La 4G n’est pas morte, vive la 5G !

Anthony Nelzin-Santos |

C’était annoncé : la 5G est la star du Mobile World Congress (MWC). Alors que l’édition 2017 du grand salon des télécoms avait marqué la (quasi) finalisation des standards de cinquième génération, cette édition 2019 « célèbre » la (quasi) disponibilité des premiers réseaux et des premiers appareils compatibles. « La 5G est là », clame fièrement Ericsson. Mais la 4G ne disparait pas pour autant.

Un modem 5G. Image Intel.

Il faut dire que la 5G… n’est pas tout à fait là. Selon la GSMA, l’association professionnelle qui organise le MWC et participe à la définition des normes de réseau mobile, seuls dix-huit pays auront déployé un réseau 5G d’ici à la fin de l’année. « Il faudra quelque temps avant que la 5G n’atteigne une masse critique », explique le rapport annuel de l’association d’opérateurs et d’équipementiers, « bien que certains marchés connaitront une croissance relativement rapide ».

Les Coréens sont en pointe, les Américains ne sont pas en reste, et les Japonais veulent déployer un réseau national avant les Jeux olympiques de 2020. Mais ces pays hyper-développés et ultra-connectés sont loin de représenter la réalité des réseaux mondiaux. À l’échelle du globe, le nombre des connexions aux réseaux 4G vient seulement de dépasser celui des connexions aux réseaux 2G1. Avec 3,4 milliards de connexions en 2018, les réseaux de quatrième génération restent minoritaires (43 %) face aux réseaux 2G et 3G.

Ericsson et Qualcomm ont passé le premier appel *data* en 5G sur une porteuse 2,6 GHz en janvier 2019. Image Ericsson.

Ils devraient enfin passer la barre des 50 % cette année, dix ans après la commercialisation des premières offres 4G, et même atteindre 60 % des connexions en 2023. Ce n’est alors que leur progression atteindra un plateau, sous l’effet du déploiement des réseaux 5G, qui doivent être présents dans 116 pays et représenter le tiers des connexions en 2025. D’ici là, les réseaux 4G continueront d’évoluer.

Le « chemin vers la 5G » d’AT&T, comme celui des autres opérateurs, passe par les méandres des évolutions des normes LTE. L’opérateur américain fait un premier pas avec son réseau LTE-A employant une modulation 256QAM (qui permet d’améliorer les conditions de réception), le MIMO 4x4 (qui permet d’augmenter l’efficacité spectrale de la cellule radio), et l’agrégation sur trois porteuses (qui permet de combiner trois blocs de fréquences pour augmenter les débits).

La 4G va continuer d’évoluer parallèlement à la 5G, les deux normes partageant de nombreux objectifs et plusieurs sous-spécifications. Image Qualcomm.

Vous n’avez rien compris ? AT&T explique que « ces technologies servent de rampe de lancement à la 5G », au point de parler de réseaux « 5G Evolution », une astuce marketing qui ne manquera pas de susciter la confusion des clients. Il manquera pourtant un deuxième pas avant la 5G : la 4G LTE-LAA, qui permettra d’exploiter certaines bandes de fréquences sans licence2, notamment la bande des 5 GHz utilisée par les réseaux Wi-Fi, sans le risque d’interférences que posait sa prédécesseure la 4G LTE-U.

Et « c’est pas fini », comme dirait un certain opérateur au carré rouge, puisqu’il faut encore parler de la 4G LTE-A Pro. Comme la 5G, elle capitalise sur l’agrégation de porteuses pour dépasser le gigabit : 1 Gb/s avec quatre porteuses, 2 Gb/s avec sept, et même jusqu’à 3 Gb/s avec 32. Comme la 5G aussi, elle veut répondre aux besoins de l’internet des objets, en intégrant la spécification LTE IOT qui permet d’utiliser de toutes petites bandes de fréquences pour communiquer entre 100 kb/s à 1 Mb/s.

Qualcomm planche déjà sur l’agrégation de sept porteuses en LTE-A Pro, dont trois sur des bandes sans licence avec LTE-LAA, pour atteindre 2 Gb/s. Image Qualcomm.

Agrégation de porteuses, spectre sous ou sans licence, modulation 256QAM, MIMO massif… Toutes ces technologies forment le socle de la 5G, sur lequel reposent les travaux sur la latence et la robustesse du réseau, et bien sûr le recours aux ondes centimétriques et millimétriques (lire : C’est quoi, la 5G ?). Autrement dit : pour tisser demain des réseaux de cinquième génération, il faut déployer aujourd’hui des réseaux de quatrième génération plus perfectionnés.

« En améliorant le réseau LTE existant », dit ainsi AT&T, on « prépare pour le futur de la connectivité ». « Alors que nous entrons dans l’ère de la 5G », ajoute Qualcomm, « la 4G LTE va continuer de fournir une large couverture et des services essentiels qui compléteront les premiers déploiements 5G ». Les évolutions de la 4G permettent d’éprouver le matériel, et plus encore les logiciels de gestion, sans lesquels la 5G ne pourra tout simplement pas exister.

La 4G fournit le socle sur lequel repose la 5G, et les deux réseaux se complètent plutôt qu’ils ne s’opposent. Image Qualcomm.

Les deux réseaux vont cohabiter pendant des années, la 4G assurant la couverture la plus large, tandis que la 5G apportera débits et capacité, comme l’explique Qualcomm :

Il devient clair que la 4G LTE-A Pro fournira la couverture sur laquelle reposera la 5G, notamment dans les premiers temps du déploiement des réseaux de cinquième génération. Les utilisateurs utiliseront la 4G LTE la plupart du temps, et passeront en 5G uniquement dans les zones urbaines les plus denses. Selon toute vraisemblance, les opérateurs déploieront des réseaux 4G LTE à l’échelle du pays, et réserveront la 5G aux zones sous contrainte de capacité, ou bien aux endroits où l’on trouve le plus d’utilisateurs « premium ». Ainsi, les opérateurs étendront leur couverture 5G de manière progressive, sans que les utilisateurs ne puissent sentir une grande différence entre la 4G et la 5G.

De fait, les réseaux devraient finir complètement entremêlés. Intel et Ericsson ont montré que les opérateurs pouvaient partager le trafic 4G et le trafic 5G sur la même porteuse, et passer de l’un à l’autre en fonction des besoins à l’échelle de la milliseconde. Qualcomm propose de connecter les voitures autonomes aux deux réseaux en même temps, la 4G améliorant la portée et la 5G réduisant la latence. Nokia et Ericsson ont utilisé les mêmes arguments lors de leurs présentations dédiées à la réalité augmentée.

Bref, le passage de la 4G à la 5G ne sera pas une rupture, mais une continuité. Les réseaux mobiles sont composés de spectres, et les normes de réseaux sont un spectre, un éventail de sous-spécifications qui évoluent parallèlement, faisant fi des marques commerciales bien définies. La 4G continuera d’évoluer dans l’ombre pendant que la 5G attirera la lumière, les deux normes se complèteront et se répondront, et les réseaux seront toujours plus rapides et plus robustes.


  1. En excluant les connexions aux réseaux cellulaires spécifiques à l’« internet des objets » (IOT). ↩︎
  2. L’utilisation des ressources spectrales est contrôlée par les gouvernements, soucieux d’éviter les interférences, et de préserver les fréquences utilisées à des fins publiques ou militaires. Certaines « bandes » ne peuvent être utilisées sans obtenir une licence (attribuée, en France, par l’Arcep), alors que d’autres peuvent être utilisées plus librement. La procédure d’attribution des bandes de fréquence, qui doit répondre à des objectifs de développement mais aussi à l’intérêt financier de l’État, agace certains opérateurs. Ainsi lors du MWC, Stéphane Richard a déclaré que la France avait pris « un an de retard dans la 5G », une manière pour le PDG d’Orange de faire pression sur le régulateur. On comprend dès lors l’intérêt pour les bandes de fréquence « libres », et l’agrégation de fréquences « licenciées » et « libres » pour former de grands blocs de fréquences et augmenter les débits. Pour en savoir plus, lire : « 3G, H+, 4G LTE : un guide des normes réseau » et « 4G LTE : explications sur les bandes de fréquences ». ↩︎

avatar tamu | 

@daxr1der

Merci pour la vidéo !

avatar oomu | 

plus d'antennes = des antennes plus proches de vous et mieux utilisées = moins de puissance nécessaire pour émettre.

si votre mobile est proche d'antenne, idem, il a besoin d'ếmettre moins fort.

en réalité, contrairement aux gens négatifs et contre-productif, modèle "robin des toits", il ne faut pas concentrer en une antenne méga-surdimensionnée qui va forcer les mobiles à sur-émettre, mais MULTIPLIER A MORT LES ANTENNES PARTOUT QUI ELLES SERONT DE FAIBLES PUISSANCE.

Accessoirement ça fera du bien aux batteries des mobiles , batteries qui sont le véritable enjeu écologique, santé public et recyclage de demai..de MAINTENANT.

avatar powerjaja | 

Et la 3G dans tout ça ?

La semaine dernière je suis allé skier à Superbagnères dans les Pyrénées : une fois en haut des télécabines, dans toute la station mon iPhone affichait de tout le temps de la 3G, totalement inutilisable. Absolument rien ne chargeait. Pas le moindre petit message WhatsApp. La voix (en GSM je suppose) passait elle très très rarement et très difficilement.

avatar coink | 

@powerjaja

Pas de data mobile en haut des pistes? Pauv bichette obligé de profiter de ses vacances !

avatar armandgz123 | 

@coink

Bah c’est galère pour se rejoindre pour manger ou pour les imprévus dans un groupe...

avatar powerjaja | 

@coink

En l’occurrence, étant arrivé après mes amis et n’ayant pas pu les retrouver le premier jour à cause de l’absence de réseau, j’ai un peu moins bien profité de ce premier jour de vacances. Mais rien de bien grave effectivement : j’ai skié tout seul...

avatar PierreBondurant | 

@coink

C’est pas une question de confort mais une question de sécurité pour appeler les secours si tu te gaufre le long de la piste dans un petit contrebas peu visible

avatar hamahiru | 

@powerjaja

Je suis à Super et sans problème avec WhatsApp sauf en haut du Céciré.
Je suis chez Sosh.

avatar powerjaja | 

@hamahiru

Ah oui c’est sur que dans les endroits reculés, Orange a bien souvent raison des autres opérateurs !

avatar fabricepsb71 | 

@powerjaja

C’était l’occasion de t’imprégner de beaux paysage de la nature sous la neige.
Avant de refaire la queue au télésiège avec tous les bordelais que tu croises chaque jour sur la rocade bordelaise ?

avatar oomu | 

l'antenne vous connecte en 3G top moumoute, mais derrière, pas de réseau avec un débit correct, rien, nada, ou en panne, ou surchargé par tous les utilisateurs

bref, la routine : rien en amont.

avatar Osei Tutu | 

En d'autres termes la 4G sera pour les pauvres et la 5G pour les riches! Enfin un monde juste

avatar Norandy | 

Avant de parler de 5G, je demande juste ?? que les communications ne coupent pas en changeant d’antennes (j’habite en Suisse), et que l’on me vire cette 2G (le logo Edge) abominable qui ne sert strictement à rien car de toute façon l’iPhone dit qu’il n’y a pas de connexion internet. Je me rappelle au début de la 4G, elle n’était pas aussi rapide que la 3G et seulement disponible dans certaines villes... à voir pour la 5G. Par contre ce qui serait intéressant c’est de pouvoir bénéficier du haut débit grâce à la 5G si notre opérateur ne propose qu’un minable 20 mega... (ce qui est mon cas).

avatar Samus | 

Pauvre humanité qui fuit vers le toujours plus. On profite a peine de la 4G qu'ils nous balance la 5G, on commence à peine à s'équiper en 4K qu'ils veulent tout nous faire jeter à la poubelle pour la 8K....
Quelqu'un a appuyé sur la pédale de l'absurde et à scié les freins de la raison.
Un jour on le paiera. ça ne sera peut être pas nous, peut être pas nos enfants. Mais un jour l'humanité paiera cette folie.

avatar Splinter | 

@Samus

Faut bien vendre ?

Mais c'est au consommateur de réfléchir un peu avant d'acheter.

avatar bonnepoire | 

@ Splinter
En l'occurence on ne nous demande pas notre avis et c'est peut-être ça le problème. Les industriels ne nous demandent pas notre avis. Autant passer de la 3G à la 4G est un bond très appréciable. Autant la suite n'augure rien de bin en terme de pollution et d'ondes.

avatar Felixba | 

La 4G n’est pas morte... euh chez moi elle n’est toujours pas née et la 3G joue à cache cache ?

avatar Jeckill13 | 

Le premier iPhone pleinement 4g était si je me souvient bien le 5S, pour avoir cette année là à 99% chez les principaux opérateurs et avec free à la traîne qui va bien finir par y arriver aussi. On est aujourd’hui à l’iPhone Xs

5s réseau 4G
6
6s
7
X/8
Xs réseau à 99% …
XI
XIs
XII
XIIs
XIII réseau 5G à 99% ?

On a largement le temps de voir venir…
(Au cas où … non je n’affirme pas les noms des futures iPhone ? c’est juste une « extrapolation » pour illustrer le propos)

avatar bonnepoire | 

@ Jeckill13
J'adore tes pincettes. On voit le mec qui a l'habitude des commentaires sur Macg...

avatar yourglaaa | 

La 5G va nous bouffer les neurones et griller notre ADN, va pas falloir s'étonner si on ressemblera à du popcorn dans quelques années aux dires des scientifiques ...

avatar David Finder | 

Sans compter les batteries de nos appareils (moins grave je te l’accorde). Un appel d’une heure et hop, à la recharge.
Rappelez-vous les débuts de la 4G. Surfer sur internet obligeait quasiment à rester brancher au secteur...

avatar Levrai | 

Mon iPhone x est incapable de capter la 4g+ alors que mon ancêtre de S7 edge captait parfaitement la 4g+.

avatar Un Type Vrai | 

J'aurai préféré que la 5G ne soit pas plus rapide mais permette de consommer moins de batterie et passé d'une manière plus fiable (ce qui aura aussi un impact positif sur la betterie...)
Bref, faire les choses de manière plus efficiente plutôt que de courir vers le prochain obstacle.

avatar Levrai | 

Comparaison faites cette après-midi, mon iPhone x captait péniblement la 3g ( 1 barre) alors que le Samsung A5 de ma sœur captait sans problème 3 barres de 4g+ !
Bref c'est pas les réseaux qui sont mauvais mais plutôt les moden des iphones qui sont vraiment à la ramasse, ça pique vraiment quand voit le prix de la bête.
!
Sacré retard technologique tout de même...

avatar iVador | 

@Levrai

Aucun souci sur mon ancien X, le modem Intel au top.

avatar umrk | 

Pfff ... la 5G c'est ringard ! maintenant c'est la 6G !

http://www.6gsummit.com

avatar yann7533 | 

La 5G n’est qu’un argument commercial visant à relancer les ventes de smartphone.

3G, 4G, 5G... tout cela n’est que du blabla. C’est juste une appellation diffèrent du haut débit. Souvenez-vous quand la 3G est sortie, c’était super rapide. Puis ça s’est estompé. Est arrivée la 4G (Beinh voyons!). En réalité c’était la 3G rebadgée « 4G ». Maintenant qu’ils ont bien fait chuter « volontairement » les débits, ils remettent le couvert avec une nouvelle appellation « 5G » qui marchera aussi bien que la 4G à son lancement et aussi bien que la 3G à son lancement. Dans qlq temps ils baisseront les débits de la 5G pour sortir la 6G etc... cette histoire de 4G 5G n’est autre qu’on grotesque complot sont le but est de faire renouveler le parc des smartphone. Pire enfumage que tout le monde croit.
Bonne soirée.

avatar quetzal | 

Il semble que la 5 G ait un effet délétère sur les animaux. Avant de lancer une nouvelle technologie il faudrait étudier son impact sur le Vivant. Ce d’autant plus que la moitié des populations d’insectes et d’oiseaux ont disparu en quelques décennies.
Préférez vous un monde sans 5G ou un monde sans oiseaux ? Pour ma part, j’ai déjà choisi.

avatar iVador | 

@quetzal

Sources pour cette affirmation ?

avatar oomu | 

oui, enfin, le même cinéma fut fait lors du lancement de la 4G.

avec des évolutions de la 3G renommés 4G-machin-chouette, alors que ni par la technologie, ni par la standardisation ITU c'était de la 4G.

et les commerciaux ont rivalisé d'inventivité et hurlements pour nommer comme il fallait pour faire beau sur les pubs.

Du coup, le monde a deux couches :

- une commerciale, spectaculaire, supplantant le monde inférieur, avec des noms absurdes pour faire beau et nouveau
- une couche technique, administrative, avec des noms rationnels, qui révèlent souvent que c'est juste des astuces mineures, et quii inventent une réalité à vendre.

et encore plus bas, une 3eme couche, la réalité concrète expérimentée par tous dont on a plus rien à foutre.

Bref, vive la HD Ready Wave 1 gen 2 Experience.

avatar Lapin85 | 

Heu est-ce qu'on pourrait juste déjà avoir une couverture téléphonique et 4G partout en France ? Même 3G ça m'irait ...

avatar Kensei68 | 

Certains aimeraient déjà bien pouvoir disposer de la 3G dans leur trou perdu...
#DuProblèmeDesRéseauxAProximitéDesFrontières

Pages

CONNEXION UTILISATEUR