La fronde des développeurs contre les pratiques d'Apple

Mickaël Bazoge |

Il y a quelque chose de pourri au royaume de l'App Store. Ce n'est ni la première fois — ni la dernière — que des développeurs pointent du doigt un système byzantin, opaque, toxique. Mais la fronde de ces derniers jours fragilise les fondations de la boutique, une brique essentielle du pouvoir d'attraction des produits d'Apple.

À quelques encablures de la WWDC 2020, ça la fout mal. Avant même de débuter, la fête des développeurs est entachée par l'annonce d'une enquête formelle de la Commission européenne, qui va s'intéresser de très près aux pratiques de l'App Store. Le même jour, Apple menace de supprimer HEY, une nouvelle application d'e-mail, car elle ne propose pas d'achats intégrés facturés avec le système de l'App Store.

Phil Schiller présentant les nouveautés de l'App Store à la WWDC 2017. Image Apple / MacGeneration

En tentant de forcer la main à un développeur, Apple a donné une cartouche supplémentaire au régulateur européen (et américain, où l'on s'intéresse également de près aux pratiques du constructeur). Dans la foulée, on a assisté à une libération de la parole chez plusieurs développeurs, dépeignant une arrière-cuisine assez peu ragoûtante.


avatar tempest | 

Quand je travaille avec une société et que les conditions ne me vont pas je vais voir ailleurs. Je ne me vois pas mordre la main qui me nourrie sous prétexte que les conditions de mon distributeur ne me conviennent pas.

avatar Leadlike | 

Apple a révolutionner le modèle, propose de vraies solutions de distribution d’une technologie et ne va jamais sur le terrain des autres : elle a une plateforme dédiée à un appareil et ne produit pas ou peu d’App. Critiquer son mode de fonctionnement ça reviendrait à dire qu’il faudrait que les autorités des vacances soient gratuites, or ce serait aberrant !

Elle ne prends pas de frais d’hébergements et souhaite simplement partager avec les éditeurs les revenus qu’elle revoient à la baisse après la première année. Devrait elle laisser les sociétés tierces profiter de son réseau sans le facturer ? Valider application après application au frais de la princesse ? C’est toujours la bataille du riche contre le pauvre, mais le modèle Android a aussi des problèmes profonds en commençant par la sécurité et la qualité.

Je ne suis pas Developpeur mais la distribution d’une technologie est critique et pouvoir être distribuer à une population premium qui sait sortir le porte monnaie ça se paie cher. Si l’activité était à perte pour Apple, elle n’aurait jamais mis autant de moyens et c’est les consommateurs qui en pâtiraient.

Hey devrait le comprendre et même l’admettre, ils ont tenté de frauder le système et se sont fait attraper alors que tout le monde sait qu’il faut reverser 30%.

avatar 6ix | 

@Leadlike

Hey se fait entendre car DHH ne garde pas sa langue dans sa poche, mais c’est loin d’être les seuls à se plaindre!

La problématique est plus complexe qu’il n’y parait, car c’est un ensemble de choses qui au final donne à Apple un poids beaucoup trop grand.

Prendre une commission en offrant un système? Oui ça fait du sens, mais si une entreprise a déjà son propre système (typiquement un éditeur qui propose son logiciel sur plusieurs plateformes), il devrait alors avoir le droit de l’utiliser. Mais non, Apple force l’utilisation de son système et prend la commission (en plus du compte développeur qui est payant je le rappelle).

Autant le système d’In-App purchase est utile pour les développeurs qui ciblent iOS uniquement, autant ça devient un calvaire pour les autres. Impossible d’avoir un contact client, impossible d’aider ou rembourser l’utilisateur, tout passe par Apple. De fait, l’utilisateur est plus le client d’Apple que de l’éditeur...

Tout autour de ça, des règles de validation à deux vitesses et qui changement régulièrement. Je ne connais pas un seul développeur qui n’a pas une son app refusée une fois, même si souvent c’est pour un détail.

Apple se vante de fournir du job à des millions de personnes via sa plateforme, mais ne fait rien pour soutenir ses développeurs à ce niveau. Alors que d’un côté Apple organise sa WWDC et permet beaucoup d’échanges au niveau technique, la partie business liée à l’App Store est une zone grise totale.

Délaisser iOS pour un éditeur? Pour beaucoup cela signifierait fermer boutiques. Pour d’autres se priver et irriter d’un grand nombre d’utilisateurs. Si Spotify renonce à iOS, qu’elle entreprise en subira les conséquences? Apple un petit peu, Spotify beaucoup.

avatar Leadlike | 

@6ix

J’ai parlé à plusieurs développeurs dont le créateur de Lightricks. Il nous a raconter son histoire « 4 personnes dans un appart qui veulent améliorer les selfies » une app a 3$.

Après un an de travail et des revenus ne permettant pas de les payer normalement, ils étaient en train de réfléchir de fermer l’activité car a ce stade ils refusaient les investisseurs. Un beau jour ils reçoivent un mail d’Apple « nous souhaitons vous mettre en App de la semaine ».

Résultats : 2 millions d’achat en 7 jours. Et aujourd’hui, Ils sont l’une des plus grandes boîtes de leur secteur 6 ans après.

On peut se dire « 6 millions de revenus » on peut se dire aussi « 2 millions à Apple » c’est voir le verre d’eau à moitié plein ou complètement vide.

Que seraient ils devenus sans Apple ? Des histoires comme celles ci ne sont pas isolés. Ce modèle est saint car tout le monde y gagne si on joue le jeu. Apple n’investirait pas autant d’effort si ça ne lui rapporterait pas d’argent. Je ne suis pas un fanboy mais c’est évident qu’ils répondent à un vrai besoin.

Il y a toujours des champs d’amélioration possible, mais le concept est incroyable et tout le monde y est gagnant.

avatar 6ix | 

@Leadlike

La promo d’Apple fonctionne chez certains, mais n’est en rien une garantie, et surtout surtout cela ne représente qu’une infime portion des applications.

Sans Apple et l’App Store beaucoup de développeurs ne seraient pas là, mais iOS ne serait rien dans les développeurs. Et malheureusement Apple a tendance à l’oublier et n’aller que dans un sens quand il s’agit de la distribution d’apps.

avatar Mickaël Bazoge | 
Il y a plein de belles histoires comme ça, et tant mieux. Mais ton exemple montre aussi qu'Apple a quasiment droit de vie et de mort sur une app et donc sur le boulot des gens derrière. C'est vraiment une très très grande responsabilité.
avatar Leadlike | 

@MickaëlBazoge

Apple à aussi le droit de vie ou de mort sur des fournisseurs, des revendeurs et des marchés. Il est évident qu’entre les intérêt de la société et ceux d’un tiers on ne peut pas la condamner car elle préserve ses intérêts.

Les trésors d’ Apple n’est pas uniquement car elle a des clients, mais aussi car elle a des partenaires qui savent prendre leur part et laisser le reste à Apple.

This is the game. Play or leave it.

avatar Mickaël Bazoge | 

@Leadlike

Les développeurs, les accessoiristes, les fabricants de périphériques, les APR, tout ça représente l’écosystème qui permet à Apple d’être l’entreprise qu’elle est aujourd’hui. Ce qui est perçu aujourd’hui comme un problème, c’est qu’Apple donne cette impression d’étouffer ceux qui ont participé à son succès.

Sans les développeurs il n’y aurait pas eu d’App Store et l’iPhone n’en serait certainement pas là où il en est actuellement. Donc encore heureux qu’Apple soit magnanime et mette des apps en avant de temps en temps… C’est une question d’équilibre et la balance penche trop du côté d’Apple (à mon avis).

avatar webHAL1 | 

@Leadlike

Nul doute que cette histoire est une très bonne nouvelle pour Lightricks, mais elle illustre surtout très bien à quel point le succès d'une application iOS peut être dû avant tout à la chance.
Personnellement, je trouve plus admirable les développeurs qui ont eu du succès car leur application a été plébiscitée par les utilisateurs, et pas parce qu'elle a été mis en avant par une boutique, quelle qu'elle soit.
Sinon, on pourrait aussi parler des développeurs qui se sont vus refuser leur application car Apple a estimé qu'elle contrevenait aux règles de l'App Store, pour ensuite sortir une fonctionnalité quasi-identique dans iOS.

Désolé, mais non, les développeurs n'y gagnent pas avec une boutique en ligne unique, contrôlée exclusivement par Apple. Les utilisateurs n'y gagnent pas non plus. La seule qui y gagne vraiment, c'est la Apple elle-même.

avatar Leadlike | 

@webHAL1

Tu fais une distinction entre développeurs talentueux et ceux qui sont mis en avant, ce sont à priori les mêmes !

Je crois profondément que ce concept est bon et que si il n’y avait pas de revenu à la clé personne n’aurais obtenu un service aussi abouti.

avatar webHAL1 | 

@Leadlike

Ça peut être les mêmes, mais il y a pas de corrélation absolue. Plein d'applications ont eu du succès avant d'avoir été mise en avant par Apple, ou même sans l'avoir jamais spécialement été. Je ne pense par exemple pas que WhatsApp ait atteint 2 milliards d'utilisateurs grâce à la promotion d'Apple sur l'App Store.

avatar fte | 

@Leadlike

"Tu fais une distinction entre développeurs talentueux et ceux qui sont mis en avant, ce sont à priori les mêmes !"

Oui, à priori... et à postériori, ça donne quoi ?

Juste un angle, un seul, parmi des tas d’autres qui me viennent à l’esprit, différent : penses-tu qu’il y a de la place en avant pour tous les développeurs talentueux ?

Les WWDC les premières années de l’iPhone, on se retrouvait entre copains, on revoyait les mêmes personnes et quelques nouveaux... ça a bien changé, avec une explosion des développeurs, même sachant qui venait dans les "anciens" on ne se rencontrait plus sans se donner des lieux de rencontre tant il y avait une foule de "nouveaux". Il y a 1000 développeurs talentueux pour un seul mis en avant. Si tant est que celui qui est mis en avant soit vraiment talentueux. Comment mesurer le talent ? Pour sélectionner un dev entre 1000 ? Leur processus de sélection est, je crois, absolument obscure. Comment peut-on participer et se positionner pour avoir plus de chance de sélection ?

À quel moment ça devient une simple loterie et la chance prend le pas sur le "talent" ?

avatar Arthegor | 

Personnellement je pense aussi que les devs n’étant pas content devrait juste partir de l’AppStore.
On parle souvent que les consommateur sont plus enclin à payer des application sur iOS comparé a ceux sur android. De mon expérience cela se vérifie aussi dans mon cas j’achète beaucoup plus d’application sur iOS que sur mon précédent pixel car je trouve que toute l’interface d’Apple inspire plus confiance, est mieux pensé et que le fait que tout les achat et abonnement soit centralisé est un vrai plus d’un point de vue sécuritaire et pratique.
Je remarque surtout que de moins en moins de personne on les conviction de leur idée, et cela dans beaucoup de domaine. Les développeur se sentant lésés par ce système devrait tout simplement quitter la plateforme pour montrer leur mécontentement. Parler sans acte concret n’as jamais été productif surtout que cela donne l’impression que c’est un simple effet de mode. Certe retirer son application du store peut être un manque à gagner important pour certain mais peut on vraiment se plaindre d’une situation tout en ne mettant pas les actes avec les paroles ? Je ne pense pas.
Par exemple personnellement si demain les règles devait être assouplis, je n’utiliserai pas ou plus les application ne proposant pas le règlement via l’AppStore. Cela me priverai de certaines applications forte intéressantes probablement mais je préfère cela plutôt que d’utiliser un système qui ne me convient pas.

avatar jean_claude_duss | 

@Arthegor

C’est un commentaire de quelqu’un qui a jamais lancé une boîte... il y a plein d’autres moyens que le boycott pour faire changer les choses. Ce été tu propose à part faire couler la boîte ne servira à rien ...

avatar Arthegor | 

@jean_claude_duss

Pour ce qui est de faire couler une boite, j’ose espérer que quelqu’un se lançant dans le développement d’iOS ou l’envisageant c’est renseigné avant de prendre sa décision. Si demain je décide de créer une entreprise, je vais devoir me plier au loi du pays dans lequel je crée cette entreprise.
Certes Apple n’est pas un pays mais l’AppStore étant sa boutique c’est elle qui en dicte les loi tant que ces dernières ne vont pas a l’encontre des loi du pays dans lequel elle opère.
D’ailleurs c’est pour ca que je n’ai pas mentionné l’enquête de la commission européenne, cette dernière est parfaitement légitime meme si a titre personnel je pense qu’elle aboutira à un non-lieu mais n’ayant pas fais d’étude de droit je peux me tromper bien-sur.
Pour les autres solutions honnêtement j’ai du mal à voir. Les développeur peuvent menacer de quitter l’AppStore, faire des petitions, mais je ne suis clairement pas sur qu’Apple l’entende de cette oreille tant qu’il ne seront pas devant le fait accompli.

avatar jean_claude_duss | 

@Arthegor

Personne ne pas contre les lois de Apple c’est pas possible. Par contre quand on der dans un pays (je reprends ta comparaison) on peut pas militer pour faire changer les lois ? On ferme sa gueule et on se fait
Tondre ?

Pour le rendre sur les études de marcher oui c’est bien mais en pratique ça marche pas comme ça quand on monte une boîte. Des Start up avec des mecs de talents yen a des milliers qui plantent par an. Croire que : on fait une étude de marcher et 60% de marge pour filler 30% tranquillou Billou a Apple c’est être bien naïf sur le monde de l’entreprise

avatar Arthegor | 

@jean_claude_duss

Je n’ai pas parlé des études de marché, juste de lire les règles de publication que apple donne avant de prendre une décision. Si demain je loue un appartement et signe un contrat en conséquence, je ne vais pas aller voir le bailleur pour lui dire 3 mois après que ce contrat ne me va pas. Et si je le fait il y’a de très forte chance qu’il me réponde d’aller voir ailleurs vu que j’ai déjà signé un contrat avec lequel j’étais d’accord.

Dans un pays la situation est différente. En France de part nos impôt et nos votes nous somme en quelque sorte les actionnaires de l’état. Ce qui veut dire que nous possédons un pouvoir décisionnel et de manifestation totalement légitime.
Le cas d’Apple est différend c’est une entreprise. Un développeur ou un consommateur n’as pas de pouvoir décisionnel autre que le fait ne ne pas acheter pour un consommateur, ou ne pas produire d’application pour un développeur. Un actionnaire d’Apple par contre lui as un pouvoir décisionnel quand au fait de ce qui peut être fait ou pas étant donné qu’il y investi de l’argent.
Mais un actionnaire comme un développeur ou un consommateur signe un contrat avec apple. Si ce dernier ne lui va pas et tant que ce contrat est légal d’un point de vue juridique, il n’as pas d’autre choix que de boycotter.
Cela ne veux pas dire que l’ont ne peut pas être d’accord avec ce que propose apple ni que nous ne pouvons pas manifester de mécontentement, mais tant qu’Apple reste dans les loi le consommateur ou développeur n’as pas de pouvoir à proprement parler sauf a ne pas acheter ou produire.

avatar jean_claude_duss | 

@Arthegor

La comparaison sur les appartements est foireuse je compare pas.
Pour les apps, un dev ne peux pas aller voir ailleurs (ou certaines boites mais ça représente moins de 1% les boites qui font que du android)
Et oui on accepte les règles, en cochant La Croix sinon ok à pas le droit d’être là) mais je répète pour tous tous fousfous du forum que le « si vous êtes pas contents partez » (Apple tu l’aime ou tu la quitte aurait dit Sarko). Ça n’a aucun sens. C’est la vie réel du buisiness des emplois des gens qui essayent de gagner des sous. Penser que les devs c’est que des boites comme supercell ou netflix c’est quand même une grosse erreur. Faire des apps rentables que l’app store c’est extrêmement compliqué. Très très peu le sont. Vu que Apple prends le peut de marge qu’on peut se dégager c’est compliqué.
Apple c’est un peu comparable à Auchan au Leclerc : grosses marges avec grosses boutiques mais tous les petits producteurs crèvent en vendent avec 2% de marge au Max ou mettent la clé sous la porte. Et y’a toujours un mec pour dire : si t’es pas contente de leclerc t’as cas pas vendre tes produits

avatar Arthegor | 

@jean_claude_duss

La comparaison est juste la pour illustrer le propos, on peut prendre tout autre exemple ou un contrat est établi entre deux partie.

Pour les grandes distribution de plus en plus de producteur essaye de s’en passer. Si carrefour propose des conditions moins bonne que le Leclerc les distributeur vont aller chez Leclerc, tout en sachant qu’il ne toucherons pas le public de carrefour. L’AppStore est une chaîne de distribution lié a une catégorie de produit. L’AppStore par conséquent ne touche pas tout les smartphone vendu mais seulement ceux d’Apple. Et étant donné que l’iPhone n’es pas en position dominante oui les développeur peuvent encore aller voir ailleurs ( par exemple xCloud qui est une application Microsoft n’es pas disponible pour iOS de part les condition d’Apple)
Le business quand à lui reste du business. Si les gens qui développent exclusivement sur iOS n’adhère pas aux contrat signé qu’il change juste de plateforme ou alors qu’il change de business tout simplement. Je reconnais que c’est une solution radicale et quelque peu extreme mais on ne fais pas d’omelette sans casser des oeufs.
Si demain je veux vendre un jeux sur une console de jeux je ne vais pas avoir d’autre choix que de passer par la boutique du constructeur ou en édition physique qui aurons des prix identique a la version disponible sur le store de la console.

De plus encore a titre personnel, si pour une raison ou une autre apple venait a tout simplement autoriser l’installation via d’autre store (ce dont je ne suis pas contre par principe), les développeur ont plus à y perdre qu’à y gagner à mon avis.
Si l’AppStore engendre plus de revenue au développeur que le play store c’est en partie a cause du fait que sur android tu peux tres bien télécharger une apk d’une appli payante gratuitement ( et sans difficulté certain store s’en sont fait une spécialité) alors que sur iOS seul le jailbreak autorise cette possibilité mais est peu répandu.
Par exemple sur mon précédent smartphone qui était un android, je n’ai jamais payé une appli car tout était disponible gratuitement. Alors on peut dire que ce n’est pas bien ce qui est vrai mais tout ceux que je côtoyais qui avais un smartphone android ( et il n’était pas des technophile ) faisait et font pareil. Certe un petit échantillon n’es pas représentatif de la population mais les chiffes des vente sur le play store comparé a ceux de l’AppStore montre que ce phénomène est en partie vrai.

avatar fte | 

@Arthegor

"Si demain je loue un appartement et signe un contrat en conséquence, je ne vais pas aller voir le bailleur pour lui dire 3 mois après que ce contrat ne me va pas. Et si je le fait il y’a de très forte chance qu’il me réponde d’aller voir ailleurs vu que j’ai déjà signé un contrat avec lequel j’étais d’accord."

En Suisse, dans les grandes villes, il est très fréquent lorsqu’on trouve enfin un appartement de le prendre sous n’importe quelles conditions puis une fois en place de contester ces conditions. Il y a une association de locataires très bien organisée et très procédurière qui ouvre beaucoup de possibles.

Par exemple si le loyer a été sensiblement augmenté au changement de locataire, hors de proportion avec les couts de la vie et taux hypothécaires, une baisse est quasi-certaine en faisant appel à cette association, et la plupart du temps sans action en justice parce que les proprios savent qu’ils vont se faire allumer.

Bref, en tout cas en Suisse, mauvais exemple.

avatar Arthegor | 

@fte

Pour la commission européenne je ne m’y oppose pas comme dit précédemment. Juste que selon moi cela aboutira a un non lieu.

Pour la suisse je ne connais pas leur modèle donc je te crois sur parole.
C’est a titre personnel que je critique ce modèle. Je me base uniquement sur mon ressenti. Par exemple quand je signe un contrat je m’assure que je suis d’accord avec l’intégralité de ce dernier ou du moins qu’il me corresponde en très grande partie.
J’attendrai exactement la meme chose du côté opposé si je venais à louer un appartement comme dans ton exemple. Après je comprend totalement le point de vue opposé mais ne le partage pas, ce qui ne veux pas dire qu’il n’est pas valable.

avatar fte | 

@Arthegor

"J’attendrai exactement la meme chose du côté opposé"

Lorsque les relations commerciales sont équilibrées, on peut en effet s’y attendre.

Le problème est qu’il y a - dans les deux cas ici évoqués - un grand déséquilibre. Soit consécutif à une demande importante par rapport à l’offre existante, logements en ville, soit par distorsion de concurrence voire absence totale de concurrence maintenue artificiellement par des pratiques discutables, l’app store.

S’y attendre dans ces conditions est de la naïveté, je pense.

avatar fte | 

@Arthegor

"c’est elle qui en dicte les loi tant que ces dernières ne vont pas a l’encontre des loi du pays dans lequel elle opère."

C’est justement ce qui va être testé en EU et US.

avatar Rajindael | 

Il est vrai que les services proposé par le store permettent aux dev de se concentrer sur leur job. Selon moi, à part une entreprise ayant des moyens conséquent, il est difficile de proposer une alternative aux outils de l’app store (ex. : le système de facturation alternatif que certains éditeurs peuvent mettre en oeuvre).

Cela dit, les devs devraient avoir les moyens d’évaluer la possibilité.

Quant à pouvoir utiliser un store alternatif ou pouvoir faire du sideloading, ce pourrait être intéressant, cependant, je ne suis pas favorable a ce que toutes les API soient accessibles (ex. : Apple Pay, NFC, Bluetooth, localisation, etc...) qui pourraient conduire à des dérives ou des failles de sécurité majeur. Quitte à ouvrir petit à petit, dès lors que la confiance s’installe.

C’est ce que permettent en théorie les PWA, et effectivement le retard d’Apple est flagrant. Ou bien un sandboxing de l’extrême où l’app n’a absolument accès à rien sur l’appareil. Encore une fois le genre de sécurité mise en oeuvre pour le web.

Pour autant je ne veux pas retomber dans le merdier d’installation non contrôlé à la Windows.

Bref il y a matière à faire, il faut effectivement faire évoluer certaines pratiques, mais attention aux dommages collatéraux.

avatar jean_claude_duss | 

@Rajindael

Je pense qu’une énorme commission de 10% irait déjà beaucoup mieux à beaucoup de devs.

avatar fte | 

@jean_claude_duss

"Je pense qu’une énorme commission de 10% irait déjà beaucoup mieux à beaucoup de devs."

Je pense que ne pas lier système de distribution et système de paiement, ne pas bloquer des API au seul store, ne pas bloquer les apps hors store, ne pas interdire aux éditeurs de lier leurs sites, aurait beaucoup plus d’effets positifs que changer le montant de leur commission. Ce sont ces points qui fâchent le plus.

avatar pat3 | 

@fte

"Je pense que ne pas lier système de distribution et système de paiement, ne pas bloquer des API au seul store, ne pas bloquer les apps hors store, ne pas interdire aux éditeurs de lier leurs sites, aurait beaucoup plus d’effets positifs que changer le montant de leur commission. Ce sont ces points qui fâchent le plus."

Ce que tu dis, c’est qu’Apple doit fonctionner comme Android. Mais ce que tu oublies, c’est qu’Android ne fonctionne comme il est que parce que la vache a l’air de Google c’est le moteur de recherche. Android n’est qu’on cheval de Troie pour permettre à Google d’augmenter son business d’ogre des données.
Et là, soit dit en passant, personne pour la ramener, les devs tous complices, leur business avant tout.
Apple vit du matériel qu’elle vend, et l’un des points d’attraction du matériel est le logiciel exclusif qu’elle met dessus. C’est son choix stratégique, et tu proposes qu’elle ruine sa propre stratégie pour aller vers celles contre lesquelles elle s’est construite.
C’est irréaliste, et c’est scier la branche sur laquelle tu es assis, parce qu’à moyen terme, ça poussera Apple à construire son business autour de la monétisation des données, c’est-à-dire en faire un autre Google.

Moi, il me tarde que ce procès ait lieu: j’aimerais qu’il oblige Apple à lâcher sur l’exclusivité du store, avec le même type de choix qu’on a sur le Mac. Ça serait une bonne chose pour nous, les consommateurs avertis, et tant pis pour les autres, qui ne sauront pas diagnostiquer les ralentissements de leur téléphone, et les devs qui ont fait leur business sur l’AppStore et qui viennent pleurer parce que leurs investisseurs réclament leur ROI devront se trouver une autre excuse.

Après, j’espère que la commission se penchera aussi sur le business des données de Google et sa position ultra dominante sur l’info web, sur les données personnelles, et qu’ici les mêmes viendront demander que Google abandonne son business model du gratuit pour les devs à condition qu’ils filent un libre accès à leurs données utilisateurs.

avatar fte | 

@pat3

"Mais ce que tu oublies,"

Et si on essayait de ne pas présumer de ce que les gens oublient ou n’oublient pas ?

"c’est qu’Android ne fonctionne comme il est que parce que la vache a l’air de Google c’est le moteur de recherche."

Et la vache à lait d’Apple est la vente d’iPhone (incluant une cession complète de propriété de l’objet).

"Et là, soit dit en passant, personne pour la ramener, les devs tous complices, leur business avant tout."

Bien entendu leur business avant. Capitalisme. Mais quant à ne pas la ramener, tu devrais mieux te renseigner je présume car je vois et connais plein de gens qui la ramènent, au contraire.

"C’est son choix stratégique, et tu proposes qu’elle ruine sa propre stratégie pour aller vers celles contre lesquelles elle s’est construite."

Tu veux dire que si ses logiciels exclusifs étaient ouverts à la concurrence, ça ruinerait sa stratégie ? Donc ces logiciels exclusifs brillent grâce à leur exclusivité et non leur qualité ? Du coup, la concurrence leur mettrait la pâtée ?

C’est ce que tu dis ?

Je m’en branle qu’Apple se fasse allumer. Si ça me permet en tant que client et propriétaire de mon téléphone d’avoir les logiciels que je veux et de meilleure qualité que les exclusivités artificielles d’Apple, je signe de suite sans hésiter.

"C’est irréaliste, et c’est scier la branche sur laquelle tu es assis, parce qu’à moyen terme, ça poussera Apple à construire son business autour de la monétisation des données, c’est-à-dire en faire un autre Google."

Tiens, ils ont fait comment avec le Mac avant ?

Oh, ils vendent les recherches web à Google pour une dizaine de milliards par an. Ils monétisent déjà nos données. Avant de scier je ne sais quelle branche.

avatar TheRV | 

Une boutique alternative, ou comment ouvrir une brèche sur des virus, chevaux de Troie et autres app qui vont détruire la fiabilité de la plateforme iOS

avatar dodomu | 

Merci pour cet article, qui je trouve fait bien la part des choses, expliquant avec nuances les points de vues et arguments des deux parties ! 👍🙂

avatar alexybscd | 

L’article est très bien construit et merveilleusement explicatif.

N’étant pas développeur, encore moins employé d’Apple je ne me juge pas à même de prendre position sur ce débat.

Cependant je reste consommateur, qui plus est de l’écosystème entier. Sur ce point mon avis reste que le système actuel présente pour moi en majorité plus d’avantages que d’inconvénients.

-En terme de sécurité, Apple m’a préparé le terrain et je n’ai pas à m’inquiéter de virus ou de problème pouvant impliquer d’informations majeures.
-Concernant la marketing, je préfère encore ne pas recevoir de communications de chaque application installée, cela en deviendrait bien rapidement lassant.
-Enfin en terme de paiement, mes abonnements in-app sont prélevés aux même dates via iTunes/Apple, il est ainsi plus aisé de le chercher sur mon compte en banque. Je reconnais que ce dernier point reste illusoire.

Tout cela pour dire que malheureusement les erreurs commises demeureront certainement dans le futur et si les choses avancent, assurément d’autres problèmes se profileront à la suite.

avatar e2x | 

On peut dire c’qu’on veut, il n’y a pas de fumée sans feu 🔥

avatar melaure | 

Perso quand j’ai le choix je privilégie toujours l’achat chez l’éditeur !

avatar jean_claude_duss | 

@melaure

❤️

avatar thefutureismylife | 

Entant qu’utilisateur je préfère qu’Apple impose ses conditions. Si on achète Apple c’est qu’on croit en ses valeurs : qualité, simplicité, securité et confidentialité.
J’ai pas envie de me retrouver avec des apps en tout genre, avec des fonctionnements variables/différents.
En revanche je rejoins un point de l’article « se connecter avec Apple » répond à une partie de ces valeurs. Ensuite j’ajouterai bien Apple Pay obligatoire comme choix de paiement (tellement simple et pratique). L’expérience utilisateur serait ainsi sous contrôle d’Apple et à l’image d’Apple pour ceux qui feront ces choix.

avatar cherbourg | 

La lecture des « 30% » me fait réagir.

En effet, un ami restaurateur l’autre jour me dit : « Pourquoi tu commandes toujours chez moi en passant par UberEats et Deliveroo et pas sur le site de mon restau ? Il me prennent 30% de commission à chaque fois ».

Il y a une dizaine d’années, un chanteur connu confiait à mes parents que son manager lui prenait 30% sur chacun de ses cachets/contrats.

Si ça se trouve, 30% c’est aussi ce que prennent les macs sur chaque passe que réalisent leurs « travailleuses ».

avatar kinon | 

erreur

avatar Lestat1886 | 

« Mais outre le fait que les webapps n'ont pas le même accès matériel que les apps natives »

Mais si les développeurs ne veulent pas payer pour avoir cet accès, c’est en effet vouloir le beurre et l’argent du beurre...

Il reste quand même de nombreux autres tords chez apple (ne pas laisser la possibilité de proposer un choix pour le moyen d’abonnement quitte a rendre obligatoire la possibilité de payer via itunes à côté, les clauses qui limitent le streaming, etc)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR