Netflix toujours plus rentable et dominant : plus de la moitié du marché de la VOD en France

Stéphane Moussie |

Deux études montrent coup sur coup l’importance phénoménale qu’a pris Netflix sur le marché de la vidéo et même dans l’intégralité de l’écosystème iOS.

D’après un calcul de Sensor Tower relayé par Business Insider, Netflix est l’application qui a fait le plus d’argent dans l’App Store en 2018. Ses recettes sont estimées à 790 millions de dollars, contre 510 millions l’année précédente. La seconde app, Tencent Video, est loin derrière avec 490 millions de dollars.

Prenant une commission de 30 % (ou 15 % après un an d’abonnement) sur tous les achats intégrés, Apple pourrait se réjouir de cette performance si Netflix n’essayait pas de s’extirper de son emprise. Cet été le service a retiré la facturation App Store dans le cadre d’une expérimentation, puis l'a remise cet automne… et l’a finalement retirée une nouvelle fois.

L’application Netflix sur iOS : une porte close si vous n’êtes pas déjà abonné.

Autrement dit, pour les nouveaux clients il est impossible de s’abonner à Netflix depuis l’application iOS aujourd’hui. C’est la même situation que Fortnite qui court-circuite Google Play sur Android : Netflix est tellement populaire qu’il peut se permettre de demander aux nouveaux arrivants de passer par son site pour éviter la commission d’Apple.

En novembre, Tim Cook a relativisé la portée de ce problème pour Apple, en indiquant notamment que les « plus gros éditeurs » (Spotify aussi s’affranchit de la commission) représentent une part marginale du chiffre d’affaires de l’activité Services.

Quoi qu’il en soit, la popularité de Netflix transpire également dans les graphiques de la dernière étude du Centre National du Cinéma. 54,2 % des consommateurs de vidéo à la demande en France ont regardé un programme sur Netflix en septembre 2018. C’est 17 points de plus qu’un an auparavant.

Le service américain creuse donc l’écart avec ses concurrents. Cette ascension fulgurante devrait se poursuivre dans les mois à venir, puisque le service est maintenant inclus dans les nouvelles offres de Free.

Amazon Prime Video et CanalPlay (dorénavant intégré à myCanal) ont également bien progressé sur un an, passant de respectivement 8,9 % et 8,4 % à 15,8 % et 13,8 %.

Plus globalement, le marché de la vidéo à la demande va dépasser pour la première fois cette année le marché physique (669 millions d’euros, contre 460 millions). Le paiement à l’acte, que ce soit pour de la location ou un achat, recule toujours au profit de l’abonnement, qui devient cette année majoritaire (37 % contre 63 %).

Dans ce contexte, l’iTunes Store résiste encore, il a même progressé un peu (12,4 % contre 10,8 %), mais la pression de Netflix et d’Amazon Prime Video, qui l’a doublé cette année, est immense. Apple répondrait enfin à cette concurrence redoutable en lançant au premier semestre 2019, au moins aux États-Unis, son service de vidéo par abonnement.


avatar sebnutt | 

Comment un service qui a 20+ milliards de dollars de dettes peut il être rentable ? Comprends pas.

avatar Edward battistini | 

@sebnutt

La dette ça rapporte !

avatar pagaupa | 

Il y a un nombre impressionnant d’analystes ici! Ils devraient proposer leur service à cette petite entreprise menacée qu’est Netflix! ??

avatar IceWizard | 

Il y a un service génial chez Netflix : la possibilité d'interrompre momentanément l'abonnement pour le reprendre ensuite. Quand les nouveautés intéressantes se font rares, j'arrête l'abonnement un ou deux mois, le temps de reconstituer le stock.

Si Disney fait de même, ainsi qu'Amazon (pour la série Seigneur des Anneaux) et HBO pour le trône de fer et ses futurs spin-offs, je me vois bien papilloter d'un abonnement à un autre. Un mois Netflix, un mois Disney, un mois HBO, etc .. C'est du gagnant-gagnant pour tous le monde.

avatar adixya | 

Je suis curieux de voir ce que va proposer disney.
Netflix, j'ai jamais accroché, perso.
Apple, ça a l'air un peu faiblard ce qu'ils préparent, c'est pas avec une demi douzaine de séries qu'on pérennise des abonnements à mon avis.

avatar hartgers | 

À mon avis Netflix et Disney peuvent tout à fait cohabiter en tant que services de streaming. Ce ne sont pas les mêmes cibles.
Netflix, en partant d'un catalogue en films assez bidon au départ (quantité de séries B, voire des contrefaçons), a choisi de garder leurs clients accrocs avec des séries maison. Très bonne stratégie qui me semble concurrencer davantage la télévision que le cinéma.
Disney concurrencera peut-être Netflix sur les séries, mais ce sera à la marge. Il y a bien trop de contenu Netflix qui a déjà fait parler de lui, sans qu'il s'agisse de "légendes" : Stranger Things, La Casa de Papel, Black Mirror.
Par contre côté cinéma, Disney a vraiment tout pour reprendre la main. Même celui du cinéma "indépendant" (Fox Searchlight).
Les secteurs de Netflix et Disney sont complémentaires, ça ne m'étonnerait pas qu'une masse de client s'abonne aux deux services.

avatar lmouillart | 

"Il y a bien trop de contenu Netflix qui a déjà fait parler de lui, sans qu'il s'agisse de "légendes" : Stranger Things, La Casa de Papel, Black Mirror."

C'est bien là le souçis de Netflix, sur ces 3 séries citées : 1 seule est 100% Netflix : stranger things.
La casa de papel c'est acheté à Antena 3 pour les saisons 1 et 2 et distribué par Netflix. Netflix produisant la future saison 3.
Concernant Black Mirror c'est pareil. Série de la chaine Channel 4, dont la distribution à été effectuée par Netflix, et les saisons 3 et 4 produites par Netflix.

On voit bien que si Netflix ne devient plus distributeur de 1er choix, il va avoir du mal a proposer des séries originales de premier choix des concurrents.
Le second cas concerne les séries 100% Netflix en dehors de copie de gros succès comme le font les studios de "direct to DVD", il n’y a vraiment pas grand-chose surtout par rapport à l'image que l'on se fait du catalogue Netflix.

Pour la France et c'est une illustration de ce qui risque de se passer un peu partout, France TV proposait son catalogue et va le supprimer de Netflix pour le distribuer directement. Si on fait pareil pour la BBC, et toutes les autres chaines Européennes ça va déjà faire un bon trou de catalogue, idem pour Disney, Fox, ...

C'est parfaitement visiblement cette crainte au niveau de leurs productions propres dont le nombre explose, mais dans l'art ou le divertissement quantité ne vaut pas forcément qualité.
Et avoir une bonne app ou un bon écosystème n'est pas suffisant quand on ne fait que du contenu.

avatar marc_os | 

« Le paiement à l’acte, que ce soit pour de la location ou un achat, recule toujours au profit de l’abonnement »
Evidemment !
De plus en plus d'opérateurs ne proposent que des abonnements !
A ma connaissance, sur l'ATV, seuls iTunes et Arte proposent la location ou l'achat à l'unité.
C'est d'ailleurs pour cette raison que je n'ai aucun autre compte, car je refuse qu'on m'impose de payer un "service" tous les mois même si je ne l'utilise pas ou très peu.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR