant pour Nikon, qui a un peu perdu de sa superbe dernièrement.

avatar pariscanal | 

Aie oui ça va faire mal ... Nikon n a plus que la carrosserie ....

avatar f3nr1l | 

Je me trompe ou Nikon a depuis TOUJOURS utilisé des capteurs SONY?

avatar occam | 

Nikon utilise des capteurs Sony depuis que leur propre activité dans ce domaine est tombée en désuétude. D'abord, ils ont fait fabriquer leurs capteurs chez Sony, ensuite ils ont modifié puis adapté des capteurs Sony existants.
Pour certains modèles DX et compacts, ils utilisaient encore récemment des capteurs Toshiba et Aptina. Ils ne disposent plus de sources alternatives.

avatar Myaboki | 

@f3nr1l :
Justement ce n'était plus le cas avec par exemple le 5200

avatar ovea | 

C'est bien les 1000i/s

mais pas autant que le développement de capteurs anisotropes … SONY y fait quoi !?!?

le combo des deux serait tip-top-issime pour la troisième vague robotique* exploitant la PNL …

* haaa, zut ! On me dit dans l'oreillette qu'on commence juste la deuxième …
après l'arrêt du moratoire sur les mathématiques permettant de mieux comprendre notre univers et donc sa logique (énergie atomique/simulation) on va devoir attendre combien, la fin de celui sur les drones qui utilisent ce paquet combo depuis ??? … pioufff ! … bien trop longtemps

avatar f3nr1l | 

@ovea :
La drogue, c'est mal!

avatar ovea | 

@f3nr1l :
Rien à voir avec les photographes mais avec ce qui ce fait de mieux pour capturer l'image avec du relief ET de la vitesse pour le plus grand profit de l'analyse qu'on en fait ;P

CONNEXION UTILISATEUR