Sleep Cycle suit votre sommeil uniquement avec le son

Nicolas Furno |

Sleep Cycle [5.0.1 – Français – Gratuit (achat in-app) – 48,3 Mo - Northcube AB] est une application de suivi de sommeil doublée d’un réveil intelligent qui existe depuis aussi longtemps que l’App Store (à quelque chose près) et qui fonctionnait de façon très originale. Contrairement aux traqueurs de sommeil que l’on doit porter ou installer sur le lit, cette application exploitait les capteurs de l’iPhone pour mesurer les vibrations du matelas et en déduire les différentes phases de sommeil.

Sleep Cycle permet de fixer une heure limite de réveil, mais il sonnera de manière intelligente, en évitant les phases de sommeil profond (gauche). Au centre, analyse d’une nuit avec les différentes phases. À droite, l’application synthétise toutes les mesures. Cliquer pour agrandir

Pour cela, on place le téléphone près de l’oreiller, sous le drap. Une solution très astucieuse et étonnamment précise, mais qui fonctionnait très bien avec des iPhone de 3,5 pouces. Avec les iPhone 6(s), trouver de la place sous un drap près de l’oreiller relève de la gageure et c’est carrément impossible, ou du moins imprudent, de le faire avec les 6(s) Plus ! Fort de ce constat, les concepteurs de Sleep Cycle ont cherché une autre solution et propose désormais de suivre le sommeil en posant l’iPhone sur la table de nuit.

Comment est-ce que cela fonctionne ? Sleep Cycle exploite le microphone de l’iPhone pour « écouter » votre nuit et repérer si vous bougez ou si vous restez parfaitement immobile. Si vous n'en voulez pas du tout, et que vous êtes silencieux, c’est que vous êtes en sommeil profond. La mise à jour est disponible depuis près d’un mois et nous l’utilisons depuis trois semaines, en parallèle d’autres traqueurs de sommeil traditionnel.

Sleep Cycle fonctionne désormais depuis la table de nuit. Pratique pour les grands téléphones, et cela fonctionne très bien ! Cliquer pour agrandir

Et là encore, la précision des mesures est surprenante : on fera sûrement mieux avec un appareil dédié, mais les résultats sont tout à fait corrects. Et par rapport à bon nombre de concurrents, Sleep Cycle s’en sort mieux grâce à son traitement des données. L’interface n’est pas toujours très ergonomique, mais les données synthétiques sont utiles et on peut vraiment utiliser l’application pour améliorer son sommeil. En particulier, on peut annoter chaque nuit pour indiquer que l’on a bu un café juste avant de dormir, que l’on est allé au cinéma, que l’on a joué à la console tard ou tout ce qui correspond à vos habitudes.

L’application cherche ensuite des corrélations entre ces notes et la qualité de votre sommeil : c’est instructif et on peut facilement vérifier si un changement d’habitude a un impact. Le réveil est aussi un point fort de Sleep Cycle. Il sonne souvent au moment opportun et on peut simplement soulever le téléphone pour interrompre temporairement la sonnerie si on a besoin de quelques minutes de plus. À l’usage, c’est bien utile pour un réveil en douceur et si vous avez des ampoules Hue dans la chambre, l’application peut les allumer en même temps pour vous aider.

Sleep Cycle est gratuit, mais certaines fonctions sont payantes, notamment un historique sans limite, la sauvegarde des données en ligne ou encore l’enrichissement des informations de sommeil avec d’autres critères. L’application exploite les capteurs de mouvement des iPhone pour suivre l’activité physique en journée et vérifier si elle a un impact sur la qualité de sommeil. La météo est aussi utilisée à cette fin.


avatar powergeek | 

Ne faut-il pas éviter d'avoir son iPhone si près de sa tête toute la nuit ?

avatar MLV | 

Arrêtons la paranoïa bons sang! Aucune étude sérieuse à démontré que c'était nocif. J'ai un téléphone depuis l'âge de 12 ans et il ne m'arrive rien.

avatar Bigdidou | 

@MLV :
"Arrêtons la paranoïa bons sang! Aucune étude sérieuse à démontré que c'était nocif. J'ai un téléphone depuis l'âge de 12 ans et il ne m'arrive rien"

Par contre j'aimerais bien connaître l'étude sérieuse qui montre comment on peut monitorer son sommeil grâce aux vibrations de son matelas...
Franchement...

avatar Sostène Cambrut | 

@Bigdidou

C'est pas monitoring aussi précis qu'un électroencéphalogramme, mais ça détecte les phases de sommeil léger et profond en fonction des mouvements du corps. En effet, on bouge en sommeil léger (un réflexe bien utile pour éviter l'embolie pulmonaire) mais pas du tout en sommeil profond. L'app extrapole ces mouvements pour déterminer ta phase de sommeil et te réveille au moment opportun, c'est à dire en phase de sommeil léger. Les études sur le sommeil montrent en effet que c'est à ce moment qu'on se réveille avec la sensation d'avoir bien dormi.

Mais je me trompe où tu es médecin ? Tu dois savoir tout ça !

avatar warmac33 | 

@ Sostène Cambrut
les muscles restent actifs en sommeil profond, c'est en sommeil paradoxal qu'ils deviennent atones, donc je reste perplexe sur la pertinence de ces apps.
quant au sommeil léger l'activité musculaire est beaucoup trop faible pour prévenir un risque embolique. Au contraire le sommeil dans son ensemble est une période à risque mais compensé (normalement) par l'activité en journée.

par contre je confirme qu'on se réveille mieux en sommeil lent léger.

avatar Sostène Cambrut | 

@warmac33

"les muscles restent actifs en sommeil profond, c'est en sommeil paradoxal qu'ils deviennent atones,"

l'important c'est qu'à un moment du cycle les muscles soient inactifs pour que l'app en déduisent la phase de sommeil.

Je rappelle que Sleep Cycle n'est pas un dispositif médical mais un réveil qui étudie les cycles du sommeil pour réveiller au bon moment, et c'est vraiment super efficace.

avatar DrZoidberg | 

@MLV :
J'imagine que maintenant tu as 14-15 ans, tu as donc eu le temps de faire une étude approfondie sur l'impact des ondes émises par les téléphones portables sur ton cerveau

avatar benouit2a | 

@MLV :
Si tu a 13 ans c'est logique

avatar warmac33 | 

@ MLV
absence de preuves n'est pas preuve de l'absence...
je connais des gens qui fument depuis l'âge de 12 ans et qui n'ont pas encore de cancer des poumons...

c'est avec ce genre de raisonnement qu'on pleurniche après en découvrant les dégâts du distilbène, du fluor, du diesel...

avatar expertpack | 

@MLV :
Ben si : agressif

avatar en ballade | 

@MLV :
Prendre ton seul cas n'est en rien statistiquement valable et de plus l OMS recommande l'éloignement du téléphone de la zone du cerveau en prenant des oreillettes par principe de précaution. Tu vas contredire des experts?

avatar YuYu | 

@powergeek :
L'app te conseille de te mettre en mode avion, aucun risque au niveau des ondes du coup ;)

avatar Lonesome Boy | 

@JuCos :
Enfin de toutes façons ce ne sont pas les ondes qui provoquent les symptômes décrits par les personnes qui se disent être électro-sensibles.

Faudrait vraiment que les gens arrêtent de colporter ce mythe des ondes nocives.

avatar patrick86 | 

"Enfin de toutes façons ce ne sont pas les ondes qui provoquent les symptômes décrits par les personnes qui se disent être électro-sensibles."

Le point de déclenchement de la maladie n'est pas nécessairement l'exposition aux champs électriques et magnétiques, mais c'est bel et bien à cela que ces personnes sont hyper-sensibles.

C'est une réelle souffrance pour les gens concernés (mots de têtes constants, insomnies, et d'autres troubles encore).

L'hyper-électrosensibilité existe indépendant d'un éventuel risque généralisé d'une exposition à long terme aux ondes radio.

--

Pour ce qui est du sommeil : on sait également, de nombreuses observations et études le montrent et le démontrent, qu'un environnement électromagnétiques chargé — c'est-à-dire avec une forte activité —, peut avoir un effet excitant sur les êtres et notamment perturber le sommeil.

Là encore, tout le monde n'est pas nécessairement sujet à cet effet, car il dépend aussi d'autres paramètres et, en autres, nous n'avons pas tous absolument la même sensibilité à l'électricité et au magnétisme.

--

L'effet le plus connu est facilement observable d'un certain nombre d'ondes radio : l'échauffement des tissus avec par exemple un téléphone collé à l'oreille. Comme dans un four micro onde où le champ électromagnétique excite les molécules d'eau.

--

Dans la mesure où circule dans et autour du corps humain moult courants électriques et champs magnétiques —, dans nos nerfs, entre nos neurones, etc., c'est grâce à cela qu'on fait fonctionner un bidule qu'on appelle "électroencéphalogramme" —, il peut parfaitement se produire des interactions avec l'environnement électromagnétique extérieur.

N'importe qui ayant étudié la CEM (comptabilité électromagnétique) en électronique peut comprendre cela.

avatar Lonesome Boy | 

@patrick86 :
Non. Tous les tests sérieux effectués en double aveugle ont montré que les personnes se disant électro sensibles sont incapables de déterminer la présence ou non de champs magnétiques. C'est un effet nocebo.

Les effets thermiques que tu évoques ont bien évidemment lieu à des seuils qui n'ont absolument rien à voir avec les champs électromagnétiques des ondes incriminées.

avatar patrick86 | 

@Lonesome Boy :

"Tous les tests sérieux effectués en double aveugle ont montré que les personnes se disant électro sensibles sont incapables de déterminer la présence ou non de champs magnétiques."

Je ne suis pas certain que nous parlions de la même chose.

Moi je vous parle de gens qui en sont à ne plus pouvoir vivre confortablement dans une maison équipée d'un réseau électrique classique.

avatar warmac33 | 

@ patrick86
je pense que lonesome boy parle des mêmes gens aussi.
moi j'appelle d'ailleurs ça la cybercondrie.

avatar trackos | 

@patrick86 :
Et les tests en double aveugles qui démontrent que ces gens n'ont aucun trouble lié aux ondes on les oubli hein, c'est mieux oui !

avatar le ratiocineur masqué | 

Gné ?

avatar r0m135 | 

Peut on écouter sa nuit ?

avatar Marcoh | 

Quid du ronflement ?

avatar Sostène Cambrut | 

@Marcoh

L'app les détecte et n'en tient pas compte. C'est écrit dans le descriptif de l'app.

avatar r0m135 | 

Dans le temps j'écoutais mes nuits avec une app comme ca. Mais je trouve plus. Une idée ?

avatar Khleo | 

Fonctionne uniquement pour les célibataires du coup

avatar MacGyver | 

@Khleo :
Tu peux te faire une collec de sextape avec si tu veux

avatar Lonesome Boy | 

Je ne vois pas bien comment ces apps peuvent fonctionner à partir du moment où je dort pas seul dans son lit. Comment font-elles?

avatar Lonesome Boy | 

@Lonesome Boy :

"Où ON dort pas seul dans son lit"

avatar Nicolas Furno | 
@ Khloe et Lonesome Boy : j'ai testé à deux et ça marche. Après, ce sera probablement plus précis seul, mais c'est le cas de la majorité des traqueurs de sommeil en fait…
avatar Lonesome Boy | 

@nicolasf :
Ah OK, mais comment?

avatar Nicolas Furno | 

@ Lonesome Boy : euh alors là, aucune idée ! :-D

J'imagine qu'ils ont trouvé un moyen de différencier les deux personnes, en fonction de la distance. Mais si les deux occupants dorment collés l'un contre l'autre, ça fausse peut-être les mesures.

En même temps, dans ce cas là, si l'un bouge, l'autre se réveille aussi un peu, du coup je sais pas si c'est si important que ça…

avatar Sostène Cambrut | 

@Lonesome Boy

L'app doit être capable de déterminer la distance de la source sonore par intensité et effet Doppler, et donc éliminer les sources parasites. Mais c'est une bonne question !

avatar Lonesome Boy | 

@Sostène Cambrut :
Euh c'est pas pour les sources sonores en mouvement qu'on peut utiliser l'effet Doppler?

avatar Sostène Cambrut | 

@Lonesome Boy

Le principe est le suivant :

La distance avec la source sonore joue aussi, parce que les sont graves ne se déplacent pas à la même vitesse que les ondes aigues. C'est d'ailleurs pour ça qu'il y peut y avoir un décalage entre la basse et la guitare dans les grandes salles de concert et qu'il faut multiplier les sources de son.

L'effet Doppler concerne effectivement les objets en mouvement et ne concerne pas le phénomène que je décris. Il s'agit peut-être d'une autre observation théorisée par Doppler, mais je n'arrive pas à mettre la main sur ces cours de physique !

avatar MacGyver | 

et si on bouge dans son lit et prends la place de l'autre ?

avatar Sostène Cambrut | 

@MacGyver

Les petits lutins de l'iPhone sortent pour le changer de table de nuit évidemment !

avatar Hart | 

@r0m135
iRonfle permet de contrôler ses ronflements en enregistrant ses nuits.
https://itunes.apple.com/fr/app/ironfle-lappli-gestion-du/id529443604?mt=8

Et Prescription for Sleep peut t'aider à trouver le sommeil.
https://itunes.apple.com/fr/app/prescription-for-sleep/id307337212?mt=8

avatar r0m135 | 

@Hart :
Merci je vais essayer le 1er!

avatar marc_os | 

C'est balot ça, vous parlez d'une Appli qui m'intéresse au passé !
Elle était compatible avec les appareils 3,5" et toussa.
Donc je clique sur le lien, et patatra, il faut au minimum iOS 8 !
Je fais comment avec mon iPhone 4 et iOS 7 ?
Peut-on télécharger sur l'App Store les anciennes versions compatibles d'une application ?
L'App Store sinon est plutôt marrant, il me dit d'installer iOS 8 sur mon iPhone 4 !!!

avatar lyonp69 | 

@marc_os :
Ben change de téléphone !!!!

avatar marc_os | 

@ lyonp69: Ben voyons.

avatar Nitneuqq | 

Je vous conseil l'application Sleep TALK Recorder, vous pourriez avoir des surprises....

avatar MiniApple | 

Par contre si on met notre réveille à 6h10, ça nous réveille pas trop tôt non plus ? :/

avatar Hart | 

@MiniApple
L'heure que tu indiques est l'heure à laquelle ton téléphone sonnera au plus tard. À toi de définir l'intervalle dans lequel ton réveil sonnera. Par défaut c'est 30min, donc si tu le mets à 6h, ça peut sonner entre 5h30 et 6h en fonction de la phase de sommeil dans laquelle tu te trouves.

avatar jb18v | 

Perso on se sert de sleep cycle à deux (un tel chacun) et ça marche très bien :) sauf que si tu es réveillé mais complètement immobile il ne fera pas la différence, mais c'est normal.
Et surtout il nous réveille dans une plage de temps définie, en accord avec le cycle de sommeil (et au plus tard à l'heure du réveil)
Je testerai celle-ci à l'occasion.

avatar Sostène Cambrut | 

Un double tap sur la table de nuit permet aussi de snoozer le réveil. Super pratique.

avatar pfx | 

On ronfle pas en sommeil profond?

avatar ilant | 

"Sleep Cycle exploite le microphone de l’iPhone pour « écouter » votre nuit et repérer si vous bougez ou si vous restez parfaitement immobile. Si vous n'en voulez pas du tout, et que vous êtes silencieux, c’est que vous êtes en sommeil profond."

En faite je pense pas que ce soit exactement ça, on retrouve une atonie musculaire (= on ne bouge pas) en sommeil paradoxal (ou REM sleep), c.a.d lorsque l'on reve, cela evite de "vivre ces reve" et que notre compagnon/compagne de chambre en prend plein la tete :) - a contrario lorsque que l'on perd cette fonction on parte de trouble du comportement en sommeil paradoxal -.

Mais en sommeil profond , certe on bouge moin q'en sommeil léger, mais l'on ne retrouve pas cette atonie musculaire complete et c'est d'ailleurs pendant cette phase que certaine personne se lève et déambule la nuit comme un zombie, c'est le somnambulisme

Je ne suis pas spécialiste du sommeil (mais étudiant en médecine) mais étant donne que les différents stades de sommeil (lent léger, lent profond, et paradoxal) en une définition purement electro-encephalographique, je suis assez septique vis à vis de ces applications meme s'il est vrai que l'on peut s'aider de propriétés non EEGraphique (comme les mouvements globales) pour "deviner" les stades de sommeil que l'on traverse durant la nuit. Je poserai cette question a un spécialiste du sommeil par rapport a la pertinence de ces application :)

(j'ai déjà demandé pour les actimètres que l'on retrouve sur les montres connectées et là par contre on m'as répondu qu'il sont très intéressants pour connaitre assez fidèlement le rythme nycthéméral (=alternance jour/nuit ) des patient souffrant de pathologie du sommeil et qu'il peuvent aider à la caractérisation, l'évaluation du retentissement et la prise en charge de leur maladie.)

avatar warmac33 | 

je suis d'accord avec toi, j'attend de réels arguments pour ces applis parce qu'on est pour moi sur de la bonne fumisterie à mon avis.

Le sommeil comme tu le précises n'est pas soit léger soit profond, c'est plus complexe, et d'ailleurs même les logiciels d'interprétations automatiques des enregistrements des patients en labo de sommeil sont totalement minables au point que leur utilisation est interdite par la société française de médecine du sommeil. La seule bonne lecture d'une nuit de sommeil est fait par un technicien à partir de nombreuses données (activités des neurones, des muscles, des yeux).
Donc avant qu'une appli puisse interpréter l'enregistrement micro d'un portable...

"Et là encore, la précision des mesures est surprenante : on fera sûrement mieux avec un appareil dédié, mais les résultats sont tout à fait corrects"
précision par rapport à quoi ? corrects par rapport à quoi ? par rapport à un véritable enregistrement témoin ?
parce que moi aussi je peux dire au pif que j'ai dormi 265 min en sommeil léger et 301 en sommeil profond, c'est précis mais c'est du pif !

avatar BLM | 

@Patrick86
Quels salmigondis !
«Le point de déclenchement de la maladie n'est pas nécessairement l'exposition aux champs électriques et magnétiques, mais c'est bel et bien à cela que ces personnes sont hyper-sensibles.»
Il y a comme une contradiction …

«champs électriques ET magnétiques» ?
ou champ "électromagnétique" ?
Ce n'est pas la même chose
Et il peut y avoir champ sans onde…
Du baratin avec juxtaposition de vocabulaire scientifique par quelqu'in qui ne le maîtrise pas.
De plus, comme souligné par un autre contributeur, il n'y a AUCUNE preuve liant "exposition aux ondes" & "manifestations physiologiques chez les soi-disants électrosensibles (SDES)":
  • Lorsqu'on dit à 1 SDES qu'il est ds un milieu riche en ondes – ou qu'il le pense –, il a des "vapeurs/rougeurs/palpitations/…" en l'absence de la présence effective d'ondes…
  • et lorsqu'on irradie 1 SDES qui se croît en lieu sûr avec 1 flux intense d'onde … il se porte comme un charme !

«C'est une réelle souffrance pour les gens concernés (mots de têtes constants, insomnies, et d'autres troubles encore).»
Ça c'est vrai: ils souffrent d'êtres zinzins (NB: «maUX»)

«Pour ce qui est du sommeil : on sait également, de nombreuses observations et études le montrent»
Citez vos sources pour éviter l'affirmation de peurs millénaristes de "café du commerce".

«qu'un environnement électromagnétiques chargé — c'est-à-dire avec une forte activité —»
Qu'est ce qu'1 «environnement électromagnétique chargé» ? L'énergie par unité de volume et par seconde (1 puissance volumique) ?
Et qu'appelez vous "activité"
NB: j'aime beaucoup le "c'est à dire"…

«peut avoir un effet excitant sur les êtres»
Pauvres êtres
«et notamment perturber le sommeil.»
Billevesées, foutaises et calembredaines.
Les études sérieuses – en double-aveugle – ne montrent rien.
Sauf 1 corrélation entre la SUPPPOSÉE présence de champs électromagnétiques et des manifestations somatiques chez ceux qui se croient sensibles.

avatar BLM | 

@Patrick86
«Là encore, tout le monde n'est pas nécessairement sujet à cet effet, car il dépend aussi d'autres paramètres»
La paranoïa ? L'hypocondrie ?
«et, en autres, nous n'avons pas tous absolument la même sensibilité à l'électricité et au magnétisme.»
"pas absolument", voire pas du tout.

«L'effet le plus connu est facilement observable d'un certain nombre d'ondes radio : l'échauffement des tissus avec par exemple un téléphone collé à l'oreille. Comme dans un four micro onde où le champ électromagnétique excite les molécules d'eau.»
Et allez ! Encore un qui croit que son téléphone est un micro-ondes. Qui ne sait pas pourquoi les micro-ondes excitent les molécules d'eau. Et qui infère de l'absorption d'ondes de fréquence particulière par de l'eau la nocivité de toute onde pour la matière organique.
«Échauffement des tissus»? Par conduction (transfert thermique, hein !, pas passage d'un courant – je préfère préciser) du téléphone à 40-45°C (par effet joule) vers la peau à 33°C ?

«Dans la mesure où circule»
eNT
«dans et autour du corps humain moult courants électriques et champs magnétiques»
Waouh ! Génial ! Je suis une génératrice ! Je peux même faire circuler des courants en dehors de mon corps… Vache !
«dans nos nerfs, entre nos neurones»
Pas les neurones de tout le monde…
1) Un nerf n'est pas un cable électrique; il n'y a pas de courant électrique à proprement parler.
2) «ENTRE les neurones» ? Certainement pas: les synapses sont un lieu d'échanges chimiques, pas d'électrons.

«etc»
Important le "etc". Ça signifie qu'on simplifie pour la gueusaille qui écoute

«c'est grâce à cela qu'on fait fonctionner un bidule qu'on appelle "électroencéphalogramme" »
1) l'électroencéphalogramme est l'enregistrement, pas l'enregistreur
2) l'électroencéphalographe fonctionne par détection de tensions, pas de courants.

«il peut »
il pouRRAIT
«se produire des interactions avec l'environnement électromagnétique extérieur»
L'environnement est extérieur

Pages

CONNEXION UTILISATEUR