Les nouvelles cartes d’Apple sont plus riches, mais pas plus utiles

Nicolas Furno |

Poursuivant sa série sur les cartes, Justin O’Beirne s’intéresse aux nouvelles cartes d’Apple dans son dernier article. Il faut dire que le constructeur a décidé de se lancer dans un plan ambitieux pour mettre à jour les cartes du monde entier en se basant sur ses propres données plutôt que celles d’acteurs tiers (lire : Apple a un Plans pour rattraper Google Maps). Pour l’heure, ces nouvelles cartes ne sont disponibles que dans une partie de la Californie, mais cet échantillon permet d’avoir une bonne idée de ce que le projet donnera au bout du compte.

L’auteur commence par constater les progrès d’Apple, notamment en matière de végétation. Comme nous l’avions souligné dans notre aperçu, les cartes de Plans sont nettement plus détaillées dans toutes les zones où il y a de la végétation, que ce soit des forêts ou même des parcs dans les villes. C’est tout particulièrement le cas pour les petites villes qui étaient souvent jusque-là mal prises en charge, et qui offrent désormais une vision nettement plus précise de la végétation.

Anciennes cartes à gauche, nouvelles à droite (© Justin O’Beirne).

Apple a été si loin que les cartes affichent désormais du vert partout, y compris sur les plate-bandes des autoroutes ou encore sur les jardins des lotissements.

Les anciennes cartes (gauche) affichaient uniquement les maisons dans ce quartier résidentiel, désormais on voit aussi les jardins (droite) (© Justin O’Beirne).

Comme le rappelle Justin O’Beirne, Apple utilise essentiellement les photographies satellite pour remplir ses cartes, et cela ne concerne pas que les espaces verts. Par exemple, les nouvelles cartes affichent des plages, des stades, le parcours d’un golf avec les zones de sable et les greens visibles, les piscines avec la position exacte de chaque bâtiment ou même les courts de tennis privés.

Sur les nouvelles cartes (droite), les plages de sable sont visibles et pas seulement un trait symbolique, mais avec la bonne forme et les bonnes dimensions (© Justin O’Beirne).
Détail de quelques écoles, avec une vue précise des installations sportives (© Justin O’Beirne).

Avec autant de détails, Apple coiffe Google sur le poteau. C’est bien simple, sur cette petite zone couverte par ses nouvelles cartes, la firme propose les cartes les plus précises et complètes, battant tous les autres concurrents. Google Maps est très loin du compte en termes de représentation de la végétation, et ce n’est même pas le seul point où Cupertino a dépassé Mountain View.

Les nouvelles cartes d’Apple (gauche) sont beaucoup plus complètes en termes de végétation, la comparaison avec les cartes de Google (droite) n’appelle aucun commentaire (© Justin O’Beirne).

L’espace occupé au sol par les bâtiments est également bien meilleure chez Apple désormais. C’était un point fort de Google Maps, mais avec ces nouvelles cartes, Plans devient plus précis, avec des formes qui correspondent plus exactement à la réalité.

La forme des bâtiments est désormais plus précise chez Apple (gauche) que chez Google (droite), comme cet exemple le montre bien (© Justin O’Beirne).

Justin O’Beirne montre aussi que l’amélioration des données ne concerne pas que le végétal, mais aussi le tracé des routes. Les nouvelles cartes d’Apple ont supprimé des routes que TomTom lui avait fournies, mais qui n’existaient plus. Dans certains coins reculés de la Californie, certaines routes disparues depuis plus de 75 ans étaient toujours présentes sur les anciennes cartes, elles ont été retirées avec les nouvelles.

En règle générale, les routes sur les cartes créées par Apple et qui ne dépendent plus de TomTom sont plus complètes et précises. La toute petite bourgade de Markleeville (210 habitants) est l’exemple choisi par l’auteur pour illustrer les progrès de Plans, y compris par rapport à Maps. La nouvelle carte est bien plus riche, avec le tracé de bâtiments qui n’existait pas auparavant, la végétation et même quelques chemins supplémentaires.

(© Justin O’Beirne)

Google Maps affiche bien les bâtiments, mais les formes sont plus simples. La végétation semble uniforme, tout est vert, et il lui manque les chemins supplémentaires ajoutés par Apple.

(© Justin O’Beirne)

À ce stade de l’étude, on pourrait penser qu’Apple a rattrapé son retard et que le fossé entre Google Maps et Plans est comblé. Malheureusement pour Apple, ce n’est pas aussi simple et Justin O’Beirne n’en a pas fini avec ses comparaisons. Toujours en se concentrant sur la petite commune de Markleeville, il a comparé les points d’intérêt (POI) recensés par les deux services.

Pour commencer, il note que Maps affiche davantage de lieux que Plans. Les bâtiments sont bien visibles sur le fond de carte, mais ils ne correspondent à aucun POI et pourraient très bien être des maisons individuelles, alors qu’il s’agit en fait de commerces ou même d’institutions.

La carte d’Apple (gauche) est visuellement plus complète et précise, mais il lui manque plusieurs POI (droite) (© Justin O’Beirne).

Plus gênant pour Apple, les points d’intérêt affichés sont parfois faux. Toujours dans cet exemple, Plans indique qu’un tribunal est présent là où Maps situe un commerce. Et malheureusement pour le créateur de l’iPhone, c’est Google qui a raison, et ce n’est pas qu’un cas isolé. Plusieurs autres erreurs ont été dénichées par l’auteur dans la ville d’à côté, ce qui laisserait entendre qu’il s’agit d’un problème général et pas seulement d’une anomalie.

Le même lieu est placé à deux endroits différents, et comme à chaque fois, c’est Google qui a raison… (© Justin O’Beirne)
Les problèmes de géolocalisation ne s’arrêtent pas à la campagne, il y en a même à San Francisco ! (© Justin O’Beirne)

Contrairement au fond de carte généré à partir de photos satellites, Apple ne semble pas utiliser ses propres données pour les POI. Le constructeur fait toujours confiance à Yelp, dont la base de données de points d’intérêt est trois fois inférieure à celle de Google. Incomplète et aussi imprécise, comme en témoignent ces mauvais placements. Justin O’Beirne note toutefois qu’il a trouvé quelques lieux sur Plans qui ne sont pas référencés par Yelp, ce qui montre peut-être que la firme est en train de constituer sa propre base de données.

La base de données de Yelp est nettement moins complète que celle de Google, et elle s’intéresse en priorité aux commerces. La différence est particulièrement criante pour les administrations… (© Justin O’Beirne)

Pour ne rien arranger, les erreurs ne concernent pas que les points d’intérêt. Certaines routes ont été déplacées par erreur pendant la transition et on ne sait pas combien d’erreur il y a sur cet échantillon pourtant réduit en superficie.

Ces erreurs de placement trahissent ce qui reste la plus grosse faiblesse des cartes d’Apple : la base de données de lieux est toujours aussi incomplète, ou erronée. Justin O’Beirne croit savoir quel est le problème : Apple n’utilise pas pour le moment les données enregistrées par ses camionnettes, comme Google l’a fait avec tous les véhicules utilisés pour constituer Street View. Ces camionnettes Apple prennent des photos dans toutes les directions, elles sont équipées d’un LIDAR pour obtenir une représentation 3D du monde.

Voici le tribunal de Markleeville, d’après Plans. En théorie, le nom sur le devant et sur le côté du bâtiment devrait suffire à corriger la carte, mais ce n’est pas (encore ?) le cas (© Justin O’Beirne).

Ces données ne sont pas vraiment exploitées par Apple. Google utilise les photographies collectées par ses véhicules pour identifier et positionner les POI. En clair, si une voiture Google passe devant une boutique, le nom du lieu va être analysé et l’information alimentera la carte. Sur l’exemple ci-dessus, on voit le nom du magasin sur la devanture et sur le côté, mais Apple ne l’a pas utilisé. À la place, c’est Yelp qui fournit la (mauvaise) information.

Même sans parler de voitures qu’Apple devra faire rouler sur toutes les routes du monde, une tâche titanesque1, les nouvelles cartes n’exploitent même pas vraiment les photos satellite. Ces dernières ont servi à créer un fond de carte précis et riche, mais pas à alimenter la base de connaissances de Plans. La preuve avec ces courts de tennis, parfaitement visibles sur la carte, mais inconnus de la recherche.

Apple a détecté et représenté des courts de tennis sur sa carte, mais la recherche ne permet pas de les retrouver (© Justin O’Beirne).

Sur ce point, les algorithmes automatisés de Google restent bien supérieurs. Et puis le géant de la recherche peut compter sur des millions de contributeurs, là où le respect des données personnelles2 joue en la défaveur d’Apple. Au bout du compte, les nouvelles cartes de Plans offrent une représentation visuelle nettement plus complète du monde. Mais avec une base de données de POI toujours aussi incomplètes, cette représentation ne sert pas à grand-chose…

Si le sujet vous intéresse, n’hésitez pas à consulter l’essai complet de Justin O’Beirne, l’auteur entre bien plus dans les détails et multiplie les exemples.


  1. Il a fallu huit ans environ à Google pour couvrir la totalité du territoire américain. ↩︎

  2. Au passage, note l’auteur, on peut se demander si tous les propriétaires de court de tennis dans leur jardin seront ravis de le retrouver sur les cartes. Pour le coup, on aurait plus vu Google représenter fidèlement ce qu’il y a dans les jardins des particuliers. ↩︎

avatar simnico971 | 

Plans te propose des résultats à 3000km quand tu cherches la supérette du coin mais eh! y'a les arbres sur la carte 😉😂👍

avatar Elkaar | 

@simnico971

Tu m'étonnes !!

Cette app n'est que foutaises franchement

avatar frankm | 

C'est ce qui me gave le plus et me fait offrir mes données perso à Google

avatar apotheker | 

Manque street view. Mais je pense qu’ils veulent nous servir un truc genre street view en vraie 3D...
Va falloir bien gérer le projet parce que ce genre de trucs et pas facile à mettre en place, ils se sont quand même super plantés avec plans 3D qui ne sert à rien (sauf peut être à des pilotes de drones?!)

avatar kinon | 

Donc tout ça pour dire Apple a commencé à (fortement) améliorer Plans mais pas encore sur tout...
Ben oui cela semble logique.

On peut avec raison reprocher à Apple de n'avoir pas commencé ces améliorations plus tôt mais, une fois les travaux commencés, applaudir certaines améliorations (il n'y a pas que la verdure) et critiquer qu tout ne soit pas fait en même temps tout en indiquant que ce qui manque ou est faux est pour le moment basé sur un fournisseur de données externe...

avatar guill | 

«  Justin O’Beirne note toutefois qu’il a trouvé quelques lieux sur Plans qui ne sont pas référencés par Yelp, ce qui montre peut-être que la firme est en train de constituer sa propre base de données. »

Cela peut être aussi tout simplement les données issues des utilisateurs de plans. Je corrige largement dans mon quartier lyonnais les commerces et institutions. Corrections et ajouts. D’ailleurs soit Apple est plus réactive soit le fait d’avoir largement contribué est pris en compte et les validations sont plus rapides pour moi désormais. Ce serait intéressant de savoir

Je rejoins par contre l’analyse a propos de Yelp. Typiquement tous les équipements municipaux s’appelaient « Mairie » sur Villeurbanne. Et toutes les écoles « écoles publiques ». Du coup j’ai corrigé largement cela pour les lieux dont j’avais besoin, mais il y a du boulot !

avatar kinon | 

@guill
comment procèdes tu pour envoyer les infos à Apple?

avatar guill | 

@kinon

Dans plans (sur mac ou iPhone) il faut positionner un point ou sélectionner un lieu et tout en bas dans le panneau il y a « signaler un problème ». Ensuite il faut se laisser guider

NB : les corrections suggérées sont attachées à votre compte Apple puisqu’on les retrouve toutes en téléchargeant les donnes du compte (RGPD) ce qui me fait dire que Apple se sert de cette infos pour savoir si vous avez déjà fait des corrections.

avatar alfatech | 

@guill

"Cela peut être aussi tout simplement les données issues des utilisateurs de plans. Je corrige largement dans mon quartier lyonnais les commerces et institutions. Corrections et ajouts. D’ailleurs soit Apple est plus réactive soit le fait d’avoir largement contribué est pris en compte et les validations sont plus rapides pour moi désormais. Ce serait intéressant de savoir"

Moi j'ai beau faire des corrections......Rien ne bouge. Mon quartier n'existe tout simplement pas dans Plans

avatar Rom 1 | 

La version actuelle est une sorte de jouet composée de descriptions simples des lieux avec des formes géométriques qui ne représentent pas la réalité. Le travail est intéressant voire un peu trop intrusif pour les jardins, on aurait plus attendu ça de Google...

C’est surtout Streetview qui est la fonction la plus utile, tant qu’Apple Maps n’aura pas une fonction similaire difficile de prendre en considération la solution de Cupertino.

avatar Hideyasu | 

Au moins ça va dans le bon sens. Faudrait qu’ils s’activent à gérer les données des véhicules qui cartographie quoi !

avatar pagaupa | 

Peut mieux faire.
Pour l’instant, rien qui serve au quotidien.

avatar moua | 

Si vous voulez un Max de détails je vous conseille maps.me qui possède l’avantage de proposer des cartes offline basé sur openstreetmaps

Sur Paris c’est extrêmement détaillé, parking vélo, toilettes publiques (dans les jardins aussi) etc...

Il y avait même CHAQUE arbre de la ville (c’est une donnée dispo en open data), mais ils ont fini par le retirer pour ne pas surcharger la carte.

avatar jeantro | 

Qu’ils lâchent l’affaire ils sont à la rue avec plan, la majorité des personnes ne l’utilise pas et ça ne changera plus. Ils sont arrivés trop tard, ils perdent leur temps qu’ils se concentre sur d’autres choses

avatar Kabrice | 

@jeantro

Perso je n’utilise que plan et cela ne me pose aucun problème.

avatar jeantro | 

@Kabrice

Oui mais tu fais partie de la minorité 😉 et tu le resteras Apple ne pourra rien faire face au Géant Google c’est cuit pour eux

avatar Kabrice | 

@jeantro

Dans le mesure où Plan n’est disponible que sur iOS/MacOS il sera toujours minoritaire. Il y a tellement plus d’appareils Android que Google sera toujours devant Apple.
En dehors de POI je ne vois pas trop en quoi Apple est en retard.
Et concernant les POI ils ont tout à fait les moyens de rattraper leur retard.
On verra bien dans quelques années.

avatar jeantro | 

@Kabrice

« On verra bien dans quelques années. »

Comme tu dis, quand Apple aura laissé tomber l’affaire. Il faut de temps en temps reconnaître ces échecs

avatar sekhmet | 

@jeantro

J’utilise plan en Italie et au Canada dans des campagnes paumées . Supérieur à Google map pour le gps . Faut arrêter de raconter n’importe quoi

avatar jeantro | 

@sekhmet

Je ne raconte pas n’importe quoi. Google a le monopole et personne n’est près à le détrôner dans ce domaine. Tout comme son moteur de recherche, c’est cuit archi cuit pour les autres.

Quand tu vois la gamme de carte qu’ils nous offrent
Google Maps
Google terrain idéale en rando...
Google earth.....
Et j’en passe, ils ont fait un sacré boulot

avatar oomu | 

Google n'a pas le monopole.

Ils ont certainement la "domination". Mais google n'entrave pas la concurrence et Apple ou autre ont le temps pour fournir un produit utile.

De base j'utilise Apple Plan, en région urbaine en France, ce n'est guère un soucis (même en Corse, ça va). C'est le truc par défaut, il est intégré dans les applications tierces.

Les services google restent disponible. On peut installer Google Maps et ça marche bien.

Il n'y a donc aucune urgence du point de vue d'Apple.

-
il ne s'agit pas de nier l'immense apport de Google et leur réussite, qui est indéniable.

Mais on peut faire sans, la preuve Apple le fait même si c'est ardu. Et on peut faire avec: 1 milliards de produits Android disponible dans les boutiques et Applications ios tout à fait de qualité disponibles aussi.

-
en gros: tout va bien (pour nous).

avatar huexley | 

Super ! Plan est plus précis sur 100Km2 ou Apple à mis le paquet…

avatar donatello | 

Apple fait avec Plan ce que Google fait avec ses Pixels.

avatar occam | 

« Plus riches, mais pas plus utiles. »

Apple...

avatar Crkm | 

Ah mais, ce n’est pas bien grave si les POI sont mal placés. Ce qui compte, c’est l’apparence . Quand on achète Apple, on veut que ça soit joli, on veut avoir du style , être classe, le reste n’a pas d’importance. Ce qui compte, c’est que quand quelqu’un jette un œil sur un iPhone, un sentiment de jalousie s’empare de lui, et donne au possesseur d’iPhone un sentiment de supériorité, qui lui fait dire qu’il a réussi sa vie. La partie où il galère pour trouver l’endroit où il veut aller, elle doit rester secrète.

avatar jeantro | 

@Crkm

Il y a beaucoup de vrai dans ce que tu dis

avatar oomu | 

ou peut être du faux.

avatar oomu | 

j'ai subitement un sentiment de jalousie qui s'empare de moi quand je lis votre commentaire concis et limpide.

avatar Crkm | 

On dirait que j’ai touché la corde sensible.

avatar Macounette | 

J'aime bien Apple et les produits que je possède d'eux, mais franchement, Apple Plans est nul. Je n'essaie même pas de m'en servir, pour moi il n'y a que Google Maps qui fonctionne correctement. Et tant pis pour les données qui partent chez Google.

avatar themasck | 

Voilà un article de fond comme je les aime😀

avatar vlsf1 | 

Donc Apple a changé l’esthétique, qui n’était pas vraiment un problème, et n’a rien changé au contenu, qui est la seule chose qui compte...

avatar Martinoo | 

Plan est une merde sans nom qu'il indique qu'il y a plus de végétation mais qu'il sois incapable de trouver le moindre resto connu de tous dans une ville est une grosse journée ! J'ai bien tenter d'utiliser plan plus que Google Map ! Mais sérieux y a vraiment pas photo sur ce qu'on trouve en 2 clics sur Google Map et qui n'apparaissent même pas dans plan ! Qu'ils lache l'affaire ! Et intégre correctement Google Map à iOS

avatar Osei Tutu | 

Je préfère chercher ou demander aux passants. C’est bien pour l’aventure et la chaleur humaine

avatar BeePotato | 

« Mais avec une base de données de POI toujours aussi incomplètes, cette représentation ne sert pas à grand-chose… »

Ne généralisons pas : je dirais plutôt que ça ne sert pas à tout le monde.
Mais pour quelqu’un comme moi qui utilise ces cartes comme… des cartes, plutôt que comme moteur de recherche, la présence ou la validité de ces fameux POI est quasiment sans importance par rapport à la qualité des cartes.

En revanche, si je n’attends pas d’un service de carte qu’il me permette de chercher un commerce, j’attends de lui qu’il soit efficace lorsque j’y saisis une adresse. Et là, il faut bien avouer que Google Maps continue de s’en sortir bien mieux qu’Apple en cas d’adresse incomplète ou imprécise.

avatar Leadlike | 

Le problème d’Apple est qu’il n’y a aucune monétisation à tout ça et on empêche d’être focus sur sa solution. J’avoue que c’est bien la première fois qu’Apple n’a pas en tête de gagner de l’argent sur un service et ça le déroute !

Le seul intérêt de plans est lors de la navigation de le garder en tâche de fond et de toujours voir l’itinéraire à suivre. Et c’est vraiment du gâchis d’avoir un moteur et des résultats aussi pauvres.

Le natif à fond est alléchant et efficace sur Apple (music, mail, notes, horloge,...) qui sont autant de fonctionnalités qui disent « vous pourrez toujours tenter de télécharger une app tierce, les nôtres sont top ». Mais cette app reste un mauvais plan !

Son plus gros problème est qu’il est fermé au crowdsourcing : il ne va pas se sourcer business comme sur Google (my business) ou Facebook (page) et impossible de déclarer à l’App un changement de voirie ou un accident sur la route.

On peut bien évidement ajouter une adresse de manière assez creuse en remplissant un formulaire sans aucune prédiction et qui manque cruellement de précision. La saisie des informations est un champs texte dans tout les cas ce qui ne permettra pas de les classer ou d’indiquer « ouvert » ou « fermé » selon l’heure. Et le comble : quand on valide l’insertion de notre propre POI il nous remercie « de lui avoir signalé un problème » !

Bref, c’est eux qui aurait du racheter Waze.

avatar webHAL1 | 

@Leadlike
« Le problème d’Apple est qu’il n’y a aucune monétisation à tout ça et on empêche d’être focus sur sa solution. »

Entièrement d’accord. L’objectif d’Apple est de vendre des appareils. C’est pour ça qu’elle va se concentrer sur ce qui attire l’œil (par exemple Fly Over, ou l’apparence améliorée des cartes), et pas nécessairement, dans le cas d’une application comme Plans, sur la qualité des données ou sur l’exhaustivité de l’information fournie.
Le calcul est simple : est-ce que rendre Plans meilleur que l’équivalent de Google permettra à la Pomme de vendre plus de produits ? Réponse : non. Donc elle n’a aucun intérêt à consacrer trop de resources à cette application.

avatar guill | 

@webHAL1

A défaut de monétiser, au moins permettre au pro de gérer leur fiche ça serait un super pas en avant !
Et rendre la correction d’erreur de POI aussi tant qu’on y est ;-)

avatar webHAL1 | 

@guill

Oui. Mais manifestement ça ne les intéresse pas plus que ça. ^_^

avatar iG | 

Le truc que je ne comprends pas, c’est qu’est-ce qui empêche Apple de pomper les données de Google et OSM ?
Suffirait qu’ils fassent quelques recoupements pour filtrer un peu les données fausses et ce serait assez dur de démontrer qu’ils ont pompés.
J’espère même qu’ils le font au moins en interne pour comparer.

CONNEXION UTILISATEUR