ResearchKit : l'iPhone en pleine santé

Stéphane Moussie |

Tim Cook a profité du special event pour annoncer qu'Apple avait vendu plus de 700 millions d'iPhone depuis son lancement en 2007. Grâce aux iPhone 6 et iPhone 6 Plus qui cartonnent, l'iPhone se paye le luxe d'avoir une croissance annuelle presque deux fois supérieure au reste de l'industrie (+ 49 %).

Le CEO a aussi eu un mot sur Apple Pay. Le système de paiement est utilisable dans 700 000 endroits aux États-Unis. Les Américains peuvent même s'en servir dans 100 distributeurs de boissons Coca-Cola.

Quant à CarPlay, la technologie a été adoptée ou va être adoptée par la majorité des constructeurs. Selon Tim Cook, 40 voitures équipées seront commercialisées d'ici la fin de l'année.

Mais la surprise de ce keynote, c'est ResearchKit. Présenté par Jeff Williams, SVP opérations, qui est d'ailleurs monté sur scène pour la première fois, il s'agit d'un ensemble d'outils spécifiques pour la recherche médicale qui s'intègre bien sûr avec l'application Santé.

ResearchKit permet par exemple aux entreprises pharmaceutiques d'avoir de meilleurs résultats pour leurs expériences en facilitant le recrutement de volontaires prêts à participer à des programmes de test de thérapies.

Voici un exemple concret avec une application spécifique pour la recherche liée à Parkinson : l'accéléromètre de l'iPhone participe à l'évaluation et on peut dire "aaaaaah" dans le micro et l'iPhone sait tout seul si vous allez bien. Il y a également une application de ce type pour le diabète et l'asthme.

Jeff Williams a insisté sur le fait que les données collectées avec ResearchKit sont confidentielles : Apple n'y a pas accès et l'utilisateur a le choix sur les recherches suivies et sur les données partagées avec l'hôpital. Des partenariats ont été noués avec plusieurs hôpitaux américains.

ResearchKit sortira en avril... et il sera open source, un signe de la volonté d'Apple de faire avancer la recherche, et pas toute seule.


avatar Xav852 | 

J'avais peur d'avoir mal compris mais apparemment non.

Ex : concernant Parkinson
"l'accéléromètre de l'iPhone participe à l'évaluation et on peut dire "aaaaaah" dans le micro et l'iPhone sait tout seul si vous allez bien."

Je ne vois pas comment cela définira si quelqu'un "va bien"
Le syndrome parkisonien est un diagnostic clinique qui ne prend pas en compte la voix dans sa triade par ex ...
Et un syndrome parkisonien, si tant est qu'il soit diagnostiqué par le téléphone, ne veut pas dire maladie de Parkinson.

Je doute, je doute et j'attend de voir !

(Damn ce MacBook!)

avatar Yanouss | 

@Xav852 :
Hé mec c'est fait par des chercheurs. Tu ne vas pas me dire que tu t'y connais mieux que les chercheurs ?

avatar Xav852 | 

@Yanouss :
C'est fait Par des chercheurs ?
Non c'est une coopération avec des chercheurs.

Et perso (de ce qui est révélé actuellement) je trouve que c'est plus une façon de s'afficher au grand public, en surfant sur la notoriété d'Apple, pour les universités et les hôpitaux partenaires, plutôt qu'une vraie avancée dans la domaine de la recherche médicale.

Je crains que les données récupérées soient trop biaisées pour être incluses dans des études sérieuses

avatar Thegoldfinger | 

@Xav852

Je crains que tu sois un peu bête ...
C'est fait par des médecins les logiciels.
Regarde la keynote, ça ne s'arrête pas à un aaaaaaaaaaaaaaaa

C'est une avancée majeure pour la science.

avatar SMDL | 

C'est considérable. Demande aux toubibs.

avatar Lemmings | 

Ce qui est bien c'est que c'est open, j'espère que les autres OS vont sauter le pas aussi.

avatar sachouba | 

Bien, enfin une avance d'Apple dans le domaine médical !
Après Samsung et HTC qui proposent depuis un moment de "prêter" la puissance de son smartphone la nuit pour analyser des données de chercheurs.

CONNEXION UTILISATEUR