Ouvrir le menu principal

iGeneration

Recherche

Cartes : le fossé entre Google et Apple se creuse encore

Nicolas Furno

Sunday 07 January 2018 à 10:00 • 220

iOS

La suite de l’étude comparative entre Google Maps et Apple Plans menée par Justin O’Beirne porte un nom très explicite : le fossé de Google Maps. L’avance de Google a toujours été un point sous-jacent dans cette étude passionnante qui en est à sa troisième étape, mais cette fois c’est le cœur du sujet. Et comme toujours, la démonstration est implacable et cruelle pour Apple.

Image de base : jwalsh (CC BY 2.0) Cliquer pour agrandir

Si vous aviez raté les deux premiers volets de son étude :

Google cartographie tous les bâtiments sur la planète

L’étude part d’un constat simple : Google affiche sur ses cartes un très grand nombre de bâtiments, Apple ne le fait quasiment jamais.

Son auteur part d’un exemple qu’il connaît bien, le quartier de son enfance, dans une petite ville rurale de l’Illinois. La commune compte environ 10 000 habitants, ce qui est déjà pas mal, mais assez peu aux États-Unis et pour preuve de sa faible importance pour Google, Street View ne couvre que les deux rues principales de la ville, pas plus.

Différence entre Google Maps et Apple Plans dans une ville rurale des États-Unis. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

Par ailleurs, la comparaison en faveur de Google se maintient à toutes les échelles. L’auteur a confronté des bourgades de 1000, 100 et même d’une dizaine d’habitants seulement, et les cartes de Maps affichent à chaque fois les bâtiments, là où celles de Plans sont quasiment vierges.

Différence entre les deux services, dans une commune d’une centaine d’habitants seulement. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

Justin O’Beirne s’intéresse avant tout aux États-Unis, mais il ne faut pas longtemps pour confirmer son constat ailleurs dans le monde. En France, par exemple, Google Maps affiche bien les maisons, même dans des hameaux de quelques dizaines d’habitants.

Un exemple sur les côtes bretonnes : Google Maps à gauche avec toutes les maisons, Apple Plans à droite avec que des rues. Cliquer pour agrandir

On pourrait croire que Google a de l’avance à l’échelle globale et notamment dans le monde rural, mais que le match est plus serré dans les grandes villes. Et c’est vrai qu’Apple affiche les formes de bâtiments dans quelques grandes villes, souvent là où FlyOver (les images aériennes proposées par Plans), est aussi disponible.

Cette information est néanmoins incomplète et surtout beaucoup moins précise que celle de Google. Plans se contente souvent de formes grossières, là où Maps affiche beaucoup de détails, surtout pour les gros bâtiments, comme cet exemple de la Grace Cathedral de San Francisco le prouve bien. Sur la carte de Google, on n’aurait pas besoin de toponymes, la représentation de l’édifice religieux est suffisamment précise pour qu’on l’identifie immédiatement. Ce n’est absolument pas le cas en face.

Même quand Apple affiche des bâtiments sur ses cartes (droite), le niveau de détails est incomparablement plus élevé chez Google (gauche). (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

En fait, Google est si précis qu’il ne cartographie pas seulement les grands édifices connus, les immeubles des grandes villes et les maisons isolées en campagne. Ses cartes contiennent bien plus de détails, comme les garages et abris de jardin de ce lotissement.

Maps ne se contente pas de représenter les bâtiments principaux, les cartes contiennent tout ce qui est visible, y compris des abris de jardin ou garages, comme ici dans ce quartier résidentiel. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

Justin O’Beirne donne d’autres exemples qui montrent la précision affolante de Google Maps. Ses représentations sont suffisamment précises pour distinguer les fenêtres en baie, typiques de San Francisco.

