Fermer le menu

sfr

Toute l'actualité sur sfr

SFR : vers une fusion Joe Mobile et RED au profit de Virgin Mobile ?

| 22/02/2015 | 17:00 |  

Quel avenir pour Joe Mobile ? L’opérateur virtuel, filiale de SFR chez qui il emprunte son réseau mobile, est un cas un peu à part dans le paysage français des télécoms. Il offre en effet au travers de son « cockpit » un moyen original de gérer sa consommation voix et données, à des prix équivalents aux opérateurs low cost du marché. Moins exposé médiatiquement que d’autres MVNO, Joe Mobile n’a plus vraiment fait parler de lui ces derniers mois, que ce soit en termes de publicité, de marketing, voire de promotions tout court : la « cagnotte » Joe Mobile, qui via un jeu de parrainage permet de gagner des crédits, n’a plus fait parler d’elle depuis décembre dernier.

La rumeur enfle d’une disparition pure et simple de Joe Mobile : SNBL, la société qui opère le MVNO, a été radiée le 31 décembre dernier sans fleurs ni couronnes, pour être intégrée à SFR. Patrick Drahi, patron de la holding Altice qui détient SFR et donc les filiales de l’opérateur au carré rouge, pourrait avoir la volonté de réunir sous une même bannière les différentes offres de Joe Mobile, de RED (la branche low cost intégrée à SFR) et de Virgin Mobile, racheté en juin dernier par Altice (lire : Et si Patrick Drahi arrêtait SFR RED, Virgin Mobile et Joe Mobile ?).

Virgin Mobile organise d’ailleurs, le 25 février, un événement dont on ignore encore tout. À cette occasion, Altice annoncera t-il le grand soir des offres à bas coût de SFR ? D’après un de nos contacts, l’affaire est en tout cas pliée pour ce qui concerne Joe Mobile : la question n’est plus de savoir si, mais quand l’offre va disparaitre. Les clients Joe Mobile seraient invités à passer chez SFR avec à la clé une promotion. SFR opterait pour cette solution de l’incitation, moins pénible techniquement parlant (les bases de données de Joe et de SFR seraient difficiles à rapprocher).

Confirmation de l’intérêt très relatif porté par SFR à son trublion : l’offre Joe Mobile n’a jamais été plus valorisée que cela, d’après notre source. Néanmoins, un des community manager de Joe Mobile...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Patrick Drahi veut toujours mettre le grappin sur Bouygues Telecom

| 18/02/2015 | 12:30 |  

Patrick Drahi veut les pleins pouvoirs sur SFR. Après l’acquisition de 60% de l’opérateur au carré rouge l’an dernier pour la somme de 13,2 milliards d’euros, Altice — la holding de Drahi — souhaite maintenant acquérir les 20% détenus par Vivendi. L’ancienne maison-mère de l’opérateur avait conservé cette participation, qui pourrait donc passer entre les mains d’Altice pour 3,9 milliards d’euros. Une « offre ferme » financée pour moitié par un programme de rachat d’actions réalisé par le groupe Numericable-SFR, et pour l’autre moitié par Altice. L’opération d’acquisition de ces 20% doit encore être validée par le conseil de surveillance de Vivendi, qui prendra une décision le 27 février.

Altice continue de s’endetter pour financer ses nombreuses acquisitions (Portugal Telecom a coûté 7,4 milliards). Et la holding ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Déjà propriétaire de SFR et de Virgin Mobile, Patrick Drahi aurait toujours des vues sur Bouygues Telecom. La rumeur n’est pas nouvelle (elle était apparue en novembre dernier, lire : Après SFR, Altice s'intéresse à Bouygues Telecom), et elle rebondit de temps à autre.

Ce lundi, Bloomberg indiquait qu’Altice se préparait à un « possible rachat » du troisième opérateur français. Une acquisition qui pourrait coûter 8 milliards d’euros, mais qui a été démentie le même jour par un porte-parole de Bouygues. « Aucune négociation n’est en cours », a-t-il affirmé, avant d’ajouter que Bouygues Telecom faisait l’objet de « marques d’intérêt » de la part de tous les acteurs présents sur le marché. Toutefois, l’entreprise conserve les moyens de rester autonome et indépendante.

Du côté d’Altice, on pense que les autorités ne poseraient pas de barrières au rapprochement avec Bouygues. L’idée d’une consolidation du secteur à trois opérateurs a fait son chemin… mais peut-être pas chez les consommateurs qui profitent de la guerre des prix. En attendant de finaliser un dossier de rachat de Bouygues, Altice a deux autres problèmes sur les bras : les enchères pour les fréquences 700 Mhz qui se tiendront en décembre...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

SFR : la 4G+ maintenant à Marseille

| 12/02/2015 | 09:10 |  

Après Lyon il y a tout juste une semaine, SFR continue doucement d’amener le très haut débit mobile à ses abonnés. Pour peu que vous soyez dans une grande ville, vous devriez être servi rapidement, et c’est aujourd’hui au tour de Marseille d’y avoir droit puisque l’opérateur français annonce la disponibilité de la 4G+ dans la cité phocéenne. Il s’agit de la quatrième ville française à être couverte par le réseau LTE-Advanced de SFR.


Disponible sans surcoût avec un terminal compatible (vous pouvez y avoir droit avec votre iPhone 6, mais uniquement jusqu’à 115 Mbit/s, contre 187 Mbit/s théoriques), la 4G+ offre donc des débits plus importants si vous possédez un forfait Red 3Go, Red 5Go ou l’une des formules Carrées 4G.

> Accéder aux commentaires

Patrick Drahi impose une cure d'austérité à SFR-Numericable

| 11/02/2015 | 14:08 |  

Depuis l'acquisition de SFR par Numericable à l’automne dernier, on ne peut pas dire que le moral soit au beau fixe chez le deuxième opérateur français. Celui qui dispose encore de son carré rouge comme logo est le théâtre de nombreuses mesures d’économies engagées par son nouveau propriétaire, personnifié par le très pragmatique Patrick Drahi.

Patrick Drahi

L’homme d’affaires, qui a mis plus de 13 milliards d’euros sur la table, a lancé depuis quelques semaines une série de mesures visant à faire de grosses économies au sein de SFR. Comme l’expliquent Les Échos, on espère du côté d’Altice (la maison mère de Numericable) pouvoir faire 1,1 milliard d’économies par an.

Des réductions de coûts jusqu’à 80%

Et les mesures d’économies s’avèrent, semble-t-il, difficiles autant pour SFR que pour ses prestataires et fournisseurs divers. Le journal économique explique ainsi que SFR aurait demandé une réduction de 80% sur les tarifs de l’électricité auprès de Dalkia, une filiale d’EDF.

Mais le géant de l’énergie n’est pas le seul touché, et certains contrats auraient même été rompus de façon abusive. Sous couvert d’anonymat, certains fournisseurs expliquent la « violence » de ces mesures où « tout est renégociable, même des contrats déjà signés et en cours d’exécution ».

La façon de travailler a également dû évoluer au forceps : dès le début de l’année 2015, les chefs de projets ne pilotent plus les prestataires techniques et ont ordre de ne plus dépenser un centime. Le département informatique est dans le viseur de Patrick Drahi : avec un budget évalué à 400 millions d’euros par an, le président exécutif d’Altice veut le diviser par deux, si ce n’est plus. Il en va de même pour les centres d’appels qui sont victimes de demandes de réduction « conséquentes ».

Une méthode rêche

Cette volonté de rogner sur les coûts à tout prix se traduit logiquement par une ambiance particulière au sein de SFR, même si Numericable avait promis qu’il n’y aurait aucun licenciement dans les trois ans « sauf revirement économique imprévisible » expliquait-on à l’époque. Même s’il est résident suisse, cela n’empêche pas Patrick Drahi d’avoir les yeux sur tout. Nos confrères des Échos expliquent ainsi que la 76e fortune mondiale n’hésite pas à faire des allers-retours au siège de...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

SFR lance la 4G+ à Lyon

| 05/02/2015 | 17:30 |  

L’année 2014 de SFR n’a pas uniquement tourné autour de son rachat par Numericable puisque le second opérateur français a également pu compter sur le lancement de la 4G+ LTE-Advanced.

Le très haut débit mobile, qui a pu être mis en place grâce aux fréquences LTE 800 MHz et LTE 2600 MHz, avait ainsi fait son arrivée à Toulon et à Toulouse. Quelques mois plus tard, c’est donc au tour des abonnés lyonnais d’en profiter sans surcoût, à condition d’être équipés d’un smartphone compatible.


Si vous bénéficiez d’un iPhone 6 ou 6 Plus, le dernier mobile d’Apple peut en profiter, mais jusqu’au débit maximum de 115 Mbit/s (contre 187 Mbit/s maximum théorique pour la 4G+). Pour y avoir droit, vous devez posséder un forfait 4G parmis les formules Carrées ou RED.

Dans le même temps, SFR indique couvrir près de 225 000 foyers en fibre. Une performance rendue possible grâce à la fusion avec Numericable. Notons cependant que l’opérateur français est à la peine dans l’installation d’antennes 4G puisqu’il s’est fait quasiment doubler par Free Mobile au mois de janvier.

> Accéder aux commentaires

Nouveau forfait 20 Go en 4G chez SFR

| 20/01/2015 | 08:39 |  

SFR annonce une nouvelle formule Carrée qui place l'opérateur au niveau de Free, puisqu'elle comporte 20 Go de données 4G. La marque de Numericable ajoute au lot les appels et SMS/MMS illimités, les SMS illimités et 5 Go de données depuis l'Europe et les DOM, 100 Go de stockage dans le nuage de SFR Cloud, le service SFR TV, le MultiSurf jusqu'à 3 cartes SIM, plus 1 Extra. Sur le papier, l'offre est plutôt intéressante, mais pour en profiter il faudra être équipé d'une box SFR (ADSL ou fibre).

La formule Carrée 20 Go est proposée en série limitée (jusqu'au 31 mars) à 34,99 euros par mois pour les clients fixes de l'opérateur, qui ajoute une remise Multi-Pack de 10 euros, ce qui revient à 24,99 euros par mois.

SFR, que les dernières études qualitatives dépeignent comme l'homme malade du paysage de la téléphonie mondiale (lire : nPerf, ANFR : et le meilleur opérateur de la fin de l'année 2014 est…), a commencé à fusionner ses offres avec celles de Numericable en fin d'année dernière. À terme, il ne restera d'ailleurs plus qu'une seule marque, à savoir SFR.

> Accéder aux commentaires

SFR veut rattraper son retard sur la 4G

| 03/12/2014 | 09:40 |  

Désormais propriété de Numericable, SFR est en retard sur la 4G par rapport aux deux autres opérateurs historiques. Alors qu’Orange et Bouygues Telecom couvrent désormais plus de 70 % de la population, l’opérateur au carré rouge annonce dans un communiqué de presse qu’il couvre 50 % de la population. L’information la plus importante toutefois, c’est que l’entreprise entend « accélérer ses investissements » pour atteindre le seuil des 70 % d’ici la fin de l’année 2015.

Couverture 4G de SFR à l’heure actuelle — Cliquer pour agrandir

SFR insiste sur son avance historique et fait valoir qu’il était le premier opérateur à lancer la 4G pour les entreprises et le grand public, en 2012. L’opérateur insiste moins sur son retard, mais le retour des investissements est une bonne nouvelle pour ses clients. Une vingtaine de villes de plus de 50 000 habitants ont été ajoutées à la liste, parmi lesquelles Ajaccio, Limoges, Lorient ou encore Nîmes et Perpignan.

Les investissements de l’opérateur avaient été mis en pause avant l’acquisition de Numericable, mais le déploiement de la 4G devrait désormais en profiter. SFR annonce ainsi que le réseau de fibre optique du câblo-opérateur servira à alimenter les antennes 4G. Ajoutons que cela fait déjà plusieurs mois que SFR ajoute plus d’antennes que tous les autres opérateurs, ce qui est bien la preuve de son retour dans la course (lire : Les opérateurs réaccélèrent le déploiement de la 4G).

Par ailleurs, le déploiement de la 4G+ sur l’agrégation des fréquences 800 MHz et 2600 MHz devrait également s’accélérer. Pour l’heure, la 4G+ de SFR n’est disponible qu’à Toulon et à partir d’aujourd'hui à Toulouse, sans surcoût.

> Accéder aux commentaires

Bouygues et SFR commencent à mutualiser leurs réseaux

| 10/11/2014 | 15:00 |  

En toute discrétion, Bouygues Telecom et SFR ont concrétisé leur accord d’itinérance signé en début d’année et la mutualisation de leurs réseaux est même partiellement active depuis la fin de la semaine dernière, comme le rapporte le site Lowcostmobile. Quasiment une année a été nécessaire entre la signature de l’accord et cette mise en place, preuve de nombreuses difficultés soulevées entre temps.

Il faut dire que depuis la signature de l’accord, SFR est passé aux mains de Numericable et ce dernier ne voyait pas forcément d’un bon œil cet accord signé par les anciens propriétaires. Sans compter qu’Orange et Free Mobile étaient venus s’en mêler et il faut aussi ajouter que l’ARCEP avait mené sa propre enquête pour vérifier si cet accord n’allait pas offrir aux deux opérateurs un avantage trop important sur leurs concurrents (lire : La mutualisation entre SFR et Bouygues Telecom barrée d'obstacles).

Tous ces obstacles ont finalement été levés et l’accord a pu être mis en place, comme l’a confirmé Bouygues Telecom. Ne vous attendez pas toutefois à un accord aussi vaste que celui qui a été signé entre Orange et Free Mobile : il n’est pas question, pour les abonnés SFR d’accéder à l’intégralité du réseau de Bouygues Telecom, et vice-versa. Cet accord ne concerne que les zones géographiques les moins denses et les moins bien couvertes d’une part, et pour le moment, il ne concerne que les antennes 4G en 1800 MHz de Bouygues Telecom.

Malheureusement, il n’y a aucun moyen simple de savoir si vous bénéficiez de la 4G de Bouygues si vous êtes chez SFR. L’antenne est identifiée comme étant une antenne SFR, alors même que ce n’est pas le cas. Dans un cas toutefois, vous devriez voir un progrès : si vous avez un iPhone 5 (compatible en 4G uniquement sur la fréquence 1800 MHz), vous devriez pouvoir bénéficier de la 4G tout en étant chez SFR.

Pour l’heure, l’itinérance est réservée aux clients SFR qui peuvent bénéficier du réseau 4G LTE de Bouygues Telecom. À terme, l’accord signé entre les deux opérateurs sera plus large : l’itinérance devrait couvrir 57 % de la population et plus de 80 % du territoire. La mutualisation permettra de mettre en commun 11 500 antennes de SFR et de Bouygues Telecom et les deux opérateurs devraient même pouvoir retirer quelques antennes superflues au passage....

> Lire la suite et accéder aux commentaires

iPhone 6 : des livraisons traînent chez SFR

| 05/11/2014 | 12:45 |  

L'iPhone 6 et l'iPhone 6 Plus sont commercialisés depuis un mois et demi maintenant, mais certains consommateurs ne l'ont toujours pas entre les mains alors qu'ils avaient commandé rapidement. Des dizaines de clients de SFR font part de leur mécontentement sur le forum de l'opérateur. Dans un fil de discussions long de 183 pages, des clients déclarent attendre leur iPhone 6 depuis plusieurs semaines, la livraison étant continuellement repoussée.

Par exemple, l'un d'entre eux indique qu'il a commandé un iPhone 6 gris sidéral le 24 septembre, que la livraison a été repoussée au 3 octobre puis au 24 octobre et qu'il n'a toujours rien reçu à ce jour. Une situation d'autant plus agaçante que des iPhone 6 sont disponibles à quelques pas en boutique. Certains ont d'ailleurs annulé leur commande, avec parfois un peu de mal, pour aller chercher le téléphone en magasin.

Dans un message posté la semaine dernière, SFR indiquait qu'il avait « connaissance des problématiques liées à la sortie de ces nouveaux iPhone, cependant d'autres paramètres tels que les transporteurs ainsi que les stocks Apple peuvent entrer en jeu et créer du retard. » Nous avons contacté l'opérateur pour savoir si la situation avait évolué et mettrons à jour cet article avec la réponse.

Merci Pierre-Louis.

> Accéder aux commentaires

L'acquisition de SFR par Numericable autorisée par l'Autorité de la concurrence

| 27/10/2014 | 17:33 |  

Au terme d’un combat acharné entre Bouygues et Numericable au printemps dernier, Vivendi annonçait la vente de sa filiale SFR au câblo-opérateur. Quelques mois plus tard, il est temps désormais de passer à l’étape supérieure, en témoigne la décision de l’Autorité de la concurrence qui indique dans un communiqué qu’elle autorise « sous conditions » l'acquisition de SFR par Numericable.

crédit photo : Patrick Tournebeuf

Le câblo-opérateur appartenant au groupe Altice devra respecter plusieurs engagements, comme l’obligation « d’ouvrir son réseau câblé à ses concurrents » à des tarifs « excluants tout effet de ciseaux tarifaire ». Les opérateurs intéressés pourront ainsi en profiter sous « marque blanche » ou en « bitstream », avec la possibilité pour eux d’utiliser leurs propres box et interfaces.

En outre, Numericable devra également céder le réseau cuivre de Completel, sa filiale à destination des professionnels, et se séparer d’Outremer Telecom (téléphonie mobile et boutiques). Selon l’Autorité de la concurrence, cela permettra « l’émergence d’un nouveau compétiteur crédible ». Enfin, le groupe Altice s’engage à ne donner aucune information stratégique à Vivendi.

Ces différents engagements sont pris pour une durée de 5 ans renouvelables, gageons donc que Numericable aura à coeur de les respecter.

En sus de ces « contraintes », Numericable a également formulé quelques promesses, notamment en matière d’emploi puisqu’il a promis qu’il n’y aurait « aucun impact social négatif », ni de hausse des prix sur la 4G, tout indiquant qu’il se fournirait chez des fournisseurs français pour ses futurs équipements.

> Accéder aux commentaires

Pages