Le monopole de l'App Store va passer devant la Cour Suprême

Florian Innocente |

La Cour Suprême aux États-Unis a accédé à une requête d'Apple pour étudier ses arguments dans une plainte pour abus de monopole, elle concerne l'App Store.

Les plaignants estiment qu'Apple profite d'une situation de monopole puisqu'il est impossible pour les propriétaires d'un appareil iOS d'obtenir des apps en dehors de l'App Store. En outre, les éditeurs des apps qui y sont vendues sont astreints au reversement à Apple de 30 % du prix, ce qui joue sur les tarifs.

Si tel n'était pas le cas et que d'autres plateformes de distribution d'apps étaient disponibles, les consommateurs pourraient en sortir gagnants avec davantage de concurrence sur les prix. Apple a toujours expliqué que le mode de fonctionnement de son App Store assurait un niveau de sécurité élevé pour ses utilisateurs en limitant les risques de présence de malwares et autres.

La plainte fut d'abord rejetée en 2013 par une cour d'Oakland en Californie, au motif que ce sont les développeurs qui doivent s'acquitter de ce surcoût de 30 % du prix de vente, pas le client final. En 2017, en appel, un juge de San Francisco a relancé le dossier en considérant au contraire qu'Apple s'adressait directement aux consommateurs au travers de ses iPhone vendus avec l'App Store (lire La justice va-t-elle forcer le jardin fermé de l'App Store à s'ouvrir ?).

Apple est soutenue dans ce dossier par le Département de la justice. La Cour Suprême étudiera la question en octobre prochain, au mieux et son avis sur le sujet intéressera plusieurs autres plateformes similaires à celles d'Apple, chez Google ou Amazon.


Source
Tags
avatar Yacc | 

@iBaby

???

avatar iBaby | 

@Yacc

Bravo tu viens de débloquer l’emoji ?. Fais-en bon usage, et nettoie tout.

avatar Yacc | 

@rikki finefleur

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d’un mot ;

Rudyard Kipling

avatar Jymini | 

Les apps iOS peuvent être installée depuis le web avec un certificat entreprise.
Mon entreprise me permet d'installer des app développées en interne à partir d'un app store interne. J'ai sur cette boutique interne un compte utilisateur comme sur l'app store…

avatar byte_order | 

@Jymini
Mais un développeur tier ne peut pas obtenir un tel certificat pour proposer à des propriétaires d'iphone/ipad d'installer ses apps sans passer par l'app store.
C'est réservé qu'à un usage interne à une entreprise. C'est pas de la distribution au sens commercial, mais un passe droit pour du déploiement en interne de solutions internes.

avatar Jymini | 

@byte_order

Si il peut. Ça vaut 299$ au lieu de 99$ pour le contrat développeur classique. A partir du moment où c’est une entité avec un kbis ou équivalent. En gros que le dev vive de son activité.

avatar r e m y | 

@Jymini

Non c'est faux. Il ne sera autorisé à distribuer son app qu'aux salariés de son entreprise.

avatar Devy57 | 

Pas mal d’ apps piratées sont disponibles depuis belle lurette sans jailbrake avec les « Tutuapp » et autres..
Pas besoin d autoriser les stores alternatifs pour cela puisque ces applications détournent le principe des stores d entreprises.
Mais question sécurité je suis curieux de savoir ce que ca engendre.

Personnellement, n étant pas développeur, le système actuel me convient très bien.

avatar hillel | 

Petit rappel pour les inconditionnels défenseurs d'Apple:

Microsoft a aussi été poursuivi pour antitrust à cause de son navigateur Internet Explorer inclus par défaut dans Windows. Suite à cela Microsoft s'est vu obligé de proposer d'autres navigateurs lors du premier démarrage de Windows. Le produit est gratuit, le système appartient à Microsoft

Résultat ? L'émergence de Firefox et plus tard de Chrome
Effet négatifs ? Aucun à ma connaissance

Google a aussi été poursuivi pour son moteur de recherche dans lequel ses produits apparaissaient systématiquement en tête des résultats. Il se sont vu payer une amende et ont eu l'obligation de "punir" leurs propres produits pendant une période donnée.

Le moteur leur appartient et le service est gratuit

Pour ce qui est d'Apple, les développeurs et les consommateurs se voient obligés de se plier à leurs règles anti concurrentielles:

- les 30% de commission pénalisent très fortement les concurrents d'Apple: Spotify, Deezer, Netflix, Hulu, ... la liste compte des milliers d'entreprises.

- Apple décide de ce qui est acceptable. Pas de contenu pornographique par exemple ce qui devrait être le choix des utilisateurs pas d'une sacro-sainte autorité morale

- Faire payer les développeurs pour publier leurs applications. Pourquoi ? Si je veux partager mon application gratuite depuis mes serveurs pourquoi je devrais payer un intermédiaire encombrant ? C'est aussi la raison pour laquelle le taux d'applications payantes est largement supérieure sur iOS par rapport à Android

Je ne peux que constater l'attitude masochiste de certains commentateurs ici

Si Google et Microsoft ont été condamnés pour des pratiques discutables, Apple devrait l'être à fortiori pour des pratiques clairement anti concurrentielles

avatar Yacc | 

@hillel

« Résultat ? L'émergence de Firefox et plus tard de Chrome »

Es-tu si certain de la relation de cause à effet ?

avatar hillel | 

Procès clos en 2001 et implémentation du sélecteur de navigateur alternatif vers 2002 - 2003

https://en.wikipedia.org/wiki/Usage_share_of_web_browsers#TheCounter.com_(2000_to_2009)

avatar Yacc | 

@hillel

Je connais fort bien l’histoire, il n’empêche que la relation de causalité un peu primaire que tu en tire et très discutable.

Lier l’émergence de Firefox ou Chrome si directement à cette décision me semble très réducteur ?

avatar hillel | 

Pas seulement à cela. Mais Monsieur tout le monde ne se serait certainement pas intéressé à une alternative si elle ne lui était pas présentée.

Si il n'y avait aucune chance de gagner une quelconque part de marché face à l'hégémonie de Microsoft (95%+ pdm avec Windows) les Google et Mozilla auraient certainement moins investi (Firefox aurait probablement disparu) et le web ne serait pas dans l'état actuel.

De même si le web se résumait au seul Safari/Webkit comme sur iOS, il est certain que les standards n'auraient pas évolués aussi rapidement qu'aujourd'hui voire exclusivement en suivant les intérêts d'une société

Le monopole permet parfois d'innover extrêmement rapidement mais garanti surtout une vision unique sans ne tolérer aucune alternative

avatar byte_order | 

L'existence, non, Mozilla, Firefox existaient déjà et étaient des alternatives viables déjà avant le procès.

Mais l'émergence d'une audience pour des navigateurs alternatifs, oui.
Ce procès a directement informé le public que des navigateurs autres que Internet Explorer existent, que laisser un seul acteur abuser de sa position dominante pour renforcer sa position n'était pas légal.

avatar Yacc | 

@byte_order

Pour au final tomber dans les griffe de Google Chrome ;-)

avatar byte_order | 

Google Chrome est installé par défaut sur quelle plateforme ?
Android stock (minoritaire), ChromeBook (là, okay) et... ben c'est tout.
Bon nombres android de marque sont livrés avec un navigateur maison basé sur WebKit, mais pas Chrome. Et d'autre sont dispo, et je parle bien du navigateur tout entier, avec le moteur, pas uniquement l'interface graphique devant un moteur Safari imposé...

Le reste c'est soit IE (windows) par défaut, soit Safari donc (iOS, macOS, et là pas d'alternative au moteur d'Apple autorisée), soit Firefox (Linux) soit d'autre variante encore (WebPositive pour Haiku, par exemple), avec à côté encore des OttoBrowser, des OmniBrowser, des Opera, etc.

Google Chrome n'a pas obtenu sa PDM en exploitant une position dominante pour tordre la main des utilisateurs. Et sa PDM est assez variable selon les pays, d'ailleurs.

avatar Yacc | 

@byte_order

Tu prends ici beaucoup de mes propos au premier degré quand il ne s’agit que de clin d’oeil ?

avatar Yacc | 

@hillel

« Si je veux partager mon application gratuite depuis mes serveurs pourquoi je devrais payer un intermédiaire encombrant ? »

Parce que pour capter des clients il te faudra débourser pas mal d’argent ?

Pourquoi crois-tu que les marketplace (toutes plateformes confondues) ont tant de succès ?

Il n’y a que les très gros acteurs du marché du logiciel qui puissent se permettre un bon business avec des solutions intégrées.

avatar hillel | 

Je n'ai jamais eu besoin d'un app store pour vendre des application sur Windows ou MacOS

J'ai de plus le choix de publier des application sur un store pour améliorer leur visibilité

Pourquoi ne voir que les côtés positifs d'une offre unique et ignorer les bienfaits d'alternatives ?

avatar Yacc | 

@hillel

C’est sans doute indiscret, mais quel type d’applications, pour quelle cible, avec quel CA et quel marketing ?

Et tu certains que ton expérience personnelle soit largement transposable à d’autres ?

avatar hillel | 

Rien qui ne soit encore sur le marché

J'étais directeur technique d'une petite start up qui faisait de la BI en SaaS donc principalement orienté B2B voire B2B2B avec un CA qui atteignait ≈ 1.5-2M il y a quelques années. Mais cela n'a aucune importance dans ce débat

Pour ce qui est des expériences d'autres développeurs et sociétés, pour certains c'est transposables, pour d'autres non. L'écrasante majorité ne verrait sûrement pas l'intérêt d'une alternative comme le prouve le Play Store sur Android. Très peu de sociétés ont effectivement tiré parti du store d'Amazon

Google par contre ressent toujours une certaine pression des stores concurrent qui l'interdit d'imposer des règles trop rigoureuses (censure des applications) ou d'abuser de sa position (Spotify peut permettre de s'abonner depuis l'app sans nécessairement avoir recours aux paiements in-app largement taxés sans justification aucune).

Il y a certains effets positifs à la main mise d'Apple pour certains consommateur. Pourquoi entrer encore ma carte bleue si mon iPhone la connait déjà ? Autant passer par de l'in app.

Toutefois le consommateur devrait être en position d'avantager ou de léser financièrement le système qui lui convient. C'est un principe capitaliste et libéral que l'on peut opposer au système autoritaire imposé par Apple

avatar byte_order | 

Je trouve qu'à l'ere du many-to-many accessible à tous, prétendre que le one-to-many est la seule solution pour avoir de l'audience et que cela justifie donc une taxe par la plateforme de distribution, imposé de surcroit, cela me parait anachronique.

Je comprends la lutte à mort des gros acteurs contre le many-to-many, lutte qui justement confirme selon moi que leur aspect soit-disant incontournable et si indispensabe n'est que du marketing pour conserver une position dominante artificiellement et sa rente.

Minecraft par exemple, n'aurait probablement pas rencontré le succès de cette façon.
Ce sont les multiples articles (pas pub, article) sur des sites web pour gamer qui ont booster son audience. Un travail editorial de *plusieurs* acteurs, par ailleurs pas directement intéressé par la vente du jeu.

Ce que n'est pas Apple dans son activité qualifié à tord d'éditorial (c'est de la promotion, au mieux de l'infocommercial, pas une activité journalistique).

avatar Yacc | 

@byte_order

Le pb c’est que toi tu crois encore aux gens ???

avatar byte_order | 

A grande échelle, oui, j'avoue, je plaide coupable.

avatar Yacc | 

@byte_order

??

Honnêtement, c’est aussi mon cas, malgré mes moments de cynisme désespérés ??

avatar hillel | 

Il est clair que le business model de nombreuses sociétés (en particulier les start-ups à la californienne) est d'atteindre une position de monopole et par là même d'empêcher à tout prix le many to many

L'exemple le plus frais est Google Maps. Après avoir offert ses services à des prix défiants toute concurrence pendant une dizaine d'années en étouffant la compétition, Google a récupéré une énorme part de marché. Maintenant en position de quasi-monopole, Google fait exploser les tarifs des API.

Dans ce contexte, je ne peux que saluer le courage (celui-ci en est bien un pour une fois) d'Apple de développer Plans malgré la difficulté et les pressions des utilisateurs

avatar byte_order | 

> Parce que pour capter des clients il te faudra débourser pas mal d’argent

Et si vous avez une solution pour pas en dépenser autant. Genre augmenter votre audience en multipliant les distributeurs (ah, mince, nan, pas possible non plus ça...).
Ou que vous l'avez déjà fait, style les Netflix, Spotify etc ?

avatar Yacc | 

@byte_order

Là par contre ça ne marche pas.

Pas moins de coûts marketing en multipliant les canaux de diffusion ?

avatar IceWizard | 

Je comprend tout à fait la colère de @byte_order. Le monopole d'apple de 30% sur les achats des applications est ignoble. On devrais plutôt s'inspirer des autres plates-formes en ligne, comme le Store Microsoft (PC et console Xbox), Steam (PC, Mac et Linux), Google (Android) qui eux ne prennent que 30%. C'est vraiment un autre monde (ou pas ..).

Comme le @byte le signale les éditeurs de console sont vraiment sympathiques en permettant la libre diffusion des jeux sur leurs machines. Ce n'est pas comme s'ils avaient le monopole sur les SDK, exigeant un gros pourcentage en échange du simple droit de vendre un jeu sur leurs machines (en fait si.. ils ont ce monopole et en tirent des sommes rondelettes. Allez donc essayer de vendre un jeu Xbox sur DVD sans payer de droits à Microsoft, mission impossible ! )

Il n'y a que deux moyens de diffuser un jeu sur les grosses consoles du marché : soit utiliser un SDK spécial éditeur et verser de grosses sommes AVANT de payer des droits sur chaque vente (en 2009, le SDK de la Xbox 360 valait dans les 10.000 $). Ou utiliser un SDK pour amateur et passer obligatoirement par la boutique en ligne du constructeur, comme le SDK XNA de Microsoft, et les 30% de commission).

avatar softjo | 

Ca serait bien... ça permettrait de faire des app très spécifique pour des besoins très spécifiques allant contre les règles d’Apple et les distribuer facilement directement à nos clients. Du coup, à cause d’Apple on doit brider l’app iOS. Aucune autre moyen. On ne peut pas distribuer l’app autrement légalement.

avatar Yacc | 

Ce qui m'impressionne c'est que chacun ici semble avoir sur la question un avis très tranché.

Personellemnt je n'y parviens pas.

Il y a des questionnement que j'évoqué plus haut sur le bénéfice qu'un canal de distribution monopolistique me semble pouvoir apporter à l'ensemble des acteurs du marché des App.

Il y a le fait que je fais une différence entre un canal de distribution monopolistique au service d'un marché concurrentiel et un monopole de marché.

Il y a le fait que je suis évidement sensibles aux arguments concernant le pouvoir que détient Apple sur les contenus.

Il y a le fait que j'aime aussi beaucoup la vision de la FSF et de Richard Stallman du logiciel libre.

Il y a le fait que je considère qu'il y a la place pour des approches fermées er pour d'autre ouverte, que c'est peut-être une richesse de les voir cohabiter.

Bref je n'arrive pas à me faire une religion sur la question :-)

avatar iBaby | 
avatar Yacc | 

@iBaby

Tu es ambianseur de soirée déguisée ??

avatar iBaby | 

@Yacc

Je n’ai pas encore de raison de cacher ma nudité.

avatar Yacc | 

Je n'arrive pas à m'enlever de l'idée qu'il y a beaucoup de fantasmes dogmatique derrière ses considération pourtant fort respectable et qu'au final un démentéllement de l'AppStore ne conduirait pas aux bénéfices escomptés par beaucoup ici.

Comme s'il y a avait un rôle de bouc-émissaire assumé par l'AppStore pour des problèmes d'état du marché du logiciel dont elle n'est en fait pas la cause.

Je n'arrive vraiment pas à me faire une religion ?

Alors même que je suis sensibles aux arguments de ByteOrder (Un peu maximaliste comme toujours ;) ) ou à ceux d'Occam.

Un sentiment d'idéalisme qui au final accouchera d'une souris.

avatar iBaby | 

@Yacc

Moi c’est un peu pareil, ce n’est pas moi qui m’ennuie de moi – mais de la masse du tout-venant. ?

avatar shaba | 

Il ne me semble pas pertinent de comparer ce cas à celui de Microsoft qui possédait 95% de part de marché de l’ordinateur et qui représentait donc un réel monopole.

avatar Xalio | 

C’est comme aussi, je n’ai jamais compris pourquoi Apple ne s’est pas fait attaquer pour abus de position dominante sur Safari.
On a d’autres navigateurs mais ils sont inutilisables dans la vraie vie puisqu’on ne peut pas définir le navigateur par défaut autre que Safari...

Bref on y gagnerait tous a un peu plus d’ouverture de la part d’Apple.

avatar DarthThauron | 

Il existe des stores d'application sur Linux qui sont gratuits pour les dev, ces stores sont bien foutus et je n'ai pas vu de gros problèmes d'insécurité... Je ne vois pas en quoi Apple peut se justifier ainsi. C'est juste de l'escroquerie intellectuelle. C'est vrai qu'on tel store est impossible sous Linux. Si une distribution imposait un store sur le même modèle, elle serait vouée à l'échec... Je ne pense pas que le public iOS soit le même (ou utilise le même cerveau) que celui sous Linux. Pour ma part je n'utilise plus l'appstore sauf pour des mises à jour...

avatar Ducletho | 

La seule question valable : est ce conforme ou pas à la réglementation ( qui a pour but de protéger le consommateur quand même à rappeler et à veiller à l’équilibre client /fournisseur )
Bref beaucoup de soviets ici qui par prétexte de sécurité, veulent faire croire que la liberté c’est le parti unique

avatar IPICH | 

Attendez les gens, deux secondes, qu'on se mette d'accord en réfléchissant un peu, apple qui a l'app store et pas une autre plateforme concurrente sur leur propre produits, c'est normal et logique?

Est-ce que la ps4 propose l'accès au nintendo eshop? Non? Oulala monopole ils nous forcent à acheter des jeux ps4 sur leur ps4 ????
Google ne propose pas les vidéos de Dailymotion sur son espace utilisateur? Oh les méchants ils nous forcent à regarder youtube Comment osent-ils nous forcer ainsi?

avatar IPICH | 

Combien même Apple ne vendrait ses produits que dans leurs propres boutiques on ne pourrait pas parler de monopole puisque ce sont leurs produits ils en font ce qu'ils veulent sachant que leurs produits ne sont PAS indispensables. À partir du moment où un produit n'est pas vital, indispensable et qu'on ne nous force pas la main pour l'obtenir on ne peux pas parler de monopole.

Oui on pourrait parler de monopole si un jour carrefour était plus que le seul à vendre des bouteilles de lait en France et augmenterait ses prix en sachant que de toute façon les gens n'ont pas le choix.

avatar Bigdidou | 

@IPICH

"Combien même Apple ne vendrait ses produits que dans leurs propres boutiques"

Absurde.
Les apps sont les produits d'Apple ? ?

"Est-ce qu'on reproche à Sony d'avoir le monopole sur ses consoles en ne permettant pas de jouer à des jeux nintendo switch dessus?"

De plus en plus absurde.
Si tu penses qu'on reproche à Apple de ne pas s'ouvrir aux boutiques d'apps Android, tu es assez seul...

"Est-ce que la ps4 propose l'accès au nintendo eshop? Non? Oulala monopole ils nous forcent à acheter des jeux ps4 sur leur ps4 ????"

Quelle confusion !
Mais oui, on pourra commencer à se poser la question quand la seule possibilité d'acheter un jeu PS sera de passer par le store de Sony.

avatar IPICH | 

@Bigdidou

Oui je me suis un peu égaré, si je comprend mieux mtn on reproche à Apple de ne permettre l'accès aux apps iOS que par l'app store et non un autre store dispo sur iphone?

avatar Bigdidou | 

@IPICH

"Oui je me suis un peu égaré, si je comprend mieux mtn on reproche à Apple de ne permettre l'accès aux apps iOS que par l'app store et non un autre store dispo sur iphone?"

C'est exactement ça.
Après, on a tous des coups de fatigue ;)

avatar Zoupe | 

Je ne sais pas ou cela en ai en 2019, mais je peux vous dire que la plateforme fermé d'ios ou semi fermé d'Android (installer un APK avec x avertissement faisant peur !) n'est pas du tout bénéfique pour l'utilisateur dans le cas d'application professionnelles (ou de qualité)

Je suis développeur, et dans 3 boites (moyenne et grosse) ou j'ai bossé l'orientation à été de faire des applications en mode SaaS puis maintenant en PWA plutôt que du natif pour toucher les utilisateurs d'ios/android.

On pourrait penser que l'argument n°1 est le gain de temps (une unique version) et bien détrompez vous. Cela à toujours été dans l'ordre :
- Base clients : ce sont les clients d'apple/google pas les nôtres dans le cas d'un store. Une entreprise avec un client c'est dangereux
- L'indépendance vis à vis des règles de soumission et leurs changements
- Nos propres choix stratégiques de prix et modèles de licences qui permettent de faire vivre la boite et par conséquence de maintenir les app et non de faire du oneshot (ou bourré de pub)
- La com des 30%

Pages

CONNEXION UTILISATEUR