Apple était prête à dérouler le tapis rouge pour que Netflix conserve les achats intégrés de l'App Store

Mickaël Bazoge |

Apple avait déroulé un tapis rouge profond et très moelleux à Netflix pour que le service de streaming conserve la possibilité de s'abonner directement depuis son application iOS. Un abonnement synonyme de commission pour Apple, mais malheureusement tous les égards et privilèges proposés par le constructeur n'ont pas suffi à ramener Netflix dans le droit chemin.

Après avoir expérimenté la disparition des achats intégrés durant l'été 2018 dans une trentaine de pays, Netflix a complètement abandonné le système de facturation de l'App Store pour les nouveaux clients. Depuis, l'application Netflix ne présente plus qu'un menu de connexion au service. Pour s'abonner, il faut en passer par le site web du service.

Dans un échange d'e-mails publiés à l'occasion du procès entre Epic et Apple, on apprend comment la Pomme a cherché par tous les moyens à pousser Netflix à conserver les abonnements App Store. D'abord en rappelant qu'Apple avait mis en avant sur l'App Store plus de 35 articles autour de Netflix, plus que pour n'importe quel autre partenaire.

Ces articles, lus par 16,5 millions d'utilisateurs, ont permis une hausse de 6 à 7% du taux de conversion pour le téléchargement de l'application (330 000 téléchargements). Pas mal, mais peut mieux faire : puisqu'on n'attrape pas les mouches avec du vinaigre, Apple a aussi proposé d'en faire bien davantage pour faire revenir Netflix à la raison, quitte à faire mentir les belles promesses selon lesquelles tous les développeurs sont égaux.

Les propositions n'avaient pas toutes été approuvées par la direction, mais elles montraient jusqu'où Apple était prête à aller. La Pomme a par exemple avancé la possibilité de fournir des statistiques plus détaillées, d'amplifier la promotion de Netflix sur l'App Store et de donner à Netflix le pouvoir de déterminer les contenus à mettre en avant, de coordonner des expérimentations de nouvelles fonctions, de créer un bundle commun de services (Netflix + les services Apple), de prendre en charge une partie des frais marketing pour le recrutement d'abonnés (Apple aurait acheté des espaces publicitaires en ligne pour faire la promo de l'app Netflix), et même des ateliers Today at Apple aux couleurs des franchises Netflix…

Apple a aussi mis sur la table l'adhésion au programme Video Partner, discrètement créé pour accommoder Amazon et son service Prime Video et officialisé en 2020. À l'instar des autres partenaires, Netflix aurait ainsi pu profiter d'une plus grande souplesse dans le système de paiement choisi, autrement dit d'être exempté de la commission (dans certains cas).

Toutes ces douceurs n'ont pas convaincu Netflix. En décembre 2018, la plateforme, suffisamment puissante pour vivre sa vie sans le boulet du système de paiement de l'App Store, le retirait définitivement de son application. Dans le feu de la discussion entre les cadres d'Apple, Carson Oliver, le directeur de gestion de l'activité App Store, se demandait si le constructeur devait prendre des « sanctions punitives » contre Netflix. Ni le bâton, ni la carotte n'ont retenu le service de streaming.


Source
avatar Cyrille50 | 

Sa sort maintenant, pour montrer qu'Apple n'est pas tant que ça en position dominante…

avatar redchou | 

@Cyrille50

Une boîte lambda qui fait la même chose se fait exclure du store…

avatar Korben Dallas | 

Comme la vie en vrai, seuls les pauvres doivent respecter les règles, les riches société, elles ne paient pas d'impôt.

Si tu n'as pas compris que Apple est le reflet de cette société, il faut encore te cultiver

avatar redchou | 

@Korben Dallas

Ah, tout va bien si c’est comme dans la vie…
Je suis pressé de voir les avocats sortir ça au juges. 🤦‍♂️

avatar DamienLT | 

@redchou

J’ai pensé la même chose 🤣🤣🤣

avatar Korben Dallas | 

Pourquoi j'irais dire cela au juge? J'exprime juste un sentiment général, face aux riches qui se font plaisir entre eux avec à adapter leurs règles. Cela n'a aucun rapport avec les juges.

avatar redchou | 

@Korben Dallas

Vous êtes avocats? 🙄

avatar Korben Dallas | 

Bien non... Et je n'ai jamais réclamé l'être, d ou l'incompréhension totale face a vos commentaires

avatar redchou | 

@Korben Dallas

« Je suis pressé de voir les avocats sortir ça au juges. »
- Et vous commentez:
« Pourquoi j'irais dire cela au juge? »

Enfin bon, ce n’est pas très important, je pense que ce n’est pas parce qu’il y a bcps d’injustice qu’il ne faut pas les condamner.

avatar Korben Dallas | 

On est 200% d'accord, c'était ce que j'essayais de dire avec sarcasme.

avatar redchou | 

@Korben Dallas

Oui, ça me paraissait étrange 😅

avatar r e m y | 

Non. Ça sort maintenant parce que ça fait partie des pièces du procès Epic / Apple qui vient de s'ouvrir.

avatar Cyrille50 | 

@r e m y

Oui c'est plutôt malin.

avatar jcp25 | 

@r e m y

Très bonne chose !
Et l'image d'apple n'en sort pas vraiment grandie.
Cela ressemble à du "petits arrangements pourris entre amis" proposé par Apple et refusé par Netflix.
Il serait intéressant d'avoir la version de Netflix et comprendre pourquoi ils n'ont pas donné suite malgré tous les avantages.
🐾🐾🐾🐈🐈🐈

avatar 0MiguelAnge0 | 

@Cyrille50

On a pas lu le même article: Apple a proposé des conditions auquelles les autres boîtes n’ont pas accès! En gros la seule règle c’est quand Apple s’y retrouve…

avatar CorbeilleNews | 

J’admire ce genre de boite qui osent se rebeller face au géants comme Apple qui finissent par étouffer les plus petits !!!

Malheureusement tous ne peuvent se le permettre et Apple en profite bien.

avatar Florent Morin | 

@CorbeilleNews

Étant un tout petit, et comme la très grande majorité des tous petits, j’apprécie énormément l’App Store qui nous a ouvert de véritables opportunités.

Si Netflix ou Epic pouvaient gérer leur propre système de paiement (ils ont des armées de développeurs pour gérer ça), ils casseraient le marché.

On reviendrait à l’époque de Nokia / BlackBerry où seuls les très gros pouvaient exister.

avatar Lu Canneberges | 

@FloMo

+100

avatar fte | 

@FloMo

"On reviendrait"

Personne n’en sait rien. Car personne ne sait lire l’avenir.

C’est du FUD, rien de plus.

avatar Florent Morin | 

@fte

On a quand même l’exemple actuel de Google Play qui est nettement moins rentable que l’App Store.

Aussi bien en termes de volumes de ventes que d’investissement.

avatar fte | 

@FloMo

"On a quand même l’exemple actuel de Google Play qui est nettement moins rentable que l’App Store. "

Ce n’est pas la meme clientèle, ce n’est pas le meme panier moyen d’achats. Ce serait comme de comparer les catalogues d’options de Fiat et Mercedes.

avatar Florent Morin | 

@fte

Les apps sont moins téléchargées sur Android. Y compris en gratuit. Ça, je le vois tous les jours. 80 % des consultations web, 50-55 % des téléchargements d’apps.

J’ai découvert assez tard cette réticence au téléchargement sur Android. Il y a confusion totale entre APK en libre accès et Google Play. Les utilisateurs cherchent une app dans Google. Point.

Du coup, ils se retrouvent avec des adwares qui s’installent au sein même du système. J’ai pu le voir et j’en croyais pas mes yeux. Tu veux écrire un SMS ? Une pub. Aller sur le web ? Une pub. L’horreur.

D’où la réticence : quand tu n’y connais rien, tu te fais facilement avoir. Un risque quasi-inexistant sur iOS.

avatar fte | 

@FloMo

"Un risque quasi-inexistant sur iOS."

Vœux pieu. Mais erroné.

Pour le reste c’est juste, mais et alors ? Ce n’est pas la même clientèle, tu ne peux pas extrapoler ce qui se passerait peut-être hypothétiquement sur iOS si il se passait un truc éventuellement parce que la situation est ce qu’elle est sur Android en général.

Qu’en est-il des acheteurs de Pixel spécifiquement par exemple. Idem que pour un Android à 100 boules ? On a des chiffres quelque part ?

Quand bien même, ça reste de la pure spéculation basée sur deux bases de clientèle radicalement différentes.

avatar Florent Morin | 

@fte

Si Google s’efforce de verrouiller chaque année un peu plus le side-loading d’APK, c’est bien qu’il y a un risque.

D’ailleurs, quand Fortnite a été distribué via side-loading sur Android, ça a fini en avalanche de malwares qui se faisaient passer pour l’officiel.

On n’a aucune certitude, mais aucun indicateur ne va dans le sens d’un bénéfice quelconque pour qui que ce soit quand on ouvre les canaux de distribution. Alors que le risque est lui bien tangible.

avatar Fego007 | 

@FloMo

C’est exactement ca
Une expérience utilisateur « aléatoire »
Google cherche à se verrouiller
On veut qu Apple se déverrouille comme Google
Sauf que la logique de ces systèmes est complètement différente…

D un côté on veut attirer la masse et se rémunérer à la pub et à la data ( ce qui pose les problèmes énoncés )
De l’autre Attirer la masse par une « qualité de service » lié à des verrous

avatar fte | 

@FloMo

"D’ailleurs, quand Fortnite a été distribué via side-loading sur Android, ça a fini en avalanche de malwares qui se faisaient passer pour l’officiel."

Oh ça. Combien de clones d’apps sur l’App Store, et combien sont truffés de pubs ou pire ? Des apps qui sont parfois retirées par Apple après plainte de l’éditeur de l’original. Parfois pas. Et des apps aux stratégies douteuses sur les achats in-app ou abonnements pour enduire d’erreur gluante les victimes de leurs manipulations…

Le risque est réel. Le risque est partout. Faut-il édicter des lois anti-terroristes de plus en plus vagues et larges et coller tous ceux qui paraissent louches en taule au cas où ? Caricature. Quoique. Mais c’est l’idée : gérer le risque en s’informant, ou compter qu’un tiers nous protège de tout sauf de l’ignorance. La déresponsabilisation est très à la mode.

Sauf qu’on parle d’une entreprise privée pas d’ici.

avatar Florent Morin | 

@fte

> Oh ça. Combien de clones d’apps sur l’App Store, et combien sont truffés de pubs ou pire ?

On est à des années lumières des malwares. Au pire, on se fait arnaquer et on demande le remboursement.

avatar Bigdidou | 

@FloMo

« Au pire, on se fait arnaquer et on demande le remboursement. »

On peut aussi se faire vider son compte en banque, comme avec des scams d’app de portefeuilles de crypto monnaie.
D’autant plus facilement qu’on fait plus confiance à une app de l’Apple store qu’à une apk téléchargée en dehors de tout sentier battu…

Mais bon, c’est pas vraiment le sujet, au fond.
Le danger numérique est partout.
Et à ma connaissance, ce qui protège vraiment du danger, c’est l’éducation, pas la déresponsabilisation et la restriction des libertés.

Il faut juste apprendre aux gens à ne pas installer n’importe quoi, pas les en empêcher à tout prix.

avatar webHAL1 | 

@Bigdidou :
« Et à ma connaissance, ce qui protège vraiment du danger, c’est l’éducation, pas la déresponsabilisation et la restriction des libertés. »

Tout à fait d'accord. Une société commerciale dont le message est "abandonnez toute vigilance et faites-nous entièrement confiance, nous savons ce qui est bon pour vous et nos systèmes sont bien plus sûrs que ceux de la concurrence" devrait inspirer une forte méfiance.

« Il faut juste apprendre aux gens à ne pas installer n’importe quoi, pas les en empêcher à tout prix. »

Exactement. Quand on entend des histoires telles que "cet utilisateur Android s'est retrouvé avec des publicités affichées lorsqu'il recevait des appels téléphoniques", il faut bien se dire que le problème n'est pas que l'utilisateur a eu la possibilité d'installer une application, mais bien qu'il a cliqué plusieurs fois sur des boutons "Accepter" sans les lires ou sans chercher à les comprendre.
Et, soit dit en passant, une application iOS provenant de la boutique officielle d'Apple pourra tout à fait piller le carnet d'adresses (par exemple) d'un utilisateur si celui-ci lui donne son accord. Aucune différence à ce niveau avec une application Android.

avatar Korben Dallas | 

Florent, je travaille dans le développement dans une société de 3000 employés et ce que tu dis est faux.
Nous revenus sont dans une même fourchette soir les deux plateformes.

Juste parceque tu ne connais pas le monde du dev Android ne permet pas de dire de telles âneries. Nos partenaires, avec qui nous discutons régulièrement sont tous d'accords

avatar Lemmings | 

@Florent Morin : dans quel univers as-tu vu ça ? Tous les gens qui ont de l'android proche de moi (ce qui vaut ce que ça vaut), des utilisateurs expérimentés au plus néophytes, aucun n'a jamais installé une seule application en dehors du play store... Et j'ai jamais vu de pub sur des applications d'envoi de SMS... C'est quoi ce fake commentaire ?

avatar Korben Dallas | 

Quand je vois que même la rédaction ici dénigre 80% du monde en pensant que ce sont des pauvres victimes des malwares et ont tous un téléphone non sécurisés, cela fait peur...

Tu n'as pas un iPhone, tu as donc un téléphone lent et plein de pubs c'est évident

avatar Florent Morin | 

@Lemmings

Je comprend ton étonnement. Mais il n’y a rien de faux là-dedans.

Je l’ai vu de mes propres yeux. Je n’y croyais pas moi-même. Comment peut-on injecter des pubs au lancement de l’app Téléphone ? Ça me semblait irréel.

Comment j’ai pu apprendre ça ? J’ai juste demandé à une collègue d’installer l’app de l’entreprise sur son Android pour voir un truc. Elle m’a refusé en disant que les apps amenaient des virus. Et la discussion est partie de là.

A une échelle plus large, on se rappelle de l’épisode Fortnite : le fiasco du side loading.

https://www.phonandroid.com/fortnite-android-faux-apk-propagent-malware-smartphone.html

Et l’arrivée des malwares via des sources non-fiables est le premier point d’entrée.

https://netxine.com/android-malware-sources/

avatar Krysten2001 | 

@fte

Une expérience moindre par rapport à l’app store. L’expérience utilisateur fait la différence 😉

avatar byte_order | 

@FloMo
> On a quand même l’exemple actuel de Google Play qui est nettement
> moins rentable que l’App Store.

Même commission, même passage par le système de paiement imposé.
A croire, donc, que cela n'a rien à voir avec ces points là.
Qu'est-ce qui pourrait donc être différent par ailleurs entre un utiliseur de l'AppStore et un utilisateur de Google Play ?
Vous le savez, mais vous aimez bien faire comme si c'était pas un facteur.

avatar Florent Morin | 

@byte_order

> Même commission, même passage par le système de paiement imposé.
> A croire, donc, que cela n'a rien à voir avec ces points là.
> Qu'est-ce qui pourrait donc être différent par ailleurs entre un utiliseur de l'AppStore et un utilisateur de Google Play ?

Excellente question. N’étant pas utilisateur régulier de Android, je suis allé à la rencontre d’utilisateurs non experts mais clients potentiels des apps.

La démarche de l’utilisateur est la suivante : si je cherche quoi que ce soit, je vais sur Google. Aucune distinction entre le web et Google Play.

Sur Google, on a plein de lien pour une même app. C’est comme les films : parfois, on peut avoir des versions piratées. On ne fait pas attention au canal de distribution. On télécharge des APK. Ça met une alerte que personne ne lit. Et fin.

Puis on se retrouve avec un malware. Bien souvent un adware qui bloque l’usage du téléphone en introduisant des pubs partout. On va voir dans un magasin informatique pour enlever « le virus » et le réparateur recommande de ne pas installer d’apps.

Et Fortnite est la parfaite illustration de ce fléau.

Un scénario inconcevable sur iOS, puisque le side-loading n’existe pas et que l’accès au système est plus verrouillé.

avatar byte_order | 

@FloMo
> Excellente question. N’étant pas utilisateur régulier de Android,
> je suis allé à la rencontre d’utilisateurs non experts mais clients potentiels des apps.

La principale différence côté utilisateur en terme de rentabilité des apps Android vs iOS, c'est le pouvoir d'achat moyen. Le ticket d'entrée chez Apple, de facto, le souligne.

Quelqu'un qui n'a pas les moyens pour se permettre de dépenser 1000+ euros dans un smartphone dépensera également moins en apps, abonnements ou accessoires pour ce smartphone.

> La démarche de l’utilisateur est la suivante : si je cherche quoi que ce soit, je vais sur
> Google. Aucune distinction entre le web et Google Play.

D'autant que l'on peut visiter Google Play depuis son navigateur web.
C'est quoi le problème ? C'est génant de pouvoir chercher des apps avec le confort de son navigateur web sur son ordinateur plutôt que depuis le petit écran de son smartphone au clavier nettement moins pratique ?

> On télécharge des APK.

Comme si l'immense majorité des liens pour des apps sont des fichiers apk.
La plupart du temps, ce sont des liens qui renvoit sur le Google Play.

> Ça met une alerte que personne ne lit.

Y'a 2 alertes : la première signalant que le fichier APK n'est pas installable car il provient d'une source inconnue, qu'il faut autoriser préalablement l'installation à partie de sources inconnues. La seconde lorsque on "ouvre" l'APK, ce qui lance son installation, un rappel signalant que l'APK provient d'une source inconnue et demande la validation de son installation.

Ensuite, si l'utilisateur ne lit pas les alertes, il apprendra par l'expérience qu'il aurait mieux fait, et la prochaine fois sera plus conscient de ce qu'il va faire, sans pour autant avoir du renoncer à son libre arbitre pour autant.

> Puis on se retrouve avec un malware.

6 ans déjà, 1 seul malware, au tout début.
J'ai appris a lire les alertes. Trop dur.

avatar Florent Morin | 

@byte_order

> 6 ans déjà, 1 seul malware, au tout début.
J'ai appris a lire les alertes. Trop dur.

En tant qu’utilisateur avancé.

L’utilisateur lambda ferme tout simplement la porte aux apps : risque zéro.

J’ai beaucoup travaillé à des apps gratuites à forte audience (radios, assurances, magazines). Donc rien à voir avec le pouvoir d’achat : c’est gratuit.

Sur la tranche mobile, côté web, on était au moins à 80-85 % d’utilisateurs Android. Ce qui est représentatif des ventes d’appareils.

Pour l’app, on est autour de 50-55 % d’Android.

Donc on perd environ 30 % d’utilisateurs du fait du format.

Sur la partie vente, on vend environ 2 fois moins sur Android.
Autrement dit : on perd 10-15 % d’utilisateurs du fait de la démarche d’achat, 20 % du fait des parts de marché côté matériel et 30 % du fait du format app.

Peut-être que le manque d’appétence pour les apps ne vient pas seulement de la confiance dans le canal de distribution. Peut-être.

Mais ça compte dans l’équation : Google ne ferait pas tant d’efforts pour verrouiller son système et améliorer Google Play si ce n’était pas le cas.

avatar Korben Dallas | 

Ton expérience n'est pas représentative, et pour le reste, ta caricature des malware sur Android inquiète pour pour un "journaliste" payé pour son travail....

avatar Florent Morin | 

@Korben Dallas

1. Je ne suis pas journaliste mais pigiste. J’écris des articles bénéficiant de mon expérience dans le métier depuis plus de 12 ans.

2. Mes sources, puisque je ne peux pas demander le témoignage d’un proche ici.

Le side loading a pour effet d’apporter des malwares en pagaille.

https://www.phonandroid.com/fortnite-android-faux-apk-propagent-malware-smartphone.html

La première source de malwares est le téléchargement venant de sources non-vérifiées.

https://netxine.com/android-malware-sources/

Il y a une très forte proportion de adware.

https://securelist.com/mobile-malware-evolution-2020/101029/

Il y a 50 fois plus de malwares sur Android que sur iOS.

https://www.pandasecurity.com/en/mediacenter/mobile-security/android-more-infected-than-ios/

J’espère répondre à la question. 🙂

avatar Korben Dallas | 

Tu as super bien répondu a ma question, on dirait un défenseur de l'anti vaccination qui sort des chiffres sans les mettre en relation.

Comment penser que 80% du monde, qui a fait des choix différents des siens est meurtri de malware 😂

C'est très mignon aussi d'utiliser des chiffres d'abri virus qui vendent de la peur comme référence

avatar pat3 | 

@Korben Dallas

En attendant, tu n’as fourni absolument aucune donnée prouvant tes dires. Si je résume, tu as seulement dit : mais vous n’y connaissez rien au monde Android. Vas-y, dis nous comment ça fonctionne…

avatar Korben Dallas | 

Tu as raison, les gens sont malheureux, ont des publicités partout et plein de malware. 80% des utilisateurs de smartphones vivent avec un truc lent et regrettent de ne pas utiliser iOS 😂

Des fois il faut utiliser un système et ne pas de baser sur des chiffres d'un fabricant d'anti virus comme référence.

J'utilise les deux tous les jours avec un Mac et Android est loin d'être la merde décrite dans vos sous entendus et réactions de membres de l'équipe.

avatar pat3 | 

@Korben Dallas

"Tu as raison, les gens sont malheureux, ont des publicités partout et plein de malware. 80% des utilisateurs de smartphones vivent avec un truc lent et regrettent de ne pas utiliser iOS 😂"

Il ne me semble pas que ce soit ce qui est dit. En tout cas, ce que je retiens de ce qui @FloMo, c’est qu’en tant que dev indépendant, le développement iOS est un meilleur calcul que le développement Android, en termes de coût et d’expérience utilisateur. Ce n’est peut-être que son expérience de développeur, mais pour l’instant, tu n’y opposes que ton expérience d’utilisateur Android. 😌

avatar fte | 

@pat3

"Ce n’est peut-être que son expérience de développeur, mais pour l’instant, tu n’y opposes que ton expérience d’utilisateur Android. 😌"

Je pourrais y opposer mon expérience de développeur ayant abandonné iOS totalement au point de refuser des commandes, pour Android et ayant gagné au passage confort, tranquillité d’esprit et mandats plus intéressants. Jamais je ne serais retourné au développement iOS volontairement.

Mais ce ne sont que cela, des expériences individuelles.

L’image qui est donnée de l’eldorado iOS et de la jungle Android est par contre grandement erronée. C’est une opinion (subjective) mal informée, de l’aveu même de son auteur.

avatar Korben Dallas | 

Florent, tu pètes les plombs ou quoi? C'est vraiment ta vision d'Android?

avatar morpheusz63 | 

@Korben Dallas

Calmez-vous les gars, c'est une discution, si @FloMo ne connais pas Android assez il faut lui expliquer comme fais byteorder, un dev n'est pas omniscient

avatar jcp25 | 

@FloMo
Merci pour l'explication
Pour être sûr de bien comprendre :
Sur Android, "c'est comme si sur ios" je faisais une recherche sur Google de "MacG" que j'ai le choix de sites normaux, bizarres etc.
Que je clique sur "MacG" sur le site "add_adware.ru" et que cela installe sur mon iPhone une app "MacG" avec juste demande de mot de passe.
Et ensuite, bien sûr, installation d'adwares.
Là, évidemment, il y a un problème (GROS) pour l'utilisateur lambda (et même avancé et pressé)
J'avais toujours pensé, n'ayant pas de Tel Android, que l'on ne pouvait se fournir en apps QUE sur des Stores parfaitement identifiés (même si le store s'appelle "Piratage_Adwares"). Mais direct....
🐾🐾🐾🐈🐈🐈

avatar Florent Morin | 

@jcp25

L’exemple le plus flagrant est en effet Fortnite. Il y a eu un nombre incroyable de malwares se faisant passer pour l’original au moment où l’app est sortie de Google Play.

https://www.phonandroid.com/fortnite-android-faux-apk-propagent-malware-smartphone.html

avatar Korben Dallas | 

C'est exactement comme sur un Mac.
1) si tu cherches une application et que tu la télécharges sur un site rempli de pubs pour les filles de ta région et de reçois un iPhone gratuit, il faut se poser des questions. Plein de sites proposent aussi des dmg a télécharger.

2) c'est encore comme sur Mac, tu dois aller dans les settings de sécurité, accepter plein de messages systèmes avec de gros warning ⚠️ qui te disent que c'est dangereux et te demandent de confirmer.

3) sur Mac, comment réagirais tu si je disais que j'ai téléchargé un malware depuis un site de torrent, tu remettais Apple en question?

Sérieusement, un peu de jugement les amis...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR