La montre connectée de Swatch dans les trois mois

Mickaël Bazoge |

C'est dans les trois prochains mois que Swatch commercialisera sa montre connectée, a assuré Nick Hayek, le patron de l'horloger suisse — le timing n'est pas innocent, l'Apple Watch devant être lancée en avril. Dans une interview à Bloomberg, Hayek promet que cette montre sera capable de « communiquer via internet » sans que cela coûte quoi que ce soit à l'utilisateur. Est-ce à dire que la montre sera complètement autonome, sans connexion avec un smartphone ? À l'instar de l'Apple Watch, le produit pourra effectuer des paiements mobiles, mais au contraire de la montre de la Pomme, elle sera compatible Windows et Android (mais pas OS X ni iOS, a priori).

Swatch a déposé de nombreux brevets tout au long de l'année dernière qui reflètent le développement de technologies spécifiques aux montres connectées, tout particulièrement des batteries « basées sur de nouveaux matériaux qui doublent la performance » des batteries en question. Quelques unes de ces inventions seront mises à profit dans la montre intelligente qui s'en vient, mais les brevets touchant aux batteries devront attendre avant de s'incarner dans un produit. Quant au paiement mobile, Swatch s'est assuré du support de deux distributeurs suisses, Migros et Coop, qui prendront donc en charge la future montre.

Nick Hayek est un converti de fraîche date pour ce qui concerne les montres connectées. En mars 2013, il affirmait ainsi ne pas voir l'utilité de ce qu'on appelait à l'époque l'iWatch. Il a également déclaré que les montres suisses de luxe étaient des objets intelligents parce qu'en porter une donnait l'impression d'être intelligent. En septembre dernier, Hayek mangeait son chapeau en annonçant le futur produit connecté de Swatch.


Tags
avatar tof19 | 

Il fait peur sur la photo.

avatar Gepat | 

Oui je m'attendais à voir une belle montre en photo ... :D

avatar redchou | 

"Il a également déclaré que les montres suisses de luxe étaient des objets intelligents parce qu'en porter une donnait l'impression d'être intelligent."
- Elle m'a bien fait marrer cette phrase...

avatar le ratiocineur masqué | 

C'est pas lui qui disait il y'a quelque temps que les montres connectées n'avaient pas d'avenir ?

avatar Florian1293 | 

Ho même Steve Jobs est revenu sur pas mal de ses décisions! Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis!

avatar marenostrum | 

et les sages

avatar occam | 

A priori, le groupe Swatch est le seul concurrent horloger potentiel crédible de l’Apple Watch.

Avec une différence majeure cependant: Swatch possède le know-how, l’expérience et l’infrastructure pour produire, à large échelle et à faible coût, des montres de qualité qui fonctionnent (a contrario de Withings, pour ne nommer qu’eux). L’aspect “ordinateur au poignet”, donc la vraie valeur ajoutée, serait pour Swatch une aventure. Il semble raisonnable de supposer que l’ajout informatique proviendra d’autrui. Fork Android?

En outre, le Groupe Swatch est sous une certaine pression, les marges s’effritent et la surévaluation du Franc Suisse est un handicap sérieux.

Petite correction @ Mickaël Bazoge :
Migros et Coop ne sont pas des distributeurs, ils sont les distributeurs en Suisse. Ils forment un duopole, se partageant plus de 80% du marché du détail.

avatar béber1 | 

"A priori, le groupe Swatch est le seul concurrent horloger potentiel crédible de l’Apple Watch."

Sauf que l'Apple Watch d'Apple n'est pas vraiment une montre, et le sera encore moins -si la chose était possible- dans ses évolutions futures.

Il n'y aura donc pas de concurrence entre "horlogers" puisque Apple n'en est pas un.
C'est un fabricant-concepteur en micro-informatique. Depuis ses début, elle n'a qu'une spécialité, concevoir des produits comme des terminaux, même en taille mini.

Le problème c'est que tout se numérise.
Et que les boites spécialisées dans le numérique et la micro-informatique produiront de plus en plus des appareils électroniques qui aujourd'hui et demain toucheront tous les domaines de la vie courante.
Rien y échappera :
les maisons, les voitures, les vêtements... et donc les montres comme ce qui s'est déjà passé dans la téléphonie mobile

Si on regarde bien, l'iPhone comme tous les autres smartphones évolués actuels n'ont plus rien à voir avec les téléphones portables qui les ont précédés.
Ce sont définitivement des mini terminaux-mobiles … avec fonction téléphonique.

Mais la téléphonie n'est qu'une fonction de communication parmi d'autres, sans compter les dizaines d'autres fonctions possibles sur smartphone maintenant, comme piloter un drone, ouvrir sa voiture ou une serrure, régler ses thermostats, sa télé ou sa box, s'en servir de gps, d'assistant personnel vocal, etc, etc, etc.
Bref tout ce que faisaient en long et en large les bons vieux Nokia des familles.

Pour les smartwatch, c'est le même phénomène qui va se passer. (je parle de dans 10 ans au moins)
Elles n'auront de "watch" que le nom.

Là où les montres de luxe ne servent essentiellement que comme bijou (on a partout l'heure disponible maintenant),
les smartwatch vont les reléguer à leur seule fonction de luxe par toutes les fonctions numériques dont elles vont être pourvues, qui peuvent aller du simple pass type nfc (paiement, transport, etc), au capteurs biométrique pour sportifs (voire cardiaques, diabétiques, épileptiques, etc), d'assistant personnel et d'orientation, etc.

Ils vont s'affronter sur un seul terrain commun : le poignet.
Mais ce ne sera que la seule chose qu'ils n'auront plus qu'en commun demain.
Pour ce qui concerne la guerre des smartwatch, là il vaudra mieux avoir une solide expérience en micro-mobile et surtout : en micro-informatique.
Car c'est ce domaine qui primera : voir ce qui s'est passé dans la téléphonie mobile où l'iPhone/OS X a quasiment remis tout à plat.

Cela réclamera aussi des haut-niveaux en ingénierie électronique, ne serait-ce que pour avoir le plus de services disponibles tout en ayant des autonomies optimales.
Faudra pas mal investir en R&D, développer un écosystème et un marché d'apps maison (pour se différencier des autres), avoir des solides expériences passées en Micro ( en OS, en logiciel comme en conception de SoC par exemple) et avoir les reins solides financièrement.
Et là.. Apple a pas mal d'avantages accumulés de ce coté.

avatar occam | 

« Je dirais même plus. »

Bien d'accord avec vous. Sauf en ce qui concerne Swatch.
C'est pour cela que j'ai précisé que Swatch était le seul concurrent horloger potentiel crédible de l’Apple Watch. J'aurais dû mettre horloger en gras.

Tant l'horlogerie de luxe a encore peu à craindre d'Apple, tant Swatch est dans un segment vulnérable: produit de masse à bas prix, il souffre déjà de l'étiolement du marché de la montre chez les adeptes de l'informatique portable. À mesure que la smartwatch se démocratise, une Swatch comme simple montre n'a plus de raison d'être — simplement par manque d'espace au poignet.

TAG Heuer peut vouloir sortir une smartwatch de luxe par vanité; Swatch doit tenter sa chance dans ce domaine pour ne pas, à terme, disparaître.

avatar béber1 | 

"J'aurais dû mettre horloger en gras."

C'était l'objet de ma tirade :
Apple n'a et n'aura jamais rien à voir avec les horlogers et l'horlogerie,
même si dans leur communication actuelle, ils brouillent les cartes d'une manière démagogique à mon sens (opportunisme et conformisme commercial).

Apple est un concepteurs de terminaux en micro-informatique.
L'Apple Watch ressemblera à une montre électronique dans ses 1eres versions, mais n'en sera jamais une dans sa vocation, sa conception, son ingénierie, ses services logiciels et ses modes d'utilisations.

Tout au plus je peux effectivement suivre ton propos en acquiesçant sur le fait que les 2 sociétés risquent d'être en concurrence frontale pendant quelques temps, mais ce ne sera qu'une illusion d'optique,
car à terme les smartwatch (qui ne sont pas des montres) seront des mini-ordinateurs-multifonctions et connectés au poignet.

J'insiste bien sur ce point parce que:

-soit Swatch devra quitter son domaine d'"horlogerie" pour s'investir de la Micro-informatique mobile,
(et là, l'entreprise suisse aura des chances de pouvoir concurrencer plus durablement Apple sur le domaine du Wearcomputing, car c'est ce dont on parle là…)

-soit Swatch voudra allIer la chèvre et le chou, la carpe et le lapin en restant dans le domaine des montres électroniques mais en les "connectant" et en les logicielisant à la mode du temps
Et là, face à un spécialiste comme Apple, je ne lui vois plus du tout d'avenir radieux.

C'est d'ailleurs ce que tu développes dans ton deuxième paragraphe par d'autres angles d'analyses
et qui rejoint ce que je pense aussi sur le fond.

avatar arekusandoro | 

Bonne Nouvelle, plus il y a de conçurent sérieux sur le secteur, plus cela sera un bénéfice pour le consommateur :)

avatar Stanley Lubrik | 

iSwatch et son potentiel de iSwitcheurs....

avatar enzo0511 | 

s'il y a bien un groupe capable de concurrencer Apple, c'est Swatch

avatar béber1 | 

pourra faire illusion quelques temps, mais sur la durée, j'en doute

avatar Giloup92 | 

Je ne savais pas que Swatch était si en avance dans le domaine des batteries. Ça me laisse un peu sceptique.

avatar arnaudsui | 

Vous avez publié comme image la photo de Nick Hayek qui est décédé il y a 5 ans... C'est desormais son fils, Nick Hayek junior qui dirige Swatch.

avatar lewax | 

@arnaudsui :
Non non sur la photo c'est bien Nick junior et pas feu son père.

avatar Weldon | 

@occam :
Même carrefour n'a pas réussi à s'implanter en suisse. Pour dire la puissance de ce duopole

avatar Thegoldfinger | 

Contrairement à certains je pense que Swatch n'a aucune chance face à Apple.

Une montre connecté c'est avant tout de l'informatique au poignet, et ça Swatch n'a aucun savoir faire.
Ce monologue devant les actionnaires n'a pour but que de les rassurer , sachant que ce monsieur il y a tout juste 6 mois riait des montres connectés avant de retourner sa veste en décembre.

Bref il brasse du vent pour rassurer ses investisseurs.
La preuve il parle d'une Swatch compatible avec les applications Androïd et Windows, pour réussir ça, c'est une bête montre qui remonte les notifications en Bluetooth, pas un système dédié.

avatar Keor | 

Une bête montre qui remonte les notifs ? Une Apple watch sans iphone ça fait quoi déjà ? Quedal
De plus il manque un élément essentiel ds la news, la future montre de swatch n'aura pas besoin d'être rechargée !
Bref un produit made in China, monter ds des ateliers par des gens avec une expérience dans l'horlogerie proche de zéro ne pourra en aucun cas rivaliser avec un produit d'une manufacture horlogère suisse.
Apple voulait une iwatch MADE IN SWITZERLAND, c'est chose faites.

avatar béber1 | 

"Bref un produit made in China, monter ds des ateliers par des gens avec une expérience dans l'horlogerie proche de zéro ne pourra en aucun cas rivaliser avec un produit d'une manufacture horlogère suisse."

Apple n'est pas et ne sera jamais un horloger.
Son domaine de compétence est ailleurs. Il est net et précis et n'a pas varié : la Micro

Et ce n'est plus de montres qu'il s'agit quand on parle de smartwach (appellation confuse et trompeuse, la preuve…)
mais de WearComputing, soit une branche de la Micro-informatique mobile
dont les conséquences et les portées dans le futur seront sans commune mesure avec celles des montres classiques jusqu'à aujourd'hui
...sauf apocalypse et retour à la barbarie

avatar occam | 

« ...sauf apocalypse et retour à la barbarie »

Hypothèse plausible et de plus en plus probable.

avatar béber1 | 

cela simplifierait le problème et vérifierait l'axiome de ton fameux rasoir, isn't it?

avatar madmak | 

Swatch va mourir parce que la montre est un objet du passé. Le présent c'est le smartphone. A l'avenir il y aura d'autres terminaux plus petits pratiques et intelligents. La montre de luxe-bijou subsistera comme bijou.

CONNEXION UTILISATEUR