Promo : la serrure connectée Nuki 3.0 à 109 € (- 27 %)

Stéphane Moussie |

Voici un bon plan pour ouvrir la porte de votre maison avec votre iPhone plutôt qu'avec votre clé. La serrure connectée Nuki 3.0 est en promotion à 109 € chez Boulanger ainsi que sur Amazon, ce qui représente une économie de 40 € sur son tarif de lancement. Vous pouvez vérifier la compatibilité de votre porte sur le site du fabricant.

Cette serrure connectée qui fonctionne à l'aide de 4 piles AA est compatible avec HomeKit. Nous avons testé deux modèles de la marque qui nous ont pleinement satisfaits.

Test de la Smart Lock Pro 3.0 de Nuki : la serrure connectée qui a tout compris

Test de la Smart Lock Pro 3.0 de Nuki : la serrure connectée qui a tout compris

Test de la Nuki Smart Lock, une serrure connectée HomeKit

Test de la Nuki Smart Lock, une serrure connectée HomeKit

Par rapport à la version Pro 3.0 testée dernièrement, la Smart Lock standard 3.0 ne fonctionne qu'en Bluetooth. Si vous voulez ouvrir la porte à distance, il faut ajouter 100 € pour un Nuki Bridge qui permet de relier la serrure au Wi-Fi.

Lire les commentaires →

Nebo passe du côté obscur de la note

Anthony Nelzin-Santos |

Le bloc-notes Nebo, connu et reconnu pour son excellente reconnaissance de l’écriture manuscrite, adopte enfin le mode sombre. Vous pourrez griffonner avec votre Apple Pencil en pleine nuit sans plus craindre d’être ébloui par une page blanche. Restera à trouver l’inspiration pour blanchir la page noire.

Un document avec un fond coloré (à gauche), et en mode sombre avec une couleur de trait contrastante (à droite).

Après douze mois de révisions utilitaires, à commencer par la prise en charge de l’architecture Apple Silicon, l’entreprise nantaise MyScript explique avoir voulu répondre aux requêtes récurrentes des utilisateurs. Nebo propose huit couleurs d’arrière-plan, déclinées dans une version claire et une version sombre, qui permettent de différencier les projets d’un coup d’œil, ou simplement d’égayer le bloc-notes.

MyScript lève la confusion qui pouvait régner entre les différents types de pages, et distingue maintenant les notes des documents. Une note est une page infinie, un joyeux bazar où les annotations manuscrites côtoient les dessins, qui s’adresse particulièrement aux sessions de brainstorming. Un document est une page plus structurée, où les gribouillages se transforment en formes aussi géométriques que les lignes sur lesquelles on écrit.

Une note mêlant texte et image.

Le système lui-même reconnait l’écriture manuscrite, mais la technologie de reconnaissance de MyScript est d’une précision remarquable, au point qu’elle sait transcrire l’écriture hiéroglyphique des médecins dans 66 langues différentes. Tout l’intérêt de Nebo réside dans sa capacité à préserver le manuscrit, tout en permettant de copier-coller ou d’exporter la couche textuelle.

L’application est gratuite, mais propose trois achats intégrés pour débloquer des fonctions supplémentaires. L’ensemble des fonctions de synchronisation, d’importation et d’exportation, de recherche du texte, et d’enregistrement de dictionnaires personnalisés, vaut ainsi 7,99 €.

Lire les commentaires →

French Days : l'iPhone 11 dès 479 € chez Cdiscount

Stéphane Moussie |

Si Apple ne vend plus l'iPhone 11 depuis le lancement des 14 en septembre, les revendeurs en ont encore en stock et baissent même son prix. Cdiscount vend l'iPhone 11 à partir de 479 €, le tarif le plus attractif à ce jour. Pour acheter ce modèle à ce prix, il faut être membre du programme Cdiscount à volonté et saisir le code « APPLE30CDAV » lors de la commande.

L'abonnement Cdiscount à volonté comprend notamment la livraison express gratuite sur de nombreux produits et un service client dédié. Le programme coûte 29 €/an, avec une période d'essai gratuite de 6 jours.

À 479 €, l'iPhone 11 est encore un bon choix aujourd'hui : il a suffisamment de puissance pour toutes les nouveautés d'iOS 16, il est assez polyvalent en photo et il a une bonne autonomie.

Test de l’iPhone 11 : disponible jusqu’au bout de la nuit

Test de l’iPhone 11 : disponible jusqu’au bout de la nuit

Lire les commentaires →

iPhone 14 : la détection des accidents passe ses premiers coups de fil

Florian Innocente |

On ne serait pas surpris qu'à l'occasion d'un prochain keynote, Apple cite des témoignages de conducteurs aidés par la fonction de détection d'un accident, inaugurée avec les iPhone 14. Tout comme elle le fait déjà avec l'Apple Watch et ses capteurs santé. Car il commence à y avoir de la matière, quelques jours seulement après la sortie des nouveaux téléphones.

Sur Reddit, JakeM35, un utilisateur d'iPhone 14 Pro a publié la photo d'une collision sévère entre son véhicule (la Golf à droite) et un autre. Les deux sont bons pour la casse. Il s'en est sorti avec seulement une main cassée. Il raconte qu'un opérateur des secours était au bout du fil alors qu'il venait tout juste de reprendre ses esprits et qu'il jetait un œil à son téléphone. Entre-temps, ce dernier avait pris l'initiative d'appeler automatiquement le 911.

Crédit : JakeM35

Un autre dit avoir vécu la même expérience en début de semaine, après un bon choc à l'avant de son véhicule, suivi du déclenchement de l'airbag « Je n'arrivais pas à retrouver mon téléphone pour appeler le 911, du coup ça a été extrêmement utile ». Il ne donne pas plus de détails ni son type d'iPhone.

Crédit : szumwalt

Cette fonction de détection d'un accident en voiture marche sur toute la gamme 14 et 14 Pro mais aussi avec les Apple Watch S8, SE 2 et Ultra. Si la montre n'a pas de connexion cellulaire, elle se servira de l'iPhone pour initier l'appel.

Lorsque le choc est enregistré, ces appareils affichent un message d'alerte pour l'utilisateur et si ce dernier n'interagit pas avec l'écran au bout de 20 secondes, les secours sont automatiquement appelés. Un message est envoyé en parallèle aux contacts choisis dans son répertoire en cas de situation d'urgence.

Une fois la communication établie avec un service d'urgences, l'iPhone va également lire en boucle un message audio via ses haut-parleurs, à destination de ces secours (si le conducteur est inanimé par exemple ou ne peut parler), et leur donner une indication sur le lieu de l'accident. Cette nouvelle option de détection est activée par défaut, elle est située dans les réglages, à « Appel d'urgence ».

Lire les commentaires →

iOS 16.0.2 met un terme au bug de l'appareil photo qui vibre et aux incessantes pop-up du presse-papiers

Mickaël Bazoge |

Ça n'aura pas traîné, Apple propose au téléchargement iOS 16.0.2 pour tous les iPhone. Cette mise à jour corrige le bug gênant des iPhone 14 et 14 Pro, dont l'appareil photo vibre étrangement avec les apps tierces. Cette version met aussi un coup d'arrêt aux demandes incessantes d'autorisation du presse-papier.

iOS 16.0.2 apporte également un correctif de l’écran qui pouvait être totalement noir durant la configuration de l’appareil, et un autre pour VoiceOver qui pouvait être indisponible après un redémarrage. Enfin, elle règle son sort à un bug pouvant provoquer l’absence de réponse de l’écran tactile sur certains iPhone X, iPhone XR et iPhone 11 après une réparation.

Apple avait promis il y a quelques jours cette première mise à jour, mais elle devait tomber la semaine prochaine. Finalement, ça a été plus rapide et c'est tant mieux !

Lire les commentaires →

Test de l’iPhone 14 Pro : l’iPhone de toutes les promesses

Anthony Nelzin-Santos |

« Une pomme chaque matin éloigne le médecin », et si cela ne suffisait pas, l’iPhone 14 Pro est maintenant fourni avec une pilule. La « Dynamic Island », c’est son nom en-anglais-dans-le-texte, est d’autant plus visible que l’écran qui l’entoure reste toujours allumé. Mais ce n’est rien à côté des objectifs photographiques, qui grignotent encore un peu plus le dos de l’appareil.

