900 disquaires s’invitent chez vous

vincent absous |

Le service de musique en ligne de la Fnac était attendu de pied ferme par les internautes. L’agitateur qui fête en ce moment ses cinquante ans compte sur son image de marque unique dans l’Hexagone, sur sa chaîne de magasins pour s’imposer comme le rival de l’iTunes Music Store.

Le catalogue de FnacMusic riche de seulement 300 000 morceaux apparaît pourtant à première vue beaucoup plus alléchant que celui d’Apple. Au sommaire, on retrouve des exclusivités «made in france» comme sept titres inédits de l’inévitable Vincent Delerm, des artistes en vogue comme Archive ou Cali et des grands classiques comme Björk, Radiohead ou Pink Floyd.

Est-ce les liens privilégiés de la Fnac tissés depuis des années avec les maisons de disque ou une tarification plus souple ? Reste que le catalogue français semble bien pourvu. Autre point positif par rapport à iTunes, le contenu éditorial est nettement plus développé. On retrouve la sélection des disquaires, le top des chansons les plus vendues depuis 1960, des sélections de morceaux à écouter en fonction de votre humeur, des playlists d’artistes.... De bonnes idées que l’on retrouve en partie sur la version américaine d’iTunes mais dont on attend toujours qu’elles soient reprises par iTunes.fr.

FnacMusic propose plusieurs options de paiement. On peut acheter un morceau 0,99 € à l’unité (les avant-premières sont vendues 1,19 €), un album complet 9,99 €. On peut aussi utiliser une carte prépayée virtuelle (dix morceaux pour 9,90 €, vingt et un titres pour 19,80 €). Les adhérents peuvent eux s’offrir trente titres pour 29,70 € (la Fnac leur offre en plus trois téléchargements). Certains albums ne peuvent être achetés en une seule fois, mais seulement chanson par chanson, une chose non envisageable pour des disques de plus de 15 titres. Le service en tout cas échappe à l’écueil de la complexité tarifaire qui avait entraîné l’échec de DigiFnac, son prédécesseur.

À la différence de ce que propose iTunes ou Connect, FnacMusic ne repose pas sur l’utilisation d’un logiciel particulier, sauf pour ce qui est d’un gestionnaire de téléchargement dont l’utilisation n’est d’ailleurs pas obligatoire. Le parcours des rayons virtuels et le passage en caisse se font dans le navigateur (Internet Explorer 6). Pour le reste, l’interface du service ne diffère pas vraiment de ce que proposent les autres acteurs du marché et acheter sur FnacMusic, c’est un peu comme acheter sur n’importe quel autre service de téléchargement.

La page d’accueil met en évidence les nouveautés, les playlists, etc. Une barre latérale de navigation permet de se rendre directement dans les rayons particuliers. Certains ressentiront une impression de confusion. Finalement, en l’affaire, l’habitude prévaut. Cette page d’accueil n’est pas plus mal composée que celle des autres services et le choix des couleurs a au moins le mérite de n’être pas agressif. Un player est disponible. Il suffit de cliquer sur le bas de la fenêtre pour le faire apparaître. S’y affichent les pochettes et informations des morceaux qu’on est en train de préécouter.

On peut écouter un extrait de quelques secondes du morceau, ou, très bonne idée, une série d’extraits de chansons d’un même album ou d’une même playlist. Si on ne sait pas se décider, on peut ajouter le ou les morceaux à sa sélection. Une fois qu’on a fait son choix, on clique sur l’icône du téléchargement. Si l’on n’est pas inscrit, il faut alors suivre la procédure. Si l’on a déjà acheté sur Fnac.com, on rentre son identifiant et son mot de passe et le tour est presque joué : le téléchargement ne commence qu’après qu’on a passé plusieurs pages demandant l’identification et la confirmation qu’on a bien compris le contrat de licence (un défaut de jeunesse qui agace toutefois). On finit tout de même par pouvoir écouter la musique achetée.

À la différence d’iTunes, FnacMusic ne centralise pas dans une interface unique le music store et le juke-box qui permet d’écouter la musique. Pour cela, il faut lancer Windows Media Player. Le service utilise en effet le système de gestion des droits numériques développés par Microsoft. Les fichiers téléchargés (au format WMA protégé, encodé en 192 kb/s) ne sont donc lisibles que dans le player de Microsoft. Il faut d’ailleurs être connecté à Internet pour une première écoute du morceau acheté. WMP va vérifier que l’utilisateur possède bien les droits sur le titre. À partir de ce moment, on écoute autant de fois que l’on veut son morceau. En revanche, les restrictions sur le transfert et la copie sont plus importantes qu’ailleurs. On ne peut en effet graver un morceau qu’à sept reprises. Un même morceau ne peut pas être écouté sur deux PC. Surtout, on ne peut le transférer que cinq fois vers un baladeur. Cela peut vite devenir gênant, si l’on a l’habitude de jouer avec le contenu de son appareil.

Reste un gros point noir, qui entretient d’ailleurs une petite polémique : FnacMusic, par le choix du WMA, n’est pas compatible avec l’iPod, le baladeur le plus vendu au monde. La Fnac se défend en rejetant la faute et sur les maisons de disques qui lui ont imposé un niveau de protection très important des fichiers et sur Apple qui ne veut pas que son baladeur soit compatible avec le format sonore de Microsoft.

L’enseigne explique alors comment contourner cet écueil : il faut graver la musique achetée, l’importer ensuite aux formats MP3 ou AAC dans iTunes et la transférer enfin vers l’iPod. Bref, on perd franchement en souplesse et certainement aussi en qualité, puisque la musique achetée aura subi un certain nombre d’encodages successifs.

En tout cas, l'arrivée de FnacMusic marque l'entrée en lice sur le marché héxagonal d'un premier compétiteur français de poids. Malgré ses défauts de jeunesse, FnacMusic est prometteur. L'iTunes Music Store d'Apple a peut-être trouvé, en France, un challenger sérieux.


CONNEXION UTILISATEUR