Google n’a pas de contrôle sur 280 millions de smartphones

Nicolas Furno |

Android est le système d’exploitation le plus populaire, mais Google n’a pas la main sur la totalité de l’immense parc d’appareils qui l’exploitent. Depuis le lancement d’Android, il existe des versions modifiées par d’autres groupes, un cas de figure très courant dans le monde de l’open-source. On parle de « fork », des dérivés qui sont parfaitement légaux, mais qui posent problème au géant de la recherche.

D’après les chiffres d’ABI Research repris par Les Echos, il y aurait en 2016 près de 280 millions de terminaux Android basés sur un fork et non sur le système tel qu’il est fourni par Google. Sur ces variantes, les services de l’entreprise ont en général été remplacés par des équivalents, pour télécharger des apps, mais aussi pour les cartes, les mails ou encore le navigateur.

Cliquer pour agrandir

Rappelons qu’Android est un système gratuit, mais que Google le finance avec ses services, soit directement (une commission sur les apps et achat in-app vendus), soit indirectement (publicité). Avec les forks d’Android, l’entreprise de Mountain View ne gagne rien et c’est pourquoi elle essaie depuis la création du système de réduire leur importance.

Google a notamment fait pression sur les constructeurs : s’ils veulent proposer ses services à leurs clients, ils doivent n’utiliser que la version officielle d’Android. Une stratégie contestée, notamment par l’Union Européenne, mais qui a porté ses fruits. Le nombre de smartphones qui n’utilisent pas Android diminue chaque année, si bien que pour ABI Research, on devrait rester sous la barre des 300 millions dans les prochaines années.

À l’échelle d’Android, les 280 millions de 2016 représentent une part importante, mais largement minoritaire. Google n’a pas donné de chiffre depuis 2015 et il y avait alors 1,4 milliards de terminaux Android actifs. Depuis, ce chiffre a sans aucun doute augmenté et on peut dire que l’entreprise a réussi à contrôler l’expansion des forks. De fait, ils sont aujourd'hui surtout restreints à la Chine, un marché si différent qu’ils sont pratiquement inévitables.

iOS et Android occupent actuellement quasiment 100 % du marché et pour l’heure, aucun concurrent n’arrive à remettre en cause cette écrasante domination. Samsung a bien essayé de développer son propre système d’exploitation mobile avec Tizen, mais ce dernier reste limité aux montres, réfrigérateurs et télévisions. Et si l’on en juge à la sécurité actuelle du système, il n’est pas prêt de l’emporter face à Android.

Le premier smartphone Tizen de Samsung a été lancé en 2015. Depuis, il n’y a pas eu beaucoup d’activités sur ce front.

Au-delà du système d’exploitation, se passer des services de Google est tout aussi difficile. Samsung, à nouveau, essaie d’offrir sur son Galaxy S8 une alternative à Google Assistant avec Bixby. Il est trop tôt pour savoir si ce sera un succès, mais les premiers retours ne sont pas vraiment rassurants


avatar davidtuga | 

c'est quoi android ? ?

avatar en ballade | 

@davidtuga

Ç est le leader en smartphone....tu habites sur quelle planète?

avatar Ze_misanthrope (non vérifié) | 

Google fait un systeme Open Source..

Des sociétés l'utilisent en mode Open Source: iGen se fout de la gueule de Google en disant qu'il n'a pas la le controle dessus.

Google resserre les règles: iGen les traite de dictateurs.

Ce blog est juste génial, j'adore!!!

avatar C1rc3@0rc | 

C'est pas faux.

Moais, Google n'a de controle en fait que sur la version d'Android des appareils que Google produit. Tous les autres appareils utilisent des versions modifiées par les constructeurs et adaptées a un seul et unique appareil.

Apres Google a un certain controle sur Android au niveau des applications 'imposées", et la se pose effectivement la question des fork dont celui d'Amazon.

Ensuite Google ne finance pas Android en faisant payer des services ou en utilisant les applications comme espace publicitaire ou "capteurs" comportemental... au contraire Google se finance en partie avec Android...
Et il faut reconnaitre aussi un element, c'est que si certains se plaignent de l'utilisation d'Android par Google et le la contrainte de devoir utiliser les services de Google sur une version d'Android pas trop modifié, deja il y a des raisons de securité a cette contrainte et ensuite tous le monde est libre d'ecrire son OS (Linux et les BSD sont opensource) et de developper ses services. Comme dit l'article, on voit que Samsung a essayé avec Tizen et Apple avec Plan...

Il y a un element a prendre en compte c'est que l'interet d'Android ce sont les applications avant tout. Si un fork bloque la compatibilité avec les applications compatible avec une version officielle d'Android, alors l'OS a peu de chances d'etre populaire, et l'appareil sur lequel il tourne encore moins.

avatar davidtuga | 

@en ballade

no comment

avatar feefee | 

@en ballade

"tu habites sur quelle planète?"

Comment peut on être aussi bêta ?

Limite ça fait peur ...

avatar françois bayrou | 
avatar davidtuga | 

@françois bayrou

la qualité c'est pas donner à tous le monde , comme une voiture !

avatar marc_os | 

Comme quoi, le blabla open source chez Google c'est bidon. Ou plutôt non. C'est un moyen super pratique pour Google de s'accaparer - pardon , utiliser - du code mis à disposition gratuitement par des pigeons - pardon, des développeurs non rémunérés.
Quand le capitaliste arrive à ce que les gens se soumettent à l'esclavagisme volontairement, il jubile - et parle volontariat, bénévolat, ou pour mieux piéger les geeks, open-source.
El là, chapeau Google !

avatar bompi | 

Ce n'est pas complètement bidon : mais il ne faut pas être naïf, voilà tout.
Sans le soutien financier de nombreuses compagnies, il n'y aurait pas autant de logiciels Open Source de qualité qu'on en trouve aujourd'hui.

