Certifié reconditionné #9 : une bulle du reconditionnement ?

Anthony Nelzin-Santos |

Demande soutenue, embauches à tour de bras, levées de fonds record… Tous les ingrédients semblaient réunis pour célébrer le succès du reconditionnement en France. Patatras ! En quelques mois, Remade n’a pas seulement perdu son titre de leader du marché, mais a été placé en redressement judiciaire puis liquidé. Une déroute qui rappelle la fragilité du secteur, dont l’incroyable croissance pourrait cacher une bulle.

Un secteur économiquement fragile

Qu’elle est cruelle, la subite déroute de Remade ! À l’été 2018, rien ne semblait pouvoir arrêter le reconditionneur normand. Pour financer son incroyable croissance, il emprunte 125 millions d’euros, l’équivalent d’une année de chiffre d’affaires, ou trois fois plus que les levées de fonds réalisées par Back Market et Recommerce quelques mois plus tôt. Ce symbole de la réussite industrielle de l’Avranchin, dont le fondateur a été reçu à l’Élysée, se paye même les voiles de l’ancien trimaran d’Ellen MacArthur.


avatar Giloup92 | 

Un point que vous n’avez pas évoqué qui me semble important est celui du coût de la main-d’œuvre, du taux horaire. Le reconditionnement est une industrie de main-d’œuvre qui n’a pas l’air très automatisée. Avec les salaires en vigueur en Europe de l’Ouest (et c’est tant mieux) si l’on effectue une réparation sérieuse avec des pièces d’origine on arrive vite pas loin du prix du neuf. C’est sans doute pour ça que les prix du refurb d’Apple peuvent sembler si élevés. J’ai l’impression que ce secteur n’a survécu jusqu’ici que grâce à des subventions publiques ou à des investisseurs peu avisés. Un modèle viable et peut-être de délocaliser les opérations de reconditionnement en Europe de l’Est ou en Inde avec les circuits de commercialisation en Europe et dans le monde. 

avatar DG33 | 

9 articles (et c’est pas fini ?) de qualité qui nous sont réservés.
Quel plaisir d’en avoir pour notre argent !

avatar Anthony Nelzin-Santos | 

@DG33 pour le moment c’est terminé. J’avais prévu un dixième épisode « bonus », mais son organisation est compliquée dans le contexte actuel. Ce n’est que partie remise.

avatar Giloup92 | 

@Anthony
Avez-vous prévu de tester des appareils reconditionnés achetés anonymement ? Les résultats seraient intéressants.

avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@Giloup92 : je l'ai fait pour cette série, c'est ce qui me permet aussi d'avoir des avis sur telle ou telle déclaration. Et je mentionne explicitement le cas du « Panda Phone » dans cet article. On prévoit de retester les appareils reconditionnés « par Apple » dans les prochaines semaines.
avatar imrfreeze | 

Attention le Conseil d’Etat ne prend pas de décrets !!!!
Un décret pris en Conseil d’état est un décret pris par le pouvoir règlementaire une fois le conseil d’état entendu (expertise)

avatar BingoBob | 

Merci pour cette série d’articles,

Après une publicité pour Back Market chez MacG, j’ai tenté le coup il y a trois ans en achetant un iPhone 5 reconditionné pour un 2ème téléphone.
Content pendant six mois, la batterie a commencé à gonfler et a fissuré l’écran, qui n’était pas d’origine et absolument pas calibré.
Au final c’est expérience Back Market m’a déçu, et je suis passé par la suite sur du neuf directement via Apple Store.

CONNEXION UTILISATEUR