Test de l'appareil photo de l'iPhone 7 Plus

Anthony Nelzin-Santos |

L’iPhone 7 Plus est plus grand que l’iPhone 7, bien sûr, mais il possède une autre différence de taille. Alors que l’appareil photo de l'iPhone 7 gagne la stabilisation optique qui faisait défaut aux « petits » iPhone, l’iPhone 7 Plus ne gagne rien de moins qu’un nouveau capteur. Est-ce que cela suffit à faire la différence entre les deux terminaux ? La réponse en images.

iPhone 7 à gauche, iPhone 7 Plus à droite.
iPhone 7 à gauche, iPhone 7 Plus à droite.

Sommaire

Deux capteurs…

Apple aurait pu se contenter de caser un deuxième objectif aux côtés du premier, mais elle a profité de l’occasion pour revoir de fond en comble son système photographique. Le capteur profite des dernières innovations du fournisseur favori de la firme de Cupertino, Sony, sans toutefois gagner en densité (12 Mpx) ou en surface (1/3 pouce).

Un sixième élément rejoint le bloc optique, ou plutôt les blocs optiques. Avec sa focale de 3,99 mm, le premier est un objectif « grand-angle » comme tous les iPhone en ont eu (équivalent 28 mm). Le second possède une focale de 6,6 mm « normale » devant un capteur d’un tiers de pouce (équivalent 57 mm) — mais puisque le mot « normal » n’est pas très vendeur, les équipes marketing d’Apple lui ont préféré le mot « téléobjectif », qui marque d’autant la différence avec le traditionnel « grand-angle ».

Un grand-angle qui ouvre à ƒ/1,8, et laisse donc entrer plus de lumière que son prédécesseur, limité à ƒ/2,2. Le téléobjectif n’ouvre « qu’à » ƒ/2,8, une valeur qui rappelle l’iPhone 4, mais ne pourrait être diminuée sans augmenter sensiblement la taille et l’épaisseur du bloc optique. Cette différence entre les objectifs est d’autant plus importante que seul le grand-angle bénéficie d’un système de stabilisation.

Autrement dit, l’objectif qui laisse entrer le plus de lumière et permet donc de déclencher le plus rapidement est aussi celui qui est stabilisé et peut donc déclencher le plus lentement. Le grand-angle est doublement avantagé sur le téléobjectif — il est donc heureux qu’ils ne se concurrencent pas, mais travaillent de concert, sous la baguette d’un tout nouveau processeur d’images.

…qui forment un seul appareil

La manière dont les choses ont été présentées par Apple est trompeuse : le grand-angle et le téléobjectif ne sont pas deux modules indépendants que l’on active et désactive en touchant un bouton. Elles auraient peut-être été plus claires si elle n’avait pas décidé de taire le nom de code de cet appareil : iSight Duo.

Les deux objectifs fonctionnent en tandem, les forces de l’un s’ajoutant aux forces de l’autre et compensant ses faiblesses, pour produire les meilleures photos possibles dans toutes les circonstances. Lorsque vous prenez une photo avec l’iPhone 7 Plus, vous en prenez en fait deux, une avec chaque capteur, dont les données sont fusionnées pour produire le cliché final.

iPhone 7 Plus à gauche, iPhone 6s à droite. L’iPhone 7 Plus produit des clichés un peu plus saturés, et surtout plus piqués, notamment dans les coins. Ces images, comme les suivantes, sont distribuées sous licence Creative Commons NC-BY-SA Anthony Nelzin-Santos/iGeneration.

Il est tout aussi vrai de dire que le téléobjectif est délaissé lorsque la lumière ou l’énergie vient à manquer, qu’il est faux de dire qu’il ne sert à rien d’autre qu’au zoom. Même dans des conditions difficiles, et surtout dans des conditions difficiles, il assiste le grand-angle et lui fournit des données supplémentaires, qui servent par exemple à améliorer la définition du centre de l’image.

Cet assemblage demande toute la puissance du nouveau processeur d’images et le confort des 3 Go de RAM, mais sa qualité dépend largement du logiciel développé par les ingénieurs d’Apple. Chaque cliché est soumis à des milliers d’analyses avant d’être compressé en JPEG, un traitement d’excellente qualité… sauf quand il gomme certains détails à force de réduction de bruit.

iPhone 7 Plus à gauche, iPhone 6s à droite. Les deux appareils font des choix d’exposition très similaires, environ 1/700e à pleine ouverture et sensibilité de base. Grâce à la plus grande ouverture et le sixième élément de son objectif grand-angle, l’iPhone 7 Plus prend l’avantage et produit un cliché plus équilibré et moins voilé, même si le ciel perd légèrement en définition.

