La stagnation des cartes d’Apple face à Google Maps

Nicolas Furno |

iOS 6 n’a pas été la refonte graphique complète du système mobile d’Apple, mais cette mise à jour a été très importante pour une autre raison. L’app Plans n’affichait plus les cartes de Google comme c’était le cas depuis le premier iPhone, mais celles d’Apple qui venait de mettre au point un concurrent.

Retour en juin 2012 : iOS 5 avec Google Maps à gauche, iOS 6 avec les cartes d’Apple à droite. Cliquer pour agrandir

À l’époque, le service était largement en retrait par rapport à Maps, mais l’entreprise de Cupertino débutait tout juste et on pouvait tolérer ce retard au lancement. Cela fait cinq ans maintenant que Plans existe et il a largement été amélioré. Pour autant, Google n’est pas resté les bras croisés dans l’intervalle et on ne peut pas dire qu’Apple a rattrapé son retard en matière d'informations cartographiques. Pire, alors que Maps évolue constamment et rapidement, Plans stagne et l'écart se creuse.

Un an d’évolutions pour Plans et Maps

C’est ce que montre très bien cette étude qui a comparé les deux services sur l’année qui vient de s’écouler (Justin O'Beirne avait fait une première analyse il y a un an). La comparaison est criante : alors que Google n’a de cesse d’ajuster et d’enrichir ses cartes, Apple se contente de quelques modifications très mineures. Et à l’arrivée, la différence est terrible pour le service des créateurs de l’iPhone : la carte est moins complète et elle passe même à côté du parc au centre de cette section choisie à San Francisco.

Crédit : Justin O’Beirne

Il serait injuste de dire qu’Apple ne fait rien et on voit bien sur l’animation qu’il y a des modifications. Les points d’intérêt changent, certains apparaissent et d’autres disparaissent. C’est le cas des deux côtés d’ailleurs, et c’est bien normal, il y a constamment des commerces qui ouvrent et qui ferment.

Justin O'Beirne a compté les retraits et ajouts sur ce même quartier de San Francisco et il a fait un constat intéressant. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, c’est du côté d’Apple qu’il y a le plus de mouvements, deux fois plus que chez Google pour être exact. Les données dans Plans bougent sans cesse, ce qui pourrait être une bonne nouvelle, si cela ne cachait pas un gros problème.

Cliquer pour agrandir

En regardant dans le détail, on note en effet que la carte d’Apple hésite parfois entre plusieurs options pour un même point d’intérêt. En guise d’exemple, regardez ce qui se passe sur les bâtiments au milieu de cette zone. Google Maps a identifié d’emblée trois commerces différents et le service ajuste plus précisément leur position au fil des mois.

Plans n’affiche qu’un seul point d’intérêt et alterne entre les trois commerces qui se trouvent en fait sur place. Apple réagit probablement en fonction des remontées des utilisateurs, mais au lieu de corriger correctement l’information, l’entreprise affiche des données partielles et partiellement fausses. Vous avez une chance sur trois de ne pas trouver ce que vous cherchez avec l’app d’Apple, ce qui est tout de même gênant.

Crédit : Justin O’Beirne

Cette analyse montre très bien qu’Apple n’a toujours pas rattrapé Google en matière de collecte de données. Le parc qui n'est pas dessiné au milieu de la première carte s’explique par les mauvaises données de base utilisées par l’entreprise de Cupertino, qui repose toujours essentiellement sur les cartes de TomTom. Ces données sont bonnes dans l’ensemble, mais elles sont souvent inférieures à celles de Google dans le détail.

Pourtant, les deux entreprises n’exploitent pas qu’une seule source de données, mais des dizaines de sources pour affiner les cartes dans chaque pays. Pour la France, par exemple, Apple utilise les données de Michelin, Google celles de l’IGN. Néanmoins, l’information de base compte énormément et sur ce point, Plans est encore parfois à la traîne.

Apple exploite les données de TomTom depuis le départ, mais elles ne sont pas aussi précises et fiables que celles de Google. Crédit : Justin O’Beirne. Cliquer pour agrandir

Pour placer les différents points d’intérêt, Google a aussi un avantage considérable sur Apple : Street View. Ce service permet de se déplacer virtuellement dans les rues du monde entier (99 % de couverture aux États-Unis), mais il sert aussi à améliorer les données de Maps. En prenant des photos des bâtiments, l’entreprise peut ensuite affiner la position des commerces et autres lieux d’intérêt en croisant les coordonnées et les images.

C’est précisément ce qui permet à Google Maps d’afficher correctement les trois commerces dans l’exemple évoqué plus haut. Seule une photo de la rue permet de savoir qu’ils sont alignés et de connaître leur position respective. Sans cette information, Apple doit uniquement se baser sur une position théorique et dans ce cas où les points d’intérêt sont très proches, prendre le risque de confondre les trois.

Street View est la clé pour comprendre la précision de Google Maps. L’entreprise exploite ces clichés pour déterminer exactement la position de chaque point d’intérêt. Ici, les trois commerces évoqués plus haut. Cliquer pour agrandir

Rien qu’autour de ce parc de San Francisco, l’étude trouve deux exemples similaires où Google Maps distingue plusieurs commerces dans un même immeuble et où Plans alterne entre les noms au fil des mois. Autre conséquence logique, il y a plus de points d’intérêt affichés sur la carte de Google, puisque tous les commerces sont présentés et pas un seul par bâtiment.

Google Maps : de la carte routière à l’annuaire cartographique

En plus de cette analyse comparée de Maps et Plans, Justin O'Beirne remarque une évolution nette du style des cartes de Google. En un an, l’entreprise a changé en profondeur ses cartes, réduisant l’importance visuelle des routes et renforçant au contraire celle des points d’intérêt. La différence est souvent spectaculaire :

Crédit : Justin O'Beirne

L’étude détaille tous les changements apportés par Google en un an. Pour résumer, les routes ont adopté des couleurs beaucoup plus pales, ce qui fait qu’elles ont perdu en importance sur la carte. À l’inverse, les points d’intérêt sont désormais signalés par des pastilles colorées, ce qui les rend nettement plus visibles.

Ce n’est pas un mouvement récent, Google suit cette tendance depuis bien des années déjà. Les routes étaient toutes colorées et très visibles, mais elles se font de plus en plus discrètes au gré des mises à jour. Cette année, le gris qui sert de couleur de fond a été éclairci pour mettre en avant les zones d’activité, signalées en jaune.

Détail de l’évolution des routes en dix ans de Google Maps. Crédit : Justin O'Beirne. Cliquer pour agrandir

Tous ces changements prennent tout leur sens quand on pense à l’utilisation que l’on fait de ces cartes. Les premières versions de Google Maps ont été imaginées en fonction des cartes routières papier, celles que l’on avait l’habitude de garder dans la boîte à gants de sa voiture et que l’on sortait quand on devait trouver sa route. Les axes principaux devaient être bien visibles et toutes les routes devaient être représentées pour se repérer et ensuite savoir quelle voie emprunter.

Qui utilise son smartphone de la sorte aujourd'hui ? Quand on veut un itinéraire, on sort son téléphone et on demande à un assistant d’aller à tel endroit. Au pire, on saisit le nom de la destination dans un champ de recherche, mais dans tous les cas, on ne cherche pas à deviner son itinéraire à partir de la carte elle-même. L’app se charge du calcul et l’information est affichée alors dans une interface spécifique qui efface la carte.

Au départ, Google Maps affichait surtout des routes. Aujourd'hui, ce sont les points d’intérêt qui comptent… il faut dire que plus personne ne s’amuse à lire des cartes pour définir un itinéraire. Crédit : Justin O'Beirne. Cliquer pour agrandir

L’essentiel désormais, c’est de connaître sa destination. Le moteur de recherche est essentiel, mais Google optimise aussi ses cartes pour l’utilisateur qui cherche un lieu dans un quartier, sans avoir de nom en tête. Si vous cherchez un restaurant par exemple, vous pouvez facilement naviguer du bout des doigts sur la carte et choisir une adresse par ce biais.

C’est pour cette raison que les icônes associées aux points d’intérêt sont plus marquées sur la carte. Ils sont plus faciles à repérer et surtout, ils sont distingués d’emblée en fonction de leur catégorie. Les restaurants et bar sont en orange, les commerces en bleu, les hôtels en marron, etc.

Google est progressivement passé d’un simple point noir à un logo sur un fond coloré pour représenter les points d’intérêt. Par ailleurs, l’intitulé a également été agrandi pour qu’il soit plus lisible. Crédit : Justin O'Beirne.

Et Apple dans tout ça ?

Sur certains points, Apple avait saisi bien avant Google ce qui comptait le plus sur les cartes affichées sur les appareils mobiles. Si vous regardez à nouveau la première comparaison de cet article, celle de juin 2012, vous verrez la Pomme effaçait considérablement les routes par rapport à son concurrent. Par ailleurs, les pastilles colorées pour indiquer les lieux étaient présentes sur Plans bien avant Maps.

Malheureusement, Apple a oublié un paramètre dans l’équation : si les routes ne comptent pas autant, la position des points d’intérêt est cruciale. Et on a encore trop souvent l’occasion de constater que ce n’est toujours pas au point, même cinq ans après. En comparaison, la recherche de Google n’est pas infaillible, mais elle est beaucoup plus fiable.

Maps (gauche) vs Plans (droite). À cette échelle, Apple ne connaît que la Tour Eiffel dans la capitale, quand Google affiche déjà plusieurs lieux d’intérêt.Cliquer pour agrandir

Sur le plan visuel, les cartes d’Apple restent toujours plus légères que celles de Google, qui restent plus chargées. Mais ces dernières sont aussi plus complètes et ce, à tous les niveaux de zoom. Les zones d’activité de Google Maps sont aussi un bon moyen de repérer d’un coup d’œil les quartiers les plus vivants.

Maps (gauche) vs Plans (droite). L’écart se creuse entre les deux services : alors qu’Apple n’affiche toujours que des monuments, on voit directement les zones d’activités et les parcs de la ville sur Maps, ainsi que les principales stations de transport en commun. Cliquer pour agrandir

À grande échelle, Apple a aussi tendance à afficher beaucoup de noms de routes, alors que Google fait désormais le choix d’afficher essentiellement des points d’intérêt. Maps est alors plus pratique pour celui qui cherche une boutique ou un autre point d’intérêt, alors que Plans aidera davantage ceux qui veulent se repérer et se déplacer sans guidage GPS.

Maps (gauche) vs Plans (droite). C’est à cette échelle que la logique des deux apps diffère le plus. Maps mise tout sur les points d’intérêt et n’affiche quasiment aucun toponyme. À l’inverse, Plans limite les lieux indiqués et affiche tous les noms de rue, et même les passages piétons sur ce quartier. Cliquer pour agrandir

Pour résumer, Apple a toujours opté pour des cartes visuellement allégées, ce qui était une bonne intuition pour diminuer l’importance des routes elles-mêmes. Néanmoins, le constructeur a pris du retard aujourd'hui face à Maps et ses points d’intérêt parfaitement mis en avant. Sans compter que les informations proposées dans Plans sont toujours de qualité inférieure…

La stagnation du service d’Apple en la matière est l’élément le plus inquiétant. L’entreprise présentera peut-être des nouveautés la semaine prochaine, à l’occasion de sa WWDC, mais elle restera constamment en retard si elle compte uniquement sur une mise à jour annuelle. Google progresse sans cesse et Maps creuse l’écart, mais cela ne veut pas dire que la partie est terminée pour Plans.

Le constructeur a les moyens de reproduire ce que Google a fait, à savoir engager une myriade de chauffeurs pour rouler sur toutes les routes du monde entier. On sait que c’est déjà une opération qui est en cours et vous avez été nombreux à nous envoyer des photos de voitures Apple à Paris, puisque l’entreprise y circule actuellement.

L’une des voitures qui améliorent les données des cartes Apple, ici dans le dix-septième arrondissement parisien (merci François). Qui penserait encore à prendre en photo une Google Car ? Cliquer pour agrandir

Est-ce que l’entreprise de Cupertino a bien conscience de l’ampleur de la tâche à mener toutefois ? À l’été 2012, pile quand Apple présentait son concurrent, Google annonçait avoir fait rouler ses voitures sur plus de 8 millions de kilomètres dans le monde et ce nombre a considérablement augmenté depuis.

À notre connaissance, les voitures d’Apple ne sont jamais sorties de la capitale pour le moment. La France ne se résume pas à Paris (mais si, on vous assure) et à ce rythme, il va falloir plusieurs dizaines d’années pour couvrir correctement le territoire…

Google peut également compter sur une autre force : contrairement à Apple, l’entreprise n’hésite pas à exploiter les données de ses utilisateurs. Et même les faire participer directement pour améliorer les cartes. Dans Google Maps, un onglet entier est dédié à l’amélioration des données affichées sur les cartes. Le géant de la recherche vous incite à noter les lieux visités, à ajouter vos propres photos, à répondre à des questions et même directement à corriger les données.

Google Maps intègre une section complète dédiée à améliorer les cartes, ici sur un iPhone. Cliquer pour agrandir
Vous n’avez même pas besoin d’aller dans l’app : ici dans Safari, une recherche Google pour un lieu déjà visité affiche les mêmes questions chargées d’améliorer les données. Cliquer pour agrandir

Apple intègre un mécanisme qui permet de signaler une erreur, mais cette interface est cachée en bas des fiches associées à un lieu et c’est à l’utilisateur de faire la démarche, là où Google la propose. Plus gênant, les corrections rapportées ne sont pas toujours corrigées par la suite…

avatar misterfrank | 

C'est plutôt l'inverse chez moi, Plans indique plus de points d'intérêts

avatar hirtrey | 

@misterfrank

Tu dois avoir une version spécialement développé pour toi ?

avatar en ballade | 

@misterfrank

Tu n as peur de rien toi

5 ans d'avance plans ne rattrapera jamais Google maps

avatar toto_tutute | 

Constat cruel pour Apple mais logique : à chacun son métier.

avatar C1rc3@0rc | 

C'est pas tellement cela qu'un probleme plus profond de moyens et d'objectifs.
Apple a theoriquement les moyens d'arriver a faire aussi bien que Google Maps. La difference ce sont les objectifs.

Google doit fournir un service qui attire l'utilisateur et le fidelise. Il n'y a que la qualité et la pertinence qui permet cela pour Google Map.

Pour Apple il s'agit d'occuper la place pour empecher Google de recuperer des donnees utilisateurs. Et a ce niveau Apple dispose d'une position de force: l'app Plan est installée d'office et integree au systeme. Donc meme si elle nullissime, elle permet d'occuper la place et d'empecher Google de reccuperer 100% des clients Apple.

On voit bien la difference entre les motivations des deux.

Apres en terme de realisation, Apple Plan est une catastrophe et fait partie des inepties d'Apple avec iTunes en tete.

avatar NEWIPHONE76 | 

Pour avoir utilisé les deux, Google a une avance considérable et irrattrapable pour Apple qui ne semble pas y mettre les moyens pour le combler.

avatar supermars | 

Idem, à Strasbourg, Plans affiche plus que Maps.
Bon, ça doit être une vérité locale.

avatar R1x_Fr1x | 

"Stagnation" ? sacrés vous.

avatar frankm | 

Tiens. J'en parlais il y a 1 heure à mes collègues.
Il faudrait déjà que Plans trouve une rue adjacente à ma position sans proposer la même en Australie. Ou trouver ses propres POI avec succès

avatar tof19 | 

On pourrait parler aussi de la stagnation de Photo face à Google Photo. Google est très critiqué mais on ne peut pas leur enlever que leurs logiciels évoluent très souvent dans le bon sens.

avatar simnico971 | 

Ceux qui assuraient qu'Apple allait rapidement rattraper Google m'ont toujours bien fait rire.

avatar Hideyasu | 

@simnico971

J'ai personnellement jamais eu de problèmes avec Plan.

Après tout est question de goût, je préfère des cartes moins chargées comme celles d'Apple, je les trouve plus agréable visuellement

avatar NestorK | 

@Hideyasu

Non, ce n'est pas une question de goût, c'est une question d'ergonomie, de pertinence, d'usages, de confort. Le nombre de fois où Plan m'envoie à l'étranger quand Google cible sa recherche sur ma zone... Si je cherche un point d'intérêt précis, ne parlons même pas du désastre côté Apple.

avatar simnico971 | 

@Hideyasu

Si ton goût c'est de ne pas trouver ce que tu cherches, soit.

avatar 0lf | 

@simnico971
Ce WE je devais aller à la gare de Saint-maur Creteil. Bah "creteil saint maur" renvoie le bon résultat dans plan, et un mauvais dans google maps.

avatar Ios_What a joke | 

Pourtant je viens de tester et ça marche sur maps. C'est pas bien de mentir!!!!???

avatar BeePotato | 

@ Ios_What a joke : « Pourtant je viens de tester et ça marche sur maps. C'est pas bien de mentir!!!!??? »

Ben moi, je viens de tester aussi (en tapant exactement ce qu’il a écrit) et ça ne marche effectivement pas.
C’est pas bien d’accuser de mentir les gens qui n’ont pas menti. ;-)

avatar byte_order | 

@0lf
> Ce WE je devais aller à la gare de Saint-maur Creteil. Bah "creteil saint maur"
> renvoie le bon résultat dans plan, et un mauvais dans google maps.

C'est vrai que dire "gare" c'est inutile comme indication de destination quand on souhaite se rendre à une gare...

Et pour "parc saint maur", il dit quoi Plans si ce que l'on cherche c'est le parc de l'abbaye à Saint Maur, pas la gare ?

Comment ?
Avec l'élément déterminant "abbaye" en plus ça marche ?
Oui, ben pareil avec l'élément déterminant "gare", quoi...

oO

avatar kafy28 | 

Quand on pense qu'il n'est toujours pas possible de préparer un voyage sur Plan OSX ..... alors que je prépare mes voyages road trip sur google Maps PC et récupère tout sur l'application IOS.
Sur Maps on peut créer des calques pour séparer les jours par exemple. On peut positionner des POI perso avec les infos que l'on juge util (site internet, prix, horaires ....).

Apple se casse la gueule sur bien des domaines mais "jusqu'ici tout va bien".
La seule chose qui me fait rester sur Apple pour le moment est OSX et IOS.

Mais beaucoup d'appli sont dépassées et leur politique tarifaire est une honte.

avatar deltiox | 

@kafy28

Votre utilisation de maps dépasse mes compétences

@la rédaction
Ce serait chouette un article sur ces fonctionnalités "avancées" de maps

avatar sixtin428 | 

Le retard sur maps est considérable ! À paris les POI de plan sont tout simplement faux ou inexistants. Dans ma Rue plus de la moitié des POI d Apple sont faux. Ce sont des commerces qui n'existent plus depuis des années. Et je n'habite pas une petite rue inconnue de Paris ;). Sur maps ils sont tous présents et véritables.
Les stations de métros qui s'affichent rapidement, les renseignements des POI comme les numéros de téléphones, les sites internet etc ajouté à streetview font de maps une application indispensable ! Plan est en ce qui me concerne ranger au fond d'un dossier sur la dernière page de mon iPhone.
Réveillez vous Apple. Tout le monde s'en fout de voir Paris en 3D. Ce qu'on veut c est voir la porte de l'immeuble et la tête du quartier du coin où l'on a rdv. Voir le toit des immeubles n'a aucun intérêt.

avatar Ios_What a joke | 

Pourtant c'est classe de voir le toit. C'est pas utile mais ça fait cool????

avatar xDave | 

c'est dingue.. on a besoin de voir une façade sur un écran pour aller au bon numéro d'une rue? mais comment faisiez-vous avant les smartphones?
Ce truc me sert juste par curiosité, et, d'ailleurs, la dernière fois que je m'en suis servi il n'y avait pas du tout la vue de ce que je voulais voir.

avatar Eratic | 

"Qui utilise son smartphone de la sorte aujourd'hui ? Quand on veut un itinéraire, on sort son téléphone et on demande à un assistant d’aller à tel endroit. "

Il y a les fois où j'utilise le GPS tel que dit dans l'article (en vacances par exemple...) et surtout, pour le boulot, je ne fais que regarder le plan en cherchant la rue dans plans.
Je travaille dans un secteur donné et je dois aller d'adresse en adresse. Je connais le secteur presque sur le bout des doigts, mais il m'arrive de chercher une rue en particulier, et lorsque je la localise sur le plan, je n'ai aucun intérêt à lancer le GPS, car je sais que je serai plus efficace.

avatar leber726 | 

Tout à fait, et je rajoute que contrairement à ce qui est suggéré dans l'article, le but n'est pas de rendre les routes moins visibles sur les cartes, mais de modifier le code couleur pour que l'utilisateur perçoive 2 dimensions, la carte d'une part et les POI d'autre part. Il y a donc deux dimensions de couleur. Il n'est pas question de ne plus pouvoir comprendre la carte, sans quoi effectivement, les gens iront voir ailleurs, on ne demande pas toujours le guidage pour aller d'un point à un autre.

avatar xDave | 

Oui en effet, c'est d'autant plus vrai quand une rue est en travaux avec déviation de quelques jours/mois et que l'application GPS, peu importe laquelle, est dans les choux complet.

à suivre ces trucs connement on en perd le nord, le bon sens et l'intuition.
à force de AI on devient idiot, mais c'est un autre débat.

avatar PatrickQuebec | 

Street View ne fait pas tout ... loin de là.
Vous oubliez une source de données importante : Google Business !
Un propriétaire d'entreprise qui y déclare son entreprise va aussi apparaitre sur google maps.
C'est d'ailleurs pour cette raison que j'y suis. (Patrick Muller Draguignan)
Cela permet à Google d'être à jour (car si l'entreprise ferme, le dirigeant le signale aussi).

À ma connaissance, Apple ne propose rien sur le plan là.

avatar Nicolas Furno | 

@ PatrickQuebec :

C'est vrai que c'est aussi une source d’informations importante. Et détrompez-vous, Apple propose la même chose : https://mapsconnect.apple.com

avatar PatrickQuebec | 

Ah merci pour l'info, je ne le savais pas. Je vais m'y inscrire :)

avatar Stéphane Moussie | 
Cette discussion illustre bien l'un des principaux défis d'Apple : faire connaître ses services permettant d'améliorer Plans, pousser les utilisateurs à enrichir les infos. Google est beaucoup plus proactif en la matière, au point même d'être « agressif » je trouve (par exemple quand on nous demande de répondre à des questions sur un POI après une simple recherche Google).
avatar PatrickQuebec | 

Je suis d'accord :)

avatar ddrmysti | 

C'est aussi l'avantage de la grosse communauté geek de google, beaucoup plus prompt à s'investir et à participer à l’amélioration des services et logiciels qu'on ne retrouve pas dans le grand publique qui représente une bonne partie des utilisateurs d'iphone. Ca ne fait pas tout, mais ça aide également d'avoir une armée de mecs prêt à ajouter ou corriger des informations, et pas que pour dessiner un bug droid qui pisse sur une pomme dans maps.

avatar byte_order | 

L'autre nuance c'est que les services d'Apple sont payants - il faut disposer d'un matériel de la marque pour pouvoir s'en servir - alors que ceux de Google sont sans obligation d'achat.

C'est plus facile de convaincre les gens de participer gratuitement à l'amélioration d'un service gratuit que d'un service utilisable qu'après avoir acheter - fort chère - une plateforme logicielle spécifique de la même marque seule autorisée à accéder à ce service.

Un utilisateur de Plans peut avoir légitimement le sentiment d'avoir *déjà* contribué à l'amélioration du service, qu'il a payé dans le prix global de son achat, avec d'autres services. C'est le fameux prix de la fameuse _expérience l'utilisateur supérieure_.

L'utilisateur de Google Maps, lui, sait qu'il n'a pas payé grand chose alors que l'expérience utilisateur est tout autant supérieure. Ca motive un peu plus à participer collectivement à le maintenir...

avatar ddrmysti | 

Mouai, je ne suis pas convaincu. Ca voudrait dire qu'un utilisateur de SE serait plus à même de participer qu'un utilisateur d'un 7 parce qu'il l'a payé plus cher ?

Et le mec qui utilise maps sur son téléphone à 100€ mais qu'est pas geek du tout et ne sait pas que la fonction pour proposer des POI existe, il participe ou pas ?

Par contre quelque soit le prix de son téléphone, la communauté du libre est toujours très participative, et la grande partie de cette communauté n'est pas sur iOS.

avatar byte_order | 

Attention, Google Maps n'est pas une cartographie "libre", même si elle en a pas mal l'aspect en terme d'accès, ToS, API, plateforme collaborative, etc.

Mon propos portait plus sur le prix d'accès au service Maps vs Plans que sur le prix des plateformes clientes. Il faut être client d'Apple pour se préoccupé de la qualité de Plans, tandis que quelque soit votre plateforme (y compris celles d'Apple) vous pouvez utiliser GM.

Y'a un côté nettement plus universel à Google Maps, là où Plans est reservé à la communauté des utilisateurs de solutions Apple uniquement.
Et y'a clairement plus de monde en dehors de cette communauté que dedans, même avec la PDM des iPhones.

Cette fermeture des plateformes d'Apple refoule, en effet, d'autant plus les gens attirés par les démarches collaboratives, participatives et de partages de données.

avatar Ios_What a joke | 

T'as le droit de ne pas vouloir y répondre. Te demander, c'est agressif??? Envoie moi une photo de toi pour que je n'ai jamais le malheur de te demander l'heure ou un avis!

avatar guigus31 | 

@PatrickQuebec

Apple ne fait pas confiance à l'utilisateur.
Mes demandes de correction restent systématiquement lettre morte.

Quand à Mapsconnect, apple ne le mets pas assez en avant, la preuve...

avatar PatrickQuebec | 

Pour Mapsconnect, je suis d'accord.
Pour les corrections, on va voir, je viens d'envoyer la demande ;)

avatar headoverheel | 

Google sera toujours meilleur qu'Apple dans la collecte de données, c'est son cœur de métier. Grace à Google home, une étape sera encore franchie : Google sera au courant avant toi que ta femme est enceinte, Google saura ce que disent tes enfants dans ton dos en ton absence. Si tu commences à voir fleurir de la publicité pour de la layette pendant une recherche Google, une discussion s'impose avec madame.

avatar iGeek07 | 

Autre essai très intéressant de la part de Justin O'Beirne sur le futur des cartes à l'heure des voitures autonomes : https://www.justinobeirne.com/autonomous-vehicle-cartography
Personnellement, même si les voitures autonomes ne sont pas pour tout de suite, vu que je suis principalement copilote, j'adorerais un mode qui ressemble au prototype présenté!

avatar deltiox | 

@iGeek07

Passionnante lecture

Merci pour le lien

avatar Lestat1886 | 

On voit le parc sur Apple maps c'est juste qu'il n'est pas en vert

avatar byte_order | 

Joli usage de l'argument "c'est juste que".

On voit le parc, c'est juste qu'il est dessiné de la même couleur qu'un parking ou une friche industrielle.
On voit la mer, c'est juste qu'elle est dessiné de la même couleur que les forets...

C'est vrai, ça, c'est pas comme si y'avait une historique de conventions usuelles en cartographie depuis des centaines d'année en matière de couleurs en fonction de la catégorie d'un espace particulier. Tout est nouveau dans ce domaine...

avatar alan1bangkok | 

apple est trop occupé a vendre ses iBIdules , les softs sont livrés avec pour meubler et décorer
Plans Photo  music sont juste à peine mis à jour par les équipes de stagiaires et visiblement  s'en contente et beaucoup de clients aussi .
Le pognon rentre , what else ?

avatar Arcetnathon | 

La question c est : et alors ?
Qui utilise Google Map pour des points d interet ? Yelp, Tripadvisor sont nettement plus utiles !

avatar debione | 

A peu près toutes les personnes qui utilisent Google Maps?
Quand yelp et TripAdvisor, c'est tellement bourré de faux témoignages qu'ils en deviennent complètement inutiles... pour ne pas dire contre productif...

avatar heero | 

hihihi après avoir lu l'article , OUI moi je regarde encore un plan pour deviner par où passer sans demander le chemin de A a B par le champ de recherche ^_^

avatar olivierlacour | 

Perso, je n'utilise plus Maps depuis un bout de temps. Impossible de trouver des adresses facilement, location parfois erronée, temps de chargement des cartes insupportable !
Dommage que l'on ne puisse mettre GoogleMaps par défaut...

avatar Ios_What a joke | 

Vous vouliez dire plans dans la première phrase?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR