Amazon accusée d’entente illégale sur le prix des livres numériques

Anthony Nelzin-Santos |

Amazon est accusée d’entente illégale avec les cinq grandes maisons d’édition. Une plainte déposée à New York en vue de former un recours collectif, selon le Wall Street Journal, assure que cet arrangement pousse les prix vers le haut. Le comble ? Amazon avait écarté sa principale concurrente, en 2014, en faisant condamner Apple pour la même raison.

Une liseuse Amazon Kindle. Image James Tarbotton.

Les avocats du cabinet Hagens Berman, qui ont déposé plainte jeudi dernier, ne mâchent pas leurs mots. Amazon n’aurait organisé rien de moins qu’une « conspiration pour déterminer le prix des livres numériques ». En vertu d’un accord avec les cinq plus grandes maisons d’édition1, les « Big Five » qui représentent environ 60 % du marché du livre anglophone, le prix d’un livre vendu chez Amazon ne peut pas être supérieur au prix chez les autres revendeurs.

Or Amazon possède une large marge de manœuvre sur ce prix, qu’elle peut augmenter ou diminuer dans un cadre défini contractuellement. En augmentant sa commission ou les frais annexes, notamment les frais de « livraison » facturés au mégaoctet de téléchargement, Amazon peut pousser les éditeurs à augmenter le prix pour couvrir les couts. Et si le prix augmente chez Amazon, il doit augmenter ailleurs.

« Dans un marché concurrentiel », explique la plainte, « les "Big Five" pourraient vendre des livres électroniques à un prix moindre sur leur propre site ou chez les concurrents d’Amazon qui proposent des commissions et des frais moins élevés. » En 2012, Amazon avait accusé Apple d’avoir fait gonfler les prix en adoptant le modèle d’agence, qui permet aux éditeurs de déterminer eux-mêmes le prix des livres.

Apple avait perdu sèchement son procès, et avait revu ses ambitions dans le marché du livre numérique à la baisse, laissant le champ libre à Amazon. À l’époque, les « Big Five » étaient six (Penguin n’avait pas encore acheté Random House), et ils ne seront bientôt plus que quatre (Penguin Random House compte acheter Simon & Schuster), le secteur ne cessant de se consolider. Une telle entente serait impossible en France, où le prix du livre est identique dans tous les points de vente.


  1. Les maisons américaines Simon & Schuster et HarperCollins, les maisons allemandes Macmillan et Penguin Random House, ainsi que la maison française Hachette Book Group.  ↩︎

avatar Giloup92 | 

« Une telle entente serait impossible en France ». Elle n’est même pas nécessaire car une telle entente est déjà organisée par la loi sur le prix unique du livre.

avatar ohmydog | 

@Giloup92

Si c’est la loi du coup, c’est pas une entente...

avatar raoolito | 

@ohmydog

sisi, mais il faut tenir compte des illuminatis

avatar MarcMame | 

@raoolito

Le principe d’une bonne blague c’est qu’elle ne fonctionne qu’une seule fois ou à intervalles (très) espacés.
Le comique de répétition ne s’appliquant pas à ce cas de figure.

avatar Paquito06 | 

“assure que cet arrangement pousse les prix vers le haut.”

Amazon plus onereux que Barnes and Noble ou encore Audible? 😅🤦🏼‍♂️

avatar gwen | 

@Paquito06

Audible c’est Amazon également.

avatar Paquito06 | 

@gwen

"Audible c’est Amazon également."

Oh je pensais qu’ils parlaient seulement d’Amazon pour le kindle. J’utilise Audible pour les podcasts.

avatar CorbeilleNews | 

Et après on nous expliquera que le capitalisme et le libéralisme ce sont des marchés qui se régulent tout seuls : le principe de l’offre et la demande qu’ils disent...

On essaierait pas de nous faire passer des vessies pour des lanternes encore une fois ???

Y’en a qui doivent sérieusement y manger pour le défendre autant, avec des arguments et des contre arguments que le peuple ne peut plus croire : Apparemment y’a pas que le comique qui est à répétition !!! 🤗

avatar bbibas | 

@CorbeilleNews

Le principe de l'offre et la demande c'est l'acheteur et le vendeur se mettent d'accord sur un prix. C'est une erreur souvent repris par les journalistes. Dans ce cas c'est le principe de l'offre et c'est tout

avatar CorbeilleNews | 

@bbibas

Vous avez raison sur ce point précis mais l’offre est biaisée par l’entente des vendeurs 🤫

avatar bbibas | 

@CorbeilleNews

Eh oui

avatar CorbeilleNews | 

@bbibas

C’est faites ce que je vous dis mais pas ce que je fait !!!

avatar YetOneOtherGit | 

@bbibas

"c'est l'acheteur et le vendeur"

Nope pas des entités uniques mais une somme d’entités créant un marchés : LES acheteurs et LES vendeurs 😉

Ce sont des lois de marché, l’économie n’est pas une vraie science mais restons précis sur les concept au minimum 🤑

avatar Derw | 

@CorbeilleNews

C’est « la main invisible du marché » d’après Adam Smith. Ce que ce cher Smith avait oublié de dire, c’est qu’en général, la main on se la prend dans la gu..le…

avatar Paquito06 | 

@CorbeilleNews

"Et après on nous expliquera que le capitalisme et le libéralisme ce sont des marchés qui se régulent tout seuls : le principe de l’offre et la demande qu’ils disent..."

Commence a trader, tu vas voir que le marché s’auto regule. Mais dans chacun des systemes, capitalistes ou non, communistes ou autre, le probleme est les abus. Quand t’as une entente (type cartel) de la part de qq acteurs, tout le monde trinque. Donc un systeme est bon tant qu’il n’y pas de brebis galeuse pour le corrompre.
Quant a la main invisible, il y a une dizaine d’interpretations possibles, mais je doute qu’en cas d’entente illegale, le profit personnel ici permet a tous de beneficier de quoi que ce soit. Autrement, a demontrer.

avatar Sindanárië | 

j’lis jamais rien. C’est un vrai piège à cons c’t’histoire-là. En plus j’sais pas lire.

avatar Strix | 

Ah ah ah, c'est pas faux ! ^^

avatar CorbeilleNews | 

@Sindanárië

J’sais pas lire mais j’sais écrire 🤪

avatar Sindanárië | 

@CorbeilleNews

Alors ça! Ça viens des vacances, petit, chez l’oncle!

“Si tu tiens à t’brûler les yeux sur ces conneries d‘bouquins, t’as la cabane à chiottes au fond du jardin ! Et pour les commentaires, t’as les clous et les planches pour rédiger !”

Depuis, question d’saveurs, j’peux plus blairer d’lire.
Reste l’écriture en une oxydation fe2o3 très lente.

avatar david66 | 

Le prix unique du livre illustre parfaitement l’intérêt de ne pas laisser le marché systématiquement libre... et de l’encadrer.

Sans cela Amazon aurait déjà trucidé tous les libraires de France depuis bien longtemps...

avatar en chanson | 

Apple présentait une liseuse pour le marché du livre électronique ? Car avec un iPad c est direct Ophtalmo.....

CONNEXION UTILISATEUR