iPadOS : le risque du grille-pain-réfrigérateur

Anthony Nelzin-Santos |

Maintenant que son système d’exploitation s’appelle « iPadOS », c’est officiel, l’iPad n’est plus un grand iPhone. C’est une plateforme à part entière, qui possède ses idiosyncrasies, et amène ses interrogations. Comment répondre aux usages actuels et anticiper les futurs usages, de l’iPad mini à l’iPad Pro, du fond du canapé au bureau, tout en laissant l’iPad être l’iPad ? C’est le problème qui structure le développement d’iPadOS.

L’iPad de septième génération. Image Apple.

L’iPad n’a jamais été simple, mais devient compliqué

L’iPad n’a jamais été aussi simple que certains le prétendaient, mais est devenu franchement compliqué. C’est la vie normale d’une plateforme : l’iMac de 2019 est nettement plus complexe — et capable — que le Macintosh 128K de 1984. Mais le succès d’une plateforme réside dans sa capacité à maitriser cette complexité, grandir de manière organisée, proposer de nouveaux usages. Or par certains aspects, l’iPad peine à encaisser la complexité d’iPadOS, grandit de manière chaotique, impose des usages.

Les gestes tactiles d’iPadOS sont souvent comparés aux raccourcis de macOS. Mais alors que les raccourcis sont affichés dans tous les menus, qui forment ainsi un index des fonctions et de leurs raccourcis, les gestes « avancés » ne sont pas découvrables, ou alors seulement de manière contrainte (par une explication) ou fortuite (par accident).

Pour ne rien arranger, leur comportement n’est pas nécessairement prédictible. Le simple geste de pincement ne veut pas dire la même chose ici (dézoomer le contenu dans la plupart des applications) ou là (« dézoomer l’application » dans Safari), un même comportement demande un geste ici (un pincement à deux doigts pour dézoomer dans les applications) ou là (un pincement à quatre doigts pour « dézoomer le système » — et encore, pas trop vite, au risque de retomber sur l’écran d’accueil !).

« Cela s’explique, et puis ce n’est qu’un coup de main à prendre », me direz-vous. Ce n’est pas faux, mais cela ne résout rien aux problèmes de manipulation rencontrés par les enfants ou les seniors, et plus largement toutes les personnes souffrant d’un déficit du contrôle moteur. Les gestes sont aussi peu accessibles que les raccourcis, mais alors que les raccourcis sont accessoires dans l’utilisation de macOS, les gestes sont centraux dans l’utilisation d’iPadOS.

Gestion des fenêtres sur l’iPad. Image Apple.

Et iPadOS casse certains gestes intuitifs. Dans Safari, essayez donc d’ouvrir un nouvel onglet en glissant un lien sur le bouton +, ou de déplacer un onglet vers le côté droit. Ces deux actions anodines sont désormais impossibles, des manipulations simples sont interrompues par le système complexe de gestion des fenêtres. Ce n’est pas la fin du monde, mais cela participe au sentiment d’une complexification subie.

Un millefeuille de fonctions concurrentes

Paradoxe cruel : les difficultés à gérer la complexification d’iPadOS parasitent… les fonctions les plus complexes ! À l’exception de l’iPad mini, tous les modèles sont maintenant présentés avec un clavier, souvent avec plusieurs fenêtres. Apple ne devrait donc pas être surprise que l’on veuille ouvrir deux fenêtres et transférer des données de l’une à l’autre, en utilisant le clavier. Et pourtant !

Ouvrez Safari d’un côté, et Notes de l’autre. Tapez quelques lignes dans Notes, puis passez à Safari avec le raccourci ⌘⇥. Ouvrez la barre d’adresses avec ⌘L, copiez l’adresse avec ⌘C, effectuez un nouveau ⌘⇥ pour revenir à Notes, puis collez avec ⌘V. Rien ne se passe ? C’est « normal ». Vos intentions sont extrêmement claires, votre séquence de raccourcis est limpide, mais le système a perdu pied.

Que vous utilisiez le raccourci ou les doigts, la gestion du focus, autrement dit de la fenêtre active, est catastrophique. C’est un point central, qui distingue le gros iPadOS du petit iOS, mais un point pourtant déficient. Ce n’est pas un problème théorique : même avant l’apparition du MultiFinder et du multitâche coopératif, et d’ailleurs plus encore avant l’apparition du MultiFinder, le Mac n’avait aucune peine à distinguer entre une fenêtre active et des fenêtres passives.

En 2010, l’iPad était présenté dans l’orientation portrait, comme un gros iPhone. Même le clavier optionnel (et oui, Apple avait déjà prévu un clavier !) était conçu pour une utilisation en portrait. En 2019, l’iPad est présenté dans l'orientation paysage avec son clavier, comme un Mac. Tout le système est optimisé pour une utilisation dans cette orientation.

C’est un problème fonctionnel : iPadOS reste iOS, et iOS n’a pas été conçu pour gérer plusieurs fenêtres, mais pour éliminer toute forme de gestion des fenêtres. En répondant à Microsoft, Apple a remplacé avantageusement la béquille de la Surface par les plis du Smart Keyboard, mais n’a pas réussi à greffer les fenêtres de Windows au cœur d’iOS. L’ensemble tient du patchwork aux coutures distendues plus que de l’édifice aux joints solides.

iPadOS, ou RaccourcisOS ?

Oh, ces coutures tiennent parfois du génie. En permettant aux applications de communiquer entre elles (et même entre les appareils) sans sortir de leur bac à sable, XPC a transfiguré iOS. Sans XPC, pas d’extensions. Sans XPC, pas de raccourcis. Sans XPC, pas d’iPadOS. Non, vraiment : mes collègues Nicolas et Mickaël, que j’ai observés une semaine durant avec une certaine fascination, ne travaillent pas vraiment sur iPadOS. Ils travaillent sur RaccourcisOS.

Désormais intégré au système, et complètement imbriqué avec Siri, Raccourcis est le pivot d’iPadOS. Il permet de passer outre certaines limites du système, d’emprunter les données d’une application et les fonctions d’une autre, et d’assembler le tout dans de petites fenêtres qui disparaissent aussi vite qu’elles sont apparues. Toute ressemblance avec OpenDoc n’est absolument pas fortuite.

Une vision des usages de l’iPad. Image Apple.

Raccourcis démultiplie les capacités de l’iPad, mais est nettement moins maniable sur iPhone, et tout simplement absent du Mac, et tant pis pour la « continuité » qui a motivé tant de changements logiciels ces dernières années. Surtout, il demande de maitriser des concepts relativement compliqués… pour obtenir des fonctions somme toute relativement simples.

Autrement dit, Raccourcis invite à tordre iPadOS jusqu’à la rupture, pour obtenir des résultats inférieurs à ceux obtenus sur macOS. On n’ira pas blâmer ses utilisateurs : Apple a tendu la main, ils veulent le bras. Mais, si vous me permettez de filer la métaphore corporelle, Raccourcis fait parfois l’impression d’un pansement sur une jambe de bois.

Le risque du « grille-pain—réfrigérateur »

Le risque est clair : qu’à force d’être écartelé entre deux catégories d’usages très différents, l’iPad devienne le « grille-pain-réfrigérateur » honni par Tim Cook, et ne soit finalement plus bon à rien. Le MacBook Pro n’a jamais compromis l’existence du MacBook Air. L’iPad Pro compromet l’agrément d’utilisation de l’iPad, et l’iPad Air empêche la réalisation pleine et entière de l’iPad Pro.

Rien ne sert de railler ceux qui veulent absolument utiliser leur iPad comme ils utilisent leur Mac. Oui, leurs objectifs compliquent probablement les choses pour ceux qui utilisent l’iPad comme un gros iPhone. Oui, leur vision des choses douche les espoirs des utilisateurs qui imaginaient de nouvelles interfaces débarrassées de la métaphore du fichier et des fenêtres. Mais il est difficile de nier qu’ils ont participé au retour de l’iPad sur le devant de la scène.

La gamme iPad. Image Apple.

Avec cette première version d’iPadOS, l’iPad est à la croisée des chemins1. Quid du MacBook Air, qui occupe le même terrain, avec un environnement de bureau et un Terminal en plus ? Quid de l’iPad mini, seul iPad dépourvu de clavier ? Quid des pistes qui pourraient être suivies si l’on ne courait pas après les Mac et la Microsoft Surface ?

Maintenant que presque tous les iPad sont compatibles avec une version ou une autre du Smart Keyboard, et que tous sont compatibles avec une version ou une autre de l’Apple Pencil, Apple va devoir répondre clairement à ces questions. La récente transformation de l’iPad d’entrée de gamme — le plus vendu — apporte des éléments de réponse. Une chose est sure : l’iPad ne va pas pouvoir rester éternellement le cul entre deux chaises.


  1. Si j’osais, je dirais que l’iPad de 2019 ressemble au Mac de 1999, avec un système usé jusqu’à la corde, sur lequel on a greffé des années et des années d’innovations technologiques, sans revoir ses principes fondateurs.  ↩

avatar reborn | 

Ah ça criait pour un iPadOS et maintenant qu’il est là..

La bonne nouvelle c’est que l’iPad peut encore être utilisé comme avant. J’utilise toujours les même gestes pour quitter une application, passer à une autre application, faire un copier coller..

Vous vouliez ouvrir plusieurs instances d’une même app dans iOS ? Vous êtes servis.. 🤷‍♂️

Mais ma logique c’est qu’avec ce type de besoin le mieux c’est d’utiliser un OS de bureau.

avatar Niteor | 

@reborn

je me faisais la même réflexion... c'est très français tout ça, non ?

avatar reborn | 

@Niteor

iPadOS est bancal

À chacun son avis sur cette affirmation.🤷‍♂️

Mon avis c’est qu’Apple à fait le maximum pour intégrer au mieux les demandes des utilisateurs tout en leur permettant d’utiliser l’iPad comme il y a des années.

-Multi-instances
-automatisation
-etc

Mais iPadOS n’est pas aussi flexible qu’un OS de bureau et c’est normal. J’espere que ceux qui voulaient ces fonctionnalités y trouveront leur compte.

Pour moi c’est très simple, si j’ai besoin d’un clavier sur une tablette c’est que je n’ai pas besoin d’une tablette mais d’un laptop (un macbook si possible 😌).

Avec les progrès des laptops en matière de poid, finesse, autonomie depuis 2010 cela rend la tablette moins pertinente.
Et peut-etre avec un SoC ARM encore moins pertinente..🤞

Là ou elle reste pertinente c’est dans les usages prévu en 2010 et les nouveaux usages que permet par le pencil.

Le multi-instance, multi-tache hardcore par contre j’en doute. Il faut rester raisonnable et ne pas en attendre autant d’iPadOS que d’un OS de bureau.
Plus l’on va dans cette direction et plus l’on sera limité par la rigidité d’iPadOS.

avatar adrianito | 

Le multi tâche de l'iPad n'est clairement pas fait pour les utilisateurs qui aiment avoir 657 applications lancées et ont besoin de 459 onglets, ça c'est sûr.

Mais par contre, je ne te rejoins pas sur les "usages de 2010". l'iPad dans le monde professionnel a encore une belle marge de manoeuvre. Ce nouvel os a véritablement apporté quelque chose pour moi dans mon laboratoire de pâtisserie. Les ordinateurs ont disparus, aujourd'hui, on a des iPads 11 pouces qui nous permettent de faire autant de chose qu'avant, voire beaucoup plus, puisqu'ils nous permettent de travailler directement avec en cuisine et de le faire debout. Autre avantage quand tu travailles debout par rapport à un PC portable : tu peux séparer le clavier de l'écran et donc avoir le clavier à hauteur de main et l'écran à hauteur de vue. Le pencil aussi trouve sa place, vu qu'on doit souvent écrire, prendre des notes, etc. Quand il faut prendre des notes sur un clavier de PC portable avec les mains pleines de gras de beurre et de farine, je peux t'assurer que le PC portable ne dure pas une année, il est encrassé avant. Je pense sincèrement que mon expérience peut se transposer à énormément d'autres métiers et utilisations.

avatar reborn | 

@adrianito

Ça reste de l’interaction légère ;) mais oui je comprend tout à fait tes usages.

avatar fte | 

@reborn

"Mais iPadOS n’est pas aussi flexible qu’un OS de bureau et c’est normal."

Pourquoi est-ce normal ?

avatar bonnepoire | 

@fte
Pourquoi est-ce normal ?
Parce que tu vas complexifier un outil qui était on ne peut plus simple. C'était l'avantage principal de l'ipad sur ses concurrents.

Il faudrait pratiquement un mode expert et un mode simple.

avatar fte | 

@bonnepoire

"Parce que tu vas complexifier un outil qui était on ne peut plus simple. C'était l'avantage principal de l'ipad sur ses concurrents."

Pour moi flexible ne signifie pas complexe.

avatar Benitochoco | 

@reborn

L'iPad Pro, est le meilleur Mac que j'ai eu depuis longtemps. Certain vont hurler, mais le périphérique de mon iPad, c'est le Mac. J'imagine assez bien Apple penser la même chose dans les usages.

avatar frankm | 

@reborn

Je suis en quelques sortes d’accord. Vaut mieux utiliser un OS de bureau pour ces besoins.
J’ai imaginé remplacer mon MacBook Pro par iPad Pro que j’apprécie. Finalement cet iPad édite une vidéo plus que mon MacBook Pro. Hallucinant.
Mon vrai problème c’est la sauvegarde ! Il y en a une iCloud. Synchronisation avec le Mac qui est sauvegardé avec Time machine. Avec Time machine je dispose de mes données. Toutes mes billes ne sont pas dans le même sac.
Passer sur un iPad à 100% sous-entend pour moi de pouvoir faire un Time machine en branchant un disque dur externe dessus. Sans dépendre que de Apple

avatar Furious Angel | 

Je trouve que le nom iPadOS est plus de la com qu’autre chose. La plupart des nouvelles fonctionnalités sont communes à iOS. Les vraies différences viendront sûrement dans les prochaines versions.

Les seules nouveautés propres sont la gestions de disques externes (quoique, c’est impossible sur iOS ?) et le multifenetrage.

Je trouvais déjà le multifenetrage compliqué avec la version précédente (le dock ou l’affichage de toutes les apps, je ne m’y suis jamais fait), mais là en ajoutant les instances d’une même app, la possibilité de switcher entre les apps qui sont superposées au dessus... ça devient vraiment compliqué. Et pas intuitif du tout.

avatar Nicolas Furno | 

@Furious Angel

Non, les fonctions de l’app Fichiers sont identiques sur iOS. La seule spécificité d’iPadOS dans cette app, c’est la vue colonne en mode portrait.

avatar Furious Angel | 

@nicolasf

Bon alors c’est pire que ce que je pensais ! Pour le moment le nom est juste cosmétique.

avatar bonnepoire | 

@Furious Angel
A partir de maintenant ils peuvent s'émanciper. Je pense que même si ce n'est que de la com', c'est une impulsion qui s'intensifiera.

avatar mateodu13 | 

“ Les seules nouveautés propres sont la gestions de disques externes (quoique, c’est impossible sur iOS ?) et le multifenetrage”
@Furious Angel

La gestion des supports externes était limitée à l’importation de photos sur iOS.

avatar John McClane | 

Comment fait-on pour avoir plusieurs fenêtres comme dans la deuxième photo ?

avatar Nicolas Furno | 

@John McClane

C’est le nouveau Slide Over d’iOS 13, glissement du bas vers le haut au niveau de la barre d’accueil pour afficher toutes les instances ouvertes dans ce mode.

avatar John McClane | 

@nicolasf

"C’est le nouveau Slide Over d’iOS 13, glissement du bas vers le haut au niveau de la barre d’accueil pour afficher toutes les instances ouvertes dans ce mode."

Merci ! Mais ça n’est pas logique : c’est le même geste que pour revenir à l’écran d’accueil en mode normal ! Très étrange qu’un même geste ne produise pas le même effet suivant le moment où il est utilisé. Du coup quand on est en slide over et qu’on veut revenir à l’écran d’accueil, le geste du glissement du bas vers le haut ne marche pas, il faut appuyer sur le bouton Home. 🙃

avatar bonnepoire | 

@John McClane
Non, le geste est plus long. A l'usage ça parait logique.

avatar armandgz123 | 

@John McClane

C’est le même geste que pour ouvrir le sélecteur d’App classique

avatar Furious Angel | 

@John McClane

Quand on a une app superposée aux autres, il faut prendre la barre en bas et la lever puis aller sur un coté (comme pour afficher les apps ouvertes sur iPhone)

avatar John McClane | 

@Furious Angel

Ok merci ! Mais c’est ultra bizarre comme truc, jamais je n’aurais trouvé ça tout seul. Et c’est tellement pas naturel que je pense que je ne prendrai jamais l’habitude de m’en servir. Et moi qui croyais maîtriser mon iPad, depuis iPadOS 13 il est effectivement devenu plus compliqué !

avatar Furious Angel | 

@John McClane

Pour moi il y a une certaine logique parce que j’ai toujours considéré cette fenetre supérieure comme une fenetre d’iPhone, mais c’est sûr que c’est bizarre. Je pense que pour le multifenetrage ce serait bien d’avoir un bouton dans le dock puis de choisir le nombre d’apps puis la disposition

avatar John McClane | 

@Furious Angel

En tout cas il faut le savoir. J’ai un peu cherché sur internet, y compris sur le site d’Apple, et je n’avais rien trouvé sur ce mode multi-fenêtres. Rien non plus dans les Réglages de l’iPad qui pourrait indiquer comment faire. C’est réservé aux initiés on dirait !

avatar Furious Angel | 

@John McClane

Je pense que le mieux sur ça ce sont les vidéos d’Apple sur YouTube

avatar Doctomac | 

@John McClane

Bien c’est bien expliqué ici :

https://support.apple.com/fr-fr/guide/ipad/ipadfe7c65e9/ipados

C’est assez simple en fait.

avatar John McClane | 

@Doctomac

Ah merci !
D’ailleurs je viens de lire ce passage : « Transformer Slide Over en Split View : Faites glisser la partie supérieure de la fenêtre Slide Over en bas à droite ou en bas à gauche de l’écran. »
Ça fait des mois que je cherchais comment faire cela ! Comme quoi iOS sur iPad n’est plus intuitif du tout, car même en tâtonnant pendant des mois je ne trouvais pas comment remettre en plein écran une application slide over.

avatar Rifilou | 

@John McClane

On affiche le multitâche de ces apps en vue side over (pas sûr du nom)

avatar bugman23 | 

Le scandale c’est de ne toujours pas avoir de multi-sessions utilisateurs....Alors que cela existe sur les versions education depuis iOS 9.3....

avatar totoguile | 

j'aimerais bien pouvoir créer un compte pour les enfants avec seulement leurs jeux ...

avatar Furious Angel | 

@bugman23

Apple préfere probablement que chaque membre de la famille ait son iPad ! Mais c’est sûr que c’est une fonctionnalité assez évidente et qui fait vraiment défaut. Peut-être qu’iPadOS ouvre ce genre de perspective pour les prochaines versions

avatar bugman23 | 

@Furious Angel

Le dieu argent...ils en veulent toujours plus...faut toujours cracher au bassinet.

avatar iPop | 

@bugman23

Peut être un souci de stockage. Pas sûr que 32 go suffise.

avatar bugman23 | 

@iPop

C’est pour ça que l’on a inventé la deduplication ☺️

avatar supermars | 

@bugman23

Ah oui, le manque de gestion de plusieurs utilisateurs c’est rédhibitoire pour moi.

avatar bugman23 | 

@supermars

Ils l’ont enfin mis sur tvOS 13...un espoir de le voir ailleurs.

avatar modx1 | 

Catalina n’est pas encore abouti, ios 13 pas fini à sa sortie, iPados entre ios et os
3 os et Apple qui s’obstine a les renouveler tout les ans.
Ajoutez la complexité des gammes et l’effervescence des concurrents comme Microsoft par ex. , va falloir remettre de l’ordre. Un peu comme chez Free d’ailleurs.

avatar Dark Phantom | 

@modx1

Faut avancer petit à petit, sinon l’utilisateur est décontenancé

avatar Depret Lucas | 

@modx1

Complexité des gammes ? C’est n’avoir rien comprit

avatar tyler_d | 

J’ai tjs pas compris comment on faisait disparaître une fenêtre qui venait en superposition des autres (ou sur le côté). Quand on la glisse à droite ou à gauche elle n’est pas fermée.
Il faut l’agrandir et ensuite la ferme. Pas du tout aligné avec le reste du système (Un swip par le haut semblerait logique)

Bref, je me retrouve souvent comme un coup sur l’iPad à pas savoir comment gérer ses fenêtres. Et C’est chiant.

avatar Link1993 | 

@tyler_d

Il faut la lever vers le haut en partant du bas de la fenêtre pour faire afficher le multitâche de slide over. Ensuite, ça se ferme comme une application iOS ^^

avatar tyler_d | 

@Link1993

Je vais essayer merci !

avatar Chris K | 

@ tyler_d : Hu ? Tu glisses la fenêtre sur le côté droit et elle disparaît de l’écran. Le concept de « fermer » une fenêtre n’a pas tellement de sens sur iOS / iPad OS.

avatar John McClane | 

@Chris K

Lu sur le site d’Apple grâce à une contribution de @Doctomac :
« Transformer Slide Over en Split View : Faites glisser la partie supérieure de la fenêtre Slide Over en bas à droite ou en bas à gauche de l’écran. »
Lien : https://support.apple.com/fr-fr/guide/ipad/ipadfe7c65e9/ipados

PS : ah pardon tu demandais comment fermer la fenêtre, j’ai cru que tu voulais l’agrandir. Alors pour fermer une fenêtre slide over qui est flottante, moi je la balance sur le côté en la tenant par le petit tiret en haut, et elle disparaît !

avatar MJohnson | 

Ironiquement je trouve que les limitations d’iOS m’ont permis à titre personnelle d’être beaucoup plus créatif dans ma manière de travailler. A l’époque j’ai découvert workflow (Aujourd’hui Raccourci) et j’ai énormément appris en essayant de l’utiliser pour compenser ce que je ne pouvais pas faire simplement sur iPad. Du coup aujourd’hui j’ai les mêmes réflexes et les mêmes approches quand je dois résoudre des problèmes au boulot par exemple en préparant une feuille Excel complexe.

En quelque sorte je remercie les absences d’iOS...

avatar Chris K | 

@ MJohnson : Moi ce fut la limitation du multi fenêtres qui m’à fait prendre conscience du temps que je perdais à avoir tout un tas de fenêtres ouvertes sur mon Mac.

avatar EstebanDraiv | 

A vouloir absolument rendre l'iPad productif coûte que coûte ça le complexifie inutilement, et ne fait que démontrer l'évidence : l'iPad a toujours été, l'iPad est, et l'iPad sera toujours un appareil de consultation. Steve Jobs l'a d'ailleurs présenté comme ça.
Dès que l'on veut travailler rapidement sans compromis, on se tourne vers le mac et pour une utilisation rapide et nomade c'est l'iPhone qui prend le relais.
Ce n'est que mon avis qui n'est ABSOLUMENT PAS une généralité.

avatar macinoe | 

C'est iPadOS/iOS qui était et est toujours un OS essentiellement orienté vers la consultation.

Pas l'iPad lui même.

En tout cas, je ne vois pas dans son hardware ce qui l'empêcherait de devenir un appareil beaucoup plus complet. C'est le futur de l'ordinateur nomade.

avatar Chris K | 

@ EstebanDraiv : Effectivement ce n’est que ton avis 😁 Car me concernant, pour utiliser et travailler (oui oui, travailler) avec un iPad (Pro) tous les jours je peux dire que je ne m’y sens ni limité ni ralenti. Revenir en arrière (c’est à dire bosser sur un ordi classique) serait une punition.

Bon, certes ce ne fut pas immédiat : il a fallu que je me débarrasse de quelques vieux réflexes (ainsi que du clavier physique).

avatar souze | 

@EstebanDraiv

Ce n’est pas mon avis. Dans mon job, grâce au stylet, à Fichiers et au lien Dropbox efficace, l’iPad est devenu un outil de production graphique très performant, au bureau. Mais nomade aussi, du coup les autres fonctions sont bienvenues (web, notes, office ...) et en déplacement je ne prends plus que l’ipad maintenant le plus souvent. Outil magique. Mais limité sur certains points, ne peut pas faire tourner de gros logiciels pro 3D par exemple.
Le graal pour moi serait un mac book pro 13’ (AVEC UNE TOUCHE ESCAPE PHYSIQUE) avec l’écran détachable qui serait totalement un iPad Pro. 🎉

Pages

CONNEXION UTILISATEUR