Un goût de paradis

deserty |

Talk Talk : tout le monde se souvient encore de ce groupe pop des années 80 sur les tubes duquel nous avons tous déjà chanté une fois (Such a shaaaaaaaaame !), mais personne ne s’est vraiment demandé quand et dans quelles conditions exactes celui-ci a disparu, peu de gens sont réellement au courant de leur lente évolution vers une musique plus sophistiquée qui les conduiront de Colour of Spring, en passant par Spirit of Eden au toujours incroyable Laughing stock et à la rupture d’avec leur maison de disques de l’époque en 1991. Mark Hollis, chanteur-compositeur et principal « responsable » des déboires du groupe mettra sept ans avant de sortir ce qui reste encore aujourd’hui un disque mystère. Mark Hollis n’est pas un disque de pop, encore moins un disque de rock, ça n’est pas un disque de musique classique non plus, pas plus qu’un disque de jazz et en même temps c’est tout cela à la fois. Piano, guitare, harmonica, hautbois, clarinette se croisent, se mêlent, s’évitent et se cherchent sans jamais donner une impression d’ornementations néoclassiques gratuites, tout est parfaitement en place, à SA place et merveilleusement mis en valeur par une utilisation du silence, du non dit particulièrement rare dans ce style de musique. D’une beauté subjuguante, ce disque fait partie de ces chef-d’œuvres comme il y en a peu dans une décennie. Un classique, je vous dis.


CONNEXION UTILISATEUR