Les apps gratuites iOS réclament plus de données que celles Android

Stéphane Moussie |

Une étude d'Appthority met en exergue la gestion des données personnelles par les 50 applications gratuites les plus populaires sur iOS et Android. Appthority explique s'être concentré exclusivement sur les apps gratuites car celles-ci sont plus susceptibles de collecter les données des utilisateurs pour les partager à une régie publicitaire ou à une société d'analyse.

Il ressort de cette étude que la totalité des apps testées sur le système d'Apple reçoivent et envoient des données sans chiffrement, contre 92 % sur Android. 60 % des 50 apps iOS partagent des données avec une régie publicitaire et/ou une entreprise d'analyse. C'est 50 % sur Android.

La majorité des apps iOS testés par Appthority recueillent les informations de localisation et les contacts du carnet d'adresses, contrairement à Android. Une polémique était d'ailleurs née à propos de ce point autour de Path. L'application du réseau social téléchargeait l'intégralité du carnet d'adresses sur les serveurs de l'entreprise, sans chiffrement qui plus est. Path a écopé d'une amende de 800 000 $ de la Federal Trade Commission américaine dans l'affaire et Apple a modifié le fonctionnement d'iOS : les applications qui veulent accéder aux contacts doivent demander une autorisation explicite à l'utilisateur.

Pour mémoire, il est possible de retirer une autorisation à une application dans Réglages > Confidentialité > Service de localisation pour la géolocalisation et Contacts pour le carnet d'adresses.


avatar eipem | 
Est-ce qu'on peut avoir la liste des Apps testées en question ? Parce que si t'as trente jeux côté Android et 30 calendriers et 20 GPS côté iOS (je schématise) c'est pas tellement étonnant que les résultats soient si différents. Sinon les apps demandent l'autorisation donc il suffit de la refuser. Je ne comprends pas bien l'intérêt de cette étude.
avatar apple_fr | 
@joneskind +1
avatar an3k | 
N'importe quoi :-) Si tu regardes le rapport, tu verras qu'il ont pris les dix applications les plus populaires sur les deux market dans les catégories suivantes: "Business, education, entertainment, finance and games" Il y a le même nombre de jeux des deux côtés.
avatar an3k | 
Je ne dis pas le contraire. J'infirme juste l'affirmation selon laquelle il n'y aurait que des jeux côté Android et que des applications de productivité côté iOS. Après, la publication de la liste des applis serait une bonne idée :-)
avatar eipem | 
Merci Patrick86 de prendre ma défense en mon absence. Ça fait toujours plaisir @Ast2001 D'accord. Je n'avais pas vu cette information. Ça n'empêche qu'on ne connait pas les applications en question. D'autres part, quand on voit la variété des apps classées dans les catégories que tu cites, mon propos tient toujours. En effet, dans business par exemple t'as aussi bien des apps boursières que des gestionnaires de contact. Dans éducation t'as des calendriers pour professeur et des jeux éducatifs. Dans entertainment t'as des sites de rencontre ou des magasines people. etc... Je dis juste que sans connaitre précisément les apps, cette étude ne vaut pas grand chose.
avatar an3k | 
Oui, nous sommes tous d'accord que sans les applis concernées ce n'est pas hyper fiable mais il ne fallait pas non plus tomber dans l'excès inverse :-) Je pense que globalement les applis doivent pas mal correspondre si c'est vraiment les applis les plus 'populaires' :-) les deux plateformes étant assez équivalentes (sauf sans doute pour les applis musicales).
avatar davmacgeneration | 
@Stéphane Moussie Article recopié sans la moindre réflexion ni la moindre analyse. Et pourtant, quel est la pertinence des critères retenus pour "l'analyse" ? Quand à mettre en parallèle la question "Path", il devient clair que le biais méthodologique n'est pas uniquement du à la stupidité des "analystes" mais d'une volonté de manipulation. Avant de vouloir comparer les accès des 50 "applications gratuites les plus populaires sur iOS et Android" encore faudrait-il auparavant de l'étude celles qui sont légitimes dans leurs indiscrétions de celles qui ne le sont pas. De plus, en dehors de toutes légitimité, le possesseur a-t-il donné son accord ? Peut-il visualiser facilement les accès indiscret de l'application, peut-il retirer les droits d'accès. Enfin toutes ces manipulations sont-elles faciles à comprendre et à effectuer par Mme Michu ou tellement absconte que Mme Michu click OK sans rien comprendre. Bref il me semble que l'étude est partisane et j'aimerai bien savoir pourquoi (manque de rigueur des analystes ou payement d'un commanditaire pour une analyse biaisée ?
avatar davmacgeneration | 
@bibi81 "Tu trouves qu'il y a des cas légitimes où l'application serait en droit de communiquer/revendre des données privées ?" - Serait en droit : droit légal ? Probablement car dans le cas contraire, c'est avec joie que nous mettrions derrière les barreaux Google Facebook et toutes les entreprises qui font de l'extorsion et revente de nos données personnelle leur fond de commerce. - Serait en droit : droit morale ? Probablement pas, mais c'est tout une thèse qu'il nous faudrait pour définir la morale ;-)
avatar Khobs | 
L'avantage de iOS est qu'on peut installer une application et lui refuser l'accès au GPS ou carnet d'adresse et continuer à l'utiliser, contrairement à Android ou s'il on voit les permissions demandé on ne peut en refuser sélectivement en installant l'app.
avatar davmacgeneration | 
D'un autre coté, c'est bien normal que les applications gratuites & les OS gratuits essayent de nous piquer tout ce qu'ils peuvent pour le revendre aux plus offrants. C'est leur unique raison d'être, c'est leur modèle économique.
avatar folipatrice | 
J'ai 2 appli 100% gratuites pour iPhone dans l'App Store, et je n'aime pas du tout la façon avec laquelle igen jette l'opprobre sur cette catégorie d'applications. Mes applis ne partagent rien à l'insu de l'utilisateur en aucune façon avec aucune régie publicitaire, réseau social ou que sais-je encore. Qu'est-ce qui me retient de porter plainte pour diffamation ?
avatar folipatrice | 
@Manueel: il y a des gens dont je fais partie qui sont complétement désintéressés. Ca me coute 80€/an et je ne gagne rien sauf à mettre cette activité sur mon CV. Ce que tu as écrit, c'est de la diffamation.
avatar eipem | 
Il fallait s'y attendre. Quand on propose des statistiques qui ne sont lisibles qu'au premier degré, avec un échantillon aussi ridicule que 10 apps par catégorie...
avatar terreaterre | 
@patrick86 : 'Juste comme ça, Android est fait et contrôlé par Google… Je dis ça, je dis rien.' Juste comme ça, IOS est fait et contrôlé par Apple… Je dis ça, je dis rien.
avatar YanDerS | 
W.B.M Finalement c'est pas sur android que on ce fait + violer ces données" Apple est une chienne et garde toutes ses infos, les editeurs ont tout à faire. A l'inverse, Google est nettement plus généreuse sur tes données&infos stockées, et les editeurs n'ont qu'à se servir. Sympa :pouce:
avatar davmacgeneration | 
@heret "Ce que tu as écrit, c'est de la diffamation." Non mais tu as raison :-) Pardon si je n'ai pas été suffisamment été clair : J'ai attaqué les "faux gratuits", ceux qui ont pour modèle financier de masquer le payement du produit (soit en transformant l'utilisateur en produit, soit par un ensemble de payements différés. J'ai malheureusement effacé une partie de mon message où j'exprimai mon soutien du modèle associatif, du libre, etc. C'est détestable mais "gratuit" signifie aujourd'hui "attrape couillon". Ce mot à l'origine qui renvoyait à la générosité, au désintéressement à l'altruisme a été bousillé par les marketeux Je déplore donc que les programes que tu nous donnes soient dans la même catégorie et qu'il n'y ait pas pour nous une possibilité de les recevoir avec gratitude. Ce n'est pas le modèle économique du "faux gratuit" qui me met le plus en colère, mais *la destruction du concept de gratuité qu'il provoque par le mésusage de ce concept* ps : je n'ai jamais pensé/voulu dire du mal de Linux et autres logiciels libres, dons d'utopistes à la communauté :-)
avatar djmat | 
Quand je pense qu'il y a même pas une semaine on racontait à tort à travers dans les commentaires qu'il était honteux qu'un développeur ait accès aux informations de son clients sur le Play Store ! Bien content qu'une étude concrète vienne enfin balayer les "ont dis" et les idées reçues tellement plus simple à colporter ! J'ai hâte d'entendre l'argumentaire des personnes qui parlaient sur la politique de confidentialité de Google la semaine dernière.
avatar davmacgeneration | 
@patrick86 Surtout, il faut faire la distinction entre une application qui a besoin d'informations pour fonctionner, exemple les 3 applications gratuites les plus utilisées chez Apple sont le mail, l'agendas, et le carnet d'adresses. Le partage d'infos entre ces 3 applications est une nécessité pour leur bon fonctionnement. Cela n'a rien à voir avec une application qui n'a aucun besoin d'avoir accès aux informations, mais pourtant s'y connecte pour les transmettre à des personnes malintentionnées (publicitaires). La politique d'Apple est sur ce point là et sauf erreur de ma part (et contrairement à ce que prétend cette étude) beaucoup plus protectrice que Google, qui non seulement collecte à bras raccoucix, mais encore partage généreusement. Par exemple le gros problème qu'a eu Apple dans son kiosque journaux, ce n'est pas sur le partage du prix de vente mais sur le refus d'Apple de leur dévoiler nos petits secrets.
avatar kuban | 
Les 50 applications les plus populaires... Stop !!!! Vous avez foiré la méthodologie. Aucun chiffre ne sera significatif. NEXT. Ps : le travail de journaliste, c'est a minima d'expliquer pourquoi cette étude c'est du vent... Ps2 : un écart significatif sur un échantillon de 100 est de 15 point... Sur 50... Je vous laisse trouver.

CONNEXION UTILISATEUR