Faut-il s'inquiéter de l'augmentation du DAS de l'iPhone 7 ?

Anthony Nelzin-Santos |

Plusieurs d’entre vous se sont inquiétés, dans les commentaires ou par e-mail, de la valeur du DAS de l’iPhone 7. Alors que l’iPhone 6s et l’iPhone 6s Plus affichaient un DAS de 0,87 W/kg et 0,93 W/kg, et que l’iPhone SE est mesuré à seulement 0,72 W/kg, l’iPhone 7 et l’iPhone 7 Plus sont donnés à 1,38 W/kg et 1,24 W/kg. Faisons un point sur le sujet.

Pourquoi le DAS de l’iPhone a-t-il augmenté ?

C’est une bonne question. Nous l’avons donc posée à Apple, mais la firme de Cupertino n’a pas souhaité nous répondre. Le nouvel arrangement des antennes n’y est sans doute pas étranger, mais il n’explique pas tout. Le DAS peut diminuer ou augmenter pour des raisons beaucoup moins évidentes : il est ainsi passé de 0,93 W/kg sur l’iPhone 6 à 0,87 W/kg sur l’iPhone 6s.

Ces deux téléphones sont très similaires, mais pas identiques : l’iPhone 6 possédait un modem Qualcomm MDM9625M LTE-A cat. 4 à 150 Mbit/s, alors que l’iPhone 6s embarque un modem Qualcomm MDM9635M LTE-A cat. 6 à 300 Mbit/s. Les modems et les émetteurs-récepteurs ont un impact limité mais direct sur le niveau d’émission, qui varie d’ailleurs selon le type de réseau ou les bandes utilisés. L’iPhone 7 en fournit un bon exemple.

Le modèle conçu pour les États-Unis et la Chine intègre un modem Qualcomm MDM9645M, tandis que le modèle « international » embarque un modem Intel XMM7360 (les deux prennent en charge la LTE-A cat. 12 à 450 Mbit/s, mais seule la puce Qualcomm est compatible avec les réseaux CDMA utilisés hors de l’Europe). Et le modèle sino-américain est donné à 1,37 W/kg, tandis que le modèle européen affiche cette fameuse valeur de 1,38 W/kg qui fait tant parler, 0,04 W/kg de plus que le modèle spécifique au Japon.

La carte-mère de l’iPhone 7, sur laquelle on trouve un modem Qualcomm ou Intel selon les modèles. Image CC BY-NC-SA iFixit5.
La carte-mère de l’iPhone 7, sur laquelle on trouve un modem Qualcomm ou Intel selon les modèles. Image CC BY-NC-SA iFixit.

Reste que les antennes forment la variable la plus importante de l’équation : leur position, leur conception, leur géométrie et bien d’autres aspects déterminent la manière dont l’iPhone se connecte au réseau. À ce titre, il est intéressant de constater que le rapport entre le petit et le grand iPhone s’est inversé : alors que l’iPhone 6s et l’iPhone 6s Plus affichaient un DAS de 0,87 W/kg et 0,93 W/kg, l’iPhone 7 et l’iPhone 7 Plus sont mesurés à 1,38 W/kg et 1,24 W/kg.

Mais au fait, c’est quoi, le DAS ?

Le « débit d’absorption spécifique » indique le taux auquel l’énergie d’un champ électromagnétique dans les radiofréquences est absorbée par les tissus humains, exprimé en watt par kilogrammes. Le DAS est notamment utilisé en médecine, pour mesurer l’exposition pendant un examen IRM par exemple, et en téléphonie, pour mesurer l’exposition pendant l’utilisation d’un téléphone portable.

Cette mesure diffère selon le type d’appareil et les normes employées. La plupart des pays anglo-saxons suivent les recommandations américaines, et mesurent l’exposition d’un gramme de tissu, alors que les pays européens mesurent sur dix grammes de tissu. En découlent deux normes, dont les mesures ne sont pas directement comparables :

  • la FCC et la plupart des régulateurs à travers le monde exigent que les téléphones possèdent un DAS inférieur à 1,6 W/kg ;
  • le CENELEC et les régulateurs européens exigent que les téléphones possèdent un DAS inférieur à 2 W/kg.

Ces mesures sont toutefois réalisées dans des conditions similaires : elles doivent simuler « les pires conditions d’utilisation dans toutes les bandes de fréquence » dans lesquelles l’appareil opère, pour citer les mots de la FCC. Seule la valeur la plus élevée, que l’appareil ne devrait jamais excéder en usage normal, est retenue.

