iPod et DRM : le procès à 350 millions de dollars contre Apple

Mickaël Bazoge |

Le verrou numérique FairPlay, abandonné pour les morceaux musicaux vendus sur iTunes à partir du printemps 2007, continue de hanter Apple. La juge Yvonne Gonzales Rogers a donné son feu vert au procès qui confrontera le constructeur de Cupertino à des plaignants accusant la société d'avoir utilisé son DRM pour « enfermer » les consommateurs dans le jardin fermé d'iTunes et de l'iPod et surtout, d'avoir profité de cette situation pour maintenir des prix élevés. Les faits reprochés à Apple courent entre 2006 et 2009, et les plaignants réclament pas moins de 350 millions de dollars de dédommagements.

Le dossier prend ses racines en 2004, quand Real met au point avec Harmony une technologie « imitant » le DRM FairPlay. De fait, les morceaux achetés dans la boutique musicale RealPlayer pouvaient être lus sur un iPod (lire : Harmony, pomme de la discorde). Un jeu du chat et de la souris entre Apple et Real s'en est suivi, le premier mettant à jour iTunes pour casser le « pont » de Real, le second mettant à niveau Harmony pour assurer la compatibilité avec les nouvelles versions d'iTunes. La Pomme mit fin à Harmony avec iTunes 7.0, sorti en 2006. Rappelons qu'à l'époque, l'industrie de la musique exigeait l'apposition de DRM sur la musique numérique.

C'est cette version d'iTunes qui est au cœur de la poursuite intentée par les plaignants contre Apple. Ils estiment que les mesures anti-Harmony mises au point par le constructeur de Cupertino ont eu pour effet d'obliger les utilisateurs à graver sur un CD la musique achetée sur la boutique de Real pour pouvoir importer ensuite les morceaux (en MP3, par exemple), lisibles sur iPod. L'environnement clos d'iTunes a généré des coûts certains pour les consommateurs souhaitant passer à une autre plateforme. Du côté d'Apple, on argue qu'il n'existe aucune preuve que le constructeur ait pris en compte le système Harmony (à l'époque, Real occupait 3% du marché de la musique en ligne) pour fixer les prix de ses iPod.

Les avocats de la Pomme ne sont pas parvenus à exclure du débat le témoignage d'un expert selon lequel Apple maintenait des prix élevés sur ses produits musicaux. L'ancien juge en charge du dossier, James Ware, avait tranché en faveur d'Apple dans la version initiale de la plainte, évitant au constructeur le procès. Mais la nouvelle plainte centrée autour d'Harmony, logée en 2010 et instruite par Yvonne Gonzales Rogers, a eu plus de chance. Le procès s'ouvrira le 17 novembre à Oakland en Californie, à moins que les avocats d'Apple arrachent une entente à l'amiable avant le début des auditions.

Source
avatar CorbeilleNews | 

Super mais dommage que l'on agisse toujours quand le mal est fait et qu'il soit trop tard : autre exemple : avec les hommes politiques ...

avatar frankm | 

@CorbeilleNews :
Pour les politiques véreux il y a la guillotine. Ne resterait que ceux qui pensent vraiment au bien de leur pays. Sans doute aucun !
Sinon pour moi les morceaux iTunes fonctionnent partout

avatar Bigdidou | 

@frankm :
Il n'est ici ni question d'hommes politiques, ni de morceaux de musique actuellement achetés sur iTunes qui ne se liraient pas partout.
Tu aurais dû en profiter pour donner ton avis sur le prix du kilo de bananes.

avatar Mrleblanc101 | 

Mais Apple a complètement révolutionner le monde de la musique numérique avec iTunes ! C'est ce qui a permis d'acheter des chanson a l'unité et de grandement réduire le prix de la musique... C'est totalement illogique comme poursuite puisque iTunes a presque détruit le monde de la musique matérialisée et ses profits mirobolants

avatar Bruno de Malaisie | 

@Mrleblanc101 :
Bien entendu
Mais c'est Apple
Le buzz, tout ça !!....

avatar trolloloI | 

Bah voui c'est apple qui à mis au point napster, kazaa et compagnie, c'est bien connu.

avatar Yohmi | 

Pauvres clients obligés d'acheter…

avatar showbiz787 | 

Faut bien faire tourner la machine a fric judiciaire les avocats les juges qui se pavanes en yacht a st trop

avatar showbiz787 | 

@showbiz787 :
Sorry pour les fautes

avatar trarzopir | 

Pauvres gens ! Devoir graver un CD ! Quelle souffrance ! Que justice soit faite !

avatar Matgamer | 

@trarzopir :
Les dédommagements c'est pour les CD ? Parce que 350 millions de dollars ça en fait des CD....

avatar K0rb3n_d4ll4s | 

Realplayer, que de vieux souvenir lol

avatar benm74 | 

350 millions de dollars Pfff c'est du fout âge de gueule je pense pas que tous les clients réunis ait payé 350 millions de contenu en tout ... A moins que ce soit pour le salaire des avocats .....

Et pis si c'était trop cher ils avaient qu'à télécharger sur internet, transférer des cds ou sur Youtube en vevo et c'est tout fait arrêter le délire la... !

avatar henpat | 

Les pauvres utilisateurs n'y sont pour rien, ils ont le droit de faire exécuter la loi, ce qui n'est pas synonyme de faire justice!

avatar pacou | 

De mémoire c'est un mauvais procès fait à Apple.
Il me semble que cette histoire de DRM était une condition imposée par les "majors" pour laisser Apple distribuer la musique.
Apple a tout naturellement imposé son système sur sa boutique en ligne, à lire sur son matos. Cette contrepartie ne me paraît pas exorbitante. Pour lire cette musique il suffisait donc d'avoir iTunes. Le seul point négatif c'est qu'il n'y a pas iTunes sur Linux and co.
Une fois que iTunes a fait le poids, ils ont supprimé les drm et permis de tout retelecharger sans drm.

avatar phantoom | 

@pacou

Les morceaux achetées sur itunes n'étaient lisibles que sur Ipod ou itunes.

Ce qui reviens a dire qu'une fois les morceaux achetés sur itunes, t'était obligé de rester sous peine de perdre toute ta collection.

Ensuite arrive ta phrase:

"Une fois que iTunes a fait le poids, ils ont supprimé les drm et permis de tout retelecharger sans drm."

Une fois que la concurrence avait été étouffé, il ont laché du leste. M'est avis qu'ils on utilisé un brevet de Microsoft sur la gestion de la concurrence...

CONNEXION UTILISATEUR