Après Status Board et Transmit, Panic abandonne son éditeur de code sur iOS

Nicolas Furno |

Panic a décidément bien du mal à trouver la bonne formule sur l’App Store iOS. Le célèbre studio de développement a beau afficher une longévité exceptionnelle avec ses apps développées pour le Mac depuis 1997, il n’a jamais réussi à être rentable pour les iPhone et iPad. Après avoir abandonné Status Board en 2016 puis Transmit en 2018, c’est une nouvelle app qui fait les frais de cette difficulté. Panic annonce l’abandon de Code Editor et son retrait de l’App Store.

Code Editor est le dernier nom de la version iOS de Coda, l’éditeur de code pour le Mac de Panic. Ce dernier a longtemps fait figure de référence, notamment pour les développeurs web. À ses débuts, la version iOS nommée Diet Coda était présentée comme une version allégée de Coda 2 et elle contenait quelques bonnes idées, comme cette loupe spécifique qui mettait en avant une ligne entière. En 2012, Diet Coda était quasiment le seul éditeur de code sérieux sur l’App Store et l’app a connu un petit succès.

La page web originale de Diet Coda à gauche, l’actuelle de Code Editor à droite (image Panic).

Malheureusement, Panic n’a pas su répondre à la concurrence croissante. L’App Store actuel ne manque pas d’éditeurs de code complet comme Textastic et parfois gratuit, à l’image de Kodex. En parallèle, Coda a cédé la place à Nova, une toute nouvelle app qui dépoussière l’éditeur de code avec plus de modularité et des fonctions nécessaires pour les développeurs.

Panic a envisagé de créer une version iOS de Nova, mais cela impliquerait trop de travail, sans garantie de ne pas se voir recaler à l’entrée de l’App Store. Nova propose un système d’extensions qui ne pourrait pas exister sur iOS et ce serait à Panic d’intégrer tout ce qui est nécessaire dans l’app lors de la validation. Même si c’est possible, il faudrait tout construire sur le moteur JavaScript fourni par Apple et sur WebKit, le seul moteur de rendu HTML autorisé sur iOS.

Toutes ces contraintes et le risque d’essuyer un refus à la fin du processus ont découragé Panic. L’entreprise a aussi envisagé une solution alternative, proposer un éditeur allégé basé sur l’app Fichiers, mais la concurrence est déjà bien installée et la rentabilité aurait été difficile à atteindre. En bref, après de longs débats internes, Panic a décidé d’abandonner son app et elle sera supprimée prochainement de l’App Store. Tous les achats réalisés dans les 60 derniers jours peuvent être remboursés sur demande, en contactant l’éditeur.

Panic n’a plus qu’une seule app iOS à ce jour, Prompt, un terminal SSH. Pour le moment, il n’est pas question de l’abandonner une troisième version est d’ailleurs en préparation. Son contenu n’est pas connu, mais il devrait s’agir d’une mise à jour majeure.


avatar Brice21 | 

C’est une catastrophe.

avatar Quentin-Gabriel | 

@Brice21

C’est la Panic
🙈

avatar Macbook31 | 

@Quentin-Gabriel

Panic panique.
Je l’ai pensé très fort.

avatar Florent Morin | 

Simon Støvring va sortir Runestone Editor qui sera a priori open-source.
Termius s'est bien imposé sur les plateformes Apple en gestionnaire de connexions SSH.
Et l'éditeur intégré à Working Copy fait bien le job.

Difficile de s'imposer.

Steve Troughton-Smith (Pastel, Broadcasts, Grace) pense que Panic n'a pas choisi la bonne stratégie et n'a pas adapté son produit au marché iOS / iPadOS. Ils ont essayé de pousser iOS / iPadOS dans ses derniers retranchements plutôt que de s'y adapter. Analyse assez juste il me semble.

avatar olgluk | 

Triste mais logique s'ils n'arrivent pas a rentabiliser leurs apps sous iOS. Mais c'est dommage car ils font des bons produits mais leur abandon souvent brutal est tout aussi dommage ... j'ai encore un souvenir amer du retrait brutal de Status Board qui était bien pratique.

avatar YetOneOtherGit | 

« Panic a décidément bien du mal à trouver la bonne formule sur l’App Store iOS »

Le business du développement d’app par des éditeurs indépendants est un eldorado du passé, bien difficile de s’y épanouir en dehors de quelques niches avec ou sans commission.

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit

Preuve qu'un store central imposé n'apporte rien sur ce plan là, contrairement à ce que prétendent certains qui affirment que plein de développeurs ont la chance (limite leur propre mérite serait à peine un facteur) de vivre grâce au fait que l'AppStore existe et soit sans concurrence.

Ils en vivent surtout si leur propre app est sans concurrence. Soit de niche, soit ultra incontournable (et dans ce cas ils ne sont plus des devs indépendants mais un gros éditeur désormais).

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Preuve qu'un store central imposé n'apporte rien sur ce plan là"

L’App Store a incontestablement fait exister ce marché et crée les conditions de sa croissance en s’appuyant sur la puissance commerciale d’Apple.

Mais c’est globalement le marché est aujourd’hui consolidé et mature : les offres marginale n’y on plus de place.

Et ce n’est pas l’ouverture qui changera quoi que ce soit à cette réalité.

Le bénéfice de la concurrence est toujours un phénomène transitoire sur de nouveaux marchés qui s’ouvre.

Le bénéfice de la concurrence est un fantasme sur les marchés consolidés qui sont l’état stable du système.

Le régime établit pour prendre un vocabulaire qui devrait te parler 😉

avatar pat3 | 

@YetOneOtherGit

"L’App Store a incontestablement fait exister ce marché et crée les conditions de sa croissance en s’appuyant sur la puissance commerciale d’Apple.
Mais c’est globalement le marché est aujourd’hui consolidé et mature"

C’est une manière polie de dire saturé ? 🙂

avatar YetOneOtherGit | 

@pat3

"C’est une manière polie de dire saturé ? 🙂"

C’est plus que la notion de saturation : les territoire intéressants sont conquis et ce qui les ont conquis ont érigé des murs autour d’eux 😉

Un classique de l’évolution d’un marché : les belles opportunités existent à son début puis se tarissent.

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Ils en vivent surtout si leur propre app est sans concurrence"

Cela devient économiquement de plus en plus marginal et de plus en plus improbable pour de nouveaux entrants.

The dream is over 😎

avatar pat3 | 

@YetOneOtherGit

Ou bien il faut répondre à une vraie demande , ce qui est une démarche difficile, qui exige du talent et du flair (ou de la recherche, beaucoup de recherche…
Il y’a de moins en moins de place pour des boîtes moyennes (PME) pour être rentables, mais il me semble qu’une TPE peut s’en sortir, à condition de taper juste. Certains devs arrivent à bien vivre de leur app. Mais si un app doit nourrir 3, 4 ou plus de personnes, ça devient très rude…

avatar YetOneOtherGit | 

@pat3

"Ou bien il faut répondre à une vraie demande , ce qui est une démarche difficile, qui exige du talent et du flair (ou de la recherche, beaucoup de recherche…"

Très peu de retours sur investissement potentiel.

Regardes ce qu’est le niveau d’activité de l’offre logicielle sur ordinateur individuel hors jeux vidéo.

Nous arrivons à la même situation sur le mobile.

Les bonnes places sont prises et sont figées : ne reste que les miettes.

avatar Tibimac | 

Chose intéressante dans leur news et non relatée dans cet article, c'est qu'une des raisons principales de l'abandon de cette application est liée à l'évolution des techniques de développement Web qui aujourd'hui passent souvent par du code compilé !
Et compiler du code dans une app iOS c'est pas faisable !

De ce fait (l'évolution des techniques de dev web) l'utilisation de cette application a déclinée, ses revenus aussi et donc la rentabilité de cette app n'est plus là.

Par la suite l'analyse du marché versus les contraintes d'iOS et/ou de l'App Store font qu'une nouvelle version n'est pas envisageable.

avatar Derw | 

@Tibimac

« Et compiler du code dans une app iOS c'est pas faisable ! »

C’est bien pour ça que je n’ai jamais réussi à faire du code sur mon iPad : pas de gulp, grunt, ou autres, pas d’Appache ou de Ngnix, pas de docker… les 2 ou 3 fois où j’ai fait du code, c’était à l’aveugle !

Après, peut-être que pour du Python, du Rubis… ça peut le faire ? En fait qui se sert de ces éditeurs de code sur iPad, et surtout pour quoi faire ?

CONNEXION UTILISATEUR