Certifié reconditionné #4 : l’effet du reconditionnement sur le marché de l’occasion

Anthony Nelzin-Santos |

Vous en avez peut-être fait l’expérience : depuis l’émergence des téléphones reconditionnés, il est plus difficile de revendre son iPhone de la main à la main, sur les plateformes de petites annonces ou les sites d’enchères. Les ventes prennent plus de temps et de palabres, et surtout rapportent moins qu’il y a quelques années. Le marché de la seconde vie concurrence directement celui de la seconde main, et impose de facto ses conditions.

Seconde vie ou seconde main ?

« Nous ne sommes pas Le Bon Coin » : cette petite phrase de Yoann Valensi, le cofondateur de Certideal, pose les termes du débat. Il y a dix ans, Le Bon Coin1 n’avait pas encore doublé eBay, et l’on commençait à peine à parler de reconditionnement. La mode était alors à la reprise : des entreprises comme Love2Recycle ou Mister Recycle assuraient une « revente » facile et rapide, en échange d’un prix assez serré. Le marché de l’occasion fixait le plafond.

La suite est réservée aux membre du Club iGen.

Déjà abonné ? Se connecter
Abonnez-vous au Club iGen !