Le partage des données de Google Maps et Apple Plans avec les pouvoirs publics suspendu à des négociations qui s'éternisent

Mickaël Bazoge |

Les applications de navigation mobile, à l'image de Google Maps et d'Apple Plans, vont devoir fournir aux autorités une partie des données générées par leurs utilisateurs. L'objectif, inscrit dans l'article 109 de la loi « climat et résilience » — promulguée en août dernier —, vise à « améliorer l'efficacité des politiques publiques de mobilité ».

Crédit : David Grandmougin, CC-BY.

Plus précisément, les données pourront être exploitées à des « fins exclusives » de connaissance des mobilités en vue de promouvoir des « alternatives pertinentes » à l'usage de l'automobile, notamment dans les zones à faibles émissions. Elles serviront aussi à l'évaluation de l'impact des stratégies de report modal.

L'idée est judicieuse : qui de mieux placé que ces applications pour informer les pouvoirs publics, en particulier les élus locaux, de la pertinence de l'offre de transports en commun et du réseau routier ? Reste maintenant à mettre tout cela en musique, et c'est là que ça coince. Des concertations ont été lancées en octobre dernier avec les principaux services opérant en France : Apple et Google (pour Google Maps et Waze), mais aussi TomTom et d'autres.

Ces discussions auraient dû aboutir au premier trimestre, le décret contenant les modalités d'applications attendant d'être publié dans le Journal officiel. Mais selon la Lettre A, elles vont finalement se poursuivre pendant encore plusieurs mois. Si des conditions financières pour accéder aux données sont prévues par la loi, l'article 54 fait figure de bâton puisqu'il instaure une amende pour les éditeurs qui ne respecteraient pas la disposition (jusqu'à 300 000 € d'amende).

Par ailleurs, l'ombre de la CNIL plane sur les discussions : la Commission informatique et libertés surveille en effet de très près ce qui pourrait constituer une exploitation indue des données. Si les services de navigation invoquent la protection de la vie privée pour éviter de donner trop d'informations, les pouvoirs publics voudraient au contraire collecter les données les plus complètes possibles. Un équilibre délicat à trouver…


avatar raoolito | 

Paranoïdes shootés en approche dans 5, 4, 3...

avatar pilipe | 

@raoolito

Ben si vous aimez que les gouvernements utilisent impunément vos données, tant mieux pour vous. Mais insulter les gens qui s’inquiètent de cela est stupide. Vous devriez lire 1984, ça vous permettra de comprendre l’inquiétude des gens.

avatar Paquito06 | 

@pilipe

“Ben si vous aimez que les gouvernements utilisent impunément vos données, tant mieux pour vous. Mais insulter les gens qui s’inquiètent de cela est stupide. Vous devriez lire 1984, ça vous permettra de comprendre l’inquiétude des gens.”

Il faudra demontrer en quoi ces memes gouvernements (ou entreprises actuelles qui collectent lesdites donnees) se confondent ou non avec l’oeuvre d’Orwell d’un point de vue du totalitarisme bien evidemment.
Je laisse ma place 😁

avatar vincentn | 

@Paquito06

J’ai l’impression que l’impératif « Lisez Orwell » est devenu le new « Google est ton ami », une sorte d’incantation magique moderne où l’on trouverait les réponses à toutes nos inquiétudes ou interrogations et une solution, confirmant notre vision et interprétation du monde qui nous entoure, en un mot, nous rassurant dans nos certitudes et croyances.

Le problème, c’est qu’Orwell est souvent mal lu (pas seulement déchiffrer des caractères mais aussi et surtout en comprendre leur(s) sens et contexte(s)— pour ceux qui ont réellement lu son œuvre, bien moins nombreux que ceux qui ne font que de la citation de citation) et Google search, lui, bien mal utilisé et compris et dont les résultats sont bien souvent pris pour argent comptant.

avatar raoolito | 

@vincentn

je prefere sa ferme des animaux

avatar Paquito06 | 

@vincentn

“Le problème, c’est qu’Orwell est souvent mal lu (pas seulement déchiffrer des caractères mais aussi et surtout en comprendre leur(s) sens et contexte(s)— pour ceux qui ont réellement lu son œuvre, bien moins nombreux que ceux qui ne font que de la citation de citation) et Google search, lui, bien mal utilisé et compris et dont les résultats sont bien souvent pris pour argent comptant.”

Tout a fait d’accord. Surtout que lire ses oeuvres quand on a 15 ans, 25 ans ou 35 ans, donne une perspective differente. Et il est balancé a toutes les sauces comme tu dis…

avatar Derw | 

@Paquito06

« Il faudra demontrer en quoi ces memes gouvernements (ou entreprises actuelles qui collectent lesdites donnees) se confondent ou non avec l’oeuvre d’Orwell d’un point de vue du totalitarisme bien evidemment. »

Non. Il n’y a rien à démontrer. « 1984 » est une œuvre de fiction caricaturale, qui plus est un peu datée. Une comparaison stricte, n’a donc pas trop de sens. Par contre, la connaissance de cette œuvre, peut permettre d’avoir des clés de compréhension du monde politique… En ce sens, le faite de proposer de lire cette œuvre, n’est pas dénué d’intérêt.

D’un autre côté, je rejoins @vincentn, je pense que ceux qui font cette injonction ne l’ont probablement pas lu ou vu un des films… mais ce n’est qu’une opinion…

avatar Derw | 

@raoolito

Vous êtes bien sûr libre de penser ce que vous voulez, mais l’insulte envers ceux qui ne pensent pas comme vous pour initialiser un débat n’est pas une méthode très glorieuse.

En ce qui me concerne, sur le sujet précis de cet article, je suis plutôt pour le fait que certaines données soient remontés à l’État pour l’aider dans sa politique environnementale, mais je me méfie de ce que seraient ces données.

Quant à la paranoïa :
1. Ne préjugez pas de l’avenir en vous basant sur le présent : ce n’est pas parce que nous sommes aujourd’hui dans un état de droit que nous le serons encore dans l’avenir.
2. Pour ce qui est du présent et de la capacité de nuisance du gouvernement français actuel, c’est très difficile à juger. Il n’y a pas eu assez d’enquêtes sur le sujet et c’est normal). Toutefois, des enquêtes sur les actions des précédents gouvernements démocratiques français (tout bords confondus) montrent que la mesure, la morale, le bien commun, la vie privée… ne sont pas forcément des valeurs très implantées aux seins de ceux-ci.

avatar debione | 

Je vais dire enfin utiliser à des fins utiles l'avalanche de données que les gens laissent partout...

avatar Paquito06 | 

Oh ca va etre croustillant tout ca 🍿

avatar raoolito | 

@Paquito06

notez que j’en ai attrapé un ! prem’s !!!

avatar spb | 

@raoolito

👍🏻

avatar DahuLArthropode | 

@raoolito

Et ça, juste en lançant une insulte et en attendant que quelqu’un s’y reconnaisse tout seul! Trop fort!
Si ça se trouve, vous travaillez main dans la main avec Big Brother pour que les dissidents se manifestent.

avatar raoolito | 

@DahuLArthropode

"Paranoïdes shootés »
c’est pas vraiment une insulte, c’est plutot un hameçon comme vous dites :)

avatar Paquito06 | 

@raoolito

Ahah 🥇

avatar debione | 

@ raoolito:

Tu remarqueras que j'ai remarquablement bien évité ton hameçon.... ;)

avatar vincentn | 

En complément des enquêtes Ménages/Déplacements décennales (enfin presque) et des systèmes de mesures localisés, pourquoi pas (avec tous les gardes-fous et contrôles nécessaires).
Si cela peut d’apporter une meilleure et plus rapide compréhension des flux de véhicules et des personnes pour améliorer les dessertes, développer les transports en communs et autres moyens alternatifs, etc. Bref, dans une logique d’aménagement du territoire au plus près des usages au quotidien, c’est une bonne idée.

avatar DP-Britto | 

Voilà pourquoi c’est fini Waze, Apple Plans, Google Maps et oui à Organic Maps découvert ici sur MacG :)

avatar turismo | 

C’est un juste retour des choses, ils se servent bien des bases bison futé gratuitement.

avatar Samy | 

Décidément le climat, au sens global, est devenu l’arme ultime pour faire passer toutes sortes de projets de lois, à toutes les sauces.
L’UE impose déjà aux constructeurs automobiles une remonte des data sur tous les véhicules neufs depuis le 1er janvier 2021 via l’OBFCM pour les consommations d’essence et la consommation électrique, officiellement dans le but de comparer les données réelles avec les valeurs d’homologation, officieusement pour mettre à l’amende les constructeurs et leur imposer de nouvelles contraintes anti-pollution, mais aussi avec l’idée de faire payer ceux qui jouent de la pédale et consomment beaucoup plus que les valeurs « normales » de leur véhicule.
Au 1er juillet 2022, l’UE impose aux nouveaux véhicules homologués, le système ISA, un limiteur se vitesse qui s’active par défaut et limite la vitesse en fonction des cartographies embarquées dans les véhicules, de la position du véhicule et des vitesses indiquées sur les panneaux. Là encore, ce sont des data qui vont remonter a l’UE pour analyse de nos comportements avec à la clé toutes les dérives pour taxer / amender les conducteurs qui ne respectent pas les limitations et consomment « trop », via les instances locales de chaque pays.

Et maintenant le gouvernement français veut aller piocher dans les données de localisation de chaque utilisateur d’une app de navigation mobile donc aussi bien à bord d’un véhicule que d’un smartphone d’une personne se déplaçant à pieds, en vélo, en train, en métro, en bus, en bateau, à cheval etc…dans le but d’améliorer les modalités de déplacements de notre société dans le futur ?
1/ même si on nous assure que les data sont « anonymes », pourra-t-on refuser de partager ses data de localisation avec le gouvernement ? Aura-t-on une option dans iOS ou Androïd pour désactiver les « statistiques » vers les pouvoirs publics sans devoir désactiver totalement toutes les données de localisation de son smartphone ?
2/ quid des systèmes embarqués à bord de véhicules ?
3/ les data collectées seront-elles disponibles en totalité et facilement pour tout
citoyen qui désire lui-même effectuer ses analyses avec tout logiciel équivalent à des Tableaux ou Qlick ? Car présenter au public des données déjà filtrées, formatées et analysées par des pouvoirs publics ou des organismes tiers pose déjà un problème d’impartialité, on nous montre ou met en évidence ce que l’on veut nous montrer.

A quand l’application reliée à un masque faciale pour mesurer le taux de rejet de CO2 de chaque individu et si un seuil est dépassé on vous met à l’amende pour réchauffement climatique ?
Idem pour les rejets de méthane des gaz intestinaux (!!!)

Avec ce type de projet de loi, c’est aussi une façon déguisée d’inciter les GAFAM et autres à collecter et exploiter sans impunité de plus en plus de données si la contrepartie est d’en partager une (infime) partie avec nos gouvernements.

Big brother devient de plus en plus envahissant, on va rattraper ou dépasser le Chine …

avatar raoolito | 

@Samy

ca commence par des faits ( qui demandent des sources) puis ca se termine par des insinuations et des derives

retournez vous former chez vos maitres en propagande, c'est trop évident là, faut y aller plus en douceur.
Encore plusieurs semaines à ce farcir ce genre de personnes... pffff
🤦‍♂️

avatar szut | 

@raoolito

Marlène Schiappa sort de ce corps !

CONNEXION UTILISATEUR