Sur cette carte de San Francisco, les ronds signalent les endroits où il y a des fenêtres en baie. Google les a tous (gauche), Apple n’en a aucun. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

Google Maps est si précis que l’on peut distinguer les équipements de climatisation sur les toits de certains immeubles…

Sur cet immeuble de Los Angeles, on distingue très clairement les cheminées de la ventilation et même les hélices à l’extrémité. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

Un processus automatisé et extrêmement rapide

Pourquoi cette différence entre les deux services ? Google a commencé en 2012 à exploiter les images aériennes à sa disposition pour, non seulement comptabiliser chaque bâtiment, mais aussi créer des modèles 3D aussi précis que possible. L’initiative a commencé modestement, avec 1000 bâtiments dans le monde, mais l’entreprise a accéléré le rythme très, très vite. Six mois plus tard, 25 millions de bâtiments sur des zones urbaines entières avaient été ajoutés aux cartes.

Ces progrès extrêmement rapides s’expliquent par un processus entièrement automatisé. Google a mis au point un algorithme capable de repérer les bâtiments sur les photos satellitaires à sa disposition, puis d’en extraire des contours précis et ensuite de les ajouter à la carte. Une fois que l’ensemble est au point, il n’y a plus qu’à l’exécuter sur toutes les images satellite et enrichir les cartes du monde entier.

Pour générer les formes de ses bâtiments, Google exploite les images satellites collectées dans le monde entier. Un algorithme créé par les cartographes du groupe fonctionne depuis en permanence, sans intervention humaine. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

C’est un processus si rapide qu’il y a des endroits où Google affiche des bâtiments… avant les routes qui les desservent !

Sur cet exemple, les maisons présentes sur la photo satellite (droite) sont aussi affichées sur les cartes, alors que la route n’est pas encore tracée (gauche). (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

L’approche d’Apple en comparaison est bien plus conventionnelle. L’entreprise propose parfois des cartes avec des bâtiments, mais pas partout. Et quand c’est le cas, ce n’est pas toujours complet, comme l’a noté l’auteur de l’étude. Vérifications faites, la firme de Cupertino semble toujours utiliser les données de TomTom, qui reste encore la source principale de Plans. Il suffit de voir comment, dans de nombreuses villes américaines au moins, les bâtiments sont présents strictement aux mêmes endroits.

Dans de nombreuses villes, comme ici à Chicago, les bâtiments affichés sur Plans (droite) s’arrêtent brutalement, au même endroit que sur les cartes de TomTom (gauche). (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

Maps continue inexorablement de creuser son avance sur Plans

Les cartes de Google sont plus riches en affichant les formes des bâtiments partout dans le monde, c’est un avantage en soi sur celles d’Apple, mais ce n’est pas le plus gros atout et ce n’est certainement pas le plus important. Le géant de la recherche n’a pas seulement mis au point une solution automatisée pour enrichir visuellement ses cartes, il a surtout exploité ces données pour en générer de nouvelles.

Les formes des bâtiments ont servi de base de travail pour ajouter une nouvelle fonction à Maps à l’été 2016 : les zones d’intérêt. Dans toutes les villes, les zones où il y a une grande concentration de boutiques et restaurants sont mises en avant avec une nouvelle couleur orange.

Avant et après la mise à jour des cartes à l’été 2016 : les zones les plus intéressantes sont bien mises en avant sur la droite. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

Google n’a pas détaillé son algorithme, mais indiqué qu’il se basait sur la concentration de points d’intérêt intéressants, comme des restaurants, des bars ou encore des magasins. En clair, les rues où il y a plusieurs points d’intérêt dans ces catégories sont jugées plus importantes que les autres et mises en avant. Un visiteur peut ainsi, dès les premiers niveaux de zoom, repérer les endroits les plus pertinents à visiter.

Mais comme le montre Justin O’Beirne, l’entreprise ne s’est pas contentée de mettre en avant des rues. Les zones d’intérêt de Maps sont en fait des formes rectangulaires qui encadrent les rues et qui intègrent les bâtiments. C’est là que le travail de reconnaissance effectué en amont commence à payer : Google sait non seulement où sont les restaurants dans une ville, la firme sait aussi quelle forme ils ont. Ce qui lui permet in fine de dessiner des zones d’intérêt plus précises sur ses cartes.

Les zones d’intérêt de Maps sont représentées en fonction de la taille et de la forme des bâtiments, et pas seulement des rues. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

Ce détail est plus important qu’on pourrait le croire. En dessinant ses aires d’intérêt autour des bâtiments plutôt que des voies, Google offre davantage d’informations aux utilisateurs, en particulier un degré d’importance différent. Une série de petites boutiques et de petits restaurants alignés sur une rue aura visuellement moins d’impact qu’un bloc de grands magasins, par exemple.

L’étude ajoute que Google a utilisé en fait deux jeux de données pour créer ces nouvelles informations. Les photos satellite ont servi à générer les formes de bâtiments qui ont servi elles-mêmes à dessiner les zones d’intérêt plus précisément sur la carte. Mais pour connaître la nature de chaque lieu recensé dans Google Maps, l’entreprise a utilisé une autre source d’informations : Street View.

Les photos prises dans les rues de toutes les villes ne servent pas uniquement aux visiteurs de Google Maps, elles sont aussi utilisées en interne pour enrichir les données. En particulier, des outils de reconnaissance d’images sont utilisés pour détecter la présence d’un commerce et ensuite distinguer sa nature. Cette information est essentielle pour définir les zones d’intérêt, tout autant que la forme des bâtiments.

Les zones d’intérêt ont été créées à partir de deux informations, elles-mêmes extraites de deux jeux de données totalement différents. Il faut de la patience et beaucoup d’investissement pour mener au bout un tel projet. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

C’est pour cette raison que l’auteur parle de fossé entre Maps et Plans. Google a commencé à exploiter Street View pour la liste de points d’intérêt en 2008, huit ans avant de déployer les zones d’intérêt. Et l’entreprise a commencé à générer des formes en 3D de tous les bâtiments à partir de photos satellite en 2012, quatre ans avant. Il a fallu un gros investissement et surtout un investissement constant au fil des années pour qu’une telle fonction voit le jour.

Pendant ce temps, Apple n’a rien, ou presque. Il lui manque les formes de bâtiments, et comme la deuxième partie de l’étude le montrait très bien, les points d’intérêt ne sont toujours pas placés correctement sur les cartes de Plans. C’est toujours le cas en ce début d’année 2018, près de six ans après la création du service, même à San Francisco où siège l’entreprise, même pour ce qui sera la plus haute tour de la ville quand elle sera terminée cette année.

Cet exemple à San Francisco est cruel pour Apple : la tour Salesforce sera le plus haut gratte-ciel de la ville et il n’est même pas placé au bon endroit sur Plans (droite). Pendant ce temps, Maps se débrouille très bien (gauche). (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

L’erreur de la tour Salesforce a été corrigée depuis la publication de l’étude. Elle montre toutefois au strict minimum qu’Apple n’a pas les processus automatisés de Google. La preuve, l’entreprise dispose d’une fonction de survol nommée FlyOver. Ce sont des photos prises à hauteur d’avion ou d’hélicoptère et elles pourraient servir également à enrichir Plans avec la forme de tous les bâtiments.

Mieux, les photos aériennes permettraient d’avoir des formes de bâtiment encore plus précises et de meilleure qualité que celle de Google. Mais ce n’est pas systématiquement le cas, comme on peut le constater facilement en comparant les zones couvertes par FlyOver et la présence de bâtiments.

Google Maps et Apple Plans ont des photos aériennes de Mulholland Drive, à Los Angeles… (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir
… mais seules les cartes de Google affichent des bâtiments sur cette même zone. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

On pourrait arguer que Plans est un service nettement plus récent que Maps. C’est vrai, mais il ne faudrait pas non plus oublier qu’Apple dispose de FlyOver depuis la création de son service. C’est à la même date que Google a commencé à mettre en place ses programmes automatiques pour convertir les photos aériennes en formes 3D d’une part, et pour analyser les photos de Street View pour en extraire les points d’intérêt d’autre part.

Dans les cinq ans qui ont suivi, Google a créé un tout nouveau jeu de données à partir des informations à sa disposition. Et Apple n’a rien fait, si ce n’est survoler davantage de villes pour enrichir FlyOver. Maps était en avance, certes, mais il n’a cessé d’avancer sans s’arrêter ces dernières années, là où Plans a, en comparaison, stagné.

Un fossé encore plus profond demain ?

Le pire pour Apple, c’est que Google ne fait que commencer. Maintenant que Maps dispose du nom et de la fonction de tous les bâtiments, maintenant que le service dispose aussi des formes exactes de chaque bâtiment, de nouvelles fonctions peuvent être envisagées. Justin O’Beirne en cite deux différentes, en rapport avec des domaines en vogue aujourd'hui et qui deviendront probablement essentiels demain.

La réalité augmentée, tout d’abord. Afficher directement sur le monde autour de nous un itinéraire ou la position d’un point d’intérêt est une idée déjà exploitée. Mais imaginez si l’on pouvait non seulement afficher la destination, mais aussi la montrer en encadrant le bâtiment correspondant ?

Extrait d’une vidéo d’anticipation publiée par Microsoft en 2012. Cliquer pour agrandir

Mieux encore, Google peut désormais connaître la position de chaque point d’intérêt à l’intérieur d’un bâtiment. Par exemple, si une boulangerie partage le rez-de-chaussée d’un immeuble avec un coiffeur, les points d’intérêt peuvent être positionnés plus précisément sur la carte.

Ce sera encore plus utile à l’heure de la conduite autonome : les voitures de Google pourront vous déposer ou venir vous chercher, non plus en fonction d’un numéro dans la rue, mais de la position exacte d’une porte. Ce sera utile dans de nombreux cadres, autant en ville pour distinguer plusieurs points d’intérêt, qu’à la campagne où les maisons isolées sont souvent associées à une boîte aux lettres qui n’est pas nécessairement au niveau du logement.

Google connaît déjà la position de chaque porte grâce à Street View. Une information qui devrait s’avérer indispensable à l’heure de la conduite autonome. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

Toutes ces données sont déjà très utiles et elles devraient l’être encore plus à l’avenir. Google continue de creuser le fossé qui le sépare d’Apple et, pour être honnête, de tous ses autres concurrents dans le domaine.

La partie est-elle totalement perdue pour Apple ? Pas nécessairement, puisque Google n’a rien fait qu’un tiers ne pourrait reproduire. Ce qui manque fondamentalement à l’entreprise de Cupertino, et ce depuis le début, ce sont des moyens. Plans pourrait être bien meilleur aujourd'hui si ses concepteurs en avaient fait une priorité bien plus élevée dès le départ, si des voitures avaient été commissionnées pour rouler partout dans le monde et commencer à remplacer Street View, si des algorithmes avaient été créés pour exploiter davantage les données de FlyOver, si des corrections plus systématiques des données avaient été mises en place…

Pour le moment, Apple n’a jamais fait l’effort nécessaire pour montrer qu’elle prenait ses cartes au sérieux. Il y a eu des progrès en cinq ans, ce serait faux de le nier, mais ce n’est pas du tout suffisant pour réduire l’écart avec Google, même si ce dernier avait gentiment bloqué ses cartes dans leur état de 2012.

Google Maps (gauche) et Apple Plans (droite) en 2012. Cliquer pour agrandir

Non seulement Maps n’a pas arrêté d’évoluer quand Plans est sorti, mais Google a encore accéléré la cadence. Autant dire que pour rattraper le retard, Apple va devoir consacrer des moyens encore plus énormes. L’entreprise en a-t-elle seulement conscience ?

Rejoignez le Club iGen

Soutenez le travail d'une rédaction indépendante.

Rejoignez la plus grande communauté Apple francophone !

S'abonner