Apple ne profite pas de l'encadrement du pistage publicitaire, selon cette étude commandée par Apple

Mickaël Bazoge |

Une fois de plus, Apple a commandé une étude en forme de plaidoyer, concernant cette fois la politique d'App Tracking Transparency (ATT) inaugurée avec iOS 14.5 il y a pile un an. Rappelons le principe : il s'agit de l'affichage d'une fenêtre de consentement pour être suivi par une application.

Kinshuk Jerath, professeur de business à l'école à la Columbia Business School, a obtenu des fonds d'Apple pour cette étude, mais pas de documentation ni d'informations privées de la part du constructeur. Il défend la position de la Pomme avec des arguments frappés au coin du bon sens, mais c'est vrai que les conclusions de l'étude restent teintées du support de l'entreprise, comme c'était le cas pour ce rapport récent sur l'état de la concurrence dans l'App Store.

L'auteur fait le distinguo à plusieurs reprises entre des données « first party » et des données « third party ». Les premières sont des informations collectées et exploitées par une entreprise au sein de ses propres applications et services. Par exemple, Apple pour sa propre régie publicitaire qui affiche de la réclame dans l'App Store, les applications News et Bourse.

Données « first party » en haut, données « third party » en bas.

Une régie qui exploite des données de tierces parties utilise des informations d'un peu partout, puisées dans des applications et services provenant d'autres éditeurs. Cela peut par exemple être des données collectées dans une app d'actualité, croisées avec des données piochées dans une app de voyages et un jeu.

ATT agit sur la collecte des données tierces, en demandant à l'utilisateur s'il accepte le suivi inter-applications. L'étude martèle que les nouvelles règles d'Apple n'affectent pas la capacité des applications à collecter et à exploiter des données « first party ». Par conséquent, l'impact sur les entreprises qui affichent des publicités ciblées en utilisant ce type de données est modeste, voire inexistant.

Depuis septembre dernier, Apple demande son consentement à l'utilisateur pour exploiter les données « first party » dans le cadre des publicités personnalisées de l'App Store. C'était quelque chose de réclamé notamment en France.

Apple retourne sa veste et va demander le consentement pour personnaliser les pubs de l

Apple retourne sa veste et va demander le consentement pour personnaliser les pubs de l'App Store

Le chercheur défend le programme Search Ads, qui depuis 2016 affiche de la publicité dans les résultats de recherche de l'App Store. Il est très peu probable qu'il ait siphonné les budgets publicitaires perdus par Meta et les autres suite à l'introduction d'ATT. Search Ads se concentre sur un secteur publicitaire, à savoir la promotion des applications mobiles, pas d'autres services ou des biens comme des vêtements ou des chaussures.

La progression des ventes de Search Ads (que malheureusement le chercheur ne chiffre pas) serait la conséquence de la croissance de la publicité pour les apps mobiles dans son ensemble et dans certaines catégories précises (la finance, les paris sportifs), et aussi par le lancement en juillet 2021 du programme en Chine. Des statistiques avaient révélé au contraire qu'Apple profitait de l'encadrement publicitaire imposé par iOS 14.5.

La politique de confidentialité d

La politique de confidentialité d'Apple profite à son business publicitaire

Une autre étude, indépendante cette fois, a expliqué que si ATT fonctionnait effectivement, la pratique posait d'autres soucis. Des éditeurs cherchent, et trouvent parfois, des moyens de contourner cette mesure de confidentialité.

L

L'encadrement du pistage publicitaire sur iOS fonctionne, mais il soulève d'autres problèmes


avatar redchou | 

C’est incroyable de nombre d’étude commandé par Apple qui vont dans leur sens… 😅

avatar malcolmZ07 | 

Ce n'est pas étrange de commander une étude par un organisme privé... ça veut pas dire qu'ils vont aller dans notre sens pour autant...
Tu peux faire la même chose pour un étude de faisabilité , c'est pas pour ça qu'ils vont dire que ton projet est fiable/réalisable pour éventuellement avoir les autorisations de poursuivre... C'est fou le nombre d'ignorant sur macg, malgré la quantité de boomer aigri

Bref, tu devrais commander l'étude et dépenser ton propre argent

avatar en chanson | 

@malcolmZ07

A l’inverse tu peux commander une étude privée qui ira dans ton sens (ex. Serveur mediator). C’est fou le nombre de naïfs dans ce forum!

avatar Sgt. Pepper | 

@en chanson

A l’inverse tu peux commander une étude privée qui n’ira pas dans ton sens.

Ici on parle d’une étude conduite par professeur Ph D. d’une école de Commerce très sérieuse de haut niveau .

Il est normal aux états unis de financer la recherche.

J’imagine mal cette école bidonner une telle étude largement médiatisée ,
Maintenant si tu as des éléments factuels plutôt qu’une opinion subjective….

C’est fou le nombre de complotistes dans ce forum!

avatar raoolito | 

@Sgt. Pepper

si ce n'etait que dans ce forum :(

les sites d'info alternatives ont de beaux jours devant eux...

avatar r e m y | 

Disons que lorsque tu as commandé une étude, si les résultats ne vont pas dans ton sens, tu n'es pas obligé d'en publier les résultats...

avatar Nesus | 

C’est bizarre comme déclaration.
Dire qu’Apple n’utilise pas plus de donnés publicitaires que celles fournies aux tiers partie peut s’entendre (et reste à démontrer autrement qu’en payant soit-même, juge/partie tout ça, tout ça…).

Mais dire qu’Apple n’en bénéficie pas alors que c’est clairement la stratégie commerciale de l’entreprise ? C’est vraiment très bizarre.

avatar Sgt. Pepper | 

@Nesus

Non c’est ton opinion.

Rien ne prouve que la volonté d’Apple de protéger notre vie privée ne serait pas sincère.

Apple pourrait faire largement plus d’argent en nous bombardant de publicité ciblée à partir du recèle de data récupérées à travers le Web.

Et vu la part de marché des services Google, cela ne dérangerait pas grand monde , et comme il y n’aurait pas d’autres alternatives….

avatar Nesus | 

@Sgt. Pepper

Vous avez mal lu.
La vie privée étant devenu un argument de vente Apple en bénéficie directement.
Donc dire que l’encadrement du pistage publicitaire ne leur rapporte pas est faux. Est-ce qu’il gagne sur les deux tableaux en collectant des données auxquels les autres n’ont pas le droit, ça reste à démontrer. Et autrement que par une étude qu’ils mandatent et paient. Il y a des règles à respecter même pour Apple.

avatar bibi81 | 

Apple pourrait faire largement plus d’argent en nous bombardant de publicité ciblée à partir du recèle de data récupérées à travers le Web.

Apple a essayé et Apple a échoué. Et comme Apple veut sa part du gâteau et que la publicité lui échappe, elle coupe le robinet aux autres régies publicitaire. La protection des données privées n'est qu'une conséquence pas un objectif, l'objectif d'Apple c'est de capter un % de chaque $ que l'iPhone a contribué à générer (c'est la raison d'être du blocage du NFC).

CONNEXION UTILISATEUR