Ouvrir le menu principal

iGeneration

Recherche

Au tour de Google de retirer Fortnite du Play Store 🆕

Mickaël Bazoge

Friday 14 August 2020 à 01:07 • 155

Android

Apple va se sentir moins seul. Google vient en effet de retirer Fortnite du Play Store, où le jeu proposait aussi des V-Bucks moins chers si le joueur passait par un autre système de paiement que celui de la boutique (lire : Epic Games défie Apple avec des achats directs dans Fortnite). Comme Apple sur l'App Store, Google exige des jeux distribués sur le Play Store que les paiements pour du contenu supplémentaire passent au travers du système maison, qui lui procure une commission de 30% : « Les développeurs qui proposent des produits ou du contenu dans un jeu téléchargé sur Google Play sont tenus d'utiliser la facturation des achats in-app dans Google Play comme mode de paiement ».

Mais contrairement à Apple, Google autorise le sideloading d'applications, c'est à dire le téléchargement et l'installation d'apps depuis un navigateur web (voire d'une boutique alternative). C'est même par ce biais qu'Epic a longtemps distribué Fortnite, avant que l'éditeur ne cède (lire : Android : Epic cède et distribue Fortnite sur le Play Store).

Google s'est fendu d'une déclaration : « Bien que Fortnite demeure disponible sur Android, nous ne pouvons pas continuer à le proposer sur [le Play Store] en raison de son infraction aux règles. Cependant, nous accueillons l'opportunité de continuer nos discussions avec Epic pour retrouver Fortnite sur le Play Store ». Le ton est plus cordial que chez Apple, et puis le jeu peut effectivement être téléchargé directement depuis le site d'Epic.

Une manipulation impossible sur iOS1 où seul l'App Store peut distribuer des apps. La flexibilité permise sur Android devrait permettre à Google d'échapper à une plainte d'Epic (et à une pub grinçante), mais dans cette saga, on n'est plus sûr de rien !

Mise à jour — Même punition pour Google, récipiendaire (comme Apple donc) d'une plainte en bonne et due forme de la part d'Epic ! Les termes sont très proches d'une poursuite à l'autre, seul changent les propos liminaires qui reviennent sur le fameux mantra du moteur de recherche « Don't Be Evil », abandonné depuis belle lurette.


  1. Ou presque, mais avec pas mal de contraintes. ↩︎

Rejoignez le Club iGen

Soutenez le travail d'une rédaction indépendante.

Rejoignez la plus grande communauté Apple francophone !

S'abonner