Cette seizième révision annuelle n’est pas une révision anodine. L’écran toujours allumé promet de changer le rapport aux notifications, la Dynamic Island change fondamentalement le modèle d’interaction avec les applications, le « grand » capteur de 48 Mpx transfigure les clichés, et le prix atteint de nouveaux sommets. L’iPhone 14 Pro n’est pas un iPhone 13S Pro, mais devriez-vous l’acheter pour autant ? La réponse dans notre test.

L’iPhone 14 Pro. Image iGeneration.
Quand y’en a plus…

…y’en a encore ! Ce test de l’iPhone 14 Pro se concentre sur le système photographique et le fonctionnement de l’écran « toujours allumé » et de la Dynamic Island. Notre test de l’iPhone 14 Pro Max reviendra sur l’écran et sa pilule sous un angle plus pratique, et abordera la question des performances. Nous vous livrons nos premières constatations sur l’autonomie de ces appareils, mais cette année plus encore que les précédentes, nous attendrons quelques semaines avant de formuler nos conclusions définitives.

Grand angle et grand capteur

Commençons par l’envers de l’iPhone 14 Pro. Si l’épaisseur du « plateau » (1,8 mm) et des objectifs (2,3 mm) représentent plus de la moitié de celle du corps (7,9 mm), au point de rendre l’appareil complètement bancal, c’est bien que le système photographique doit être important ! En prenant en compte cette bosse de plus en plus imposante, ce qu’Apple ne fait évidemment pas, l’iPhone 14 Pro est plus épais que l’iPhone original.

Avec son gros bloc photographique placé dans un coin, l’iPhone 14 Pro est encore plus bancal qu’un routeur dessiné par Philippe Starck, même lorsqu’il est engoncé dans une housse. Vous le sentirez à chaque fois que vous toucherez l’écran du téléphone posé sur une table.

La justification est toute trouvée : les lois de la physique étant ce qu’elles sont, il faut augmenter le tirage pour agrandir le capteur sans changer la distance focale. Or Apple a sacrément agrandi le capteur de l’appareil grand-angle de l’iPhone 14 Pro1, presque deux tiers plus grand que celui de l’appareil grand-angle de l’iPhone 13 Pro, et plus grand même que le capteur de type 1/1,2 du Nokia 808 Pureview ! Apple vient chasser sur les terres des fabricants de compacts « experts ».

Rien ne permet d’améliorer la qualité des images aussi simplement et aussi sensiblement que l’agrandissement des photosites. Sauf que si ce capteur est deux tiers plus grand, il comporte aussi quatre fois plus de photosites, ce qui signifie que chacun d’entre eux est un tiers plus petit. Alors que le capteur principal de l’iPhone 13 Pro Max comportait douze-millions de photosites de 1,9 µm, celui de l’iPhone 14 Pro comporte quarante-huit-millions de photosites de 1,22 µm.

Comment Apple peut-elle se permettre d’affirmer que la qualité est « jusqu’à deux fois supérieure par faible luminosité » ? En recourant au binning : Apple regroupe quatre photosites pour former un quad-pixel, quarante-huit-millions de minuscules photosites de 1,22 µm deviennent douze-millions de gigantesques pixels de 2,44 µm, et les superlatifs peuvent pleuvoir (lire : Tout ce qu’il faut savoir sur le pixel binning, la combine pour améliorer les photos).

Le capteur principal de l’iPhone 14 Pro (à gauche) comparé à celui de l’iPhone 13 Pro (à droite). La diagonale mesure presque 2 cm. Image iGeneration/微机分WekiHome.

La réalité est plus complexe : l’interpolation des photosites introduit des artéfacts, et un quad-pixel ne capte pas autant qu’un véritable photosite de la même taille. Cela explique qu’Apple ait longtemps résisté au binning, employé de longue date par les fabricants asiatiques, avec des résultats plus ou moins heureux. Mais la firme de Cupertino conçoit ses propres processeurs et ses propres algorithmes de traitement, qui peuvent être intimement associés aux caractéristiques physiques du capteur.

