Certifié reconditionné #4 : l’effet du reconditionnement sur le marché de l’occasion

Anthony Nelzin-Santos |

Vous en avez peut-être fait l’expérience : depuis l’émergence des téléphones reconditionnés, il est plus difficile de revendre son iPhone de la main à la main, sur les plateformes de petites annonces ou les sites d’enchères. Les ventes prennent plus de temps et de palabres, et surtout rapportent moins qu’il y a quelques années. Le marché de la seconde vie concurrence directement celui de la seconde main, et impose de facto ses conditions.

Seconde vie ou seconde main ?

« Nous ne sommes pas Le Bon Coin » : cette petite phrase de Yoann Valensi, le cofondateur de Certideal, pose les termes du débat. Il y a dix ans, Le Bon Coin1 n’avait pas encore doublé eBay, et l’on commençait à peine à parler de reconditionnement. La mode était alors à la reprise : des entreprises comme Love2Recycle ou Mister Recycle assuraient une « revente » facile et rapide, en échange d’un prix assez serré. Le marché de l’occasion fixait le plafond.

C’est aujourd’hui tout l’inverse : les entreprises de reconditionnement garantissent une acquisition facile et sans surprise, pour un prix assez serré. « Le marché se professionnalise », dit Patrick Richard, le directeur commercial de Recommerce : « ce ne sont plus des particuliers qui concurrencent les particuliers, mais des acteurs du ”retail” qui concurrencent les particuliers. »


avatar Yohmi | 

C’est intéressant, pour moi c’est le ressenti inverse : avec une petite annonce, j’ai rendez-vous avec quelqu’un, il me montre / je lui montre le bien en question, et la transaction s’effectue (ou non). J’ai eu affaire à une plateforme de reconditionnement pour l’achat de smartphone pour mes parents, et entre le chargeur noname (est-ce vraiment sécurisé ?) et les rayures petites mais visibles sur deux modèles censés être état neuf, je n’ai pas franchement confiance. D’autres échos de connaissances vont dans ce sens, on achète sur une promesse, pas devant le produit, et c’est pas exactement ce qu’on nous promet.

Par contre, je vis à Paris, et je pense que dans une grande agglomération le choix ne manque pas, la donne est sûrement différente ailleurs, et c’est davantage pertinent d’avoir un interlocuteur plutôt fiable toujours à portée de main.

avatar raoolito | 

@Yohmi

J’allais le dire, les grosses améliorations changent la donne. Des qu’on ne peut pas rencontrer son vendeur, on passe par un spécialiste

avatar reborn | 

Pour avoir réparé des téléphones pendants des années le reconditionné par ces sociétés tierces c’est mort pour moi. Je préfère acheté une vrai occasion 100% origine Apple même si l’esthétique n’est pas du niveau d’un reconditionné.

La qualité des pièces compatibles et l’expérience du réparateur est à prendre en compte 🤮

avatar Sindanárië | 

J’ai eus 3 iPhones reconditionnés hors Apple, par ces fameuses boites évoquées dans ces articles: certes ils étaient nickels. Mais tous ont eus des problèmes divers 6 mois après en moyenne : 1 iPhone 6 avait l’affichage décalé vers le bas au tiers au bout d’une à deux heures. Il fallait faire un hard reboot pour retrouver une utilisation normale pour les deux prochaines heures.

Un iPhone 5s, 6 mois après, l’écran zébrait de toutes les couleurs comme un vieux cathodique au bout de 30 minutes d’utilisation. Hard reboot pour retrouver un fonctionnement normal pendant 30 mn / 1 h maximum. Le vibreur ne fonctionnait plus ensuite non plus.
Tous avaient des problèmes de batteries au bout de 3 mois: batteries qui avaient été changées par des batteries très bas prix! Le vibreur avait fini par faire un bruit de crécelle 1 mois après.
Un 5C cumulait problème de batterie et avait son capteur optique photo de façade qui s’était barré à l’intérieur 😄.

J’ai eus des refurb Apple. Dont un iPhone 4 à l’époque. Jamais un problème il fonctionne toujours et sa batterie même a 70% de capacité tiens bien assez pour écouter de la musique et recevoir des mails dans un atelier de travail.

Un iPhone 7 en occasion sans reconditionnement: à part des rayures derrière, jamais eus de blême

Plusieurs iPod touch en refurb Apple : jamais un problème.

Là j’ai un iPhone X presque neuf donné par un ami après 6 mois d’utilisation seulement car il s’était littéralement jeté sur le 11 Pro à sa sortie. Nickel le x car il est comme moi avec tous ses idevices : coque de protection de très bonne qualité
et verre de protection systématiquement.
Je n’ai jamais cassé un seul iPhone iPod et iPad malgré tout ceux que j’ai eus! Jamais cassé et jamais fait tomber un seul!

Il n’y a que les iPads que j’ai acheté neufs.

Jamais plus de reconditionnés ou réparés hors par Apple désormais!

avatar reborn | 

@Sindanárië

1) C’est déjà une bonne chose qu’Apple indique à partir d’iOS 13 si l’écran est d’origine ou pas.

2) Vouloir sauver la planète en réparant c’est bien mais ton expérience temoigne qu’entre la théorie et la réalité il y a un gouffre.
Il vaut mieux une bonne réparation par Apple qui va durer qu’un bricolage qui va entrainer le remplacement du téléphone à plusieurs reprises et le coût financier pour l’utilisateur qui va exploser.

avatar JokeyezFX | 

Après, concernant la question de la confiance quant à la fiabilité des réparations effectuées, cette série d’article permet justement de faire le tri.
Le troisième volet de cette saga semble indiquer qu’une confiance pourrait être plus admise à la société « Smaaart » qui garantie ses appareils 24 mois « parce qu’ils sont sûr de la fiabilité de leur produit ».
Est-ce suffisant? Je ne sais pas.
Peut-être qu’un nouveau volet de cette série d’article pourrait en résumer l’ensemble via la diffusion d’un « grand » tableau résumant tous les points mentionnés lors de la rédaction de tous ceux-ci avec les « + » et les « - » de chacun des reconditionneurs. En particulier avec une colonne permettant de visualiser la provenance des pièces de rechanges utilisées.

avatar matoumix | 

Quid des enseignes comme Cash Express qui semblent écouler un nombre important diPhones en boutique ?

CONNEXION UTILISATEUR