L'encadrement du pistage publicitaire sur iOS fonctionne, mais il soulève d'autres problèmes

Stéphane Moussie |

Les mesures récentes d'Apple pour limiter le pistage publicitaire sur iOS sont-elles efficaces ? La réponse est oui si on s'en tient au seul périmètre de l'App Tracking Transparency, mais elle est tout autre si on adopte une vision plus globale. C'est la conclusion d'une étude réalisée par des chercheurs de l'Université d'Oxford qui vient de paraître.

Ceux-ci ont analysé près de 1 700 apps iOS, chacune en deux versions différentes pour vérifier l'effet réel des nouvelles protections : une version avant iOS 14 et une version actualisée après iOS 14.5, la mise à jour du système qui a introduit l'App Tracking Transparency (ATT). Cette mesure oblige les applications à demander aux utilisateurs si elles peuvent les suivre à des fins publicitaires. Concrètement, si l'utilisateur accepte, son identifiant publicitaire unique (IDFA) est transmis à l'app qui peut s'en servir pour personnaliser la pub. Si l'utilisateur refuse la demande, son IDFA reste privé.

Est-ce bien le cas ? Oui. Avant l'ATT, 26 % des apps analysées partageaient automatiquement l'IDFA sur internet. Depuis la mise en place du système, plus aucune ne partage cet identifiant sans le consentement de l'utilisateur. Sur ce point, l'ATT remplit bien son office. Mais en observant plus scrupuleusement les requêtes réseau des apps, les chercheurs se sont rendu compte que des tiers ainsi qu'Apple avaient toujours des moyens de pistage.


avatar raoolito | 

CQFD
donc apple ca devoir appliquer les regles à tout le monde (dont elle-meme) avec vérifications sous peine d'etre mechamment sanctionnée un peu partout...

avatar OnTheTop | 

@raoolito

Sauf erreur de ma part, il n’est jamais dit que Apple ne respecte pas les règles.
Mais que comme c’est beaucoup plus compliqué d’obtenir des données croisées et de suivre les personnes à la trace (Grace à la nouvelle politique d’Apple ou tout le monde est obliger de se conformer y compris elle) ben au final toutes les entreprises qui « t’espionner » pour vendre les informations, n’en sont plus capable.
Et les seul qui au final en s’on encore capable. Sont celles qui ont beaucoup de donner naturellement et beaucoup de moyen pour encore reussire à offrir un service publicitaire cibler.

C’est à dire: Facebook et Google pour l’immense majorité mais aussi à plus moindre échelle Apple.

En gros ça est juste une question de math.
(Chiffre inventé car pas cité dans l’article, et d’ailleurs ça serais intéressant de les connaître si ils sont présent dans l’étude 🙂)
Imaginons que avant il y avait
30% pour Alphabet
30% pour Meta
10% pour Apple
30% pour autres (petit indépendant)
Ben si les petits ne peuvent plus pister, alors cela se transforme imaginons
40%Meta
40%Alphabet
20%Apple

CONNEXION UTILISATEUR