Bic Tab : une tablette à stylet pour le marché de l'éducation

Stéphane Moussie |

La marque française Bic, connue pour ses stylos billes et ses rasoirs, se lance sur un nouveau créneau en partenariat avec Intel : les tablettes tactiles. Bic Tab, c'est le nom du produit, vise le marché de l'éducation, et plus précisément les écoles primaires dans un premier temps.

Les tablettes, qui seront livrées au premier trimestre 2013 aux établissements, contiendront des manuels scolaires et un logiciel (Bic Connect) qui permet aux enseignants de créer des exercices et de suivre l'activité de la classe.

Au niveau technique, la Bic Tab est loin de ce qui se fait couramment aujourd'hui. Les écoliers auront affaire à un écran 10" résistif utilisable seulement au stylet. C'est un processeur Atom qui fait fonctionner un système d'exploitation basé sur le noyau Linux.

Il ne sera pas possible d'acheter dans le commerce cette tablette réservée aux collectivités locales. Il faut compter de 6 000 à 20 000 euros pour équiper une classe en fonction du nombre d'ardoises et du contrat d'assistance.

Plusieurs villes françaises ont déjà expérimenté l'utilisation de tablettes en classe. En Isère par exemple, des élèves d'une classe de CM2 ont eu entre les mains un iPad pendant un semestre l'année dernière. Evernote, Dropbox, iBooks et iTooch Maths CM2 sont autant d'applications qui avaient trouvé leur place dans un usage scolaire. Le bilan semble être globalement positif, avec entre autres une motivation accrue des élèves, plus de rapidité, une meilleure concentration et un regain de plaisir. Du côté des points négatifs, le professeur des écoles qui a mené l'expérimentation liste la solidité des tablettes, l'impact du Wi-Fi sur la santé (un argument sujet à controverse), la fatigue visuelle et « la quantité beaucoup moins importante d’écrits sur papier ».


avatar -oldmac- | 
Elles vont rejoindre les TO7 dans le fond des armoires des écoles ...
avatar shuby | 
@wolf : Si jamais tu en as je veux bien ;-) (Du to7 pas de la tablette bic ...)
avatar alexandre.rs | 
"Connu pour ses stylos bille et ses rasoirs". Vous oubliez "Et son téléphone portable" ;) Ayant vendu le mien et en attente de réception de l'iPhone, je m'en suis acheté un : 29€ avec fonction appareil photo et micro sd-card svp :) Je me sens légèrement décalé, ça m'amuse même plutôt.
avatar jibu | 
Elles sont jetables ?
avatar Porteli | 
Léger, et très certainement involontaire, oubli de l'article : «fabriqué en France»...
avatar eipem | 
@gyomb : 'l'absence d'outils logiciels adaptés, pour le professeur et l'élève. Après 1 an passé à bricoler des séances pédagogiques sur cet outil, je vous le dit : les tablettes n'apporteront rien de plus et irons prendre la poussière sans des outils ouverts et adaptés à la création de contenu.' As-tu essayé Authors ? C'est la solution gratuite* d'Apple pour éditer des manuels interactifs. Tu peux y inclure toute une batterie d'objets multimédias comme le keynote et évidemment photos, audios et vidéos ainsi que des objets HTML, des QCM etc... * Il faut un Mac et les manuels ne sont compatibles qu'avec iOS. Donc ce n'est pas multiplateforme. Ça peut poser problème en classe.
avatar cigol | 
@ Marc-Alouettes : L'iPad ne peut pas utiliser de stylet. Cette tablette Bic est dédiée à l'éducation, notamment pour les travaux d'écritures. De plus c'est un produit made in France qui ne contribue pas à ruiner notre pays comme les produits chinois d'Apple ou de Samsung.
avatar cigol | 
Ah oui, c'est oublié dans l'article : MADE IN FRANCE ;-)
avatar cigol | 
Ah oui, c'est oublié dans l'article : MADE IN FRANCE ;-)
avatar cigol | 
@ Cowboy Funcky : C'est peut être moche pour ton goût d'esthète, mais ce design a été étudié pour ne pas casser les petits poignets des bambins, sans parler de la dalle mate (contrairement au bords saillants de l'iPad et de sa vitre ultra brillante). Il ne faut pas confondre bon et beau design. De plus cette tablette Bic est dotée d'un écran résistif, plus apte à reproduire la sensation d'écriture pour les enfants (il faut appuyer légèrement, contrairement à un écran capacitif (iPad) ou une glisse suffit. De plus, l'iPad n'est pas assez précis pour pouvoir écrire avec. Ce sont donc des produits qui n'ont rien à voir. En clair, la tablette Bic c'est pas fait pour se la péter devant la terrasse du café de la gare avec Angry Bird, c'est un outil destiné à un usage pédagogique pour les plus jeunes, qui rempacera à terme, les cartables trop lourds. Seul reproche pour le moment. C'est très cher, souhaitons que le succès aidant les quantités produites permettrons de faire baisser la facture. Bien plus que l'iPad, c'est ce type de tablettes ouvertes, adaptées à l'écriture, destinées à remplacer les manuels papiers, qui sont le mieux adaptées au marché des écoles.
avatar CHABI31 | 
J'ai vu la meme chez Olivetti et Bull. Marque blanche ?
avatar cigol | 
@ PowerGif88 : Il semble que cette tablette est exclusive (as tu des liens), elle est conçue et même fabriquée en France. Contrairement aux marques blanches qui proviennent de Chine et sont destinées en général au bas de gamme, et qui sous-traitent aussi pour les marques européennes et américaines qui ne font que vendre des merdes made in China au prix fort (Apple, Archos, Samsung, etc.). L'article de igen est très incomplet. Pour plus d'infos : http://www.lafabriquehexagonale.com/2012/10/bic-tab-la-tablette-made-in-france-pour-les-tout-petits/
avatar napuconcture | 
Dans le privé pourquoi pas, mais il est hors de question que l'éducation nationale EU alimente les marges mirobolantes des compagnies US.
avatar oxmosys | 
Ouvert ou fermé ? C'est des questions de Geek. moi ce que je veux c'est que 'les enfants ne soient pas illettrés. Le reste n'est que bavardage.
avatar napuconcture | 
"Ouvert ou fermé ? C'est des questions de Geek." Ce n'est pas une question de geek, il s'agit d'une question de conditionnement des élèves à la consommation de produits d'une marque. Pour l'éducation nationale , c'est la mise sous tutel par les multinationale des outils de transmission du savoir. Comment changer de contrat si l'ensemble du contenu créer depuis 15 ans n'est lisible que chez un seul et unique constructeur. Comment lire les cours dans 50 ans ? 100 ans ? Les enfants n'ont pas besoin de tablettes pour apprendre mais d'instit.
avatar BSG75 | 
@lmouillart C'est cela et plus encore. L'universalité du livre, et en général des arts et savoirs, est ici en jeu. Des textes de plusieurs milliers d'années sont toujours parfaitement lisibles, avec pour seuls outils les yeux et l'esprit. La fragmentation des formats est un non-sens pour qui raisonne autrement qu'en commercial. Et cette problématique inonde toute la sphère technologique. Pas qu'Apple ou Microsoft (les formats Office), le livre numérique, ou encore la Pinacothèque moderne. C'est par ailleurs évidemment une question largement évoquée par les instances internationales concernées, très complexe au regard des intérêts contradictoires de chacune.
avatar boccob | 
Plutot que d'essayer d'inventer la roue, l'éducation nationale française ferai mieux de prendre de VRAIES mesures utiles et pratique qui ne demande pas de refondre le modèle d'enseignement qui, finalement en fonctionne pas si mal. Une idée en l'air, un truc de fou, un concept jamais vu, bref un trait de génie : *** Fournir (preter) les manuels scolaires en double (contre caution, pour que les vandales ne bouffent pas le système) et installer un casier fermé par élève dans l'établissement. Un exemplaire des manuels restant dans le casier, un autre à la maison. Triple avantage. - Les élèves ne se démonte plus le dos avec des cartable de 15kg. - Les élèvent n'oublient plus les manuels à la maison. - à grande échelle, deux manuels + un casier coute moins cher à l'achat qu'une simple tablette (je ne parle même pas du renouvellement et de l'obsolescence des tablettes dont la batterie, sur les modele lowcost, meurt en moins de 3 ans). Attention, on peut même patcher cette méthode pour qu'elle soit encore plus folle, la encore, une idée unique, une méthode révolutionnaire, un truc de dingue. Les manuels scolaire ne seraient pas fournis sous formes de "livre" mais de "classeurs", ce qui permettraient de "mettre à jours" quelques pages, et pas un livre complet quand 2 pages du programme seulement changent. Bref, ...
avatar napuconcture | 
Il y a des formats de fichier qui sont fait pour l'archivage longue durée.
avatar Mousse72 | 
Si Apple veux franchement investir massivement le marché de l'éducation, elle pourrait proposer un produit no name et réduire sa marge. Pas de pomme tout en conservant le form-factor de l'iPad pourrait lever des réticences. Mais l'apport de l'écriture manuscrite est un élément essentiel dans le développement de l'enfant même au travers des nouveaux outils de consultation et saisie de données. Renvoyer au seul papier et au crayon est un palliatif mesquin quand peuvent être développées de belles applications pédagogiques mêlant dessins, photos, animations, et zone où dessiner, gribouiller, écrire et raturer... Voir dans les jeunes enfants des simili-dactylo dès qú il s'agit de rentrer des données dans la tablette est un non sens. Dessiner les lettres et assembler des phrases manuscrites est particulièrement formateur dans l'apprentissage de la langue. Les tablettes en seraient exclues parce que Steve Jobs n'avait pas cette vision ou profil du tout tactile au doigt ? Dogme que certains zélotes se chargent de promouvoir en décrétant que tablette et écriture sont antinomiques ? Avec tout son trésor de guerre disponible, Apple pourrait très bien injecter des ronds dans Inkwell, l'amener dans iOS et lui faire faire un grand bond en avant. La nécessité de proposer régulièrement des nouveautés au sein des OS amènera un jour l'écriture manuscrite intégrée à iOS. On notera que Microsoft loupe le coche en n'ayant pas porté ses technologies d'écriture numérique (disponibles dans Windows 8 x86) vers sa nouvelle plate-forme Windows 8 RT.

CONNEXION UTILISATEUR