5G : les grandes manœuvres avant les enchères

Mickaël Bazoge |

La 5G en France, c’est pour l’année prochaine à en croire les opérateurs qui multiplient les expérimentations (tout récemment chez Bouygues). Mais avant de profiter des bienfaits de ce nouveau réseau, encore faut-il pouvoir le déployer à grande échelle. Et l’État a ici son mot à dire, puisque les bandes de fréquences (3,4 à 3,8 GHz) sont sa propriété que les opérateurs vont devoir acheter, via des enchères attendues et redoutées par tous.

Début mai, le ministère de l’Économie et celui de la Cohésion des territoires ont dessiné le cadre général de cette opération de grande envergure, dans une lettre que s’est procurée Les Echos. Le prix de réserve des enchères sera donc fixé d’ici cet été par la commission des participations et des transferts, avec en ligne de mire les enchères à proprement parler cet automne.

Le gouvernement entend trouver un « juste milieu » entre la mise en place d’infrastructures numériques « de qualité » nécessitant des investissements sur le long terme, et un prix plancher qui doit permettre de remplir à bon compte les caisses publiques rapidement. « L'un n'empêche pas l'autre. Il faut maximiser les retombées de long terme, et pas seulement la mise de départ », confirme-t-on au cabinet de la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher.

Cet équilibre sera délicat à trouver, et il ne fait aucun doute que les opérateurs vont peser de tout leur poids pour éviter de devoir payer trop cher leur ticket d’entrée. Leur discours sera simple : l’argent qui ne sera pas dépensé lors des enchères servira au déploiement du réseau. Un message manifestement entendu par les pouvoirs publics, qui veulent éviter de taper trop fort dans le portefeuille des opérateurs.

À cet égard, les exemples allemand et italien font figure de repoussoir : les enchères y ont atteint voire dépassé le seuil des 5 milliards d’euros. Or, le gouvernement s’attend à une couverture de plusieurs villes dès l’année prochaine, et à terme ce sont « tous les territoires, y compris les plus ruraux ou de montagne, [qui] doivent pouvoir bénéficier du développement des services 5G dans un calendrier raisonnable ». Difficile dans ces conditions d’exiger le beurre et l’argent du beurre.

Les différents développements de la 5G.

Le gouvernement n’écarte pas un recours accru à la mutualisation des réseaux pour parvenir à une « bonne couverture mobile de l'ensemble du territoire [qui] est un objectif majeur ». La 5G ne remplacera pas (tout de suite) la 4G, qui est encore loin d’avoir dit son dernier mot — et qui reste encore à déployer sur l’ensemble du territoire (lire : C’est quoi, la 5G ?).

Tags
#5G
avatar lulubotine | 

c’est quand même fou de s’octroyer par la force des fréquences ?
Et le ciel et la mer appartiennent à qui à partir d’une certaine distance ?
Et l’espace ?
Et la lumière qui nous éclaire ou l’air que l’on respire ?

avatar Billytyper2 | 

@lulubotine

Sache que ton sous-sol ne t’appartient pas… chez nous on achète notre terrain ailleurs tu ne fais que le louer à l’état.

avatar anonx | 

@Billytyper2

Il y certes des exclusions ou limitations concernant les hydrocarbures etc (dans l’intérêt public) et dans ce cas il est prévu une indemnité, une redevance tréfoncière mais le sous-sol appartient bien au propriétaire du sol en France et jusqu’au centre de la terre !!!

avatar QNTN | 

@Billytyper2

Le sous-sol t’appartient bien, si.
Par contre le fait que le ciel et l’espace soit attribué à des états ou autre, selon leurs seuls intérêts et non pas de façon universelle, ça c’est du grand n’importe quoi ! Ces éléments « de base » devraient appartenir à la fois à l’humanité et à la fois à personne !

avatar Lu Canneberges | 

@lulubotine

Ben au contraire, ça appartient à la collectivité, et où as-tu vu « de force » ? Je préfère largement que les biens communs soient gérés par l’État plutôt que des entreprises privées puissent sauvagement se les approprier sans retenue...

avatar pat3 | 

Si ces fréquences existent, c’est qu’elles ont été rendues accessibles par des investissements d’État, et que les infrastructures de déparer sont des infrastructures d’État. Ce ne sont pas les opérateurs qui les ont créées ex-nihilo. Et oui, depuis le télégraphe optique de Chappe, en France, les télécommunications sont une propriété de l’État qui loue leur usage à des opérateurs.

avatar brunnno | 

@pat3

Les fréquences, personne ne les a créées il me semble. Elles existent sans infrastructures 🤔
L’état autorise uniquement l’émission d’ondes sur celles-ci...

avatar ClownWorld 🤡 | 

@brunnno

L’eau existe et l’état la fait payer …
Bientôt l’air qu’on respire.

avatar Finouche | 

@ClownWorld 🤡

Libre à toi de récupérer l’eau de pluie si sa te chante.

avatar Ducletho | 

@ClownWorld 🤡

Heureusement que les fréquences sont régulées sinon ça serait le chaos.
Ton voisin pourrait brouiller ton wifi avec sa télécommande de garage ..et plein d’autres exemples

avatar brunnno | 

@Ducletho

Régulation n’implique pas forcément faire payer au prix fort.

avatar mmmathieu | 

@ClownWorld 🤡

On ne paye pas l’eau c’est interdit en France (n’en déplaise à certain groupe...) par contre on paye les infrastructures pour la puiser, la raffiner ou la purifier et la retraité (parce que l’eau de ta douche/toilettes et autres ne va pas dans le vide intersidérale ...). Et vu qu’on est trop malade en France on consomme trop de médicament qui se retrouve dans l’eau via notre urine, du coup l’eau est de plus en plus polluer et difficile à retraiter ...

avatar fousfous | 

La 5G n'est pas aussi importante que la 4G en terme de débits, donc l'état peut essayer de se renflouer sur les escrocs ça ne pose pas de problèmes.

avatar ClownWorld 🤡 | 

Purée l’état va se régaler sur le dos des opérateurs.
Qui va payer au final ?

https://media3.giphy.com/media/mPOGx4hJtOWSA/giphy.gif?cid=4bf119fc5cd58...

avatar modx1 | 

Est-ce que la 5g peut mettre un coup d’arrêt à l’extension du réseau fibre surtout en rase campagne ?

avatar armandgz123 | 

@modx1

Bah sans fibre, il n’y a pas de 5G... il faut que les antennes soit reliées non ?!?

avatar povpom | 

Qu’est-ce qui empêche de mutualiser purement et simplement le réseau ?
Ne gagnerions nous pas tant en qualité et entretien qu’en vitesse de déploiement si la couverture était repartie sur les 3 ou 4 opérateurs ?
Que est ce que ça apporte de placer sur un même mât les mêmes antennes de plusieurs opérateurs ?

CONNEXION UTILISATEUR