Avec Google, d'une manière générale, il faut toujours être sur la défensive car ils sont retors et très habiles dans leur communication.

Quant aux Android alternatifs, ce n'est pas toujours simple. J'ai eu un peu de mal à débloquer le bootloader de l'un de mes téléphones pour pouvoir installer la dernière version de LineageOS et, malheureusement, cette dernière est bien buggée (sur ce modèle-là). J'ai bien cru le briquer avec la dernière de CyanogenMod, supposée fonctionner correctement sur ce modèle. Bref : installer un système alternatif n'est pas vraiment immédiat et demande de l'intérêt et un brin d'abnégation.

Puis arrive la question des applications : installer les GApps est la solution de facilité mais on se retrouve avec la situation initiale. Ne pas les installer et c'est un peu le bazar. Pas immédiat, décidément.

avatar sachouba | 

@marc_os :
Les nouvelles versions d'Android sont intégralement développées par des ingénieurs de chez Google et payés par Google, à ce que je sache.
Google ne réutilise pas le code de développeurs indépendants, ou alors tu as des exemples ?

Apple n'a pas besoin d'open source pour copier les fonctionnalités de logiciels tiers et les ajouter à ses OS...

avatar marc_os | 

@ sachouba
Tu confirmes donc ce que je disais, le discours "open source" de Google est bidon, il ne s'agit que de marketing, et visiblement ça marche.

avatar DeaDPooL | 

@sachouba

sachouba tu ne sais absolument pas ce qu'est l'open source hein ?

Le kernel android est Linux, son code source GPL est librement lisible et modifiable, google ne peux ce l'accaparer.

Toutes modifications que google fait dessus doit êtres publiés et modifiables librement.

Et comme google reprend le code source tel quel avec très peut de modifications, oui il s'accapare le boulot d'autres personnes.

Et j'anticipe, ce n'est pas de la spéculation, car d'un; google le dit publiquement et 2 le code étant lisible, c'est un fait que tout le monde peut vérifier .

avatar sachouba | 

@DeaDPooL :
Donc Android se résume à un noyau Linux ?
Et Apple a codé le noyau d'iOS de zéro, peut-être ?

avatar feefee | 

@sachouba

"Et Apple a codé le noyau d'iOS de zéro, peut-être ?"

Non mais à partir de ce qu'avait déjà fait Apple avant .
Linux c'est Google ? Non . Merci au revoir

Same player Shoot again

avatar DeaDPooL | 

@sachouba

Le noyaux c'est LA fondation, quoi qu'ait pu coder Google, c'est du caca sans le noyau Linux.

Qu'est-ce que tu ferais des millions de lignes de codes de Google si tu ne peux même pas les exécuter ?

C'est facile de cracher mais les faits sont que ton android n'est rien sans la communauté gratuite dont ce sert google et Samsung entre autre sans vergogne.

avatar Le Perroquet | 

"À l’échelle d’Android, les 280 millions de 2016 représentent une goutte dans un océan qui s’étend chaque année. Google n’a pas donné de chiffre depuis 2015 et il y avait alors 1,4 milliards de terminaux Android actifs."...

280 millions sur 1,4 milliards c'est vachement une goutte d'eau...

avatar xDave | 

1/5e de l'océan est composé d'une goutte d'eau aux dernières nouvelles ?

avatar Nicolas Furno | 

@Le Perroquet

C'est plus que 1,4 milliard aujourd'hui mais c'est vrai que ça fait quand même une très grosse goutte d'eau. ?

Je vais améliorer ça.

avatar Le Perroquet | 

@Nicolas Furno

Je salut votre initiative.☺

avatar jackhal | 

"Google n’a pas de contrôle sur 280 millions de smartphones"
"À l’échelle d’Android, les 280 millions de 2016 représentent une goutte dans un océan qui s’étend chaque année. Google n’a pas donné de chiffre depuis 2015 et il y avait alors 1,4 milliards de terminaux Android actifs"

Je crois qu'il y a des erreurs ou du moins des besoins de clarification, dans l'articles des Echos comme dans la version MacG. Ce que je comprend sur les Echos, c'est que les 273 millions de téléphones avec un fork d'Android correspond au nombre d'appareils vendus en 2016, et pas ceux en circulation
Donc pour peu qu'un téléphone avec un fork dure plus d'un an (et c'est probablement le cas), on a un effet cumulatif et il y aurait donc plus que 273 millions de forks en circulation.

A vrai dire, j'ai complètement perdu le fil de ce qui se passe dans le monde Android au niveau mondial. Quels sont les services de Google accessibles en Chine, surtout (Play Store, Maps, le moteur de recherche... ?).

Je viens de jeter un oeil au marché des navigateurs mobiles en Chine selon StatCounter, mais les variations sont tellement importantes que ça ne me semble pas très fiable. Ou alors il s'est passé quelque chose que j'ignore.
http://gs.statcounter.com/browser-market-share/mobile/china

CONNEXION UTILISATEUR