Cartes : le fossé entre Google et Apple se creuse encore

Nicolas Furno |

La suite de l’étude comparative entre Google Maps et Apple Plans menée par Justin O’Beirne porte un nom très explicite : le fossé de Google Maps. L’avance de Google a toujours été un point sous-jacent dans cette étude passionnante qui en est à sa troisième étape, mais cette fois c’est le cœur du sujet. Et comme toujours, la démonstration est implacable et cruelle pour Apple.

Image de base : jwalsh (CC BY 2.0) Cliquer pour agrandir

Si vous aviez raté les deux premiers volets de son étude :

Google cartographie tous les bâtiments sur la planète

L’étude part d’un constat simple : Google affiche sur ses cartes un très grand nombre de bâtiments, Apple ne le fait quasiment jamais.

Son auteur part d’un exemple qu’il connaît bien, le quartier de son enfance, dans une petite ville rurale de l’Illinois. La commune compte environ 10 000 habitants, ce qui est déjà pas mal, mais assez peu aux États-Unis et pour preuve de sa faible importance pour Google, Street View ne couvre que les deux rues principales de la ville, pas plus.

Différence entre Google Maps et Apple Plans dans une ville rurale des États-Unis. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

Par ailleurs, la comparaison en faveur de Google se maintient à toutes les échelles. L’auteur a confronté des bourgades de 1000, 100 et même d’une dizaine d’habitants seulement, et les cartes de Maps affichent à chaque fois les bâtiments, là où celles de Plans sont quasiment vierges.

Différence entre les deux services, dans une commune d’une centaine d’habitants seulement. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

Justin O’Beirne s’intéresse avant tout aux États-Unis, mais il ne faut pas longtemps pour confirmer son constat ailleurs dans le monde. En France, par exemple, Google Maps affiche bien les maisons, même dans des hameaux de quelques dizaines d’habitants.

Un exemple sur les côtes bretonnes : Google Maps à gauche avec toutes les maisons, Apple Plans à droite avec que des rues. Cliquer pour agrandir

On pourrait croire que Google a de l’avance à l’échelle globale et notamment dans le monde rural, mais que le match est plus serré dans les grandes villes. Et c’est vrai qu’Apple affiche les formes de bâtiments dans quelques grandes villes, souvent là où FlyOver (les images aériennes proposées par Plans), est aussi disponible.

Cette information est néanmoins incomplète et surtout beaucoup moins précise que celle de Google. Plans se contente souvent de formes grossières, là où Maps affiche beaucoup de détails, surtout pour les gros bâtiments, comme cet exemple de la Grace Cathedral de San Francisco le prouve bien. Sur la carte de Google, on n’aurait pas besoin de toponymes, la représentation de l’édifice religieux est suffisamment précise pour qu’on l’identifie immédiatement. Ce n’est absolument pas le cas en face.

Même quand Apple affiche des bâtiments sur ses cartes (droite), le niveau de détails est incomparablement plus élevé chez Google (gauche). (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

En fait, Google est si précis qu’il ne cartographie pas seulement les grands édifices connus, les immeubles des grandes villes et les maisons isolées en campagne. Ses cartes contiennent bien plus de détails, comme les garages et abris de jardin de ce lotissement.

Maps ne se contente pas de représenter les bâtiments principaux, les cartes contiennent tout ce qui est visible, y compris des abris de jardin ou garages, comme ici dans ce quartier résidentiel. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

Justin O’Beirne donne d’autres exemples qui montrent la précision affolante de Google Maps. Ses représentations sont suffisamment précises pour distinguer les fenêtres en baie, typiques de San Francisco.

Sur cette carte de San Francisco, les ronds signalent les endroits où il y a des fenêtres en baie. Google les a tous (gauche), Apple n’en a aucun. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

Google Maps est si précis que l’on peut distinguer les équipements de climatisation sur les toits de certains immeubles…

Sur cet immeuble de Los Angeles, on distingue très clairement les cheminées de la ventilation et même les hélices à l’extrémité. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

Un processus automatisé et extrêmement rapide

Pourquoi cette différence entre les deux services ? Google a commencé en 2012 à exploiter les images aériennes à sa disposition pour, non seulement comptabiliser chaque bâtiment, mais aussi créer des modèles 3D aussi précis que possible. L’initiative a commencé modestement, avec 1000 bâtiments dans le monde, mais l’entreprise a accéléré le rythme très, très vite. Six mois plus tard, 25 millions de bâtiments sur des zones urbaines entières avaient été ajoutés aux cartes.

Ces progrès extrêmement rapides s’expliquent par un processus entièrement automatisé. Google a mis au point un algorithme capable de repérer les bâtiments sur les photos satellitaires à sa disposition, puis d’en extraire des contours précis et ensuite de les ajouter à la carte. Une fois que l’ensemble est au point, il n’y a plus qu’à l’exécuter sur toutes les images satellite et enrichir les cartes du monde entier.

Pour générer les formes de ses bâtiments, Google exploite les images satellites collectées dans le monde entier. Un algorithme créé par les cartographes du groupe fonctionne depuis en permanence, sans intervention humaine. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

C’est un processus si rapide qu’il y a des endroits où Google affiche des bâtiments… avant les routes qui les desservent !

Sur cet exemple, les maisons présentes sur la photo satellite (droite) sont aussi affichées sur les cartes, alors que la route n’est pas encore tracée (gauche). (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

L’approche d’Apple en comparaison est bien plus conventionnelle. L’entreprise propose parfois des cartes avec des bâtiments, mais pas partout. Et quand c’est le cas, ce n’est pas toujours complet, comme l’a noté l’auteur de l’étude. Vérifications faites, la firme de Cupertino semble toujours utiliser les données de TomTom, qui reste encore la source principale de Plans. Il suffit de voir comment, dans de nombreuses villes américaines au moins, les bâtiments sont présents strictement aux mêmes endroits.

Dans de nombreuses villes, comme ici à Chicago, les bâtiments affichés sur Plans (droite) s’arrêtent brutalement, au même endroit que sur les cartes de TomTom (gauche). (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

Maps continue inexorablement de creuser son avance sur Plans

Les cartes de Google sont plus riches en affichant les formes des bâtiments partout dans le monde, c’est un avantage en soi sur celles d’Apple, mais ce n’est pas le plus gros atout et ce n’est certainement pas le plus important. Le géant de la recherche n’a pas seulement mis au point une solution automatisée pour enrichir visuellement ses cartes, il a surtout exploité ces données pour en générer de nouvelles.

Les formes des bâtiments ont servi de base de travail pour ajouter une nouvelle fonction à Maps à l’été 2016 : les zones d’intérêt. Dans toutes les villes, les zones où il y a une grande concentration de boutiques et restaurants sont mises en avant avec une nouvelle couleur orange.

Avant et après la mise à jour des cartes à l’été 2016 : les zones les plus intéressantes sont bien mises en avant sur la droite. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

Google n’a pas détaillé son algorithme, mais indiqué qu’il se basait sur la concentration de points d’intérêt intéressants, comme des restaurants, des bars ou encore des magasins. En clair, les rues où il y a plusieurs points d’intérêt dans ces catégories sont jugées plus importantes que les autres et mises en avant. Un visiteur peut ainsi, dès les premiers niveaux de zoom, repérer les endroits les plus pertinents à visiter.

Mais comme le montre Justin O’Beirne, l’entreprise ne s’est pas contentée de mettre en avant des rues. Les zones d’intérêt de Maps sont en fait des formes rectangulaires qui encadrent les rues et qui intègrent les bâtiments. C’est là que le travail de reconnaissance effectué en amont commence à payer : Google sait non seulement où sont les restaurants dans une ville, la firme sait aussi quelle forme ils ont. Ce qui lui permet in fine de dessiner des zones d’intérêt plus précises sur ses cartes.

Les zones d’intérêt de Maps sont représentées en fonction de la taille et de la forme des bâtiments, et pas seulement des rues. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

Ce détail est plus important qu’on pourrait le croire. En dessinant ses aires d’intérêt autour des bâtiments plutôt que des voies, Google offre davantage d’informations aux utilisateurs, en particulier un degré d’importance différent. Une série de petites boutiques et de petits restaurants alignés sur une rue aura visuellement moins d’impact qu’un bloc de grands magasins, par exemple.

L’étude ajoute que Google a utilisé en fait deux jeux de données pour créer ces nouvelles informations. Les photos satellite ont servi à générer les formes de bâtiments qui ont servi elles-mêmes à dessiner les zones d’intérêt plus précisément sur la carte. Mais pour connaître la nature de chaque lieu recensé dans Google Maps, l’entreprise a utilisé une autre source d’informations : Street View.

Les photos prises dans les rues de toutes les villes ne servent pas uniquement aux visiteurs de Google Maps, elles sont aussi utilisées en interne pour enrichir les données. En particulier, des outils de reconnaissance d’images sont utilisés pour détecter la présence d’un commerce et ensuite distinguer sa nature. Cette information est essentielle pour définir les zones d’intérêt, tout autant que la forme des bâtiments.

Les zones d’intérêt ont été créées à partir de deux informations, elles-mêmes extraites de deux jeux de données totalement différents. Il faut de la patience et beaucoup d’investissement pour mener au bout un tel projet. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

C’est pour cette raison que l’auteur parle de fossé entre Maps et Plans. Google a commencé à exploiter Street View pour la liste de points d’intérêt en 2008, huit ans avant de déployer les zones d’intérêt. Et l’entreprise a commencé à générer des formes en 3D de tous les bâtiments à partir de photos satellite en 2012, quatre ans avant. Il a fallu un gros investissement et surtout un investissement constant au fil des années pour qu’une telle fonction voit le jour.

Pendant ce temps, Apple n’a rien, ou presque. Il lui manque les formes de bâtiments, et comme la deuxième partie de l’étude le montrait très bien, les points d’intérêt ne sont toujours pas placés correctement sur les cartes de Plans. C’est toujours le cas en ce début d’année 2018, près de six ans après la création du service, même à San Francisco où siège l’entreprise, même pour ce qui sera la plus haute tour de la ville quand elle sera terminée cette année.

Cet exemple à San Francisco est cruel pour Apple : la tour Salesforce sera le plus haut gratte-ciel de la ville et il n’est même pas placé au bon endroit sur Plans (droite). Pendant ce temps, Maps se débrouille très bien (gauche). (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

L’erreur de la tour Salesforce a été corrigée depuis la publication de l’étude. Elle montre toutefois au strict minimum qu’Apple n’a pas les processus automatisés de Google. La preuve, l’entreprise dispose d’une fonction de survol nommée FlyOver. Ce sont des photos prises à hauteur d’avion ou d’hélicoptère et elles pourraient servir également à enrichir Plans avec la forme de tous les bâtiments.

Mieux, les photos aériennes permettraient d’avoir des formes de bâtiment encore plus précises et de meilleure qualité que celle de Google. Mais ce n’est pas systématiquement le cas, comme on peut le constater facilement en comparant les zones couvertes par FlyOver et la présence de bâtiments.

Google Maps et Apple Plans ont des photos aériennes de Mulholland Drive, à Los Angeles… (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir
… mais seules les cartes de Google affichent des bâtiments sur cette même zone. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

On pourrait arguer que Plans est un service nettement plus récent que Maps. C’est vrai, mais il ne faudrait pas non plus oublier qu’Apple dispose de FlyOver depuis la création de son service. C’est à la même date que Google a commencé à mettre en place ses programmes automatiques pour convertir les photos aériennes en formes 3D d’une part, et pour analyser les photos de Street View pour en extraire les points d’intérêt d’autre part.

Dans les cinq ans qui ont suivi, Google a créé un tout nouveau jeu de données à partir des informations à sa disposition. Et Apple n’a rien fait, si ce n’est survoler davantage de villes pour enrichir FlyOver. Maps était en avance, certes, mais il n’a cessé d’avancer sans s’arrêter ces dernières années, là où Plans a, en comparaison, stagné.

Un fossé encore plus profond demain ?

Le pire pour Apple, c’est que Google ne fait que commencer. Maintenant que Maps dispose du nom et de la fonction de tous les bâtiments, maintenant que le service dispose aussi des formes exactes de chaque bâtiment, de nouvelles fonctions peuvent être envisagées. Justin O’Beirne en cite deux différentes, en rapport avec des domaines en vogue aujourd'hui et qui deviendront probablement essentiels demain.

La réalité augmentée, tout d’abord. Afficher directement sur le monde autour de nous un itinéraire ou la position d’un point d’intérêt est une idée déjà exploitée. Mais imaginez si l’on pouvait non seulement afficher la destination, mais aussi la montrer en encadrant le bâtiment correspondant ?

Extrait d’une vidéo d’anticipation publiée par Microsoft en 2012. Cliquer pour agrandir

Mieux encore, Google peut désormais connaître la position de chaque point d’intérêt à l’intérieur d’un bâtiment. Par exemple, si une boulangerie partage le rez-de-chaussée d’un immeuble avec un coiffeur, les points d’intérêt peuvent être positionnés plus précisément sur la carte.

Ce sera encore plus utile à l’heure de la conduite autonome : les voitures de Google pourront vous déposer ou venir vous chercher, non plus en fonction d’un numéro dans la rue, mais de la position exacte d’une porte. Ce sera utile dans de nombreux cadres, autant en ville pour distinguer plusieurs points d’intérêt, qu’à la campagne où les maisons isolées sont souvent associées à une boîte aux lettres qui n’est pas nécessairement au niveau du logement.

Google connaît déjà la position de chaque porte grâce à Street View. Une information qui devrait s’avérer indispensable à l’heure de la conduite autonome. (© Justin O’Beirne) Cliquer pour agrandir

Toutes ces données sont déjà très utiles et elles devraient l’être encore plus à l’avenir. Google continue de creuser le fossé qui le sépare d’Apple et, pour être honnête, de tous ses autres concurrents dans le domaine.

La partie est-elle totalement perdue pour Apple ? Pas nécessairement, puisque Google n’a rien fait qu’un tiers ne pourrait reproduire. Ce qui manque fondamentalement à l’entreprise de Cupertino, et ce depuis le début, ce sont des moyens. Plans pourrait être bien meilleur aujourd'hui si ses concepteurs en avaient fait une priorité bien plus élevée dès le départ, si des voitures avaient été commissionnées pour rouler partout dans le monde et commencer à remplacer Street View, si des algorithmes avaient été créés pour exploiter davantage les données de FlyOver, si des corrections plus systématiques des données avaient été mises en place…

Pour le moment, Apple n’a jamais fait l’effort nécessaire pour montrer qu’elle prenait ses cartes au sérieux. Il y a eu des progrès en cinq ans, ce serait faux de le nier, mais ce n’est pas du tout suffisant pour réduire l’écart avec Google, même si ce dernier avait gentiment bloqué ses cartes dans leur état de 2012.

Google Maps (gauche) et Apple Plans (droite) en 2012. Cliquer pour agrandir

Non seulement Maps n’a pas arrêté d’évoluer quand Plans est sorti, mais Google a encore accéléré la cadence. Autant dire que pour rattraper le retard, Apple va devoir consacrer des moyens encore plus énormes. L’entreprise en a-t-elle seulement conscience ?


avatar cocotux | 

Dites aussi qu’en Bretagne il n’y a personne et on dira rien ???

avatar Malum | 

Intérêt extrêmement mitigé de ces précisions. Quant à la RA, pas besoin de GM l’iPhone le fera très bien.
En plus GM, point sur lequel tant l’auteur de l’analyse que celui de l’article, n’appuie pas est qu’il y a un GM à deux vitesses. Il y a de très nombreux lieux (une énorme proportion) où SV est absent, et justement là où ce serait le plus utile.
Autre problème non soulevé : les entreprises, les commerces cela vit, disparaît, change. Chez moi GM indique un café fermé depuis dix ans, l’école et l’hôpital ne sont absolument pas bien placés. Etc.
Par ailleurs, à part des raisons professionnelles, quel est cet intérêt d’avoir jusqu’au plan vu de dessus des immeubles y compris le pan des toits? Quel intérêt quand on marche dans la rue ? Quel intérêt quand la vue satellite montre bien mieux la réalité ? Quel intérêt de complexifier le plan quand on va d’un point à un autre ?
Et ces fameux points d’intérêt on a l’impression que chaque instant on serait un touriste en mal de consommation, touriste en plus incapable de voir de lui-même, de se renseigner avant ou sur place autrement que par des points déterminés par une masse incontrôlable.
GM devient donc un outil consumériste absolu, intrusif jusqu’à l’indécence et qui fait se féliciter les béats de l’information qui pousse à la totale panurgie.
Plans est plus simple, plus fluide et au taux d’erreurs global inférieur à GM contrairement à toutes les affirmations des minoritaires. Plusieurs études à grande échelle l’ont prouvé que ce soit à l’ouest, à l’est des USA ou pour plus de 5700 adresses différentes. Mais comme on gueule plus fort quand il s’agit d’Apple l’impression est faussée totalement, émotionnelle et non scientifique. Le taux de satisfaction est supérieur à 85 % ce qui donne une idée bien plus juste des faits.
Enfin je suis baba devant l’argument pour la voiture autonome qui au lieu de se référer à ses capteurs dans le réel et l’instantanné devrait utiliser les images/plans de GM. Royaume de l’absurde !

avatar huexley | 

"Plans est plus simple, plus fluide et au taux d’erreurs global inférieur à GM"

En meme temps quand tu as rien à afficher tu peux te permettre d'être fluide et d'avoir un taux d'erreur faible..

"Plusieurs études à grande échelle "

Chic encore des chiffres bidon sauf si tu arrives à fournir un lien (chose que tu n'avais pas fait la dernière fois préférant detourner l'attention)

avatar LogBoy | 

J'ai surtout l'impression que l'équipe dirigeante d'Apple est vieillissante, on aurait bien besoin de sang neuf, ça manque de dynamisme, d'idées nouvelles, de vision d'avenir, ça donne surtout l'impression qu'ils sont largués sur pas mal de points et qu'ils se raccrochent aux branches.
De mon point de vue, Plan, AppleMusic, Photo, Home, Siri et j'en passe sont des services bien en dessous de ce qu'ils devrait être et du coup je ne les utilisent pas. Pourtant j'aimerais vraiment qu'ils soient au top et utiliser ces solutions intégrées.
C'est terrible cette impression d'amateurisme parfois alors qu'ils produisent du hardware et des OS vraiment au dessus de la moyenne même si la dernière vague hallucinante de bugs sur les OS donne à réfléchir sur l'avenir d'Apple.

avatar marenostrum | 

ils font plus d'argent que les autres pour le moment. et ça leur va apparement. occupez vous d'en faire aussi bien dans votre vie, et ça sera bien, pour tous.

tous devenu des stratèges ici.

avatar Paquito06 | 

L’erreur de depart avant d’enumerer les comparaisons de Maps et Google Maps point par point est de vouloir etablir une comparaison de ces deux services de cartographie/GPS.
La petite histoire pour ceux qui l’ignorent de l’arrivee de Maps avec iOS 6: https://en.wikipedia.org/wiki/Apple_Maps
Maps n’a jamais eu pour but de concurrencer Google Maps qui plus est à un tel degré de définition, mais de proposer une solution alternative in house car il n’allait plus y en avoir par defaut avec l’arrivee d’iOS 6. Apple est parti avec un retard enorme en faisant seulement l’acquisition de 3 ou 4 boites specialisees dans la cartographie et en reprenant la database TomTom qui est ce qu’elle est. On a ajoute FlyOver a Maps et on a pousse le developpement sur les grandes aggglomerations. C’est tout. Google Maps est irratrapable, quand bien meme des erreurs subsistent encore: j’etais a Atlanta pour les fetes, qu’elle ne fut pas ma stupefaction de voir des emplacements au mauvais endroit du niveau de la salesforce tower a San Francisco avec Maps. Pour la conduite, les deux se valent, l’integration dans iOS reste meilleure avec Maps car c’est Apple (ecran verrouille par ex.), mais Google Maps offre plus de details selon les besoins des differents utilisateurs.

avatar romainB84 | 

L’etude semble faire quelques raccourci quand meme.
Ce n’est pas parce que Plan n’affiche pas les bâtiments en sur la vue standard que les modèle n’existe pas.
Il suffit de passer en vue 3D satellite pour voir que les battements ont bien un modèle 3D.
Apres c’est sur et certain que Google a des années et des années d’avance et que le fossé ne cesse de se creuser (surtout dans les petites villes ou villages)
Dommages avec leur techno de flight over ils avaient la possibilité d’aller quand meme assez rapidement pour cartographier des grandes zones !!
Encore une fois... Apple a gâcher un bon potentiel.
Je faisais clairement partie de ceux qu’on appelle les « fan boy » il y a pas si longtps... mais meme moi je n’arrive plus du tout a les défendre sur aucun points maintenant.
J’en suis pas encore a me dire que je vais aller a la concurrence mais c’est clair que je commence a pas mal loucher sur les services conçurent (Google/microsoft et autre)

avatar lepoulpebaleine | 

@romainB84

«
Je faisais clairement partie de ceux qu’on appelle les « fan boy » il y a pas si longtps... mais...
»

Pareil pour moi SAUF que je ne peux PAS changer. Au delà des apps, du hardware et du PRIX, il y a l’OS. Et là pour moi je persiste à dire qu’en terme d’ergonomie (et donc de rapidité de travail) mac OS est à des années-lumière de tout le reste. Je suis moins affirmatif concernant iOS, bien que iOS 11 sur iPad Pro est quand même un délice.

avatar romainB84 | 

Mon MacBook Pro de 2012 a pris un sacré coup dans l’aile depuis qu’il est passé sous HS (je me tâte a retourné sur Sierra mais j’avoue que reste uniquement pour la synchro des visages dans photo et la futur fonction de synchro des messages)
Mon mac est trop vieux pour toute les autres fonctions, donc Sierra aurait ete bien mieux pour lui (j’ai des ralentissements fréquemment que je n’avais pas sur sierra malgré une clean instal)
Et iOS 11... alors la c’est la cata... que dire du clavier qui rame toujours autant sur mon 6S (qui n’a pourtant que 1 an... il a ete remplacé par apple en décembre 2016 dc leur excuses de la batterie...)
Les OS d’apple Fonctionne bien sur les derniers hardware... dc si tu te fais pas les MAJ, je suis d’accord avec ton point de vue :)

avatar fte | 

@lepoulpebaleine

"il y a l’OS"

Sauf que l’OS, on l’utilise en réalité que très peu et de façon très répétitive.

Choisi un système pour les apps, pour le hardware, pour le business model même, mais pas pour l’OS lui-même qui est peu significatif.

avatar romainB84 | 

Je ne suis pas complètement d’accord.
Tes points sont juste... effectivement les apps le BM et le hardware sont important, mais un OS qui rame, qui bouffe la batterie a fond et qui n’est pas ergonomique, ça aura également une importance capitale pour l’utilisateur.
Je n’aime pas la partie customisation, mais quelqu’un qui adorerait ça serait très malheureux sur iOS (même si tout les autres points que tu as cité lui conviennent ?

avatar gillesb14 | 

Le retard est trop important
Apple devrait laisser tomber et autoriser google maps dans CarPlay.
Plan n’a même pas les limites de vitesse!!!

avatar docdav | 

Le seul intérêt de plans pour moi est les notifications meme sur une autre appli en mode conduite.

avatar chupastar | 

Ça fait un bon moment également que j’ai abandonné Plan pour Maps et Waze (pour les indications de radars).

avatar waldezign | 

Apple a avec Plans le retard qu’a Google avec android.
Lequel est plus stratégique?
Est-ce que Google a autant de trésorerie qu’Apple pour rattraper son retard, et avec quelle pression?
Est-ce qu’Apple donne l’impression d’être en panique sur l’irrésistible obligation de livrer des cartes en HD?

avatar Malum | 

Amusants qu’ils sont les fanboys de GM. Dire qu’Apple néglige les petites villes quand GM fait exactement la même chose. Dire que les infos de Plans sont souvent erronées et non celles de GM. Je viens de vérifier chez moi, sur 25 points d'intérêt 10 sont faux. Beau score. Quant à critiquer les plans de Plans considérant à partir d’un exemple d’une tour mal placée, il suffit de regarder que les plans de GM, en tout cas chez moi, ont des surfaces qui débordent sur les rues, où sont trop en retrait ou font des angles différents de la réalité.
Tout ça c’est du bidon avec pour seulement certaines villes de détails qui ne sont que du marketing et n’ont aucune utilité. Pas une personne sur un million est intéressée de savoir qu’il y a une sortie de climatisation sur le toit. Et comme dit plus haut, ces plans détaillés font redondance, inutile, avec les images satellite et de plus brouille la vision de ce à quoi sert un logiciel GPS, aller d’un point à un autre.
Si c’était si mauvais alors pourquoi plus de 200 modèles rien qu’aux USA ont-ils CarPlay ? Il faudra nous expliquer cet étrange comportement des fabricants de voiture de mettre un logiciel pourri pour ce qui est l’essentiel dans une voiture : bien arriver à destination.

Il est à mourir de rire de voir ceux qui critiquent Apple en disant que tout n’est que marketing et fonctions inutiles se pâmer devant des fonctions soient inutiles, soit restreintes à qu’une partie des villes laissant les autres sans ces services, soit fausses (comme prouvé chez moi) , soit intrusives.

avatar rikki finefleur | 

Moi j'utilise les 2
Google Maps pour les plans.
Apple Maps pour rire...
;p

Et voila je ne prendrais jamais carplay dans une voiture.
Encore un truc fermé , qui sent la poussière, ou l'utilisateur n'a pas le choix, et on lui impose un choix.

avatar melaure | 

Depuis le début il n'y a pas photos. Jamais Apple Maps n'a été capable de trouver le bon endroit, j'ai même failli rater un entretien à cause de cette saloperie. Google Maps est loin, loin devant, et c'est une honte que les applis iOS soit liées à cette fumisterie et qu'on ne puisse pas avoir Google Maps par défaut dans iOS et les applis en ayant besoin ...

avatar sekhmet | 

J’adore plan en gps. Map est super pour la recherche d’intérêt et son incomparable moteur de recherche. Oui Apple devrait mettre plus de moyen mais on de la chance d’avoir des outils pareils dans nos poches .

avatar simnico971 | 

Voilà pourquoi je n'utilise plus Plans. C'est dommage, car sa fonction de guidage est clairement la meilleure du marché. Mais c'est trop lacunaire, quand ce n'est pas juste catastrophiquement vide...

Quand Apple se résignera-t-elle à abandonner cette aberration ?

avatar jazz678 | 

@simnico971

« Quand Apple se résignera-t-elle à abandonner cette aberration ? »

Persévérez. Ils finiront par lire macge et entendre raison.
...ou alors peut-être rajouterons t’ils tous les points d’intérêt qui manquent sur les communes de Gland (les glandois - et non les glandus - seront contents) et de La Baffe

avatar Malum | 

Voilà la médaille d’or de l’inconséquence et de l´aberration : guidage le meilleur du marché avec la conclusion logique : je l’abandonne ! Et pourquoi ? non parce qu’il guide mal (puisque c’est le meilleur) mais parce qu’il n’y a pas le fantôme d’un bâtiment !
Persévérez vous aurez bientôt le record galactique des propos stupides.

avatar simnico971 | 

@Malum

Parce qu'un logiciel de navigation, même avec le meilleur guidage du monde, ne sert à rien s'il est incapable de trouver votre destination au préalable.
J'ai pas que ça à foutre que de chercher l'endroit où je vais sur Google Maps et puis ensuite d'aller retrouver la rue manuellement sur Plans pour démarrer la navigation. Donc j'utilise Waze en voiture et Google Maps dans tous les autres cas.

avatar marc_os | 

@simnico971 :
Quand cesserez vous de démander des choses stupides ?
Vous n'aimez pas Plan et voulez donc en priver le monde entier ? Votre modèle c'est Staline et le même logiciel pour tous, celui que VOUS avez décidé d'utiliser ??

avatar Kriskool | 

???Apple ne peut plus imposer Plans dans CarPlay avec ce niveau si bas !!!! Il faut qu’Apple ouvre aux autres systèmes de navigation !!
L’espoir est la : elle vient bien d’abandonner le H265 !... ??

avatar spece92 | 

Vous avez oublié de mettre la mention « Partenaire » ?

avatar Malum | 

Bien vu. Google non seulement inonde la vie de ses inutilités qui nous rançonnent et monnayent nos vies et nos habitudes mais en plus trouve des esclaves volontaires pour les promouvoir.

avatar rikki finefleur | 

Malum
Tu parles d'apple là. Car cela a y ressemble en tout point.
D'ailleurs on niveau du ranconage , non il n'est pas nécessaire de mettre, de se faire ranconner de 1200 euros dans u n tel .
Il existe d'excellent tel a 250 e.

Effectivement plus besoin de te saigner a vie, pour qu'en plus cette boite s'empresse de tout planquer sans passer par la case impôt mais plutôt paradis fiscaux.

Et oui un jour les gens ouvriront les yeux
- sur ces filouteries fiscales qui ressemble à un bras d'honneur envers les citoyens
- et de la tarification devenue complètement folle de ces produits vendus depuis l'ere cook.

avatar Lau19670 | 

Bonsoir,
Pour avoir essayé les 3 (Google Maps, Plans, Waze) plus le GPS de notre voiture en Andalousie et en Sardaigne par exemple .... y’en a pas un pour racheter l’autre ma bonne dame !
A la fin, passe l’engueulade et l’envie de tout balancer, la bonne veille carte, le contact humain et ... attention, attention... le bon sens ont prévalu !
Laurent

avatar jazz678 | 

@lau19670

Le contact humain après l’engueulade...
Après chacun trouve son prétexte ou il peut ?

avatar crevettec | 

Effectivement il y a un fossé, mais paradoxalement, plan indique bien ma rue sans la forme de ma maison, alors que Maps ne connaît pas ma rue, mais j’ai bien la forme du bâtiment au milieu de nul part ( la rue existe pourtant depuis 6 ans)

avatar Bigdidou | 

Merci pour ce compte rendu passionnant.
J comprends mieux comment Google procède.
C’est... vertigineux.

avatar zatfco | 

Cette étude est très juste!

J’ai signalé à plusieurs reprise des erreurs de POI, Aucune réactivité d’Apple!

Galileo qui est très récemment actif est beaucoup mieux que Apple qui est plus ancien

Waze et Google maps reste dans le peloton de tête actuellement pour mon utilisation même si je commence à m’habituer à Galileo

avatar spece92 | 

@zatfco

De quelle planète tu viens toi ?

https://media3.giphy.com/media/l0Ex0tjsYbXDpjhGU/giphy.gif

avatar zatfco | 

@spece92

Je pensais avoir un simple droit d’expression et d’expérience d’utilisateur.

Je respecte tous les commentaires qui sont postés sans avoir votre comportement très limité par votre manque de vocabulaire. Utilisant un lien pour vous exprimer par la moquerie démontre …

avatar Indecence | 

Si l'on regarde bien, Apple propose du "vent" face à la concurrence. Ils ont l'habitude de lancer des projets mais ne les développent que très rarement. Beaucoup de choses sont "baclés" chez Apple.

Si l'on prend encore plus de recul on voit qu'en 2017 Android est bien au-dessus de iOS comme l'est Maps de Google face à Apple.

Cette boite est surfaite et ceci grâce a vous, moi. Ob la défend coute que coute et pourtant elle devient "has-been".

avatar webHAL1 | 

Merci à MacG pour cet article très intéressant, en particulier la partie sur la façon dont procède Google pour améliorer leur solution Maps. Cet outil ne cesse de m'étonner, tant sa puissance et son utilité sont incroyables.

Je remarque que souvent les personnes qui comparent Google Maps à Apple Plans n'en restent qu'à la partie cartes et guidage, domaines dans lesquels la solution de Google est, selon la quasi-totalité des tests, bien en avance. Mais je trouve dommage de se limiter à ça, alors que Google Maps est un extraordinaire outil de découverte. Dans un endroit peu familier, ou même dans sa ville natale, il suffit de taper par exemple "restaurant asiatique" pour se voir proposer un grand nombre de résultats, avec dans la majeure partie des cas :
- Des photos
- Les horaires d'ouverture
- Des avis d'utilisateurs
- La vue Street View pour ne pas le rater

Si je fais la recherche dans ma ville (Vevey, Suisse), j'ai une dizaine de propositions à moins de 2 kilomètres de chez moi. Si je fais pareil avec Apple Plan... l'application ne comprend pas le requête ! Et si je tape "restaurant chinois" à la place, alors 2 résultats me sont proposés.
On pourrait aussi parler des transports publiques, où Google Maps est incomparablement plus utile que le logiciel d'Apple.

La raison principale selon moi vient du fait que la Pomme cherche avant tout à vendre des appareils. Pour cela, elle les dote d'applications qui doivent avant tout "bien présenter" (avec typiquement une fonctionnalité comme Fly Over), mais dont le suivi est bien trop souvent laissé de côté. Alors que Google cherche à créer une solution pérenne avec Maps, qui puisse lui rapporter de l'argent. Le firme de Mountain View a donc nettement plus intérêt à ce que son outil s'améliore toujours plus.

Ça fait depuis sa sortie il y a plus de 5 ans qu'on nous dit que Plans va s'améliorer, qu'il faut lui laisser le temps. Force est de constater que ça n'arrivera sans doute jamais.

Cordialement,

HAL1

avatar Lillois78 | 

Google Maps VS Plan... c’est faire la comparaison du caviar face au poisson panne.

avatar jeanlucc | 

J’ai téléchargé Galileo es ce une bonne alternative? J’ai pas autrement testé

avatar Jay69 | 

Dommage mais Plans et vraiment, vraiment nul ! Perso?
Les erreurs ne sont jamais corrigées les POI inexistant parfois.. Du coup pour être tranquille maintenant j’utilise GMaps et Waze en fond, pour les accidents ETA , et autres ..
mais Plans ? je réessayerais peut-être dans 2 ans et c’est dommage pourtant ( surtout l’intégration avec l’Apple Watch mais bon ?.. Merci Apple

avatar Steve Molle | 

Apple est incapable de fournir un effort prolongé, continu et qualitatif sur du logiciel. C’est toute là schizophrénie de cette boîte...seul Jobs savait imposer une cadence sur le développement de logiciels.

avatar reborn | 

@Steve Molle

Jobs ? Jobs avait 2 os à gérer. Et encore ça faisait du sur place.

Il a fallu attendre iOS 3 pour le copier coller et les mms.

Donc avant c’était pas forcement mieux, des exemples comme cela il y a en a à la pelle.

avatar Steve Molle | 

J’ajoute que si ce genre de constats peut faire réfléchir les neuneus de masse qui se sont jetés sur un smartphone a 1200 boules sans réfléchir...ce sera déjà ça de pris.

avatar marc_os | 

@Steve Molle :
Que dire des « neuneus de masse » qui confient toutes leurs données à Google et n'ont rien d'autre à faire que d'insulter ceux qui pensent différemment ?

avatar Fabeme | 

J’ai du mal à comparer les deux. Ils sont construits pour des usages différents je pense. Moi Plan ne m’a jamais planté en guidage (je suis passé de Tomtom à Plan), et je trouve son interface plus lisible que celle de Google Maps.

Après pour les points d’interêt, Maps à toujours été devant et c’est pour moi dû au moteur de recherche. La symbiose des 2 permet d’agréger de gros volumes d’informations.

Après, détailler les bâtiments, etc, c’est une question de goût, je suis pas fan.

Apple est décevant sur la partie Transports. L’open Data est très répandu en France dans les grandes villes, si Plan est très bien pour Paris, une ville comme Toulouse (et pas que) qui fait de l’Open Data depuis le lancement, mériterait d’être couverte, et d’autres y arrivent...

Pour ce qui est des corrections, quand j’ai soumis des choses à Apple Plan, cela a toujours été corrigé sous 2 semaines grand maximum...

J’ai l’impression que certains sont un peu durs avec Plan, ou ne l’ont pas testé depuis longtemps.

avatar Steve Molle | 

@Fabeme

Slurps.

avatar Fabeme | 

@Steve Molle

Oui c’est pour ?

avatar stemou75 | 

Plan ? Ah oui cette app dans mon dossier poubelle Apple avec Météo, Rappels, Musique, Calculette, etc....

Progressivement j’ai remplacé de plus en plus d’app Apple par de bonnes apps de l’App Store.

Il est loin le temps de l’excellence des applis Apple comme la suite iLife sur Mac ?

avatar Fabeme | 

@stemou75

C’est dommage, on peut supprimer la plupart des app natives maintenant ;)

Ça libérerait un dossier...

avatar waldezign | 

Comme d’hab, ceux qui critiquent n’utilisent pas Plans, donc se fondent sur leurs phantasmes.
Moi, je ne m’en suis servi que trop peu pour être si affirmatif que les chouineuses habituelles.
En revanche, j’ai la chance de côtoyer au quotidien le dernier android possible sur le Samsung A5 du boulot, qui n’est pas un mauvais téléphone, mais très handicapé par son OS, un vieux 3G et son vieil iOS toujours aussi agréable, et mon vieil iPhone 6 toujours aussi vaillant (mais avec une batterie encore capricieuse pour quelques semaines) avec le meilleur OS jamais sorti à ce jour.
J’investis prochainement dans un autoradio carplay + android auto, mais je trouve que waze est de toutes façons de plus en plus à la ramasse sur les meilleurs parcours, je gagne en général 5 à 10% de temps en choisissant d’autres parcours, mais il est ensuite très réactif. Malheureusement son ergonomie est juste merdique.
En fait, Apple serait bien inspiré de laisser google se fourvoyer dans ses délires et chercher à atomiser waze, ce qui ne devrait pas être très compliqué.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR