ResearchKit s'ouvre un peu à l'international

Mickaël Bazoge |

ResearchKit limitait jusqu’à présent ses applications d’études médicales aux seuls États-Unis. C’est désormais terminé avec la nouvelle version de MyHeart Counts : le logiciel développé pour les besoins de l’université de Stanford est désormais disponible en Grande-Bretagne et à Hong-Kong, où elle mesurera l’activité physique et cardiaque des utilisateurs qui le voudront.

L’étude se destine à l’identification des facteurs de risque cardiaque ; aux États-Unis, elle a réuni 41 000 participants, un chiffre qu’aucune étude médicale traditionnelle n’aurait pu obtenir en si peu de temps. Les chercheurs veulent obtenir encore plus de données : ils nourrissent l’ambition de faire de MyHeart Counts la plus grande étude du genre.

La possibilité de voir apparaître une étude ResearchKit en France est plus ténue. La législation en la matière est en effet beaucoup plus restrictive et encadrée.


Tags
avatar yorick | 

"La possibilité de voir apparaître une étude ResearchKit en France est plus ténue. La législation en la matière est en effet beaucoup plus restrictive et encadrée."

C peut être pour cela que l'on prend du retard dans les recherches, que beaucoup de chercheur Francais partent à l'étranger.

Sur beaucoup de chose la législation est plus dur

avatar Bigdidou | 

@yorick :
Non, rien à voir. Il s'agit ici de recherche clinique.

avatar tsarsmirnoff | 

Tiens la législation pose encore problème....c'est étonnant

avatar julientherier | 

"Une étude ResearchKit" n'est pas un terme correct, c'est comme dire "un jeu SpriteKit".
Les études cliniques sur iPhone, en France, existent depuis au moins 2 ans, bien avant le lancement de ResearchKit, comme les jeux existaient avant SpriteKit.

Là où c'est compliqué en effet, c'est au niveau de la CNIL.
Et la validation des protocoles d'études par les comités d'éthique sont assez longs.
Par exemple le consentement électronique est encore difficilement accepté dans l'hexagone.

Il faut donc dire que l'app "MyHeart Counts", telle qu'elle est construite, a peu de chance d'être autorisée en France en l'état.
Par contre rien ne limite l'usage d'une très grande partie du framework ResearchKit dans une app en France, si celle-ci est conçue pour répondre aux directives du pays.

Nous travaillons d'ailleurs sur une app intégrant en grande partie le framework ResearchKit, pour une étude clinique en France.
C'est donc possible et même déjà en cours de développement!

avatar Leborde | 

Tiens, puisque j'ai un pro sous la main: à quoi cela sert-il qu'un type de 20-30 comme moi fasse des exercices de tapotement avec les doigts sur l'iPhone pour une étude sur Alzheimer?

avatar julientherier | 

Il faudrait le demander directement aux chercheurs qui ont mis en place le protocole.

Mais si vous ne souffrez pas d'Alzheimer et participez quand même à l'étude, vous permettrez probablement de déterminer les valeurs "par défaut" des participants sains, afin de permettre de comparer et évaluer les résultats qui viennent des malades.

Vous constituez le groupe "témoin/contrôle".

CONNEXION UTILISATEUR