Sur ce point toutefois, l’ouverture accrue et la stabilisation de l’objectif grand-angle font la différence, notamment en intérieur. Avant de monter en sensibilité et donc en bruit, l’iPhone 7 Plus va d’abord ouvrir à ƒ/1,8, et s’il le faut exploiter le stabilisateur pour exposer plus longuement, au risque que le sujet bouge pendant la prise de vue (sur ce point, lire : iPhone 6s : un excellent appareil photo quand il n’est pas frustrant).

Un zoom optique, numérique, optico-numérique ?

Si le grand-angle laisse rentrer plus de lumière, le téléobjectif permet de voir plus loin. Sa focale deux fois plus longue offre logiquement un zoom 2x, mais on ne peut pas tout à fait dire qu’il s’agit d’un « pur » zoom optique, dans le sens où les photos sont toujours le fruit d’un complexe assemblage. Au-delà, il s’agit clairement d’un zoom numérique, mais un zoom numérique amélioré par l’optique.

Pour référence, le cadre 2x comparé au cadre 1x. Cliquer pour agrandir.

Vous êtes perdu ? À 1x, vous prenez des photos à la focale équivalente de 28 mm de l’objectif grand-angle, auxquelles sont souvent ajoutées des données provenant du deuxième capteur. À 2x, vous prenez des photos à la focale équivalente de 56 mm du téléobjectif, auxquelles sont parfois ajoutées des données provenant du premier capteur.

Les données des deux capteurs sont toujours fusionnées lorsque vous zoomez, mais le capteur « maitre » change selon le coefficient. Entre 1x et 2x, il s’agit du premier capteur, celui qui est associé à l’objectif grand-angle, parce qu’il est stabilisé et laisse entrer plus de lumière. Au-delà de 2x, il s’agit du deuxième capteur, celui qui est associé au téléobjectif, parce qu’il voit plus loin.

La confusion règne sur ce point, mais ce fonctionnement m’a été confirmé indépendamment par l’ingénierie et la communication d’Apple. « Lorsque vous zoomez, l’iPhone 7 Plus et le processeur d’images conçu par Apple utilisent les informations des deux capteurs et fusionnent même les images pour rendre vos photos encore meilleures », expliquent des documents que nous avons reçus, comme tous nos confrères qui ont testé l’iPhone 7 et l’iPhone 7 Plus. Il est d’ailleurs facile de le vérifier… en plaçant son doigt devant l’un ou l’autre des objectifs en variant les coefficients de zoom.

On couvre d’abord le téléobjectif : la scène reste visible à 1x, mais ne l’est plus à 2x ou 10x. L’appareil sait qu’il n’est pas dans le noir, car le grand-angle n’est pas couvert, et reste donc sur le téléobjectif. Cliquer pour agrandir
On couvre ensuite le grand-angle : la scène est masquée à 1x, mais complètement surexposée à 2x, car l’appareil croit être dans le noir le plus complet. À 10x, il alterne rapidement entre surexposition et cécité, le système alternant entre les deux capteurs pour tenter d’avoir une image. Cliquer pour agrandir.

Si l’on voit le verre à moitié vide, on dira que l’on obtient à 10x les mêmes clichés granuleux et sombres que l’on obtenait auparavant à 5x. Si l’on voit le verre à moitié plein, on dira que l’on peut désormais zoomer à 10x s’il le faut, et surtout que le zoom 5x est bien plus utilisable qu’avant.

Même en étant optimiste, il faut bien dire que l’absence de stabilisation se fait ressentir lorsque l’on utilise le zoom 10x, qui correspond à une focale de… 322 mm ! Même en utilisant son casque comme un déclencheur, il suffit d’un mouvement pour décaler le cadre de plusieurs mètres. Et comme l’ouverture du téléobjectif est moins bonne, il faut d’excellentes conditions d’éclairage pour déclencher à moins d’1/300e, et espérer prendre une photo à peu près nette.

À 1x en contrejour, ce qui permet de vérifier au passage que les aberrations chromatiques et les reflets sont très bien contenus. Cliquer pour agrandir.
À 2x, l’angle des rayons du soleil provoque un reflet. Avec un iPhone 6s, on aurait déjà commencé à perdre en qualité. Cliquer pour agrandir.
À 10x, l’image est très dégradée, mais c’est toujours mieux que rien. Cliquer pour agrandir

Sauf que si les conditions d’éclairage sont vraiment mauvaises, le grand-angle sera préféré au téléobjectif, le système choisissant la peste (un zoom numérique extrême aux détails très dégradés) plutôt que le choléra (une photo si sombre et si floue qu’elle ne contient plus aucun détail). Avec tout ça, vous pourriez penser que le téléobjectif n’est qu’un faire-valoir au service du grand-angle — les rôles s’inversent pourtant avec le nouveau mode Portrait.

Un mode portrait pas très bo… keh

Un mode si nouveau… qu’il ne sera disponible qu’avec iOS 10.1. Comme son nom l’indique, il simule la réalisation d’un portrait à l’aide d’un objectif à grande ouverture. Le téléobjectif est plus adapté à cet usage que le grand-angle : il ne déforme pas autant un visage placé au premier plan, compresse la perspective, et favorise l’apparition d’un flou d’arrière-plan.

Mais avec un tout petit capteur et une ouverture numérique, il n’est pas possible d’obtenir un flou « crémeux », dont les qualités esthétiques méritent l’appellation de bokeh. L’effet voulu est obtenu par une combinaison, là encore, de matériel et de logiciel. Le matériel, d’abord : l’écart entre les deux capteurs, et la focale différente des deux objectifs, entraine une forte parallaxe.

Le logiciel, ensuite : en analysant cette parallaxe, le « décalage » entre les images prises par les deux capteurs, et la scène elle-même à l’aide d’algorithme de vision artificielle, il peut décomposer la scène en différents plans. Apple met là à profit l’acquisition de Linx : l’appareil photo de l’iPhone 7 Plus peut détecter jusqu’à neuf plans, neuf « couches » qui composent l’image du premier plan à l’arrière-plan.

Si le mode portrait n’avait pas tendance à faire du zèle et flouter les poils de barbe et les cheveux qui dépassent, il fournirait un résultat très convaincant, quoique difficilement comparable à celui obtenu de manière purement optique.

Nous avons déjà mentionné les défauts fonctionnels de ce mode : il exige un bon éclairage, indispensable à une bonne « lecture » de l’image, et une certaine distance entre l’appareil et le sujet, distance pour laquelle ses complexes équations ont été calibrées. Comme il demande déjà une grande capacité de traitement, il ne peut être cumulé avec le mode HDR ou les filtres, ni même avec le flash qui risquerait de projeter des ombres et donc de compliquer la détection d’objets.

Bref, il fait sentir sa mécanique, et c’est sans doute son plus gros défaut. Car il est plus difficile de lui reprocher sa difficulté à correctement identifier des objets divers et variés — Apple n’a jamais promis rien d’autre qu’un mode « portrait ». De la même manière, il nous faut encore réserver notre jugement quant à son aptitude à correctement isoler des détails aussi fins que les cheveux — il est encore en développement.

Un portrait réalisé avec un boitier à capteur micro 4/3 et un objectif Helios 44-2, qui produit des couleurs très particulières et un flou d’arrière-plan caractéristique. Le mode portrait ne boxe clairement pas dans la même catégorie… mais il faut aussi remarquer que l’objectif de l’iPhone 7 Plus offre une meilleure définition que ce vieux caillou soviétique !
Un portrait réalisé avec un boitier à capteur micro 4/3 et un objectif Helios 44–2, qui produit des couleurs très particulières et un flou d’arrière-plan caractéristique. Le mode portrait ne boxe clairement pas dans la même catégorie… mais il faut aussi remarquer que l’objectif de l’iPhone 7 Plus offre une meilleure définition que ce vieux caillou soviétique !

On disait des émulations de films argentiques et des simulations d’amplificateurs à tube qu’elles ne rivaliseraient jamais avec les originaux… jusqu’à ce qu’elles le fassent. Le flou d’arrière-plan créé par le mode portrait est loin d’être aussi plaisant que celui qui apparait naturellement lorsque l’on place une optique complexe devant un grand capteur, mais il est bien moins artificiel que ses prédécesseurs, même récents.

