Mauvaise cible

vincent absous |

La SACEM n'entend pas rester sur la touche. La société qui représente les auteurs-compositeurs et les éditeurs de musique ne veut pas laisser la SCPP et le SNEP (qui représentent les maisons de disques) occuper le terrain. Si jusqu'à présent elle avait privilégié une approche visant à sensibiliser les utilisateurs aux dangers du téléchargement pirate, elle change maintenant son fusil d'épaule. Dans une interview donnée à ZDNet, et signalée par Ratiatum, Catherine Kerr-Vignale (membre du directoire) explique que la SACEM adopte dorénavant une politique visant la répression. Elle aussi prépare des dossiers contre certains internautes qui se montrent trop gourmands sur les réseaux de P2P. Certes, l'approche moins violente qui consiste à envoyer des courriels d'avertissement et celle qui consiste à demander la suspension de la ligne Internet de l'indélicat ne sont pas abandonnées, mais l'action judiciaire semble avoir la cote à la SACEM. Pour Guillaume Champeau, de Ratiatum, elle ferait mieux de se retourner contre les acteurs de l'industrie du disque (il cite Universal) qui se refusent à signer l'accord qui prévoit qu'ils règlent, eux aussi, les droits d'auteurs. Bref, on est en effet en droit de se demander si la SACEM ne se trompe pas de cible et si ce sont bien les intérêts des artistes qu'elle défend en s'en prenant aux internautes.

CONNEXION UTILISATEUR