Comment le DAS est-il mesuré ?

Les détails de la mesure du DAS varient selon la norme employée, mais le cadre général est le même partout. Le téléphone est d’abord configuré pour atteindre son plus haut niveau d’émission, puis placé dans une enceinte dédiée à la mesure des champs électromagnétiques. On y trouve des modèles standardisés de tête et de corps, remplis d’un gel « absorbant » les radiofréquences de la même manière que les tissus humains.

Le téléphone est placé dans diverses positions et à diverses distances des modèles, selon les spécifications des normes, et plusieurs mesures sont relevées à des points précis de la tête et du corps, là encore selon les spécifications des normes. Certaines mesures sont plus importantes que d’autres, car ce sont les deux mesures qui sont généralement communiquées au public :

  • celle réalisée contre la tête, qui simule une utilisation active, pendant un appel par exemple ;
  • et celle réalisée à 5 mm du corps, qui simule une utilisation plus passive, lorsque le téléphone est rangé dans une poche de veste par exemple.

Est-ce que cette mesure est fiable ?

Les mesures sont réputées fiables, mais il n’est pas certain qu’elles soient toujours représentatives. La mesure « près du corps » n’est sans doute pas aussi utile que serait une mesure « collée au corps », qui simulerait le rangement somme toute courant d’un téléphone dans une poche. Surtout, une « mesure du pire » n’est sans doute pas aussi utile que serait une moyenne d’exposition.

Les tests sont réalisés par les fabricants eux-mêmes, et sont rarement vérifiés par les autorités sanitaires. Même en partant du principe que les fabricants de téléphones sont plus honnêtes que les fabricants automobiles, l’opacité de la procédure pose problème, car elle occulte d’éventuels accidents statistiques et surtout empêche d’avoir une idée du niveau typique d’exposition lors d’une utilisation normale.

La valeur de 1,38 W/kg est donc purement indicative ?

Le DAS n’est rien d’autre qu’un indice. Il n’est pas inutile : il indique clairement que l’iPhone 7 peut émettre à une puissance bien plus élevée que ses concurrents et que la plupart de ses prédécesseurs. Mais il n’est pas l’alpha et l’oméga : il ne dit rien de l’avantage procuré par les antennes externes à reconfiguration dynamique employées par Apple, ou du bénéfice apporté par la détection de réseau assistée par Wi-Fi et GPS.

L’iPhone a toujours eu un DAS comparativement élevé, à l’inverse des smartphones de Samsung. Cette année toutefois, la palme revient à Huawei.

La FCC met d’ailleurs en garde contre la tendance à comparer les smartphones sous le seul biais du DAS, sans prendre en compte leurs spécifiés techniques et l’environnement dans lequel ils seront utilisés :

[…] les petites différences de DAS entre des modèles particuliers de téléphones ne sont pas un élément fiable pour comparer l’exposition des consommateurs aux radiofréquences, étant donné la variabilité de l’usage individuel.

L’endroit où vous utilisez votre téléphone, la manière dont vous le tenez, l’opérateur chez lequel il est connecté, et bien d'autres facteurs modifient considérablement votre niveau d’exposition. Le DAS ne rend pas compte de cette diversité des usages.

Donc l’augmentation du DAS de l’iPhone n’est pas vraiment grave ?

C’est… compliqué. Les effets des radiofréquences émises par les téléphones portables sont difficilement quantifiables : la littérature scientifique sur le sujet n’a pas d’avis arrêté, et les premières études épidémiologiques à long terme ne sont pas concluantes (et comment pourraient-elles l’être, alors que les normes cellulaires changent régulièrement, et que nous baignons dans les ondes radio à longueur d’année ?).

L’OMS résume la situation de manière laconique : « il n’a jamais été établi que le téléphone portable puisse être à l’origine d’un effet nocif pour la santé. » Mais tout le monde s’accordera pour dire qu’il vaut sans doute mieux limiter son exposition. L’« absence de certitude scientifique » ne doit pas empêcher le principe de précaution — au contraire, c’est sa principale motivation.

Mais alors, que faire ?

Le niveau d’exposition diminue en même temps que la distance à l’émetteur augmente : il vaut mieux ranger son iPhone dans son sac que dans sa poche. Le niveau d’émission est directement lié aux conditions de connexion : il diminue pendant un appel (puisque le téléphone est connecté au réseau), mais augmente sensiblement pendant un déplacement rapide (puisque le téléphone doit constamment changer de cellule).

Dans le train ou dans les zones mal couvertes, et évidemment la nuit, mieux vaut donc utiliser le mode avion. Évitez les étuis contenant des pièces métalliques, et dans l’absolu, vous devriez toujours utiliser votre casque pour…

…mais l’iPhone 7 n’a pas de prise jack !

À force de le répéter, on va finir par le savoir ! Apple n’a pas d’autre choix que de fournir « un accessoire permettant de limiter l’exposition de la tête aux émissions radioélectriques lors des communications » (article L34–9 du Code des postes et des communications électroniques), autrement dit un micro-casque. L’iPhone 7 est ainsi fourni avec une paire d’écouteurs Earpods à prise Lightning.

Tableau DAS iPhone
L’iPhone a toujours eu un DAS comparativement élevé, mais l’iPhone 7 atteint des sommets qui n’avaient pas été vus depuis l’iPhone 3G.

Dans le même temps, Apple incite fortement ses clients à couper le cordon, or les écouteurs Bluetooth émettent eux-mêmes des radiofréquences. L’expérience montre que les niveaux sont très faibles, mais avec une montre connectée au poignet et un smartphone en bandoulière, les chiffres s’additionnent.

Même si le DAS de l’iPhone 7 était plus bas, le futur sans fil voulu par la firme de Cupertino pose des questions de santé publique. Il serait de bon ton qu’Apple communique sur le niveau d’émission des AirPods, comme elle le fait pour l’Apple Watch et même pour les Mac récents, ne serait-ce que pour rassurer les utilisateurs les plus sensibles à la question.


avatar pao2 | 

Utiliser son corps comme antenne ça augmente la portée!
On a tous le reflex, lorsqu'on utilise une télécommande Radio (pas infra-rouge) et qu'on est à la limite de portée, de tendre la main. Par exemple avec des télécommandes de porte de garage. Essayer plutôt de coller la télécommande contre vous, sur le ventre ou sur la tête, vous serez surpris de voir qu'elle marchera mieux! Si si, on est une bonne antenne (pas seulement une pile, cf Matrix :-) )

avatar Espcustom | 

très bon article!

mais bon, qu'il soit vraiment pertinent ou pas ce DAS, moi je dis autant qu'il soit le plus bas possible non? si les autres constructeurs peuvent arriver a un DAS si bas, pourquoi pas apple?

car si la science n'a pas d'avis tranché (et encore...) on ne peut pas decemment dire que c'est innofensif, ni son contraire d'ailleurs.

avatar YAZombie | 

La science n'a jamais d'avis tranché. Et la science ne démontrant jamais un négatif il n'y aura jamais de preuve d'une innocuité, pour quoi que ce soit. En revanche, depuis le temps, s'il devait y avoir des résultats démontrant des dangers, ils seraient sortis, or ce n'est pas le cas.
Tout cela est de la pensée magique.

avatar Macuserman | 

@Kensei68 :
Hahaha, de rien ! :-)

avatar EugenieetCamille | 

Vraiment très intéressant !
Merci MacG

avatar Berechit | 

Ahhh ! Ça faisait un moment que j'attendais ce type d'article. Thanks !

avatar Mike Mac | 

L'iPhone n'existait même pas que ce douloureux problème interrogeait déjà.

Dans "Papy fait de la résistance", tourné à l'époque des téléphone portables de 7 Kg* , et relatant des faits de la période 39/ 45, le Colonel Spontz aurait lâché cette phrase d'anticipation presque culte:

"Was ist DAS ?"

* D'ailleurs, c'est amusant, "Papy fait de la résistance" date de 1983, et "le premier téléphone mobile commercial, conçu par Motorola est lancé le 6 mars 1983 aux États-Unis : le Motorola DynaTac 8000 [Wikipedia].

avatar Vlhr | 

Je viens de recevoir mon iPhone 7 et je me rends compte qu'il n'est plus possible de le positionner sur 2G/edge mais seulement en 3G ou 4G ou aucune données cellulaires .. Quelqu'un a-t-il une solution /explication ?

avatar descartes33 | 

Enfin un site qui s'intéressent au DAS ! Merci.

avatar HellTiger | 

Et si tu connectes ton iphone avec CarPlay sur une Wolkswagen, ca donne un DAS auto.
Je suis déjà loin.

avatar Gladjessca | 

@HellTiger :
Bravo !

avatar oomu | 

- Les chiffres ne s'additionnent pas.

- "il n’a jamais été établi que le téléphone portable puisse être à l’origine d’un effet nocif pour la santé"

il n'a jamais été établi qu'un portable puisse être nocif. Des études sur les ondes radios et les niveaux de puissance utilisés en civil y en a eu sans cesse depuis 20/30 ans. Avant même le portable.

A un moment, faut faire son deuil et se retrouver devant deux choix:

- on accepte des appareils qui non ne vont pas vous provoquer un cancer + vite que la vie en générale. Toutes les études le disent : on va tous mourir mais pas plus vite à cause de ça. ni moins vite !

Les taux d'émissions restent dans les normes sanitaires obligatoires. Et il n'y a pas de raison de se coller le téléphone à l'oreille du matin au soir (y a tout ce qu'il faut en alternative).

- on fait son deuil d'attendre la Réponse Rationnelle Rassurante et on devient un religieux : on assume pleinement ses propres lubies et on enferme les téléphones dans des caisses de plomb en se signant.

Vous ne l'aurez PAS le papier ou étude ou bonhomme en tenue de laborantin qui vous dira "ayé! on a la preuve formelle que même vous pouvez piger que dans l'infinité de l'univers et des possibilités SANS danger". Y aura po. C'est épistémologique: on ne peut pas prouver l'absence d'une chose.

--
le four à micro-onde n'a presqu'aucun rapport. C'est focalisé, là où on place l'assiette logiquement pour exciter les molécules (chauffer).

avatar Xav852 | 

Je trouve également que la qualité de réception de ce 7 est moins bonne :/

avatar LudwigVonMises | 

Le DAS c'est comme l'homéopathie : de la merde osbcurantiste.

avatar Manubzh | 

@LittleSushi :
Non rien a voir, tu compare des rayons ionisants avec des ondes la.
Après il y a eu une alerte sanitaire, mais le risque de cancer radio-induits est extrêmement faible (bon il est plus que pour choper un Guillain-barré avec un vaccin)
C'est effectivement la durée d'exposition estimée par la dose appliquée au cours de l'examen (surtout les scanner je crois, macuserman confirmera) qui est à prendre en compte si on veut parler du risque induits par les RI

avatar LittleSushi | 

@Manubzh :
Merci pour l'info

avatar M69 | 

Bonjour,

Bon article, mais j'en ai remarqué un qui dit, "oui oui utilisez votre phone comme bon vous semble...", mais il faudrait largement nuancer cette affirmation :

Les constructeurs, pour la plupart préconisent une distance d'au moins 1 à 2 cm entre le corps et l’appareil (même si ces derniers temps ces informations ont tendance à disparaître des manuels des mobiles ...), donc si l’appareil reste bien collé au corps pendant la conversation téléphonique, du point de vu du constructeur, cela représente un usage "non conforme" de l’appareil !

Etude US très récente en cours de validation : http://microwavenews.com/news-center/ntp-comet-assay : "NTP: Cell Phone RF Breaks DNA"

Et ANSES qui est enfin sortie de sa réserve et qui conseil au jeunes de limiter autant que possible leurs usages des appareils sans fil !

Si tout cela ne vous alerte pas un minium, je ne sais pas ce qu'il faudrait annoncer d'autre ?

Conclusion logique : privilégier le kit main libre ou haut parleur (comme dans les pubs de SFR...), lors des conversations de longues durées, et surtout en déplacements.

A+

avatar LittleSushi | 

@M69 :
Attention, certains vont dire : conneries!

avatar YAZombie | 

@LittleSushi: non.
On est sceptique, parce que ça contredit toutes les études précédentes.
On est sceptique, parce que l'étude n'a pas encore été publiée dans une revue scientifique.

Ici, on n'est pas prêt à accepter tout ce qu'on nous dit qui confirme nos biais. Désolé.
Alors on fait un peu de recherche - c'est pas bien compliqué en 2016… Et on trouve des critiques fortes de la méthode de com' des responsables de l'étude - personne ne peut juger de l'étude puisqu'elle n'a pas été publiée, la seule chose à disposition est sa com' -, notamment la publication de données très partielles en regard des mots très forts utilisés, qui semblent inspirer fort peu de confiance…
Why aren’t we being told […] of the results of other experiments (i.e., male and female mice, tissues other than heart and brain, tumors other than glioma and schwannoma)? Given the multiple comparisons inherent in this kind of work… there is a high risk of false positive discoveries. In the absence of knowing other findings, we must worry about selective reporting bias. (c'est moi qui souligne)
http://bit.ly/2dwA0LC

Plus important encore on trouve ceci (interview de l'un des dirigeants de l'institut ayant commandité l'étude, pas ma grand-mère, et avec lien direct vers la source ci-dessous):
We’ve had internal deliberations that have consistently led to groups of people having about a 70% to 80% of the people that look at this study feel that there is a significant association between radiofrequency radiation and the tumors http://bit.ly/2d72EPM
20 à 30% des personnes travaillant sur l'étude ne sont pas d'accord avec les conclusions présentées! C'est absolument énorme!

On a de très bonnes raisons d'être sceptique. Ça demande du boulot, mais c'est mieux que d'avaler tout ce qu'on nous raconte. On va attendre que l'étude soit publiée, mais à ce stade on dit: oui, potentiellement conneries. Sauf que contrairement à la croyance aveugle, ce n'est gratuit.

avatar M69 | 

C'est pas grave, ces "certains" ne pourront pas venir se plaindre dans 20-30 ans si ils ont un neurinome de l’acoustique ou ses cousins, ils vont probablement se dire "c'est parce que j'ai pas fait assez de sport ... ou mangé de la mauvaise qualité ..." ils vont se convaincre que c'est uniquement dû à des causes banalisés et génériques dont tout le monde parle.

C'est bien alors il faudrait donc se coller le téléphone à l'oreille (toujours du même coté pendant qu'on y est), et parler des heures comme cela avec et tous les jours (?), si vous passez entre les mailles du filé des problèmes de santé, sur le long terme, alors c'est tant mieux.

Et suivant cette logique, si l'oreille commence à chauffer au bout d'un moment, et bien c'est pas grave, c'est tout ce qu'il y a de plus normal, ben oui (oui on connait la chanson, l'effet thermique n'existe pas, c'est imaginaire ...)

La plus grosse Connerie est quand même de rester borné et binaire et ne pas tenir compte des différents petits alertes ici et là (même ceux de ANSES !), Prudence est mère de sûreté (et pas le scepticisme sans fin ...)

A+

avatar Manubzh | 

@ YAZombie :
tout à fait d'accord, beaucoup de bruits et de conclusion natives par des personnes qui n'y connaissent rien.
Je ne dit rien personnellement parce qu'on ne peut pas conclure de manière certaine.

c'est un peu comme le brouhaha médiatique fait autour des vaccins, du risque de GB et de l'autre charlot qui a soi-disant une patientèle suivie pour une fasciiste à macrophages qu'on ne retrouve nul part ailleurs dans le monde. On des cas rarissimes d'effets secondaires liés aux vaccins mais ça suffit aux médias et à la population générale pour faire des conclusions sans fondement et complètement à coté de la plaque.

Bah la c'est pareil

avatar iRange team | 

Apple a mis 10ans pour proposer Night Shift et limiter les effets néfastes de la lumière bleue...
Apple.com et la page RF Exposure vous conseille d'éloigner autant que possible votre iPhone de votre corps...

avatar Shepherd | 

"et dans l’absolu, vous devriez toujours utiliser votre casque pour…
…mais l’iPhone 7 n’a pas de prise jack !"

Et oui, il est désormais impossible de connecter son casque filaire et de recharger la batterie de l'AiëPhone en même temps !
Misère ! Merci Apple (comme d'hab et j'ai la triste impression que les idées discutables du genre, la Pomme en a plein ses cartons :-().

avatar serginio | 

Des commentaires super intéressants à lire même 1 an après. J'en ai conclu que rien n'est catégoriquement et scientifiquement prouvé sur la nocivité de l'iphone concernanl DAS. Entre deux smartphones de même qualité d'utilisation, je choisirai celui qui a le DAS le moins élevé.
Je pense que même ceux qui sont certains de l'inocuité ferons le même choix que moi.
Dans le doute, on reste prudent...

avatar IPICH | 

"en partant du principe que les fabricants de téléphones sont plus honnêtes que les fabricants automobiles"

Cette phrase inutile et fausse pour rediriger vers un autre article ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR