Swatch se hâte lentement vers les montres connectées

Florian Innocente |

Swatch se presse doucement vers le marché des montres connectées. Dans un entretien avec Reuters, Nick Hayek, le patron du groupe, évoque un nouveau modèle tactile… pour l'été 2015. Une évolution de ses Swatch Touch qui saura compter les pas, calculer la dépense calorique et d'autres fonctions non précisées mais basées sur une connexion Bluetooth. Toutes choses bien connues aujourd'hui.

L'horloger suisse a déjà des montres tactiles à son catalogue (elles sont vendues 110 euros). Dépourvues de boutons elles se bornent à des fonctions basiques : chronomètre, fuseau horaire, date, alarme et minuterie.

La Swatch Touch Urban Hunter (il y en a de plus sages question couleurs, mais peu…)

Hayek entend emprunter seul cette route des montres un peu plus intelligentes, même si l'idée de nouer des partenariats n'est pas complètement écartée « Tous les grandes entreprises de la high tech veulent travailler avec nous et je n'exclus pas le fait que ce soit déjà le cas ou que nous ne le fassions un jour dans certains domaines. Mais nous pouvons aussi faire les choses nous-même ».

Le groupe Swatch compte parmi ses activités périphériques la réalisation de composants, capteurs, modules vendus à d'autres sociétés. Des batteries, écrans ou micropuces fournis à des fabricants de montres ou de téléphones. Hayek suggère que les usines de sa filiale EM Microelectronics fournissent « peut-être » Apple en tout petits modules « Les composants à basse consommation sont notre spécialité. La Swatch Touch, par exemple, est le seul appareil sur batterie dont l'écran tactile est toujours actif tant sa consommation est faible ».

Seul ou déjà en affaire avec Apple, le patron de Swatch n'arrive décidément pas à se décider sur une position très claire. Fin juillet, Swatch avait opposé un démenti catégorique à la rumeur d'une collaboration avec Apple pour une montre.

L'approche qu'a Swatch de ce marché de la montre connectée n'a en revanche pas trop varié. Pour Nick Hayek, la technologie seule ne garantit pas le succès d'un bracelet ou d'une montre (un principe que l'on peut d'ailleurs décliner dans quantité de domaines) : « Les bracelets de fitness sont à la mode. Il se vendent comme des petits pains aux États-Unis, mais là-bas nos marques Swatch et Tissot affichent toujours une croissance des ventes à deux chiffres. Les gens commencent par porter ces bracelets à l'autre poignet et puis ils l'enlèvent au bout de quelques semaines ».

A défaut de savoir ce qu'Apple a dans sa manche, le message d'Hayek peut viser les Samsung, Sony, LG et consorts qui se sont lancés les premiers, sans rencontrer de succès à ce jour : « On parle d'abord à nos clients d'une montre. S'ils l'aiment, ils pourraient être également intéressés par des fonctions supplémentaires. Le problème c'est si vous définissez uniquement un produit par sa technologie. La technologie à elle seule ne suffit pas pour vendre, pas dans les montres ».

Une approche qui sied parfaitement à Apple, elle qui définit toujours ses produits en termes d'usages et d'applications.


avatar Neufouad | 

« On parle d'abord à nos clients d'une montre. S'ils l'aiment, ils pourraient être également intéressés par des fonctions supplémentaires. »

Merci monsieur Hayek. En espérant que vous soyez lu (ou entendu) du côté du 1er de la Boucle Infinie… :)

avatar fritz67 | 

J'ai du mal avec la police des chiffres pas très lisible je trouve

avatar Bruno de Malaisie | 

À l'encontre de la lisibilité que doit avoir une montre, à mon humble avis.

avatar boubloux | 

A l'encontre de la lisibilité lol... C'est une montre sympa pas trop cher de bonne qualité qui ne prétend être plus que ça.
Et swatch est une marque dynamique qui a tjr innover. N'oublions pas qu'il ont sauvé l'horlogerie suisse et qu'il ont créé la SMART.
ils ont sûrement de nombreux autre produit en stock.

avatar MrCrvsr | 

Pour rappel Swatch avait aussi présenté une montre téléphone dans les années 2000...

avatar Gagolak | 

Se hâter lentement ?

avatar MartyNick | 

C'est un proverbe latin à la base "Festina Lente" qui veut dire en gros d'avancer en prenant le temps de réfléchir à son avancé. La Fontaine y fait référence dans le lièvre et la tortue disant de la tortue : « Elle se hâte avec lenteur ».

Qu'un plus érudit complète.

avatar Nesus | 

@MartyNick :
C'est un oxymore, une figure de style somme toute assez classique. Y en a pleins les poèmes.

Hayek à raison en disant que les gens veulent des montres et que c'est ce qui fait venir le client. Il a tort par contre quand il dit qu'il peut tout faire seul. Aujourd'hui un appareil qui ne rentre pas dans un écosystème est un objet sans réel impact. C'est le drame des montres Google & co. Face à celles-ci, il n'a effectivement rien à craindre, mais ça ne durera pas. Tôt ou tard quelqu'un va avoir une très bonne idée comme l'iPhone et cet objet deviendra incontournable parce qu'il sera dans un écosystème. Chose que Swatch n'arrivera jamais à faire. Je serais eux, je fabriquerais une montre pour une société tel que Google. Une vraie montre avec une vrai plus-value et un eco système. Sinon, ils finiront comme Nokia.

avatar Ducletho | 

"ils finiront comme Nokia."

Complètement d'accord avec toi.
Tout est en train de se mettre en place, et les objects connectés vont devenir incontournables comme le smartphone vs téléphone.

avatar laurent100469 | 

@Ducletho

Pas sur. Le groupe swatch c'est avant tout la fourniture de mouvements mécaniques à la plupart des fabricants de montres de luxe. Ils ont un quasi monopole qui n'est pas prêt se disparaître....

avatar L.Fire | 

Swatch est évidement dans le coup. Cette annonce est de la poudre aux yeux.

avatar JLG47 | 

@fritz67

Et Citroën à le même pour son indicateur de vitesse.

avatar cherbourg | 

C'est marrant qu'ils aient appelé ce modèle Swatch Touch Urban Hunter. Perso je l'aurais appelé Cagole niçoise.

CONNEXION UTILISATEUR