Retour à trois opérateurs : qui passera à la casserole ?

Mickaël Bazoge |

Et si SFR allait se faire dévorer dans les prochains mois ? Actuellement, les quatre acteurs du marché français de la téléphonie ne peuvent pas discuter entre eux en raison de la réattribution des fréquences mobiles. Mais d’ici le début de l’année prochaine, ils pourront de nouveau tailler le bout de gras ensemble et de l’aveu même d’Orange, le dossier de la consolidation sera de nouveau sur la table.

Altice, la maison-mère de SFR, a essuyé une volée de bois vert en fin de semaine dernière à la Bourse : -11,8% jeudi, -12,5% vendredi. La raison de la déprime des boursicoteurs ? La baisse de l’ARPU, un indicateur surveillé comme le lait sur le feu par les investisseurs : derrière cet acronyme, se cache le revenu moyen par abonné.

Chez l’opérateur au carré rouge, l’ARPU est à la peine : 31,7 € par mois sur le fixe (-4,2 € par rapport au même trimestre 2017), et 22,4 € sur le mobile (-3,4 €). Cette baisse est le fruit des promotions en tout genre de ces derniers mois, qui ont permis à SFR de recruter 166 000 abonnés sur le fixe et 378 000 clients sur le mobile.

Patrick Drahi, le patron d’Altice, s’est réjoui de cette situation : « En France, nous avons regagné plus d'un million d'abonnés depuis le début de cette année, soit le nombre d'abonnés perdus durant les trois années précédentes ». Il n’empêche : les ventes d’Altice France, la structure qui chapeaute les activités tricolores du groupe (dont SFR), sont en recul de 6,3% à 3,44 milliards d’euros.

Le résultat d’exploitation avant intérêts et impôts (EBITDA) de la structure est de 1,3 milliard d’euros, ce qui là aussi représente une baisse sensible de 10,6%. Patrick Drahi se félicite des performances d’Altice Europe « supérieures à celles prévues dans son plan de redressement », avec une amélioration « réelle » au niveau du recrutement des abonnés et une « stabilisation de l’ARPU en séquentiel ».

Ces résultats ne font malgré tout pas le bonheur des investisseurs. Et ils pourraient bien mener à une consolidation du marché où SFR serait au centre de tous les intérêts. En juin, une énième tentative de rapprochement menée par Bouygues Telecom avait capoté.

Les gagnants et les perdants

En tout cas, Bouygues Telecom va toujours très bien. Le troisième trimestre a été bien orienté avec 199 000 nouveaux clients dans le mobile (425 000 depuis le début de l’année) et 71 000 abonnés fixe (162 000 clients sur les neuf premiers mois). Depuis janvier, l’opérateur a engrangé des ventes de 3,934 milliards d’euros (+6,5%) pour un bénéfice de 311 millions. Sur la même période, l’EBITDA se fixe à 931 millions (+15%).

Du côté de l’opérateur historique, tout va plutôt bien. Le chiffre d’affaires s’est établi à 10,3 milliards d’euros (+0,6%) au troisième trimestre et à 30,5 milliards depuis le début de l’année (+1,3%). Orange affiche un EBITDA de 3,68 milliards sur le trimestre (+3%) et de 9,67 milliards sur les neuf premiers mois (+3,2%). L’entreprise a renforcé son fichier clients de 82 000 abonnés sur le mobile, et de 157 000 abonnés dans la fibre.

Free Mobile paie toujours sa baisse de forme depuis le début de l’année. Les résultats de son troisième trimestre ont montré que le trublion continuait de perdre des abonnés : 14 000 dans le fixe, 90 000 dans le mobile, après en avoir laissé filer 200 000 au second trimestre. Le chiffre d’affaires de Free Mobile a atteint 538 millions d’euros (+0,2%), avec un ARPU en baisse à 32,1 €. Dans son ensemble, Iliad voit ses revenus progresser de 1,7%, à 1,23 milliard d’euros — merci l’activité italienne.

Free et SFR pourraient-ils tenter de faire contre mauvaise fortune bon cœur et envisager un rapprochement entre deux éclopés ? Rien n’est plus impossible dans le secteur des télécoms !


avatar JLG47_old | 

Que de conjectures!
Tous a wallstreet!

avatar JLG47_old | 

Nostalgie pour la demoiselle du téléphone. Cela me rappelle mon enfance a la campagne avant l’automatique.
Allô ici .. je voudrais le XX à zz.
Au moins, personne ne râlait sur le temps de connexion.

avatar Mike Mac | 

" rapprochement entre deux éclopés "

Vous parlez de la fusion Mac4Ever / MacBidouille

ou de MacBidouille / MacGeneration ???

Ne pas oublier que MacPlus a déjà déserté le réseau.

Quelqu'un sait lequel offre le meilleur service ?

avatar perlaurent | 

En changeant d’opérateurs au fil des années et des promotions, on finit bien par constater soi meme quels sont les meilleurs réseaux et quel opérateur convient le mieux. Les statistiques de déploiement et mise à niveau des relais sont de bons indicateurs sur la qualité des réseaux (dans la globalité) .

Après , pourquoi pas 4 opérateurs , voir plus.. la concurrence a du bon pour le consommateur; pas mal de nos voisins européens nous envient sur les coûts de nos offres..

avatar Tournicoti | 

Toutes ces promos sont néfastes pour la lisibilité des prix par les consommateurs. Ca donne l'impression qu'en fait on paie cher pour quelque chose qui ne les vaut pas.

Il ne me semble pas exister forfaits adaptés aux usages réels; et je vois certains dans mon entourage préfèrent payer plus cher un forfait 60Go qu'un 30 alors qu'en regardant leur consommation réelle ils sont en moyenne à moins de 10 avec des pointes à 15. Ça me semble vouloir dire qu'on est dans un enfumage marketing et que le prix (=offre) est décorrélé de la demande.
C'est un peu comme le tarif jour/nuit chez EDF (+ les autres qui se sont calqués dessus), même avec un chauffe-eau électrique et des programmations différées des appareils le tarif n'est pas avantageux pour beaucoup alors que c'est écologiquement une nécessité.

Et maintenant on nous vend la 5G comme étant une migration naturelle qui engendrera une hausse des prix, mais je serais curieux de savoir quel est le taux de ceux qui sont réellement concernés par la 5G.

avatar zoubi2 | 

@Tournicoti

"Et maintenant on nous vend la 5G comme étant une migration naturelle qui engendrera une hausse des prix, mais je serais curieux de savoir quel est le taux de ceux qui sont réellement concernés par la 5G"

Toutafé Thierry ! Je pense être le prototype du pékin lambda, et la 5G je n'en ai rien à battre.

Bien sûr, il y en aura toujours pour réclamer encore plus de data et encore plus de débit afin d'alimenter leurs 4 TV 4K (5K ?) SHD super-amoled, le tout pour 10€. Fort bien, c'est leur droit. Mais il serait peut-être temps de tendre vers le raisonnable.

avatar Zorglub38 | 

Free n'est pas cher mais son réseau est pourri, orange joue les gros bras en critiquant les autres mais il fait pareil au niveau des promos tout en délaissant son réseau adsl et sfr, essayé une fois il y a quelques mois en mobile et résultat semblable à free : pas de stabilité dans le réseau. L'opérateur actuel qui s'en sort le mieux à mon avis est bouygues que ça soit sur le fixe ou le mobile. De plus il a un service client accessible par téléphone ou chat (même sur ses offres low cost contrairement à Sosh où il faut se débrouiller en cas de problème ! Et le seul quand entends régulièrement ouvrir sa bouche c'est richard et c'est à chaque fois pour raconter le mêmes conneries et dire en gros que tant que le client ne paiera pas plein pot ça n'ira pas !

avatar marc_os | 

Ah que c'est beau le capitalisme !
Tantôt on veut nous faire croire que la concurrence c'est le bien, alors que la concurrence c'est le gentil nom de la guerre commerciale que se font les entreprises présentes sur un même marché, tantôt on nous explique que ben mince alors, y a pas de place pour tous, et qu'il faut « consolider » (consolider quoi ?), encore un joli mot pour masquer la vérité, le rêve de monopole des entreprises qui cherchent à se débarrasser de toute concurrence afin in fine de maximiser les bénéfices de leur actionnaires, quelqu'en soit le prix (social)...

avatar oomu | 

"Et maintenant on nous vend la 5G comme étant une migration naturelle qui engendrera une hausse des prix, mais je serais curieux de savoir quel est le taux de ceux qui sont réellement concernés par la 5G."

le but de la 5G est de permettre de connecter un nombre massif d'objets : remplacer tous les réseaux IOT (dont des concurrents à un opérateur comme Orange) au sein du réseau des mobiles.

Cela pour éventuellement (c'est le rêve on va dire) développer de nouveaux services ultra-payants que les gens vont adorer prendre en abonnements (supplémentaires).

La 5G n'est donc pas qu'une simple question de bande passante, mais d'améliorations substantielle sur la latence et la congestion face à un grand nombre de connexions simultanées.

-
Bah.

avatar Tournicoti | 

@oomu
Oui la 5G bénéficiera à l'IOT, tu as techniquement raison. Mais elle sera financée par des forfaits mobiles, ce qui pour beaucoup d'utilisateurs sera une demi-arnaque.
Un peu comme si Mme Michu doit dorénavant payer plus cher son forfait pour que le petit Martin puisse regarder des films, faire des jeux, sache que sa machine à laver est passée en essorage ou que l'info qui lui indique qu'il y a un bouchon après le virage s'affiche dans son casque de moto.
Le discours technophile est avant tout marketing, pas technique. Il n'y a pas aujourd'hui de forfait adapté à Mme Michu, et demain il sera plus cher pour financer une technique dont elle n'a pas besoin. Notre présence ici est plutôt synonyme qu'on adoptera les nouveaux usages... mais j'essaierai de ne pas oublier de remercier Mme Michu. Un peu comme quand elle paye plus cher son fioul pour se chauffer pour éviter que les transporteurs qui m'amènent mes commandes ne paient ce qu'ils doivent et me le fassent payer (pour coller un peu à l'actu).
Je ne suis pas une aspirante miss France qui veut une justice dans le monde, je suis juste un vieux cynique qui ne ferme pas pour autant les yeux.

avatar kevin14600 | 

Free perd à cause de l’itinérance et le réseau faible en bâtiments

avatar onclebobby | 

Vous pensez sincèrement et honnêtement que le "réseau faible en bâtiment" ne concerne que Free? Tout dépend du positionnement de l'antenne, épaisseur des murs etc.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR