Eddy Cue n’est pas un expert de la télé et il ne dort pas pendant les réunions

Mickaël Bazoge |

Eddy Cue s’offre une mini-tournée européenne. Après Paris, où il a dévoilé qu’Apple Music avait atteint les 60 millions d’abonnés, le grand manitou des contenus et des services chez Apple s’est rendu à Londres pour répondre à quelques questions auprès du Times.

Eddy Cue dans le studio Beats 1 à Londres. Photo The Times.

Pour l’anecdote, il a tenu à tordre le cou à la rumeur selon laquelle il pique des roupillons pendant les réunions : « J’ai lu que je faisais des siestes pendant les réunions. Ce n’est pas le cas » (lire : Le roupilleur Eddy Cue, torpilleur de Siri et Apple Music).

Le vice-président d’Apple prépare surtout le terrain au lancement cet automne d’Apple TV+. Il n’a malheureusement donné aucun détail sur le prix de ce futur service de streaming vidéo, mais il s’est fait plus volubile sur la qualité de ce qu’on y trouvera. Qualité… et pas quantité. Apple mise en effet sur une poignée de programmes pour attirer les abonnés.

Le constructeur a d’ailleurs été très clair sur le sujet durant le special event du mois de mars, où on a vu un (long) défilé de vedettes vanter sur scène les mérites d’Apple TV+ et de leurs programmes. Histoire de faire monter la sauce, Apple a lâché récemment deux bandes-annonces : For All Mankind, une série qui revisite la course à l’exploration spatiale, et Mythic Quest: Raven’s Banquet, une série humoristique sur un studio de jeux vidéo.

A priori donc, pas de fonds de catalogue pour Apple TV+, uniquement du contenu original et exclusif, alors que Netflix mêle les deux types de programmes. Est-ce que Netflix en fait trop, interroge le Times ? « Je pense que ce n’est pas la bonne manière de le dire. Leur objectif est de créer beaucoup de contenus pour qu’il y ait toujours quelque chose à regarder, et ça fonctionne très bien », répond Eddy Cue. « Il n’y a rien de mauvais dans ce modèle, mais ce n’est pas le nôtre ».

Une réponse qui ne ferme pas la porte à la possibilité qu’Apple acquière à son tour du contenu existant ? La rumeur avait évoqué l’intérêt de la Pomme pour les droits de la série Friends. Quoi qu’il en soit, Eddy Cue convient qu’Apple n’avait pas l’expertise en interne pour se faire un nom dans le domaine du contenu vidéo.

« Nous ne savons pas grand chose de la télévision, si ce n’est que nous en sommes de gros consommateurs, mais cela ne vous qualifie pas comme expert », admet-il. « Par contre, la chose que nous savons faire quand nous ne connaissons pas un domaine qui nous intéresse, c’est de nous entourer des meilleures personnes »

Jamie Erlicht et Zack Van Amburg

C’est là qu’interviennent Jamie Erlicht et Zack Van Amburg, deux anciens de Sony chargés de gérer les acquisitions de programmes pour Apple. « Un des trucs fantastiques avec Jamie et Zack, c’est qu’ils ont bon goût », assure Eddy Cue. The Morning Show, une autre série estampillée Apple TV+ avec Reese Witherspoon et Jennifer Aniston, va ainsi placer la barre de la qualité très, très haut, promet-il.

Les goûts et les couleurs ne se discutent pas évidemment, mais il faudra juger ces séries sur pièce. Planet of the Apps et Carpool Karaoke, les deux premiers contenus créés par Apple — sans Jamie ni Zack — n’ont pas vraiment été de franches réussites. Mais visiblement, Eddy Cue est un fan : « J’ai regardé plus souvent Carpool Karaoke que Game of Thrones », indique-t-il.

avatar marenostrum | 

les américains ils les virent facilement les gens inutiles (c'est leur force). donc si on voit quelqu'un (comme le gars de l'article, même sans aucun diplôme ou spécialisation) qui est sur place longtemps, il est sans doute très utile pour la boite. il serait viré sinon.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR