Processeurs : Apple maintient son avance avec l’A13 Bionic

Nicolas Furno |

Cela fait plusieurs années maintenant qu’Apple a creusé significativement l’écart avec les processeurs mobiles concurrents. Son équipe chargée du système-sur-puce qui concentre processeur, puce graphique et d’autres composants essentiels est toujours à la tête du domaine et l’Apple A13 Bionic des iPhone 11 ne fait pas exception. AnandTech a publié son test des nouveaux iPhone et fidèle à sa réputation, le site a longuement testé les nouveaux CPU et GPU de l’appareil.

Graphique comparatif sans aucune valeur numérique des performances du processeur présenté par Apple pendant son keynote.

L’occasion de vérifier les promesses du constructeur, qui a annoncé pendant sa présentation des nouveaux iPhone des gains de l’ordre de 20 % dans tous les domaines, le processeur, la puce graphique ou encore le moteur neuronal. Ce n’est pas autant que certaines années passées, mais comme la firme n’a pas manqué de le rappeler à de multiples reprises, ses puces étaient déjà en avance par rapport à la concurrence.

Et puis les gains en termes de performances brutes n’étaient pas la seule promesse d’Apple. Cette année, l’accent a été mis tout particulièrement sur l’économie d’énergie : il est question d’une baisse de la consommation énergétique qui varie entre 30 et 40 % selon les cas. L’Apple A13 est-il en effet plus rapide tout en consommant moins ? La réalité est plus compliquée.

Les promesses d’Apple pendant le keynote de présentation des iPhone 11 : des performances en hausse de l’ordre de 20 % dans tous les domaines, et une consommation énergétique en baisse.

Comme l’A12 l’an dernier, le CPU de l’Apple A13 est composé de six cœurs : deux rapides, surnommés « Lightning » (oui, comme la prise) et quatre économes, surnommés « Thunder ». La gravure reste à 7 nm et même si le constructeur a indiqué que c’était un nouveau procédé, AnandTech rappelle que les changements sont en fait minimes dans ce domaine. La puce dans son ensemble est environ 18 % plus grosse que le modèle de l’an dernier, ce qui est logique quand on sait qu’elle intègre plus de composants — 8,5 milliards de transistors, soit 1,5 de plus que dans l’A12 — et que la finesse de gravure n’a pas évolué.

Pour améliorer les performances de son processeur, Apple a légèrement poussé la fréquence de fonctionnement des six cœurs. Les deux Lightning peuvent désormais monter autour de 2 666 MHz, contre 2 514 au maximum sur l’A12. Les quatre Thunder passent au maximum à 1 728 MHz contre 1 587 l’an dernier, mais leur plus gros avantage sur l’A13 est de toujours bénéficier de ce maximum. Sur l’ancien processeur, la fréquence maximale de ces cœurs économes diminuait un petit peu quand ils fonctionnaient en même temps.

Tableau des fréquences maximales de l’Apple A12 (haut) et de l’Apple A13 (bas). Tableau AnandTech.

De fait, les changements les plus significatifs cette année ne sont pas à chercher dans les cœurs les plus puissants de l’Apple A13, qui évoluent assez peu. Il y a quelques différences subtiles entre les deux générations, mais les détails sont trop techniques pour les évoquer ici. La nouveauté la plus importante est l’ajout d’instructions AMX, spécifiques à Apple. On ne sait pas à quoi elles servent exactement, les développeurs n’y ont pas accès et pour l’heure, il semble que leur usage soit strictement interne. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas quelque chose qui devrait changer les performances du processeur au quotidien, du moins pas pour le moment.

Les quatre cœurs économes ont davantage évolué, avec des changements très pointus que je ne vais pas m’aventurer à expliquer ici ; si les ALU, FP et autres TP vous intéressent, tous les détails sont disponibles dans le test d’AnandTech. Les cœurs Thunder sont en tout cas nettement plus puissants que les équivalents de l’Apple A12 et le site explique qu’Apple a opté pour une approche différente de Qualcomm. Ainsi, ils sont désormais deux à trois fois plus performants que les cœurs économes du Snapdragon 855, tout en étant plus économes par rapport à l’an dernier.

Les quatre cœurs Thunder n’occupent pas beaucoup de place dans l’Apple A13, mais ce sont eux qui évoluent le plus et ils sont essentiels au quotidien (capture d’écran du keynote de septembre 2019).

Le cache, de la mémoire dédiée au processeur, est essentiel pour obtenir de bonnes performances. L’Apple A12 avait doublé la quantité de mémoire intégrée à la puce par rapport à l’année précédente et ce changement avait contribué en partie aux progrès nets de cette génération. Rien d’aussi significatif cette année, l’A13 Bionic reste à 16 Mo de cache, mais il y a quand même des changements. Et encore une fois, ce sont surtout les cœurs économes qui en profitent. Le cache dédié aux quatre cœurs Thunder est plus grand et surtout plus rapide, ce qui participe à ses bonnes performances.

Toutes ces observations théoriques sont intéressantes, mais quelles sont les conséquences pratiques de ces changements ? AnandTech a essayé d’évaluer les performances en usage réel de l’Apple A13 et le site ne s’est pas contenté d’un benchmark dans Geekbench. Le test spécialisé SPEC CPU2006 a été utilisé à nouveau, parce qu’il permet de mettre en avant des détails plus précis sur le fonctionnement d’un processeur, et aussi parce qu’il tient compte de la consommation électrique du composant.

Les deux graphiques générés font un petit peu peur, mais ils sont en fait assez simples. Sur le côté gauche, il y a la consommation énergétique et plus la barre est petite, mieux c’est ; à droite, c’est la performance et cette fois, plus elle est longue, mieux c’est. Il y a deux graphiques, car les tests se font avec des nombres entiers (SPECint) et sur des nombres en virgule flottante (SPECfp). Chaque test permet de tester des aspects différents des performances d’un processeur.

Résultats du benchmark SPEC CPU2006 (graphique AnandTech).

Le site a utilisé ce même test sur l’Apple A13, sur deux générations antérieures de processeur Apple ainsi que sur quatre processeurs de smartphone Android : le Snapdragon 855, les deux derniers processeurs Kirin de Huawei et le dernier processeur Exynos de Samsung. Que conclure de tout cela ? Qu’Apple n’a pas menti sur les gains en matière de performances, mais que le bilan est plus compliqué qu’escompté sur le plan énergétique.

Côté performances en effet, entre l’A12 et l’A13, on observe des gains sur tous les tests. Selon les cas, ces gains sont plus ou moins significatifs, mais la moyenne s’approche des 20 % promis par Apple. Par contre, en poussant le processeur dans ses derniers retranchements, comme les mesures de performances le font, AnandTech note que la consommation énergétique est en hausse. Dans plusieurs tests, la nouvelle puce d’Apple a consommé plus que l’ancienne, et pas qu’un peu : sur l’un des tests, le processeur a nécessité un watt de plus. C’est énorme pour un processeur mobile et le test a été mené avec un refroidissement actif pour que le smartphone ne surchauffe pas et bride la puce.

Apple avait pourtant promis des gains énergétiques de l’ordre de 30 % et le constructeur n’a pas menti, mais sa formulation laissait volontairement entendre que l’on avait de meilleures performances et une consommation en baisse, ce qui n’est pas le cas. Comme le note le test, c’est en fait un ou qu’il faut lire entre les deux. L’Apple A13 est 20 % plus rapide à son maximum, ou alors il est 30 % plus économe à puissance égale. Pour atteindre la performance maximale de l’A12, on consommera bien environ 30 % d’énergie en moins. Mais pour dépasser ce niveau et bénéficier des gains supplémentaires par contre, il faudra compter sur une consommation en nette hausse.

À l’usage, ce choix n’est pas forcément gênant, puisque l’on n’utilise jamais le processeur d’un smartphone à 100 % de sa capacité sur une longue période. De ce fait, en usage courant, l’Apple A13 devrait consommer moins que l’A12 et l’excellente autonomie des iPhone 11 prouve que ce n’est pas un problème. En outre, la dissipation thermique est suffisamment bonne sur les iPhone 11 Pro pour éviter un bridage des performances trop rapide. C’est moins vrai pour l’iPhone 11, qui a une conception interne différente et apparemment moins efficace pour refroidir le processeur.

C’est le même topo pour la puce graphique, qui est 20 % plus performante quand elle tourne au maximum de ses capacités, ou bien 40 % plus économe quand elle fonctionne au même niveau que celle de l’Apple A12. Dans ce domaine, plus encore que pour le processeur, c’est la gestion thermique qui est essentielle et cela explique pourquoi l’iPhone 11 Pro Max s’en tire le mieux des trois et l’iPhone 11 est le moins bon du lot. Dans l’ensemble, Apple offre d’excellentes prestations dans ce domaine, le GPU prend la tête de certains tests et reste légèrement en retrait sur d’autres, uniquement parce que le constructeur est plus agressif sur le maintien de températures basses.

Deux tests graphiques menés par AnandTech. Celui de GFXBench (gauche) est plus taillé pour les jeux et Apple domine le classement. Celui de 3DMark (droite) pousse le GPU au maximum et les smartphones Android profitent d’un meilleur refroidissement qui leur permet d’offrir de meilleures performances prolongées (sustained).

Sur la partie graphique, les 20 % de progrès annoncés par Apple ne sont pas les plus importants. C’est en performances prolongées que les améliorations de l’Apple A13 sont les plus franches, avec des progrès de l’ordre de 50 à 60 %. Et l’essentiel du gain ne vient pas du GPU lui-même, largement inchangé par rapport à l’an dernier, mais bien du refroidissement bien meilleur sur les iPhone 11. Le journaliste d’AnandTech a d’ailleurs noté que ses exemplaires de test n'avaient pas dépassé 41° pendant tous les benchs, ce qui est impressionnant.

À l’heure des bilans, l’Apple A13 n’est pas une puce aussi impressionnante que les générations antérieures. Apple sait bien qu’elle a une bonne longueur d’avance dans le domaine, que la concurrence ne va pas combler son retard de sitôt et qu’augmenter encore la puissance n’a pas forcément beaucoup d’intérêt sur les smartphones. Ce n’est pas pour autant une génération où il ne s’est rien passé.

Les moyennes des tests de mesure SPEC CPU2006, avec les résultats de performance pour des processeurs d’ordinateur de bureau Intel (bleu) et AMD (orange). Graphique AnandTech.

Les performances sont bien en hausse cette année encore, à tel point que l’Apple A13 fait quasiment aussi bien que les meilleurs processeurs pour ordinateurs d’Intel et d’AMD. Pour le plaisir, AnandTech a opposé le CPU d’Apple aux meilleurs processeurs du moment chez les deux fondeurs historiques et il est au même niveau sur les tests SPECint et en retrait de 15 % sur les tests SPECfp.

Naturellement, la comparaison atteint très vite ses limites, tant les usages diffèrent et les processeurs d’ordinateurs de bureau peuvent maintenir une charge élevée beaucoup plus longtemps. Mais année après année, Apple continue de réduire l’écart entre son processeur mobile et ceux qui sont taillés pour les ordinateurs et c’est encore le cas en 2019. Le tout, en optimisant la consommation énergétique en usage courant : pas si mal pour une « petite » mise à jour…

Vous avez aimé cet article ? Produire du contenu original demande du temps, des compétences, et des connaissances.
Soutenez notre équipe de journalistes, rejoignez le Club iGen depuis notre nouvelle boutique.

avatar Yil2201 | 

Excellent article super intéressant, merci beaucoup MacG ! 🙂

avatar Alberto8 | 

Que dire du processeur l’iPad Pro alors !

avatar armandgz123 | 

@Alberto8

Que dire des processeurs des Mac ! Ah non....

avatar Osei Tutu | 

Article intéressant. Une relecture pour retirer les coquilles et c'est parfait.
En conclusion, j'ai raison de croire que mon futur iphone sera un 7 ou un 8 et je serai tranquille en termes de performances. Mon portefeuille m'en remerciera également. Merci de conforter mon raisonnement

avatar Faabb | 

@Osei Tutu

Prenez un 8, c’est la même génération de processeur que le X, et son autonomie est très bonne.

avatar Horfilas | 

@Faabb

Autant attendre la révision prochaine du 8 (le futur SE 2) avant d’acheter ce modèle. Avoir un 8 amélioré pour moins cher c’est quand même plus intéressant non ?

avatar pim | 

Quand on voit la puissance des smartphones actuels, que tout le monde a dans la poche, c'est dingue de continuer à utiliser des PC à 100 € avec disque dur de 80 Go et écran VGA, comme l'on voit partout dans les administrations et les entreprises.

C'est un peu comme si l'on continuait à s'éclairer à la bougie dans la cuisine, avec l'électricité dans toutes les autres pièces de la maison.

avatar gardiolan | 

@pim

Remarque pertinente 👍

avatar armandgz123 | 

@pim

Pourquoi avons-nous besoin d’autant de puissance sur un smartphone ? Car l’usage évolue constamment et la puissance semble encore nécessaire pour les futurs usages.

En revanche, pas besoin d’un super processeur ou d’une carte graphique pour un Pc qui fera uniquement de l’administration

avatar pim | 

@armandgz123

Remarque pertinente, aussi !

Sauf que sur smartphone, la puissance, c’est pour faire tourner des jeux - je ne suis pas anti-jeux, juste j’en fais pas, car j’ai d’autres chats à fouetter (miaou !).

Alors quand le PC du bureau rame comme pas permis, ça me donne des idées révolutionnaires, de portable qui se transformerait en véritable PC. On garde l’écran, le clavier et la souris, mais pas la tour PC camion sous le bureau.

Tout le monde a un PC sur lui, et c’est bien pour ça que tout le monde s’est moqué de l’iPhone originel lors de sa sortie : faire rentrer au chausse-pied un PC complet dans un téléphone, ça semblait clairement stupide et disproportionné il y a dix ans.

Maintenant c’est l’inverse qui me semble stupide et disproportionné : une énorme tour remplie de composants has been, alors qu’on a mieux sur soi en permanence.

avatar Hideyasu | 

@pim

Les derniers PC achetés par ma patronne, des bouzes avec un vieil i3 et 4Go de ram.

Mon XS est bien plus puissant, c’est un sketch

avatar macinoe | 

Tu devrais bosser avec ton XS alors...

avatar Ghaleon111 | 

Ton iPhone soit disant plus puissant fais beaucoup moins de choses que le vieux pc de la patronne 😂

avatar alfatech | 

@Ghaleon111

"Ton iPhone soit disant plus puissant fais beaucoup moins de choses que le vieux pc de la patronne 😂"

Le contraire est vrai aussi selon ses besoins......

avatar Clément34000 | 

@pim

Pas faux...

avatar N3scub0y | 

Je me demande ce que ça donne entre l’A12X et l’A13?

Sinon, j’attends avec impatience l’arrivée de Macs avec des processeurs Apple. Hâte de voir ce que ça donnera. 😊

avatar iftwst | 

Vraiment content de mon 11 pro.

Ultra endurant et préformant.

avatar iftwst | 

@iftwst

Performant 😉

avatar macinoe | 

"Les performances sont bien en hausse cette année encore, à tel point que l’Apple A13 fait quasiment aussi bien que les meilleurs processeurs pour ordinateurs d’Intel et d’AMD."

Pourquoi ne voit-on toujours pas de laptop à base de processeur ARM avec des performances approchant celles des x86, alors que sur le papier, ça semble être possible depuis longtemps ?

Je ne comprends toujours pas l'énorme contradiction qu'il y a entre les benchmarks qui montrent les processeurs ARM au coude à coude avec les x86.
Et le fait que les premières tentative d'ordinateur ARM tels que les chromebook ou des laptop sous windows 10s se révèlent concrètement calamiteux en terme de performances.

Où est le biais ?

Les benchmark reflètent-ils vraiment les performance dans un usage réel ?

avatar Nicolas Furno | 

@macinoe

Le bench en question (SPEC CPU) est assez éloigné d'un usage réel, donc ça peut expliquer l'écart. Mais il faut aussi noter que les ordinateurs ARM n'utilisent pas les puces d'Apple, et la comparaison montre bien l'écart entre les Apple Axx et leurs concurrents.

Au-delà de ces considérations, il ne faut pas oublier qu'un processeur d'ordinateur, surtout les modèles pour grosses tours, peuvent tourner à 100 % pendant des heures sans problème. Sur ce point, les processeurs mobiles sont encore à la traine.

avatar ney | 

@nicolasf

Si on apposait un gros ventilo sur un processeur ARM comme sur les PC actuels, on garde le même souci d’endurance ?

avatar Nicolas Furno | 

@ney

Ça aiderait sûrement mais les puces ARM d’Apple sont pas faites pour ça, elles sont bridées dès la conception pour optimiser leur performance énergétique. Il faudrait des variantes conçues différemment.

avatar macinoe | 

"Mais il faut aussi noter que les ordinateurs ARM n'utilisent pas les puces d'Apple"

Ça ne change rien à la dynamique mesurée par les benchmark qui montrerait que l'écart de performance entre les ARM et les x86 serait quasiment comblée.

Et que dans les faits, sur des machines réelles, rien ne le montre.

avatar fte | 

@macinoe

"Les benchmark reflètent-ils vraiment les performance dans un usage réel ?"

Indice : pas du tout.

avatar macinoe | 

Et ce n'est pas ce qu'ils sont censé faire normalement ?
Obtenir un point de comparaison pour estimer correctement les performances que l'on aura à l'usage ? Sinon ça sert à quoi ?

avatar fte | 

@macinoe

"Obtenir un point de comparaison pour estimer correctement les performances que l'on aura à l'usage ? Sinon ça sert à quoi ?"

A permettre des comparaisons entre processeurs en testant des points bien spécifiques.

Le but n’est pas de deviner les usages réels. Juste de comparer des points spécifiques entre processeurs. Qui calcule en entiers plus vite, qui décrypte l’AES plus vite, etc. Pas qui retouche une photo de 10 GB sous Photoshop le plus vite tout en exportant une grosse vidéo sous Première et simulant le flux d’écoulement de l’eau autour des pales d’une turbine de barrage. Quoiqu’il y a des benchmarks « réels » pour ça aussi.

avatar Clément34000 | 

@fte

Qu’ils le reflètent ou pas, ces process sont des monstres, c’est un fait

avatar Ghaleon111 | 

Pour des smartphones...

avatar romainB84 | 

@macinoe

« Les benchmark reflètent-ils vraiment les performance dans un usage réel ? »

Réponse dans l’article 🙂

« Toutes ces observations théoriques sont intéressantes, mais quelles sont les conséquences pratiques de ces changements ? AnandTech a essayé d’évaluer les performances en usage réel de l’Apple A13 et le site ne s’est pas contenté d’un benchmark dans Geekbench. »

avatar macinoe | 

Pour comparer les performances de différentes architectures entre elles, pas pour savoir sur quel smartphone fait le mieux tourner Whatsapp ou Messenger.

avatar romainB84 | 

Je suis assez d’accord avec toi sur le fond!
C’est le couple soft/hard qu’il faut analyser !
L’utilisateur n en a rien a foutre que le processeur soit 20 fois plus rapide qu’un autre si au final quand il va faire son petit film de vacances avec son logiciel vidéos préféré ça mettra 4 fois plus de temps que sur un autre téléphone!
Ou que le software soit ultra optimiser mais si le processeur est d’entrée de gamme bah ça va ramer quand même !
Comme la gueguere « mon huawei à 3 fois plus de Ram que ton iPhone »... oui... et? Ce qui compte c’est l’expérience utilisateur !
L’utilisateur, lui ce qu’il veut c’est que ça tourne et que ça soit fluide et de bonne qualité... le côté soft ou hard il s’en fou complètement
Le meilleur exemple c’était quand même le pixel 3 qui mettait une rouste en photo à tout le monde à l’époque avec juste un capteur...
T’auras beau expliquer à madame Michu que le Xiaomi machin truc à 16 capteurs et tout le tsoin tsoin... tout ce qu’elle verra c’est que sur le pixel 3 les photos sont plus belles 😅
Bah là c’est le même chose
On s’en fou de savoir que le hardware est beaucoup plus puissant? Est ce qui, y a plus de RAM, ce qui compte c’est « est ce que je fais générer mes films de mes vacances plus rapidement (a qualité équivalente) » si la réponse est OUI alors c’est bon si c’est NON alors on s’en fou 😅
Est ce que la batterie est plus grosse? Question inutile.. vraie question : est ce que l’autonomie est meilleure, etc... 🙂

avatar mouahaha | 

"Comme la gueguere « mon huawei à 3 fois plus de Ram que ton iPhone »... oui... et? Ce qui compte c’est l’expérience utilisateur !"

Et comme on la vu dans un article de macg, Samsung avec 3 fois plus de ram et un cpu 2x - puissant fait mieux qu'apple au niveau expérience utilisateur. :)

avatar romainB84 | 

@mouahaha

Ça dépend des fois ça 🙂 mais en l’occurrence cette fois ci oui 🙂
Après ça fait au moins 5 ans quand Samsung met 2 fois plus de ram que l’iPhone et l’iPhone a toujours été plus rapide !
Donc c’est pas aussi simple que ça 🙂

avatar p@t72 | 

@romainB84
tu n’étais pas obliger de faire cette comparaison :
""Comme la gueguere « mon huawei à 3 fois plus de Ram que ton iPhone »... oui... et?""

on peu en faire une autre aussi:
comme la guéguerre , le proc de mon iphone est plus puissant que tout les autres...oui...et?

avatar romainB84 | 

@p@t72

Tout à fait d’accord!!
Je l’ai même mis juste au dessus 🙂
« L’utilisateur n’en a rien à foutre que son processeur soit 20 fois plus rapide [...] »

J’ai justement fait un commentaire ou les deux « camps » sont traités à égalité 😉

avatar fte | 

@macinoe

"Où est le biais ?"

Les patterns d’usages.

Un processeur « d’ordinateur », notebook à station de travail, fonctionne à puissance maximale 100% du temps (il peut, ça ne veut pas dire qu’il le fasse), est alimenté en conséquence, est refroidi en conséquence, et son design lui permet d’exécuter de nombreux processus en parallèle tout en restant très performant et sans ralentir les communications avec les périphériques externes (de la mémoire aux contrôleurs Thunderbolt ou au SSD nvme).

Un processeur mobile n’est pas désigné pour ces cas de figure. Ils sont fait pour tourner le moins possible en consommant et chauffant le moins possible, ils sont peu refroidis, ils exécutent peu de tâches simultanément.

Alors oui en puissance brute sur un benchmark qui ne fait qu’un truc à la fois et pendant un temps très court sans communications lourdes en parallèle, ils tiennent la route. Mais s’il fallait tourner 10 benchmarks très différents en même temps pendant 24 heures, ils se feraient remettre à leur place sans ambiguïté et très brutalement.

Pas les mêmes designs pour des usages très différents. Voilà tout.

avatar macinoe | 

Merci, c'est très intéressant.

Et du coup n'est-ce pas un problème intrinsèque à l'architecture ARM, un problème structurel qui rend illusoire le fantasme des ordinateurs à base de processeur ARM en tant que concurrent sérieux aux x86 ?

avatar fte | 

@macinoe

"Et du coup n'est-ce pas un problème intrinsèque à l'architecture ARM, un problème structurel qui rend illusoire le fantasme des ordinateurs à base de processeur ARM en tant que concurrent sérieux aux x86 ?"

Aux designs actuels, pas de l’architecture interne. Mais des arrangements différents sont possibles. Mais bien entendu pas sans conséquences : consommation très différente, refroidissement nécessaire, caches et mémoire retravaillés, IO déportées dans un chipset certainement... bref, un rapprochement avec les approches classiques, et des avantages perçus actuellement qui fondraient très rapidement. Pas certains que ce soit tellement mieux. Peut-être pire en tout cas au début. Ou pas. Mais de miracle, certes pas.

Après un compromis est possible, en sacrifiant ceci ou cela pour gagner ceci ou cela. Mais 100% de puissance 100% du temps sur 100 processus pose quelques contraintes incontournables, naturellement.

avatar macinoe | 

En gros si je comprends bien, vouloir utiliser les processeurs ARM actuels sur un ordinateur c'est comme essayer de transformer un sprinter en marathonien.
Il vaut mieux trouver un coureur à la morphologie adéquat pour chaque discipline.

Du coup y a t'il des projets en cours visant à concevoir des "pseudo ARM" revus en profondeur pour un usage sur laptop / desktop ?

Et qu'en est-il des iPad qui se veulent les successeurs des ordinateurs ?
Leur processeurs ont-ils les adaptations requises ou ce ne sont également que des processeurs pour smartphone taillés pour le sprint et pas pour des tâches de fond ?

avatar totoguile | 

Oui et non, @fte l'a bien décrit : c'est le design de la puce qui est optimisé pour le mobile, mais rien n'empêche Apple d'imaginer une puce reprenant l'architecture ARM mais designé pour le desktop/laptop : cela passe par des fréquences plus élevées, plus de cores, un packaging du die dans un boitier améliorant la dissipation thermique, etc...

Il existe certaines puces ARM pour serveur (Marvell / Cavium par exemple https://www.marvell.com/documents/cmvd78bk8mesogdusz6t/).

avatar macinoe | 

Avec un avenir qui ne semble pas forcément radieux non ?

https://www.developpez.com/actu/248270/Pour-Linus-Torvalds-ARM-ne-gagner...

avatar totoguile | 

"Pour justifier sa position, Torvalds avance les arguments tels que le niveau de fragmentation élevé dans l’écosystème ARM et des systèmes conçus sous ces processeurs, les configurations matérielles variées, les limitations de compatibilité et parfois les coûts de déploiement très élevés."

Tous ses arguments ne s'appliquent pas à Apple qui maitrise le Software et le Hardware.

avatar romainB84 | 

@fte

Analyse intéressante mais la ou je ne suis plus d’accord, c’est sur le fait qu’Apple envisage l’iPad comme le remplaçant du laptop (pour certain usage certes - mais tout de même, c’est pour eux un remplaçant : donc un iPad doit pouvoir tourner pendant des heures non stop avec un processeur ARM)
En effet un iPad n’est pas prévu pour tourner à 100% du proc pendant des heures, mais cela n’empêcherait pas de faire un MacBook (pas à destination des utilisateurs qui vont pousser la machine à fond tout le temps) pour un usage de bureautique, de rédaction et autre !
Un peu comme le remplaçant du MacBook sans ventilo qui non plus n’était pas prévu pour tourner à fond pendant des heures !🙂

avatar macinoe | 

Du coup ça en fait des laptops beaucoup moins polyvalents avec une valeur ajoutée par rapport à un iPad assez discutable.

avatar romainB84 | 

@macinoe

Bah nan ^^
Tout le monde n’a pas besoin de puissance 😉
Sinon tu remets en cause l’essence même du MacBook Air qui pourtant est un excellent ordi 🙂
Un ordinateur sous Mac OS avec une puce ultra performante en autonomie et avec des performances largement suffisantes pour une majorité de temps, je ne pense pas que ce soit si inintéressant que ça 😉

avatar macinoe | 

Ce que je dis c'est q'un laptop ARM qui ne peut pas faire de gros traitement, pas faire développement, pas faire tourner de VM ..
Ben en gros c'est un iPad pro avec son clavier quoi.

Ce qui fait l'essence d'un Macbook air, c'est son processeur x86, l'OS et la logithèque qui va avec.

avatar romainB84 | 

@macinoe

Tu sais ce qu’on dit sur les points de vue? 😉 c’est comme les trous du cul, on a chacun le sien ^^
Parce que pour ma part je reste totalement convaincu que beaucoup de gens s’intéresse avant tout à l’os plus qu’au type de processeur qu’il y a dessous 😅
Et que du coup un ordi avec Mac OS et les bienfaits niveau autonomie d’une puce ARM avec ... ça serait une tuerie pour beaucoup de gens ^^ (un ordi avec Mac OS qui tiendrait 4 a 5 jours d’autonomie !)
Et le projet catalyst semble aller dans ce sens !
Mais je ne cherche pas à t’en convaincre 🙂 (et tu ne me convaincras pas non plus 🙂)

avatar macinoe | 

C'est une interprétation caricaturale de mes propos. De l'architecture dépends ce qu'on peut faire de l'ordi en fonction de l'applicatif existant et ce n'est pas parce que ça passe au dessus du consommateur lambda, que ça n'existe pas !

Je te propose la lecture d'un autre point de vue, qui vaut sans doute le tiens, celui de Linus :

https://www.developpez.com/actu/248270/Pour-Linus-Torvalds-ARM-ne-gagner...

C'est une réflexion qui s'applique aux serveurs sous Linux, mais que l'on peut transposer facilement aux laptop sous macOS.

Les problèmes sont les mêmes.
Et selon ce point de vue, la conclusion, c'est qu'entre un iPad pro et un futur hypothétique macbook à processeur ARM, la différence sera minime car changer d'architecture, c'est perdre tout l'intérêt et l'historique de l'ancienne plateforme.

Et ma conclusion perso, c'est que le macbook ARM existe déjà et s'appelle l'iPad pro.
Un macbook ARM n'aura rien de plus à part peut-être le prix. ( mais beaucoup en moins )

La mutation de macOS pour processeur ARM et pour une machine type laptop avec une grande autonomie et des fonctions suffisantes pour la plupart des gens est en cours et s'appelle iPadOS.

avatar romainB84 | 

@macinoe

Bref je te propose qu’on arrête ici 😉
Sans en remettre une couche sur le fait que tu ne me convaincra pas et que je ne cherche pas à te convaincre non plus, on est clairement sur un débat stérile 😉

avatar macinoe | 

Je trouve au contraire que ce débat sur le futurs des architectures, sur ce qui est possible, ce qui ne l'est pas, sur ce qui est du domaine du fantasme ou du scenario plausible est passionnant.

Dommage que tu réduises cette réflexion à la croyance des uns et des autres et des croyances qui ne pourraient en aucun cas évoluer.

Personnellement, j'ai posé des questions sur ce fil, j'ai appris des choses, relevé des contradiction, consulter des points de vue faisant référence et j'en tire certaines conclusion.
Je veux bien avoir tort, mais encore faut-il me dire sur quoi et pourquoi.
Me dire simplement que le débat est stérile et claquer la porte, c'est sûr que c'est insuffisant.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR