Apple Card : un crédit (trop ?) facile à décrocher

Mickaël Bazoge |

On ne prête qu'aux riches, à tout le moins ceux qui ont les moyens de rembourser leurs dettes. Pour déterminer la solvabilité d'un individu, les banques américaines réalisent des enquêtes de crédit qui reposent en fait sur un chiffre, la cote de crédit. Celle-ci est déterminée en fonction, entre autres, de l'usage et de la régularité des remboursements du ou des crédits que le consommateur a contracté(s)1.

Images @Nilay Patel

Cette cote est extrêmement utile puisqu'elle permet de décrocher un prêt pour un bien immobilier, une voiture, elle est même souvent exigée pour rassurer le propriétaire de son logement, pour obtenir un forfait mobile… ou une nouvelle carte de crédit. Aux États-Unis, ce score peut monter jusqu'à 850 (on est alors le roi du pétrole). Seuls 1% des Américains peuvent toutefois se prévaloir d'une telle cote !

Selon les statistiques FICO — une entreprise qui a inventé la notation de crédit du même nom —, 24% de la population américaine a une cote comprise entre 670 et 739, un score considéré comme « bon » (lire : Apple Card : on fait le point sur la carte de crédit d'Apple).

Pour obtenir une Apple Card, une enquête de crédit est donc réalisée par Goldman-Sachs, le partenaire bancaire d'Apple (c'est lui qui avance les sous aux utilisateurs du service). L'opération est très rapide, elle demande en général moins de deux minutes, ce qui permet de savoir tout de suite si on a droit à la ligne de crédit de l'Apple Card, et à la carte en elle-même.

Selon CNBC, Apple aurait en tête de recruter 100 millions d'utilisateurs de son Apple Card aux États-Unis. Pour répondre à cet objectif, Goldman-Sachs doit donc accepter des clients dont les cotes de crédit ne sont pas faramineuses. Le site rapporte qu'un utilisateur avec un score de 620 a pu obtenir un crédit Apple Card, certes peu élevé (750 $) avec le plus haut taux d'intérêt (23,99%) de l'offre.

Mais cela montre qu'Apple a l'ambition de servir un maximum de consommateurs… y compris ceux qui n'ont pas forcément de gros moyens ou qui ont rencontré des problèmes de crédit par le passé. Une situation qui rappelle la crise des subprimes ayant mené à la crise financière de 2008 : des banques avaient alors prêté à tire-larigot à des clients proches de l'insolvabilité. Goldman-Sachs a sa part de responsabilité dans cette catastrophe, en alimentant cette bulle plus que de raison…

Après avoir servi les grandes fortunes et les entreprises, le partenaire d'Apple cherche à s'imposer dans le secteur des services bancaires pour les particuliers. Marcus, sa banque de détail, accorde sans trop sourciller des prêts à des individus ayant une cote de crédit de 660.

Avec l'Apple Card, la Pomme a dans l'idée non seulement de gagner de l'argent (évidemment), mais aussi d'aider ses utilisateurs à adopter un comportement plus responsable de leurs finances. L'application Wallet permet de suivre très facilement l'évolution de son crédit, et de le rembourser à temps sans avoir à payer d'intérêt.

Pour Apple, cette volonté d'offrir un crédit au plus grand nombre ne tombe pas du ciel. À la fin des années 90, Steve Jobs avait alors voulu créer une carte de crédit avec l'établissement Capital One. D'après un ancien cadre de la banque, le patron d'Apple nourrissait une « aversion » au rejet de clients demandant un crédit !


  1. Une soumission au règne de l'argent-roi ? Très certainement. Une aliénation pousse-au-crime pour consommer et s'endetter toujours plus ? Sans aucun doute. Mais ce système récompense aussi les vertueux et les plus responsables…  ↩


Tags
avatar pagaupa | 

La gangrène de notre sociéte: le crédit!

avatar marc_os | 

@pagaupa

"La gangrène de notre sociéte: le crédit!"

Non, le CAPITALISME et son immoralité totale.

avatar pagaupa | 

La carte de crédit: comment s’appauvrir sans s’en rendre compte.

avatar marenostrum | 

usa est plus riche que la france. si on donne la possibilité de choisir à n'importe quel émigrant le pays où veut aller, ils vont choisir les usa et pas la france.

avatar anonx | 

@marenostrum

Je crois pas... même certain 😁

Et encore plus sûr si vous parlez d’Europe au lieu de la France.

avatar marenostrum | 

selon une étude récente, la possibilité de devenir millionaire en France était ZERO. c'est pas le cas des usa ou d'autres pays du monde.
ce qui fait pousser tous les ambitieux partir chez eux.

avatar anonx | 

@marenostrum

Bah oui les immigrants ont ce but précis bien sûr... puis bon en Chine ou aux émirats aussi tu as plus de chance de devenir millionnaire... est ce pour ça que les gens aimeraient y aller? Drôle de vision quand même de argent = bonheur 😂

Selon toutes les études concernant l’homme, il immigre vers l’endroit le plus riche et le plus safe.

L’Europe est plus riche et plus safe que n’importe où sur Terre 😌

avatar bibi81 | 

la possibilité de devenir millionaire en France était ZERO

C'est faux, il suffit de jouer au loto ou à l'euromillion. Tu vois les chances ne sont pas nulles.

avatar Paquito06 | 

@bibi81

“la possibilité de devenir millionaire en France était ZERO

C'est faux, il suffit de jouer au loto ou à l'euromillion. Tu vois les chances ne sont pas nulles.”

🤣🤣 C’est bien un probleme d’education financiere.

avatar debione | 

@mrenostrum

Il y a un Gap entre devenir millionnaire et vivre décemment... combien de % de la population aux usa doivent contracter un crédit quand ils tombe malade?

Personnellement je juge de la richesse d’un pays à sa population pauvre. La population pauvre aux usa était elle plus riche ou plus pauvre que celle de la France? Si on prend disons les 10% les plus pauvres?

avatar Paquito06 | 

@debione

“Il y a un Gap entre devenir millionnaire et vivre décemment... combien de % de la population aux usa doivent contracter un crédit quand ils tombe malade?

Personnellement je juge de la richesse d’un pays à sa population pauvre. La population pauvre aux usa était elle plus riche ou plus pauvre que celle de la France? Si on prend disons les 10% les plus pauvres?”

C’est catastrophique:
https://www.forbes.com/sites/maggiemcgrath/2016/01/06/63-of-americans-dont-have-enough-savings-to-cover-a-500-emergency/

Ils sont 42 millions à avoir recours aux food stamps pour se nourrir (12% de la population), malgré un super taux de chomage a 3.8% (Juin 2019) soit 6 Millions de personnes... ca fait rever, hein? Le grand Trump cherche a durcir les regles pour avoir recours aux food stamps afin de diminuer artificiellement la pauvrete (y a 10 jours, je sais pas si c’est passé depuis). Mais je suis peut etre pas encore assez proche de la realite vu que j’ai une meconnaissance du pays 😅

avatar debione | 

@Paquitos06
Je me doutais bien, disons en faisant confiance à ma culture générale, que j’allais taper juste... Mais quand même pas à ce point! Délirant ....

avatar Paquito06 | 

@debione

Du bon sens 🤓

avatar Steekus | 

Et surtout merci Apple de vouloir responsabiliser le crédit!!
Quelle blague!
Je vois tous les jours des gens s’endetter en Apple Store pour acheter un iPhone bien au dessus de leurs moyens... un beau partenariat Apple-Sofinco, magique!

avatar anonx | 

@Steekus

Ça tombe bien en plus, en septembre, les gens touchent l’allocation rentrée 😂🤪

avatar Ginger bread | 

Maintenant je comprends encore mieux le film The Big Short!

avatar umrk | 

Le génie marketing derrière tout ceci est de faire croire aux naïfs que plus ils s'endettent, plus ils sont malins ..... (mais c'est dans la culture américaine, Apple ne fait que leur proposer quelque chose dont ils sont demandeurs, rien à dire ...). Je serai éternellement reconnaissant au bon sens de mes ancêtres paysans pour être immunisé contre tout ceci.

avatar tbr | 

Depuis que je regarde https://www.youtube.com/channel/UC7sXGI8p8PvKosLWagkK9wQ
Je relativise.
Chaîne YT très instructive !

avatar IPICH | 

L'argent à l'américaine: l'endettement.

"Oh mince j'ai pas assez pour acheter cette énorme TV... pas grave j'achète quand même je rembourserai à ma banque"

Ça existe déjà ici d'accord, mais le soucis c'est qu'Apple en fait un système qui à mon avis est rapidement addictif avec l'application de gestion financière à la sauce apple.

Donc avec Apple Pay on est pas dans les gros projets mais plus la consommation de tous les jours. S'endetter pour du matériel donc.

avatar stemou75 | 

Bah, c’est plutôt : Apple prête aux pauvres.

Qui va aller acheter avec un crédit à 24% des produits à 1000 ou 2000 dollars s’il a l’argent pour payer comptant ?

C’est pas une fierté d’avoir cette carte. 😂

avatar JONYBLAZ | 

Usure dans nos sociétés est un cancer et les gens commence à le sentir. Nos banque ce sont enrichis de façon colossale pour dés crédit logement ou autres à des taux de fou

Pages

CONNEXION UTILISATEUR