Au lieu de traiter le quad-pixel comme un bloc, elle peut exploiter chaque photosite séparément, réduire la durée de l’exposition ici et augmenter la sensibilité là-bas, et recombiner les quatre signaux pour former un « super-pixel » optimal. Un quad-pixel n’est certes pas l’équivalent d’un photosite de 2,44 µm, mais ce n’est pas seulement la somme de quatre photosites de 1,22 µm. Encore heureux : l’optique ne sort pas indemne de l’opération, et perd un demi-diaph’, ce qui veut dire qu’elle laisse entrer un peu moins de lumière (ƒ/1,78) que celle de l’iPhone 13 Pro (ƒ/1,5).

En contrepartie, elle couvre un champ légèrement plus étendu. Apple desserre progressivement le cadre : de 35 mm dans les premiers modèles, puis 28 mm avec l’iPhone 4, et 26 mm depuis l’iPhone XS, la distance focale de l’optique principale tombe maintenant à 24 mm. C’est la limite pratique du « grand angle », qui permet de photographier un objet d’un mètre à un mètre de distance2 sans déformations excessives. Apple pourrait descendre jusqu’à 18 mm, la limite théorique couvrant un champ de 90°, mais la moindre (contre-)plongée déformerait fortement les verticales — et les visages.

Grand amateur de devantures défraichies, j’apprécie l’élargissement du cadre au moment de déclenchement (je n’ai pas besoin de descendre du trottoir), moins au moment du développement (je dois souvent corriger la perspective). Dans cet exemple, une légère contreplongée entraine la forte convergence des verticales vers le haut.

Faut-il encore tester l’appareil principal en pleine journée ? L’iPhone 13 Pro produisait déjà des clichés fort satisfaisants. Il faut sortir la loupe pour discerner la moindre différence : les hautes lumières sont peut-être un peu moins bouchées, les tons moyens sont peut-être un peu moins chauds, les ombres sont peut-être un peu moins bruitées, et donc l’image est peut-être un peu plus détaillée. Les quad-pixels de l’iPhone 14 Pro ne valent pas quatre fois mieux que les pixels de l’iPhone 13 Pro.

Cela n’a l’air de rien, mais il y a quelques années, ce genre de clichés aurait ressemblé à une bouillie de pixels. Un smartphone peut maintenant exposer correctement les feuilles au premier plan sans plonger les feuilles intérieures dans le noir, reproduire fidèlement la palette de verts, et même séparer les plans avec un bokeh presque plaisant. Cela étant dit, il faut zoomer à 100 % pour remarquer que l’iPhone 14 Pro produit un cliché légèrement moins bruité que l’iPhone 13 Pro.

dynamicSpot essaye de répliquer la Dynamic Island sur Android

Stéphane Moussie |

Comme on pouvait s'y attendre, la Dynamic Island fait des envieux. Un développeur vient de sortir une application qui tente de répliquer sur Android le fonctionnement de la pilule de l'iPhone 14 Pro. Eh oui, car si les fabricants Android ont troqué depuis des années les grosses encoches au profit de pilules ou de petits trous, ils n'ont pas eu l'idée d'exploiter ceux-ci au-delà de fonds d'écrans amusants.

Un semblant de Dynamic Island sur un Pixel 6. Difficile de fermer le panneau de contrôle de la musique…

dynamicSpot se charge donc d'entourer la perforation de l'écran par des raccourcis vers les notifications et le lecteur de musique. Quand on a vu la Dynamic Island de l'iPhone 14 Pro en action, les limites de dynamicSpot sautent immédiatement aux yeux : l'icône de musique est statique, les animations moins évoluées et moins nombreuses, le fonctionnement global moins fluide… Et on ne parle même pas de la configuration initiale qui nécessite d'accorder tout un tas d'autorisations.

L'effort du développeur Jawomo mérite d'être salué, mais il faudrait que les constructeurs s'emparent eux-mêmes du sujet pour prétendre à une intégration aussi poussée que sur iPhone. Lequel va s'inspirer d'Apple en premier ?

Lire les commentaires →

Pages