Onavo : Facebook retire son app de VPN sur pression d'Apple

Florian Innocente |

À la demande d'Apple, Facebook a retiré de l'App Store son application Onavo, dont le fonctionnement était en violation avec de nouvelles règles de la boutique en ligne.

Acheté fin 2013 par Facebook, Onavo est un logiciel de VPN qui promet de rendre plus sûres les sorties sur le web avec Safari, pour éviter les sites frauduleux par exemple. La connexion passe au travers du filtre des serveurs de Facebook.

C'est là que les choses se corsent puisque plusieurs types de données sont emmagasinées par Facebook à des fins d'analyse. Il y a par exemple la géolocalisation de l'utilisateur, l'historique de ses visites de site ou encore la liste des apps installées sur son téléphone. Partant de là, c'est un bon moyen de savoir si des concurrents sont présents.

Début août, explique le Wall Street Journal, Apple a prévenu Facebook que son app violait de nouvelles règles établies depuis juin et liées à la collecte de données et leur emploi à des fins publicitaires. Déjà, à ce moment-là, l'avenir d'Onavo semblait s'assombrir (lire Les guidelines de l'App Store limitent l'exploitation des données par les éditeurs).

Lors d'une ultime réunion la semaine dernière, Apple a suggéré à Facebook de retirer son app de son propre chef, ce qui a été fait. La discussion entre les deux parties a été cordiale, ajoute une source.

Apple a justifié sa décision par le fait qu'il était interdit à un éditeur de récupérer des informations sur les autres apps installées et de s'en servir ensuite pour des analyses ou du marketing. De son côté, Facebook insiste sur la transparence d'Onavo quant à la nature des informations qu'il collectait. Ce qui est exact.

Onavo ne se cachait pas de cette moisson, elle était annoncée dans la fiche de l'App Store (l'américaine du moins) et à l'intérieur de l'app). Tout cela est fait pour « améliorer les produits et les services [du réseau social], mieux comprendre ce qui plait aux utilisateurs, et bâtir une meilleure expérience », était-il écrit (lire Onavo, le VPN espion que Facebook promeut lourdement).

Onavo reste opérationnel sur les iPhone où il est déjà installé, ce qui reste un problème en soi, mais l'app ne recevra plus de mises à jour, sauf à changer drastiquement dans son mode de fonctionnement et à revenir en ligne. L'application reste disponible sur la boutique Google Play pour Android.

avatar whocancatchme | 

Franchement faut être maso pour faire passer sa navigation web par facebook

avatar Amaczing | 

@iPitch93

C’est que tu ne cliques plus sur les liens « enlarge your Penis! »

C’est tout

avatar asseb | 

@iPitch93

Sans doute plus car ce genre de pubs sont souvent sur des sites moins traditionnels qui « forcent » le clic.

avatar thebarty | 

@iPitch93

Le taux de clics n’est pas pertinent car ce sont tjs les mêmes qui cliquent !

avatar oomu | 

"Plus ou moins fort que les traditionnelles ?"

suffisamment pour que ça soit rentable de noyer le monde avec.

Mais donner une réponse définitive est difficile car c'est un univers de dupes et de faux-semblants qu'aucun acteur n'a intérêt à rendre clair.

en gros, on ne saurait trop dire qui clicque sur ces pubs: un humain, un robot, un zombie (pc dirigé par un trojan).

Il est dans l'intérêt d'un fournisseur de plateformes de spams et de l'auteur de la campagne pub de faire générer des clics en pagaille pour justifier son existence au près d'un marchand.

La méthode pour générer un "clic" devient du coup accessoire : automates, manipulations, mensonges éhontés. Tout est bon.

du coup, la valeur du clic s'effondre. Et maintenant, pour accepter de payer convenablement un diffuseur de pub (légal ou malhonnête comme les plateformes de spams/trojans/hacks de régie de pub de sites de grands médias), il faut prouver un "engagement" de l'utilisateur : un clic suivi d'une visite et d'une interaction.

Si l'utilisateur interagit avec la pub, le message est censé se graver bien mieux dans la cervelle. Mais on développe des IAs pour faire ça tout aussi bien...

"aux courses si vous avez un coup de mou, achetez Oomuuuu"

avatar ovea | 

N'y aurait-il pas déjà un «terme» pour spécialiste afin de désigner se Type de click ?
— putaclick —

avatar ovea | 

Déjà, la première chose à ne pas réveiller dans la manière d'utiliser les mails, c'est d'aller faire un petit tour dans les réglages de préférences, pour ne pas réveiller la planète entière dès qu'on regarde un mail en particulier …
(ovea : faut voir la quantité de portes derrières cette simple pratique)

avatar Yves SG | 

Merci Apple 🍏 😊
Question protection de la vie privée, l’abîme se creuse encore un peu plus avec Android 😳...

avatar ovea | 

Et toujours pas de «label» dans l'AppStore d'Apple sur le respect de la vie privée par ses applications qu'elle distribue … on ne se demande pas pourquoi Apple tiens un double langage !?!?

avatar oomu | 

sauf qu'on remarque que bien évidemment, quand on impose à un éditeur de choisir entre supprimer la collecte d'informations sur les utilisateurs ou virer l'application, il choisit de virer l'application.

Pas de tentative de laisser vivre l'application sans collecte, de la rentabiliser via de la pub (haha) ou un prix plat ou abonnement.

Le produit n'avait d'intérêt pour l'éditeur que s'il pouvait monétariser l'utilisateur via elle. Ce qui en dit long sur où est la véritable valeur (essentiellement: moi et mon cul, pas mon porte-monnaie apparemment, faut dire que j'y ai un oursin).

avatar Mike Mac | 

Onavo ?

Réponse de breton pour Apple :

Kenavo !

avatar Bruno de Malaisie | 

Un VPN développé par FB...
C’est l’hôpital qui se fout de la charité!!!

avatar lepoulpebaleine | 

Un VPN (censé te protéger) qui passe par les serveurs de Facebook ! 🤣🤣🤣🤣🤣
Meilleure blague de l’été !

avatar san_ | 

Le VPN pour ceux qui veulent se mettre à nu.

avatar EBLIS | 

Je me demande pourquoi les agences de sécurité type NSA,FBI, CIA, DGSE ne proposent pas des VPN, des gestionnaires de mots de passe, des navigateurs des abonnements internet et téléphone...
C'est vrai qu'ils ont FB et compagnie qui leur offre ça sur un plateau.

CONNEXION UTILISATEUR