Google utilise ses données de géolocalisation pour suivre le confinement dans le monde

Nicolas Furno |

Google possède probablement la plus grosse base de données des déplacements réalisés par l’humanité. Tous les smartphones Android sur la planète ainsi que tous les iPhone qui utilisent au moins l’un de ses services transmettent régulièrement leur position. Cette immense connaissance est mise à profit pour suivre les effets du confinement lié au coronavirus dans quasiment le monde entier (il manque notamment la Chine, où les services de Google sont complètement absents).

Le géant de la recherche vient ainsi de publier les « COVID-19 Community Mobility Reports », une collection de rapport sur l’évolution des déplacements pour chaque pays du monde. Le dernier rapport pour la France est disponible à cette adresse, par exemple. Pour chaque pays, Google a établi tout d’abord une valeur de référence de fréquentation de certains lieux : magasins et pharmacies, parcs, restaurants et autres lieux de commerces de loisir, stations de transport en commun, lieux de travail et lieux de résidence. Cette valeur a été mesurée sur une période de cinq semaines, entre janvier et février 2020.

Le rapport donne ensuite la différence entre cette valeur de référence et les mesures effectuées par Google depuis le 16 février 2020. En fonction des pays, les mesures de confinement ont commencé plus ou moins tôt, mais en France, on voit très nettement la rupture du 17 mars, début du confinement pour nous. Google présente les variations globales, puis région par région. Sur toute la France, la fréquentation des lieux de loisir a baissé de 88 %, les parcs de 82 %, les transports publics de 87 % et même les commerces essentiels et pharmacie ont vu leur fréquentation baisser de 72 %, après un pic très net juste avant le confinement.

La baisse ou l’augmentation en France de la fréquentation de certains lieux, constatée par Google.

Google a aussi constaté une baisse de la fréquentation des lieux de travail et une augmentation de la fréquentation du domicile, mais pas dans des proportions similaires : 56 % de moins et 18 % de plus respectivement. C’est probablement parce que ce ne sont pas des lieux publics clairement identifiés par l’entreprise, et que ces données dépendent des valeurs renseignées volontairement par ses utilisateurs dans Google Maps. L’échantillon est de ce fait peut-être moins représentatif.

Le rapport pour la Belgique ou celui de la Suisse sont très proches, confinement oblige. En revanche, on voit très bien la différence pour les pays qui ne sont pas passés en confinement complet comme les États-Unis, où les baisses sont nettement moins significatives. Google proposera régulièrement des mises à jour de ces rapports pour suivre l’évolution du confinement. On estime que la moitié de l’humanité est actuellement confinée.

Les données de géolocalisation sont sensibles naturellement, mais la firme indique avoir tout fait pour préserver l’anonymat de ses utilisateurs. D’une part, seuls ceux qui ont activé l’historique de localisation sur leur compte Google1 ont servi à établir ces données, ce qui ne représente qu’une partie des utilisateurs. D’autre part, seuls les comptes suffisamment actifs pour ne pas être identifiés ont été conservés pour le rapport final. Si vous bougez très peu, vous pouvez plus facilement être isolés et suivis et vos informations ne devraient pas être exploitées pour ces rapports.


  1. Vous pouvez vérifier si c’est votre cas à cette adresse, et supprimer l’historique si vous le souhaitez.  ↩


avatar Biking Dutch Man | 

@Furious Angel

Rien n’empêche de demander aux utilisateurs s’ils sont d’accord pour un temps limité, je pense que bcp de monde dirait oui, c’est l’effet d’aubaine qui scandalise et les positions de monopole. L’opérateur/service internet est l’administrateur de vos donnés pas le propriétaire, même s’ils agissent et font tout pour faire croire le contraire!

avatar Ali Baba | 

« D’autre part, seuls les comptes suffisamment actifs pour ne pas être identifiés ont été conservés pour le rapport final. Si vous bougez très peu, vous pouvez plus facilement être isolés et suivis et vos informations ne devraient pas être exploitées pour ces rapports. »

Donc en gros, si tu restes confiné t’es pas compté ? 🤔

Ça fait un énorme biais 😦

avatar Furious Angel | 

@Ali Baba

Ouais et j’ai du mal à comprendre ce que veut dire un compte « suffisamment actif pour ne pas être identifié ».

Si quelqu’un a une explication je suis preneur ^^

avatar Nicolas Furno | 

@Ali Baba

Je pense qu’ils ont établi ces profils à partir des données de base, mesurées avant le confinement.

Et tu peux aussi bouger beaucoup, mais toujours aux mêmes endroits régulièrement, cela reviendrait au même.

avatar ClownWorld 🤡 | 

J’ai pas payé ma dernière facture mobile et ils ne m’ont pas coupé ma ligne: on est surveillés!

avatar mat16963 | 

Petite précision, en Suisse nous ne sommes pas vraiment en confinement : la population est appelée à ne pas effectuer de déplacement inutiles, les lieux de loisirs sont fermés tout comme les commerces non essentiels. Les commerces essentiels quant à eux, ont des normes très strictes avec des marquages au sol pour le respect des distances de sécurité, la désinfection des mains, etc. Cependant, il n'y a pas d'attestation dérogatoire comme en France notamment, et surtout il est permis de sortir de chez soi, tout en faisant preuve de bon sens et en ne dépassant pas le nombre de 5 personnes en groupe, seul cas où des amendes peuvent donc vraiment être distribuées à la population.

Et pourtant les résultats sont quand même assez proche... comme quoi...

avatar ech1965 | 

"Si vous bougez très peu, vous pouvez plus facilement être isolés et suivis et vos informations ne devraient pas être exploitées pour ces rapports."
C'est dommage comm bias, c'est ceux-là qui sont le plus utiles à la non prolifération de l'épidémie

Pages

CONNEXION UTILISATEUR