Test de deux stylos-stylets pour iPhone et iPad

Anthony Nelzin-Santos |

Apple n'est pas du tout dans le camp des supporters du stylet : c'est précisément le refus de ce bout de plastique plus facile à perdre qu'à utiliser qui a permis la création de l'iPhone et de l'iPad. Le stylet, pourtant, conserve toute sa pertinence, pour l'écriture rapide de notes, l'annotation de documents, le dessin. De nombreux stylets pour écrans capacitifs sont aussi des stylos : ils fonctionnent aussi bien sur un écran que… sur du papier. Pratique ? Utile ? La réponse dans notre test !

Le principe
Les bons vieux stylets des PDAs et des premiers téléphones « tactiles » étaient de bêtes bouts de plastique — un capuchon de stylo-bille fonctionnait par exemple parfaitement. Ces appareils utilisaient en effet des écrans résistifs, sensibles à la pression (la pression entraîne le contact des deux parties conductrices de l'écran, le point de contact est détecté de manière logicielle).

Avec les écrans capacitifs comme ceux de l'iPhone et de l'iPad, les choses sont un peu différentes : la dalle de verre est parcourue par une trame constituée d'un métal rare, l'indium, accumulant les charges électriques. Lorsque vous posez votre doigt, ces charges sont transférées : le logiciel détecte le point de contact en suivant le déficit de charges, et détecte la pression et mesurant la taille du point de contact (plus vous appuyez fort, plus vous posez votre doigt).

Les stylets pour écrans capacitifs doivent donc pouvoir capter ces charges, ou au moins provoquer une perturbation dans le champ électrique : essayez, une simple pile peut faire office de stylet capacitif. Il existe plusieurs types de stylets pour écran capacitifs, qui se basent sur ce principe, mais la plupart sont composés d'un corps en métal (transmettre les charges), et d'une « pointe » en matière caoutchouteuse plus ou moins épaisse, parfois soutenue par de la mousse (détection de la pression). Ce ne sont pas les stylets les plus précis, mais ce sont les plus pratiques et les moins chers.

Les deux stylets que nous testons aujourd'hui reprennent cette construction, mais servent aussi de stylo à bille. L'idée n'est pas bête : on ne perd rien plus rapidement qu'un stylo — à moins qu'il ne s'agisse d'avoir toujours sur soi son stylet, comme on a toujours sur soi un stylo. Ces stylets fonctionnent avec tous les types de dispositifs tactiles capacitifs (iPhone, iPad, autres smartphones et tablettes à écran capacitif, trackpads récents, etc.). La partie stylo utilise des cartouches compatibles Parker.

Kensington Virtuoso Touch
Le stylet-stylo Virtuoso Touch de Kensington est extrêmement classique : c'est un tube métallique d'un demi-centimètre de diamètre, avec une finition matte légèrement granuleuse disponible en noir ou en gris, suffisamment léger pour ne pas peser, suffisamment lourd pour qu'on le sente. Rien à redire donc sur la qualité et la solidité.

Derrière son capuchon se trouve un stylo : il est compatible avec les cartouches Parker. C'est heureux, d'ailleurs : la cartouche fournie par défaut est d'une qualité exécrable. Attention cependant : certaines cartouches « compatibles Parker », légèrement plus courtes ou légèrement plus longues, ne passeront pas forcément dans ce stylet (c'est par exemple le cas des cartouches Fisher Space Pen).

Un stylo moyen donc… et un stylet moyen aussi. Avec son Bamboo Touch, Wacom a fait le choix d'une « pointe » plutôt fine soutenue par une mousse. Résultat, précision et contrôle de la pression sont au rendez-vous. Ici, Kensington utilise la construction classique avec une « grosse pointe » en silicone soutenue par… rien d'autre que de l'air. Le tracé est moins précis, le contrôle de la pression plus grossier.

Peut-on pour autant le reprocher à ce stylet ? Non, tout le monde fait pareil, parfois pour moins cher, mais souvent pour plus. Ne boudons pas notre plaisir donc : ce stylet offre une plus grande précision que le doigt, et permet de prendre rapidement des notes manuscrites ou de gribouiller, voire même de dessiner.

iChic Gear Calligrapher Prestige Dual Function Stylus
Avec son Calligrapher Prestige Dual Function Stylus (ouf !), iChic Gear prend un parti-pris bien différent : au lieu de mettre un stylo dans un stylet, la société suisse a mis un stylet dans un stylo. Son apparence est on ne peut plus classique, avec une forme favorisant une prise en main agréable.

C'est un stylo-stylet plutôt lourd : amateurs de stylos légers, passez votre chemin. iChic Gear a fait le choix de ne pas utiliser des cartouches Parker, privilégiant des cartouches très fines. L'autonomie sera sans doute limitée, mais des cartouches supplémentaires sont fournies : de quoi perdre son stylo avant de venir à bout des recharges. L'écriture est somme tout plutôt agréable vu le prix.

Cette forme de stylo favorise l'utilisation comme stylet : même si la construction est encore une fois très sommaire, on retrouve le plaisir d'écrire avec un objet qui est un instrument conçu pour cette tâche plutôt qu'un bête tube de métal. Pour retrouver des « sensations papier », il faut utiliser des applications adaptées : Noteshelf ou Writepad sortent du lot.

Si ce stylo-stylet se distingue lorsqu'on l'utilise pour écrire, il s'en sort moins bien pour le dessin. Lourd, il ne favorise pas la fluidité du trait, ni sa précision. Dans ce domaine, le Kensington s'en sort mieux : l'un est plus stylo, l'autre est plus stylet, les deux se complètent plus qu'ils ne s'opposent.

Utile ?
Sans même entrer dans le débat de l'utilité du stylet à l'heure du tactile capacitif multipoint, on peut se demander si cette approche hybride possède un intérêt, ou si elle n'est pas qu'un élément de différenciation — et donc un argument de vente — dans un marché lisse et saturé. Les prix de ces deux stylets restent cependant dans la moyenne : difficile donc de faire la fine bouche.

Le côté stylo de l'hybride de chez Kensington est accessoire : il est d'abord et avant tout un stylet, et un stylet tout à fait commun. Au contraire, l'hybride de chez iChic Gear est un bon stylo-bille, mais un stylet moins polyvalent. On pourra donc choisir entre les deux sans y regarder à deux fois.

Mais pourquoi privilégier ces hybrides, alors que d'autres stylets simples sont parfois moins chers ? Peut-être pour une raison pratique : si vous avez votre stylo sur vous, vous avez aussi votre stylet. Et vice-versa. Et vous aurez donc toujours sous la main de quoi prendre des notes, sur papier ou sur écran tactile. On a vu moins pratique, et moins utile.


avatar Jec | 
J'ai acheté un Bamboo qui est très bien (mis à part le fait qu'on ne puisse pas protéger la pointe) et aussi un Hardcandy (la pointe est protégée mais il est lourd). Le principal reproche que je fais à tous les stylets est l'impossibilité de pouvoir changer la pointe en cas de détérioration et qu'il faille repasser à la caisse. J'en ai fait les frais.
avatar ericb2 | 
Il me semblait que Wacom avait annoncé la disponibilité prochaine de la pointe en pièces détachées.... Peut-être n'est-ce qu'une question de temps....
avatar The Verge | 
??? Bien sûr que si, tu peux changer la pointe sur ton stylet. Je l'ai fait pas plus tard que la semaine dernière. Mines commandées directement chez Wacom (sur leur site, y'a un onglet e-commerce) : 5 ou 6 euros les 5 mines. Pour enlever la mine, petite pince ou simplement avec les dents. Tirer et remplacer. Pour pas perdre les mines, mets-les dans le socle du stylet. J'en profite pour dire qu'il est impossible de dessiner précisément sur un iPad. Pourtant, vu le prix, ce serait vraiment chouette d'avoir un "mini-intuos" avec stylet PRECIS et non pas un gros bout en caoutchouc.
avatar whocancatchme | 
Question idiote : et ça n'abime/raye pas les écrans ça ?
avatar Moscow | 
Perso , j'ai opté pour le Dagi p503 ( j'ai même recu 1 P501 en cadeau en commandant directement chez le fabriquant) Je n'ai pas testé les modèles de l'article mais je suis très content de mon achat. Ca me sert aussi bien dans la prise de note que pour le dessin....C'est à mon avis 1 alternative à envisager !
avatar florianhenna | 
Bof... Franchement déçu par le Bamboo, surtout pour plus de 29 €. Sachant que je n'ai acheté et donc essayé que celui-là, présenté comme le meilleur, je n'ose imaginer les autres... À moins d'un conflit d'intérêts de ceux qui le présentent comme tel. Mais ça m'étonnerait, car jamais eu de doutes sur l'objectivité des articles de MacGé jusque-là.
avatar Oh la belle Pomme | 
J'ai acheté ce genre de stylet et je suis aussi assez déçu. J'ai plus l'impression d'avoir un gros marqueur qu'un stylet (la pointe est vraiment trop grosse pour moi. Je trouve que cela manque de précision). Je rêve d'une pointe comme sur votre photo (avec le Newton).
avatar voodoo10 | 
L'écran des iDevice sont "fait" pour détecter des point de contact sensés être des doigts. Un doigt faisant rarement 0,5 mm il n'est pas possible de reproduire la surface de contact d'un doigt humain moyen avec un stylet et une mine pointu.
avatar re12 | 
@Anthony : Tu peux nous donner un lien STP?

CONNEXION UTILISATEUR