Utilisé tel qu’Apple l’a prévu, c’est-à-dire pour réaliser un portrait, il mimique de manière très convaincante la manière dont un visage disparait progressivement dans le flou, et ne commet donc pas l’impair de séparer grossièrement visage et fond. De la même manière, il n’oublie pas de flouter en avant de la mise au point, comme un objectif le ferait naturellement.

Reste que ce mode n’en est encore qu’à ses balbutiements, et qu’il perd littéralement la tête si le fond est trop complexe ou le contraste trop faible. Mais cette technologie est promise à un bel avenir : la vision artificielle, l’analyse de scène en temps réel, et le depth mapping ne sont pas tout à fait inutiles à une société qui travaille sur une voiture autonome.

L’écran P3, partie intégrante de l’appareil photo

Sans transition aucune, il faut enfin mentionner l’écran, qui participe tout autant que les capteurs à la prise de vue. Comme celui des iMac Retina et celui de l'iPad Pro 9,7 pouces, l’écran de l’iPhone 7 (Plus) est capable d’afficher toutes les couleurs de l’espace colorimétrique P3. Or son appareil photo prend aussi des clichés dans cet espace colorimétrique.

Cela signifie que les photos prises à l’iPhone 7 ne sont correctement affichées que sur un écran P3. La différence entre une photo prise à l’iPhone 6s et une photo prise à l’iPhone 7 est flagrante sur l’écran d’un iPhone 7 : la première semblera moins saturée, moins contrastée, plus plate, plus « triste », que la deuxième. Mais regardez la photo prise à l’iPhone 7 sur l’écran de l’iPhone 6 s, et les choses seront tout de suite moins évidentes.

iPhone 7 Plus à gauche, iPhone 6s à droite. Une image sans intérêt esthétique, mais qui devrait montrer — du moins sur un écran P3 — que l’iPhone 7 Plus reproduit le rouge de manière plus subtile et fidèle.

L’étalonnage à l’usine, qui évolue dans le temps selon une courbe prédéfinie par Apple, assure une reproduction fidèle des couleurs, un aspect important maintenant que l’on voit des photos aller du capteur au papier sans passer par un ordinateur au sens traditionnel du terme. L’accroissement de 25 % de la luminosité est bon à prendre, mais il est difficile de dire qu’il fait la différence en plein soleil.

Le reste

Cet article est déjà très long, aussi me permettez-vous de couvrir plus rapidement les autres composantes du dispositif photographique de l’iPhone 7 Plus. Le « coup de flash » est d’autant plus marqué que le flash possède maintenant quatre diodes, même si le système Truetone évite qu’il soit d’un blanc frigo particulièrement disgracieux. Au moins est-il maintenant assez puissant pour véritablement remplir le rôle d’un fill en contrejour.

Le mode vidéo profite lui aussi du téléobjectif, à ceci près que le zoom ne dépassera pas 6x. Il est seulement dommage que le passage de 1x à 2x, en tapant sur le bouton du même, se fasse sans la moindre transition. Et sans stabilisation, l’image tremblote plus que de raison.

Le capteur avant, enfin, passe à 7 Mpx. Les selfies n’en seront que de meilleure qualité, même si le bruit augmente encore lorsque la luminosité baisse, et que la dynamique du tout petit capteur est très limitée. Les gains sont encore plus sensibles en vidéo, puisque le capteur avant peut désormais enregistrer en 1080p, avec un cadre plus étendu qui conviendra parfaitement aux bandes d’amis.

Et les applications tierces ?

Les applications tierces peuvent profiter des complexes traitements réalisés par le processeur d’images, à condition d’utiliser une API spécifique, et donc d’abandonner le verrouillage de la mise au point ou des modes d’exposition personnalisés. Les applications les plus complexes préfèrent donc utiliser deux autres API, qui leur donnent accès à chaque capteur séparément, sans le mécanisme de fusion (ni les données de profondeur) utilisé par Apple.

Pour conclure

Vous l’aurez compris, l’appareil photo de l’iPhone 7 Plus ne se résume pas qu’à son zoom. Dans le même temps, il n’est pas toujours facile de voir la différence entre les photos prises à l’iPhone 7 Plus et celles prises à l’iPhone 7, ni même avec celles prises à l’iPhone 6s. Cette année, Apple a préféré résoudre des problèmes fonctionnels et préparer de futures évolutions plutôt que de s’attaquer à la qualité brute.

Pour faire un nouveau bond en avant, il va falloir maintenant augmenter la taille du capteur, comme d’autres l’ont fait, et revoir l’autofocus, qui reste fiable mais pourrait être plus rapide. L’iPhone 7 Plus nous apprend que les gains de ces futures nouveautés seront magnifiés par l’alliance d’un excellent processeur d’images et d’innovants algorithmes.

avatar iVador | 

Bof donc
iPhone 2017 pour moi donc

avatar qj | 

C'est pas un peu consanguin de ne comparer les iPhones qu'entre eux ?

avatar inoga | 

@qj :
Pour comparer il faudrait faire exploser la batterie d'un 7plus ! :D

avatar yasuo87 | 

Super article merci MacG!

avatar Ast2001 | 

J'ai un "vieux" Nexus 6P qui aura bientôt un an et qui je le trouve se démerde mieux en basse lumière que le 7 plus...

http://m.imgur.com/a/UTlJS

avatar CNNN | 

@Ast2001 :
Il y a effectivement une belle différence

avatar feefee | 

@Ast2001 :

"J'ai un "vieux" Nexus 6P qui aura bientôt un an et qui je le trouve se démerde mieux en basse lumière que le 7 plus..."

Et ?

avatar 667 _ | 

Il veut dire que pour un TEL sortie une année plus tard, il aurait pu faire mieux que son NEXUS. Vous aviez bien compris. :)

avatar stéphane83 | 

C'est le design que je trouve vraiment "aseptisé".
Il n'y a plus de finition pour ainsi dire : les antennes finalement et l'ancien capteur photo étaient plus esthétiques.
Cet iPhone n'est pas "racé" je ne lui trouve aucune personnalité.

avatar Lestat1886 | 

@stéphane83 :
Haha c'est justement les antennes et l'apn qui etaient les plus décriés au temps de l'iphone 6 niveau design

avatar stéphane83 | 

Cela n'a finalement aucun rapport : ou peut être que si...
Puisque je ne l'achèterai pas je ne prendrai donc pas de photos avec ce modèle.

avatar jazz678 | 

@anthony nelzin-santos
Vous testez le modèle présent et concluez sur l'avenir ?

Pourquoi pas...
Mais je trouve votre conclusion sur le 7 plus un peu light par rapport au corp du post.

avatar occam | 

Anthony, merci de cet excellent test.

Votre conclusion recouvre parfaitement celle de Thom Hogan dans une note du jour :
« The notion of multi-image-sensor phones is now clearly upon us, and that's already making the old small sensor compacts completely irrelevant. We’re just at the tip of the iceberg with multi-sensor smartphones. I expect things to heat up there fairly quickly now. ... All those multi-sensor patents that have started to appear from the Japanese camera companies also seems to suggest a very big nail going into another dedicated camera coffin as everyone rushes to play. »
http://www.dslrbodies.com/newsviews/its-about-the-sensor-again.html

Note en marge : votre Helios 44–2 Красногорский vintazh produit un flou prononcé non seulement de l'arrière-plan, mais passablement aussi du premier. Le sfumato et les teintes délavés sont dignes d'un négatif ORWO (est-allemand) du meilleur cru des années 60. En somme, un effet « smoked, stoned and stone-washed back in the CCCP » que vous devriez faire patenter ;-)

avatar romainB84 | 

La photo du panneau "accès interdit" est carrément surexposée pour ne pas dire cramée ^^
Ça me fait penser à ces photos prises par le S6 ou le S7 de nuit ou on a l'impression qu'on est en plein jour !!
La photo du 6S fait quand même plus naturelle.
Après c'est surtout une question de goût :-)

avatar marenostrum | 

on peut l'exposer de mille façons sans bouger 1 cm la même scène. suffit de fixer (verrouiller) AE/AF dans la partie la plus claire (pour ne pas surexposer), ou inversement (sous-exposer).
pendant la prise, appuyer sur l'écran, le petit carré orange, avec le panneau "Verrouillage AE/AF apparait et un petit soleil, en bougeant le doigt vers le haut ou le bas, on change les valeurs de l'exposition. en live on a le résultat voulu.

avatar daxr1der | 

@romainB84 :
Oui l'exposition est surex avec le 7 plus, ciel cramé et perte de détails dans l'herbe. Une photo amateur

avatar ancampolo | 

Perso j'ai testé mon iphone 7 plus en video j'ai découvert une légère amélioration de luminosité qui est fortement apprécié et un zoom en 4k qui finalement est plutôt pas mal.
Pour la photo je dirais qu'il y a de l'améliorations au niveau des détails couleurs et matières.
Ce n'est que mon avis Apres une semaine d'utilisation.

avatar whocancatchme | 

La 1ere comparaison de photo avec le slider les 2 photos sont inverse je crois

avatar marenostrum | 

tu peux télécharger la photo et voir l'exif.

avatar jean512 | 

merci pour l'article, je pensais que le téléobjectif servait uniquement à faire un zoom

avatar Forza Alfa | 

Je trouve la conclusion de l'article sévère par rapport à ce qui est dit tout au long de ce dernier . Suis je le seul?
Perso je suis agréablement surpris par l'ADN de se 7 plus!

avatar pme | 

Le terme de téléobjectif est souvent associé aux objectifs contenant un groupe de lentilles convergent et un deuxième groupe divergent, permettant d'en limiter l'encombrement. On peut imaginer que ce soit le cas, et que le terme soit là autant pour des raisons techniques que marketing.

avatar JONYBLAZ | 

Ce que j'ai retenu c'est le tableau des iphones 4-6 8 mégapixels du footage de bouche !!!!!
Comment est ce possible attendez Iphone 8 pour changer complètement de façade et de caméra !!!!

avatar ArchiArchibald | 

Bah je vous trouve hyper sévère dans l'ensemble les gars ! J'ai le 7 Plus et je trouve qu'en utilisation réelle, au quotidien, le rendu des photos est tellement supérieur au 6S ! Le mode portrait est génial et bluffe tous les gens à qui je fais la démonstration !

Bref, franchement, test à revoir. J'avais été en phase avec votre test de l'appareil photo du 6S l'année dernière, mais je vous trouve totalement à côté de la plaque cette année. Et votre portrait avec l'appareil machin truc est immonde.

avatar CaptainBinouz | 

Je vous trouve dur avec l'effet Bokeh. Beaucoup ici semblent sous-entendre que c'est le jour et la nuit entre cet effet portrait, et le résultat d'un grand capteur à grande ouverture, mais je ne suis pas sûr que les mêmes feraient un sans faute s'ils ne le savaient pas. Je suis moi même très amateur de photo, j'en fais beaucoup à l'iPhone et pas mal au Nikon (reflex D800) et je suis certain que sur des photos bien posées, je me tromperai souvent.
D'ailleurs je trouverais ça sympa que vous proposiez ce test : Mélangez des portraits au réflexe et des portraits à l'iPhone effet Bokeh, sans nous donner d'indice et découvrons notre taux de réussite !

avatar marenostrum | 

le flou de l'iPhone n'a pas de profondeur (c'est artificiel, juste du détourage). il fait flou même les cheveux (tout le contour en fait). bouge le curseur et regarde.

avatar CaptainBinouz | 

@marenostrum :
Il gère 9 niveaux de profondeur différents, en faisant évoluer la densité du flou selon l'éloignement des différents plans. Le contour des poils pourrait être plus précis mais je suis certain que tu serais moins sûr de toi devant un test sans indices.

avatar marenostrum | 

j'ai plein de photos de reflex (Canon 5D Mark II, Nikon D200, et même des moyen format) dans ma bibliothèque photo. je l'ai comparé la photo plus haut. le flou de l'iPhone est bizarre. mais, on va dire, que c'est encore en Beta, donc on va attendre. en plus le mien arrive en Novembre, il sera peut-être au point entre temps.

avatar EricdeB | 

@marenostrum :
Le flou de l'iPhone 7 sera toujours bizarre puisqu'artificiel, simulé et non optique donc.
Il s'agit d'un subterfuge, d'une imitation.
Ça n'enlève pas l'intérêt de cette trouvaille qui rendra peut-être certaines photos moins plates.

avatar nicoplanet | 

J'ai vu quelques vidéos en basse lumière et coucher de soleil par exemple. Les comparaisons avec le 6s (Plus) mettent le 7 (Plus) clairement au dessus dans la gestion des couleurs et des contrastes clairs / obscures.

L'exemple de cette vidéo est intéressant je trouve : https://youtu.be/d5ZOpQ5o2Ns

J'ai tendance à vous trouver durs dans ce test. Il y a des avancées dans la gestion de la lumière et des couleurs qu'il faut souligner.

avatar Mac_Gay | 

Pourrait-on avoir des modèles plus sexy svp? Pas de beaux gosses dans votre entourage?

avatar Chanteloux | 

Macgé, pourquoi vous faites-vous complice des mensonges marketing et manipulatoires d'Apple? Le 7plus a deux objectifs, comme vous le dites au début: un grand angle et un objectif normal. Il n'a pas de téléobjectif, un point c'est tout! Alors???.....

avatar Chanteloux | 

Bon. C'est Apple. On s'occupe de tout, ne cherchez pas à comprendre, peseź sur clic et tout ira bien. L'apprentissage de l'ignorance quoi. C'est pas de la photographie, c'est du jouet pour enfant un peu demeuré, et tenant à le rester.

avatar Chanteloux | 

Un petit mot pour Anthony. Article super précis et scientifique, travaillé au boutte. Une frustration cependant: serait-il pertinent, intéressanr, serait-ce ou non dans votre mandat de voir les choses d'un peu plus haut? C'est pas innocent ce que fait Apple, ça participe de la construction, à long terme bien sûr, d'un nouvel être humain: ignorant, passif et heureux sans trop savoir comment, donc potentiellement soumis et manipulable: le client révé pour Apple, et pas seulement elle... c'est le contraire de l'apprentissage, du développement personnel, bref, à la limite, je dis bien à la limite, c'est la fabrication des cons...
Il manque une chose à cet appareil: qu'il se déclenche automatiquement, quand qq regarde l'objectif par ex... peser sur le déclencheur, c'est encore trop d'autonomie!

Je préfère mon Canon, ou mon Nikon, que les téléphones intelligents (à la place de l'intelligence de l'utilisateur, devenue inutile) sont en train de tuer à petit feu.

avatar feefee | 

@Chanteloux :

"Je préfère mon Canon, ou mon Nikon, que les téléphones intelligents (à la place de l'intelligence de l'utilisateur, devenue inutile) sont en train de tuer à petit feu."

Ben moi j'ai du mal à comprendre comment autant d'intelligence te fait faire des conclusions aussi debiles que ce que tu viens de nous pondre .
Il y a tellement d'exemples autour de nous depuis des années que tu utilises probablement et qui te rendent service juste parce que tu ne te préoccupes, a juste titre, que du résultat et parce que ce n'est pas une passion.
On a tous nos priorités , nos passions , ce qui n'empêche pas de vouloir produire facilement des choses impossibles auparavant .
C'est tellement évident et simple que de te voir exagérer tes conclusions jusqu'au ridicule me fait peur pour toi :-)

En fait l'ordinateur lui même est le fruit de tout ce que tu condamnes .
C'est assez navrant que tu ne mettes pas à contribution toute cette intelligence pour faire de vraies analyses et pas juste des flatulences anti Apple de base .

avatar jean_claude_duss | 

"Ben moi j'ai du mal à comprendre comment autant d'intelligence te fait faire des conclusions aussi debiles que ce que tu viens de nous pondre ."

--> j'avoue que j'aurai eu du mal à mieux résumer ma pensée que avec tes mots... tu lis en moi ;-)

C'est souvent le fruit de pseudo photographes beaucoup plus fan de technique et de matos que d'image en elle même.
Ils savent citer le nombre d'images par secondes de tout les boîtiers du marcher mais connaissent rarement les images célèbres des grands photographes.
Leur phrase type, leur "un pour tous, tous pour un" c'est de dire : "avec mon smartphone de fais des photos, avec mon DXXX (a remplacer par un Model d'appareil cher) je fais de LA photo".

avatar Manubzh | 

@jean_claude_duss :
Quel est le rapport ?

avatar françois bayrou | 

A une époque on appelait ça des techno-beaufs

La miniaturisation aidant, c'est une espèce vouée à disparaitre…

avatar Manubzh | 

@feefee :
Tu peux voir quelqu'un avoir une critique développée avec pleins de bons sens (en plus donnée par quelqu'un qui a l'air de s'y connaître) sans lui rentrer dedans toi !
Ce qu'il a dit est la stricte vérité.

Ca te touche tant que ca qu'on critique la pomme ? Tu as des actions ?
Ou bien tu manques de personnalité sans aucun doute.
Il serait temps de te remettre en question et d'accepter de voir la critique comme une volonté de vouloir faire avancer les choses.

Heureusement que tout le monde n'est pas comme toi, on marcherait sur la tête

avatar feefee | 

@Manubzh :

"sans lui rentrer dedans toi !"

Je rentre toujours dans ceux qui ont des propos extrêmes .
TOI du moment que c'est contre Apple , tu dis amen , tu applaudis , sans te préoccuper du fond .

avatar feefee | 

@Manubzh :

"Ou bien tu manques de personnalité sans aucun doute."

Voilà bien le résumé de ceux qui , comme toi , pensent qu'ils sont différents , réfléchis , rebelles , juste parce qu'ils critiquent Apple .. quelle mascarade :-)

avatar huexley | 

Bientôt il suffira de dire Siri prends une photo ! Ton poste est certes cruel mais très beau.

avatar Moumou92 | 

@Chanteloux :
Scientifique? J'ai beaucoup rigolé... je ne voit pas de science la dedans... juste beaucoup de bruit sur un photophone...

avatar Horfilas | 

@Chanteloux :
Donc si on a juste envie de faire de jolies photos sans devoir apprendre à utiliser et maîtriser un reflex, on est un débile qui n'utilise pas son intelligence ?
On peut vouloir utiliser son intelligence pour autre chose, pour des choses qui nous semblent plus intéressantes. Nous ne sommes pas tous passionnés par la photographie et on a le droit de juste vouloir de jolis souvenirs sans se prendre la tête. Si les smartphone permettent de le faire, pourquoi pas ?
Je comprends le fond de ta pensée et le fait que nous sachions faire de moins en moins de choses du fait de l'industrialisation et de l'informatisation de la société. Cependant je ne pense pas que pointer du doigt Apple soit très pertinent.
Tu dois sûrement, toi aussi, utiliser des objets ou des services qui te facilitent la vie.

avatar sachouba | 

Apple a repris les techniques de bokeh apparues il y a deux ans sur smartphone et n'en a même pas supprimé les défauts... Les appareils disposant d'un seul capteur font aussi bien sur ce point !

avatar Horfilas | 

@sachouba :
Apple c'est vraiment trop de la daube qui a trois siècles de retard. Heureusement que les constructeurs de smartphones sous Android (qui n'ont même pas les compétences de pondre un OS) sont là pour innover et montrer la voie.
J'ai un scoop pour toi, Nokia faisait des appareils qui pouvaient recevoir et émettre des appels bien avant l'arrivée de l'iPhone. C'est trop des loosers et des suiveurs chez la Pomme.
Hâte de lire ton prochain troll...

avatar JLG01 | 

Je sais que c'est une habitude de parler en focale, mais cette référence à l'argentique est fausse depuis l'avènement du numérique compte tenu de la taille des capteurs.
L'angle de champ est totalement différent, ainsi le "grand-angle de 22" numérique correspond souvent à une focale standard de 58 en argentique en termes d'angle de champ.
D'ailleurs les photos prises pour cet article le montrent assez bien.
Ne serait-il pas préférable de parler d'angle de champ plutôt que de focale?

avatar yoli | 

L'article ne parle pas du mode RAW annoncé par Apple (sous forme de DNG d'Adobe je crois) qui permet enfin de récupérer les données capteur brutes avec une profondeur supérieure aux 8 bits du JPEG. Etant donné la cuisine effectuée entre les deux capteurs, je vois mal comment un mode RAW pourrait s'appliquer à l'iPhone 7 Plus. Merci de fournir des précisions si vous en avez.

avatar Ast2001 | 

Je n'y avais pas pensé du tout et c'est une excellente question. J'imagine qu'il y a deux fichiers RAW.

avatar yoli | 

si c'est le cas alors on perd l'avantage de la combinaison des images. Ce qu'il aurait fallu faire, c'est générer de façon optionnelle un fichier (un tiff par exemple) en sortie de la combinaison des images. Il est stupide de sortir des images tronquées en 8 bits alors que le capteur doit faire des acquisitions en 10 voire 12 ou 14 bits.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR