Laissez l’iPad être l’iPad

Anthony Nelzin-Santos |

La solution à tous les problèmes, réels et inventés, de l’iPad ? Des fenêtres, bien sûr ! D’accord, d’accord, j’exagère un peu. Mais de fait : certains n’arrivent pas à imaginer que le futur de l’iPad ne passe par un rapprochement fonctionnel avec le Mac. Comme si iOS ne pouvait pas gagner ses lettres de noblesse en suivant sa propre voie.

L’iPad n’est pas le Mac

L’iPad ne gagnerait-il pas à posséder un « véritable » environnement de bureau ? La question est aussi vieille que l’iPad lui-même, et revient comme les marrons en automne, cette fois par le biais d’une série de tweets du développeur Steven Troughton-Smith. Apple a pourtant toujours été très claire : l’iPad, débarrassé de la métaphore skeuomorphique du bureau, doit élargir le sillon creusé par l’iPhone.

Ce n’est pas qu’il lui manque un environnement de bureau, c’est que l’iPad n’existe que pour dépasser ce concept. Ce choix, effectué par Steve Jobs et confirmé par Tim Cook, motive l’ensemble de la stratégie d’Apple. L’iPhone, l’iPad, l’Apple Watch, les AirPods même : tous ces appareils ont abandonné le paradigme du fichier au profit du paradigme de l’action, et possèdent un « navigateur d’actions » plutôt qu’un navigateur de fichiers, dont l’interface est spécifique à chaque usage.

Vous savez quoi ? Le futur de l’iPad, ce n’est sans doute pas cela. Image Steven Troughton-Smith.
Vous savez quoi ? Le futur de l’iPad, ce n’est sans doute pas cela. Image Steven Troughton-Smith.

L’écran d’accueil d’iOS est rempli d’applications qui permettent d’accomplir des tâches précises, les complications des cadrans de watchOS sont autant de « raccourcis » vers des fonctions. Tout est commande dans l’interface vocale des AirPods, l’intelligence artificielle et la réalité augmentée exploseront les fichiers en faisant « remonter à la surface » leur contenu. Le Mac lui-même bénéficie de cette logique : si la Touch Bar met des actions au bout des doigts, elle reste sur le même plan que le clavier et la souris, et ne se confond pas avec l’affichage.

Chaque appareil possède sa « personnalité » propre, mais tous sont liés par le « nuage » à l’échelle globale et la microlocalisation à l’échelle locale. À cette unification fonctionnelle, Microsoft et Google préfèrent une unification formelle, à travers leurs Modern UI et Material Design. L’opposition est claire et assumée, mais à force de loucher sur les chiffres de vente de l’iPad, certains parviennent à rater la forêt autour de l’arbre.

L’iPad n’est pas simple

Cela étant dit, l’iPad ne possédait peut-être pas de « personnalité propre » à ses débuts de « gros iPod touch », au-delà de quelques éléments d’interface originaux. Il y a peut-être là un « péché originel » qui explique les frustrations actuelles : les fonctions ajoutées au fil des années, jusqu’à la Split View et au picture in picture, ne suffisent sans doute pas à réaliser tout le potentiel de l’iPad. Mais avant de parler de « potentiel » et de futur, il faut parler de réel et d’actuel.

Il faut donc parler de la manière dont les clients d’Apple se sont emparés de l’iPad, plus encore que des autres tablettes et 2-en–1, et l’ont propulsé en tête des principales enquêtes de satisfaction. Les statistiques d’usage sont éloquentes : plus de 200 millions d’iPad sont utilisés régulièrement, deux fois plus que de Mac. Les limites de certains utilisateurs sont les possibilités d’autres, dont l’iPad est le seul ordinateur (osons le mot), voire le premier.

L’iPad a su trouver sa place en entreprise, comme ici dans un milieu industriel qui était très friand de « tablet PC » et autres « ToughBook ». Image Apple.
L’iPad a su trouver sa place en entreprise, comme ici dans un milieu industriel qui était très friand de « tablet PC » et autres « ToughBook ». Image Apple.

Car la relative simplicité de l’iPad est une force, et pas seulement pour une masse d’« utilisateurs lambda » qui ne feraient rien d’autre que de « consommer » des contenus avec un simple navigateur. Les partenariats noués avec IBM et SAP, le développement de prestataires de services comme JAMF, et la robustesse du marché des applications professionnelles montrent que l’iPad a su trouver une place en entreprise. La moitié des iPad vendus le sont maintenant auprès d’entreprises et d’institutions.

L’absence de fenêtres n’y est pas nécessairement vue comme un problème majeur : combien d’usages professionnels peuvent être rendus plus plaisants, et surtout plus productifs, avec une application métier en plein écran ? Combien d’heures de maintenance peuvent être économisées avec une plateforme strictement contrôlée ? Si l’iPad connait un tel succès dans le monde de l’entreprise, c’est aussi parce qu’il n’est pas le Mac ou le PC.

L’iPad sera autrement plus complexe

Pour autant, l’iPad n’est pas simple au point d’être simpliste, et ce n’est pas qu’un terminal d’accès à une application métier ou à Facebook. L’iPad s’est doucement mais surement complexifié — pensez à une fonction comme le mode picture in picture, qui débloque de nouveaux usages (comme le travail sur un document pendant un appel vidéo), et apporte déjà des réponses à la question d’une gestion des « fenêtres » spécifique à iOS (existence entièrement liée au contenu, au point qu’elle ne possède pas d’interface en plus du contenu).

Apple a tendu la main, les utilisateurs (et parfois les non-utilisateurs) veulent maintenant le bras. Cette impatience est compréhensible : en 1991, c’est-à-dire sept ans après sa présentation, Mac OS était déjà passé par de multiples révisions de son environnement de bureau et de sa gestion des tâches multiples, et possédait déjà plusieurs environnements de développement. L’iPad est parti d’une base autrement plus évoluée, mais a progressé plus lentement.

Ou, du moins, il a progressé d’une manière bien à lui. On peut faire avec un Mac des choses que l’on ne peut pas faire avec un iPad, mais ce n’est sans doute qu’une question de logiciel pour une partie de ces choses. Or dans le même temps, le format même de l’iPad lui ouvre des horizons à jamais inaccessibles au Mac, un avantage encore renforcé par le Pencil. Dans ces entredeux où l’iPhone est trop petit et le Mac trop encombrant, l’iPad est d’une redoutable efficacité.

Mais alors que Steve Jobs l’utilisait au fond de son fauteuil tout en gardant un Mac Pro à portée de clavier, Tim Cook l’utilise comme son bureau mobile. Apple ne voit plus seulement l’iPad comme l’ordinateur du lit ou du siège d’avion : elle le voit et le promeut activement comme un ordinateur à temps plein. Il faut encore que les actes suivent les paroles : la stagnation fonctionnelle d’iOS depuis deux ans, ou la commercialisation d’accessoires sans véritable appui logiciel, sont de puissants catalyseurs des critiques.

À quoi peut ressembler le futur logiciel de l’iPad, s’il continue à se complexifier sans pour autant singer le Mac ? On peut espérer qu’Apple se rappelle qu’elle avait travaillé sur une interface mêlant aperçu des applications et champ de recherche, ou qu’elle entende les remarques sur la difficulté de manipuler Split View. Plus loin, surtout si l’iPad devait encore s’agrandir, le besoin de glisser-déposer et de tiling se fera peut-être sentir. Une chose est sure : sauf à ce qu’Apple décide soudainement de revenir sur dix ans de vision de l’informatique et de stratégie commerciale, l’iPad restera l’iPad.


avatar otop | 

@iPop

Que vous manque il ?

Il y a eu des tonnes de page sur ce qu'il manque , sans meme parler de la volonté de ne surtout pas changer pour vendre du cloud a prix d'or.
Bref si tu ne sais pas ce qu'il manque , ce n'est pas d'un ipad que tu as besoin mais d'un iphone.

avatar hautelfe | 

Un ipad a tout de même un grand écran appréciable.
Et il est bien meilleur marché.

avatar Mike Mac | 

Ah, si déjà je pouvais brancher ma souris bluetooth sur mon iPad Pro, la productivité bondirait d'un cran. Ce qui avait fonctionné parfaitement avec mon iPad d'avant.... A coup de jailbreak ! En bougeant la souris, un pointeur surgissait rendant Pages, Numbers ou Keynote agréables à utiliser en bureautique intensive avec clavier physique.

Aucune gène pour l'utilisateur lambda sans souris appairée puisque le tactile fonctionne normalement. Et si une souris est déclarée, pointeur ou caret n'apparaissent que si celle-ci est allumée et déplacée. Il n'y a aucun inconvénient résiduel au fonctionnement traditionnel de l'iPad.

Transparent, et parfait pour les défenseurs de la ligne Apple pur jus, toujours parfaite à l'instant T fixé par Apple, jusqu'au prochain changement qui redéfinira la nouvelle limite à leur vision de l'évolution.

avatar ziggyspider | 

Le principal reproche que je fais à l'iPad est la gestion des fichiers. On peu avoir tel ou tel fichier manipulable par telle ou telle application, si le fichier n'a pas été enregistré au bon endroit (généralement iCloud), il est inaccessible alors qu'il est enregistré sur l'appareil. Et les autres solutions de stockage comme Hubic, OneDrive ou Dropbox (un peu plus) ne sont pas systématiquement implémentés.
Si, j'ai un deuxième reproche, c'est cette p***n de mise à jour vers iOS 10 qui m'est proposée au moins 2 fois par jour sur mon iPad 4 alors que je regrette encore d'avoir fait celle vers iOS 9 ! Je l'ai faite pour pouvoir installer Moog Model 15 qui nécessitait iOS 10 mais n'est finalement pas compatible avec l'iPad 4 alors que d'autres synthés aussi complexes tournent très bien.

avatar alfatech | 

@ziggyspider

"Le principal reproche que je fais à l'iPad est la gestion des fichiers. On peu avoir tel ou tel fichier manipulable par telle ou telle application, si le fichier n'a pas été enregistré au bon endroit (généralement iCloud), il est inaccessible alors qu'il est enregistré sur l'appareil."

Dans là plupart des appli, quand ton fichier est ouvert tu as une flèche vers le haut pour "ouvrir dans" et tu choisis File browser par exemple… et tu as accès à ton fichier ailleurs que dans ton appli d'origine, je fais pareil avec tout et tout se retrouve au même endroit: Filebrowser et accessible en local donc.

avatar otop | 

@alfatech

resultat tu copies autant de fois ton fichier que le nombre d'appli dans lequel tu l'ouvres....iOS n'as pas été fait pour gerer des fichiers et c'est bien ce qu'on lui reproche. Accessoirement c'est ce qui fait que l'ipad n'est pas un ordinateur.

avatar alfatech | 

@otop

"resultat tu copies autant de fois ton fichier que le nombre d'appli dans lequel tu l'ouvres....iOS n'as pas été fait pour gerer des fichiers et c'est bien ce qu'on lui reproche. Accessoirement c'est ce qui fait que l'ipad n'est pas un ordinateur."

t'as assez raconté n'importe quoi en ce qui me concerne, je te laisse avec tes certitudes en carton.

avatar otop | 

@alfatech

En ce qui te concerne je pense qu'on pourrait en rajouter rien qu'avec ce post....mon coté humaniste fait qu'on ne tire pas sur les ambulances.

avatar patrick86 | 

"iOS n'as pas été fait pour gerer des fichiers et c'est bien ce qu'on lui reproche"

Parce que "on" ne voit pas plus loin que le rangement de fichiers dans des dossiers comme 'on' a l'habitude de le faire sur son PC, et n'envisage pas une autre manière de créer, stocker, gérer, manipuler et consulter l'information dans son ordinateur… même quand 'on' le fait tous jours, sans en avoir conscience. ?

Mais je trouve ça amusant : vous reprochez à iOS d'avoir laissé derrière lui la métaphore du bureau ; je lui reproche de ne pas oser aller encore plus loin, pour être réellement plus efficace. ?

avatar otop | 

@patrick86

Exactement , je suis censé etre productif sur mon ordi , pas a m'adapté au desirs d'apple , les gens changeront quand on leur proposera un systeme plus efficace que ce qui existe , pour l'instant les ventes de l'ipad confirme que la tablette ne remplace pas l'ordinateur. Merci de confirmer ce qui est reproché.

avatar alfatech | 

@otop

"pour l'instant les ventes de l'ipad confirme que la tablette ne remplace pas l'ordinateur"

Comparer les ventes d'un appareil avec le reste de la production mondiale informatique incluant une multitude de marques et modèles......Wouah! t'es trop fort!!!! par contre si on compare par marque là l'iPad atomise tout le monde, car malgré la baisse les ventes elles restent stratosphériques et loin devant tous les autres acteurs du marché.

avatar iPop | 

@patrick86
Parce que "on" ne voit pas plus loin que le rangement de fichiers dans des dossiers comme 'on' a l'habitude de le faire sur son PC, et n'envisage pas une autre manière de créer, stocker, gérer, manipuler et consulter l'information dans son ordinateur…

Apparemment rien n'a changer, seulement de gros fainéant qui se refuse à penser.
Apple à supprimer la fonction ENREGISTRER SOUS. de ce fait quand on crée un fichier , il est enregistré d'office. Combien de fois à t'on déjà entendu " j'ai perdu mon fichier parce que je n'avais pas enregistré" ?
Deuxio : la gestion des fichiers est récente, reste au développeurs de se bouger le cul pour l'intégrer.

avatar iPop | 

@ziggyspider

Et les autres solutions de stockage comme Hubic, OneDrive ou Dropbox (un peu plus) ne sont pas systématiquement implémentés.

Pas plus que MAC os , aucune raison pour Apple de les implanter.
Par contre il existe des applications supportant ces services. Voire plus, travailler hors iCloud.

avatar Un Type Vrai | 

Apple dit que l'iPad remplace un ordi.
Apple laisse clairement de côté le Mac.
Donc on s'attendà pouvoir faire ce qu'on fait avec un mac ...

Faire un article pour dire "Apple se trompe enf ait, l'iPad n'est pas un PC et donc il faut le voir comme un gros iPhone sans micro (WTF ?)" bof.

A Apple d'AGIR et de soit refaire de belle machine Mac soit de faire évoluer l'iPad...

On est dans un entre deux...

avatar patrick86 | 

"A Apple d'AGIR et de soit refaire de belle machine Mac soit de faire évoluer l'iPad..."

Pourquoi l'un ou l'autre ? ?

Le Mac et l'iPad ne peuvent-ils pas continuer leur évolution respective ?

avatar iPop | 

@patrick86

Le Mac et l'iPad ne peuvent-ils pas continuer leur évolution respective ?

À terme ? Pense pas. Il fut un temps au Steve fit la paix à Billou, tout le monde, etc...c'était un aveux d'échec.

avatar pocketalex | 

@iPop

Apple n'avait pas le choix, la boite était au bord de la faillite

Depuis les choses ont changées, il se vend de plus en plus de Mac (et bien plus aujourd'hui qu'en 1998), ce n'est pas parceque l'iPhone est un immense succès qui apporte à Apple des milliards de bénéfices que le Mac est un échec. Le Mac se vend par millions, ils margent sur chaque vente là où les concurrents gagnent des miettes ou vendent à perte... ça va quoi.

avatar iPop | 

@pocketalex

Donc tant que ça marche, on vend ?
Mais quel est le moteur ? Quel est l'argument ?
Il y en a pas, c'est en chute libre. D'ailleurs beaucoup de monde ici est partant pour acheter un PC ou construire un Hackingtosh.

avatar en ballade | 

@pocketalex

"ils margent sur chaque vente"

Euh ici ce n est pas les échos.fr ...on s en fout!

avatar pocketalex | 

@iPop

le moteur et l'argument c'est que les Mac continuent d'évoluer, l'OS aussi, que les ventes sont excellentes, ne vous en déplaise

passer de 2 (2007) à 5 millions (2017) d'unités par trimestre, moi j'appelle pas ça une chute. Et encore, j'ai été sympa, je vous ai pas mis les chiffres de la décennie d'avant, la décennie où Apple à sorti les machines qui VOUS faisait le plus rêver

Alors ça vous faisait rêver VOUS, bidouilleurs à la petite semaine, mais les ventes, au secours, c'était la cata !
Aujourd'hui, les machines ne VOUS font pas rêver, pas de bol hein, mais les ventes, elles, c'est juste que du bonheur

Bref, pas de bol pour vous, mais en même temps, personne ne vous retient hein

Quand à la marge sur chaque vente, ce n'est pas un indicateur réservé aux échos.fr, mais je conçois qu'il pose un énorme souci aux haters et aux troll comme "en balladur", car elles démontrent qu'en plus de bien vendre, Apple fait des marges, là ou les constructeur de "cages en tôles vendues au rabais", eux, soit ils vendent pas, soit ils vendent à perte, soit il arrivent à glaner quelques miettes. Super le business model.

Bref, vous pouvez cracher autant que vous voulez votre frustration de nolife, ça ne changera pas la REALITE : il y a de plus en plus de consommateurs Apple, même si 3 de vos potes boutonneux "lâchent le mac, si si, et attention hein", les Mac évoluent, même si la direction ne vous plait pas, et vous pourrez toujours raler et nous démontrer que, si si hein, Apple va "dans le mur", ben vous aurez toujours la réalité qui viendra vous rappeler à quel point, en plus de vous être trompé d'époque, vous êtes à l'ouest

avatar alfatech | 

@pocketalex

"Depuis les choses ont changées, il se vend de plus en plus de Mac (et bien plus aujourd'hui qu'en 1998), ce n'est pas parceque l'iPhone est un immense succès qui apporte à Apple des milliards de bénéfices que le Mac est un échec. Le Mac se vend par millions, ils margent sur chaque vente là où les concurrents gagnent des miettes ou vendent à perte... ça va quoi."

Le Mac n'est pas du tout un échec en effet (par contre le succès de l'iPhone m'a décidé de tenter l'aventure Mac, et je suis très content de mon choix), ceux qui pensent ça ne regardent pas plus loin que le bout de leur nez en comparant une seule marque vs le reste de la production mondiale, mais si on compare les ventes par marque  est tout le temps dans le peloton de tête malgré des prix exorbitants.

avatar pocketalex | 

@alfatech

Apple est dans le top 10 des constructeurs mondiaux, et je parle juste d'ordinateurs hein, mais on aura toujours des gens ici qui constatent que le mac est un échec car la PDM stagne aux alentours des 5/6% (je sais plus trop en 2017, faudrait que je retrouve les vrais chiffres), et que si le Mac avait été un succès, la PDM serait plus importante

En gros ils t'expliquent que le fait qu'Apple fasse aussi bien que Lenovo, Dell ou HP, c'est un échec, et qu'Apple devrait vendre plus d'ordinateurs que l'ensemble des gros acteurs informatique réunis !

Et ces gens là écrivent ça le plus sérieusement du monde... ça laisse sans voix

avatar alfatech | 

@pocketalex

"Apple est dans le top 10 des constructeurs mondiaux, et je parle juste d'ordinateurs hein,"

Oui je sais......C'est même plutôt le top 3

avatar harisson | 

@pocketalex

Le seul vrai problème, selon moi, c'est que la pdm du Mac stagne ou régresse malgré les "bons chiffres de vente". J'espère que ça s'inversera à partir de cette année, mais bon avec Timmy à la barre, ça n'est pas gagné /o\.

avatar alfatech | 

@harisson

"Le seul vrai problème, selon moi, c'est que la pdm du Mac stagne ou régresse malgré les "bons chiffres de vente"."

Tant qu'  vends de plus en plus d'ordi c'est pas un problème en soit, la pdm ne peut pas bondir avec autant d'acteurs en face.

avatar harisson | 

@alfatech

"Tant qu'  vends de plus en plus d'ordi c'est pas un problème en soit, la pdm ne peut pas bondir avec autant d'acteurs en face."

C'est un problème parce qu'elle est la seule sur le créneau Mac/macOS et que DinoSoft est entré dans la danse hardware PC/Win10 avec maintenant une gamme et une stratégie marketing cohérentes.

Il ne s'agit pas de bondir mais de progression par rapport aux autres acteurs. Depuis 2012-2013 et 2015, les ventes annuelles de Mac décroit (avec, certes une remontée depuis le mbpro 2016 mais pas suffisant pour revenir au niveau de 2010 cf graphique MacGe sur les derniers résultats 2017 d'Apple), je n'appelle pas ça vendre de plus en plus.

avatar alfatech | 

@harisson

"Il ne s'agit pas de bondir mais de progression par rapport aux autres acteurs. Depuis 2012-2013 et 2015, les ventes annuelles de Mac décroit (avec, certes une remontée depuis le mbpro 2016 mais pas suffisant pour revenir au niveau de 2010 cf graphique MacGe sur les derniers résultats 2017 d'Apple), je n'appelle pas ça vendre de plus en plus."

Quand tu es continuellement parmi les 3 plus gros vendeurs c'est difficile de progresser (surtout quand les produits que tu vends coutent souvent 2 à 3 fois plus chers, je te rappel que ce que les Hp & Co vendent le plus ce sont des portable à 400€,  est dans une autre dimension).
Le marché de l'ordinateur est en difficulté dans son ensemble et  s'en sort très bien malgré tout. Perso je n'ai pas vu de déclin niveau ventes, même avant les édition 2016.

avatar harisson | 

@alfatech

"Perso je n'ai pas vu de déclin niveau ventes, même avant les édition 2016."

Peux-tu me fournir les graphiques correspondant aux ventes annuels et la pdm par constructeur sur les périodes que tu indiques ?

avatar alfatech | 

@harisson

alors pour 2014 on voit que la  augmente ses chiffres par rapport à 2013 et fait parti du top 5
http://www.cnetfrance.fr/news/les-ventes-d-ordinateurs-cessent-de-chutter-celle-d-apple-et-de-hp-bondissent-39812791.htm

là l'évolution entre 2014 à quasi aujourd'hui
http://www.zdnet.fr/actualites/chiffres-cles-le-marche-des-pc-39380521.htm

 est finalement dans le top 5 et non 3… Mais ça ne change rien au fait qu'il n'y a pas de dégringolade des ventes (les courbes et chiffres sont stables), qu'Apple est tout le temps dans le peloton de tête et que comme je l'ai dit plus haut: difficile de grimper dans la hiérarchie quand on vend du matériel 2 à 3 fois plus cher que les autres.

avatar harisson | 

@alfatech

Ok merci, tu prends en compte la bonne période (2013-2014). Bon, on verra ce que ça donne sur la période de transition techno initiée par le mbpro 2016.

" difficile de grimper dans la hiérarchie quand on vend du matériel 2 à 3 fois plus cher que les autres."

Je suis d'accord avec toi, mais bon les logiques comptables et la sainte marge d'Apple ainsi que l'orientation iPad de Timmy, ça n'aide pas non plus (mettre des fenêtres pour l'iPad, c'est, pour moi, une aberration... l'Pad ne sera jamais un Mac ^_^).

Apple est le seul constructeur sur le créneau Mac/macOS... De mon point de vue (je sais je rêve bcp), elle aurait du être en tête du palmarès constructeur pour que ce soit pérenne dans le temps (ou au pire licencier macOS à un constructeur tiers).

avatar Mike Mac | 

Un MacBook avec écran tactile détachable et iOS virtualisé dans MacOS serait déjà un mariage astucieux des deux univers pour ne pas avoir deux engins à promener dans ma sacoche.

avatar apotheker | 

C'est pas à Macgeneration de nous dicter nos envies.
Apple market l'iPad comme un ordinateur, il lui ont ajouté un clavier (très bon d'ailleurs), un stylet, le multi fenêtrage, un petit Finder avec iCloud Drive, donc ils le transforment en mac.
Apple salt qu'il tient sa revanche des pc avec l'iPad. Le mac a été un échec retentissant (Apple aurait été en faillite sans les iPods puis les iPhones) alors que l'iPad commence bien.
À eux de pas tout foirer.

avatar byte_order | 

> donc ils le transforment en mac.

Quand on pourra programmer sur ipad des programmes pour iPad, cela sera effectivement un ordinateur aussi polyvalent que les ordinateurs d'avant, qui ont tous cet auto-suffisance.

Pour l'instant, c'est impossible puisque dès qu'une fonction n'est pas disponible dans un iPad, vous n'avez d'autre choix que d'avoir un vrai ordinateur pour la programmer et, en plus, croiser les doigts pour que Apple vous autorise à l'installer sur votre terminal iOS.

Et cette impossibilité est la seule conséquence d'une volonté d'Apple, techniquement rien ne l'interdirait pourtant.

Apple veut garder le contrôle des usages de ses appareils sous iOS parce qu'elle en tire son (énorme) revenu. Elle interdit donc de facto l'autosuffisance et la polyvalence disponible sur un vrai ordinateur, alors que la plateforme matérielle de ses terminaux iOS pourraient parfaitement le faire pourtant.

Tant que cette situation perdure, Il restera donc encore et toujours des fonctions qu'un terminal sous iOS ne saura pas faire. Uniquement parce que Apple ne veut pas que vous puissiez le faire, tout simplement.

Ce qui rend le slogan "Imaginez ce que votre ordinateur pourrait faire si c'était un iPad Pro ?" assez paradoxal, car justement on ne peut pas imaginez tout ce que l'imagination pourrait imaginer pouvoir faire sur un iPad, mais uniquement ce que Apple acceptera que vous puisiez faire dessus.

Imaginez vous sur votre ordinateur ne pas pouvoir installer n'importe quel programme répondant à votre besoin ? Non. Au point même qu'on peut installer d'autre système d'exploitation s'ils répondent mieux à notre besoin.

Imaginez vous sur votre iPad ne pas pouvoir installer n'importe quel programme répondant à votre besoin ? Oui. Il suffit que Apple le bloque, refuse l'usage de telle API pourtant nécessaire à cette fonction, etc. Les exemples sont légions.

avatar ziggyspider | 

Voilà qui résume très bien la situation, "Quand on pourra programmer sur ipad des programmes pour iPad, cela sera effectivement un ordinateur aussi polyvalent que les ordinateurs d'avant, qui ont tous cet auto-suffisance." là, tout est dit !

avatar hautelfe | 

A priori, l'ipad prend surtout ses parts sur celle des Mac.

C'est plutôt Android qui semble prendre les parts de Windows :
http://www.ginjfo.com/wp-content/uploads/2017/03/Windows_Android_Internet.jpg

avatar alfatech | 

@hautelfe

"C'est plutôt Android qui semble prendre les parts de Windows :"

graphique très intéressant.

avatar pocketalex | 

@apotheker

Hola, t'as peur de rien toi quand tu t'exprimes

"C'est pas à Macgeneration de nous dicter nos envies."

C'est bien mal juger MacG, ou son lectorat...

"Apple market l'iPad comme un ordinateur, il lui ont ajouté un clavier (très bon d'ailleurs), un stylet, le multi fenêtrage, un petit Finder avec iCloud Drive"

Tout à fait, et il est vrai et vérifié que l'iPad répond à nombre d'usage que l'on faisait avant avec un ordinateur type "le PC qu'on a dans le salon", il peut donc prendre avec fierté le statut d'ordinateur

"donc ils le transforment en mac."

ça par contre c'est une énorme connerie. Les fondamentaux posés lors de la sortie de l'iPad sont encore et toujours là 10 ans après, et à ma connaissance, il n'y a pas de Finder, pas de souris, pas de superposition de fenêtres (inadapté au tactile) et plein d'autres choses qui font que le Mac est le Mac et l'iPad n'est pas un Mac

"Apple salt qu'il tient sa revanche des pc avec l'iPad."

Hein ???

"Le mac a été un échec retentissant (Apple aurait été en faillite sans les iPods puis les iPhones) alors que l'iPad commence bien."

Pardon ???? Tu te rends comptes que tu écris n'importe quoi ?
Le Mac un échec retentissant ? avec 5 millions d'unités par trimestre en 2017 ? Et un parc installé de centaines de millions ? Et avec plus de marge sur ces machines que l'ensemble de l'industrie informatique ? C'est un échec ?

Apple était au bord de la faillite à l'arrivée de Steeve Jobs en 1997, il a repris les choses en main, simplifié la gamme, misé sur le design et l'expérience, l'innovation (iMac et iBook, OS X, ) et Apple est redevenue rentable.

Et après, en 2001, ils ont lancé l'iPod, et l'iPod n'a pas tout de suite été un succès, par ailleurs.

"À eux de pas tout foirer."

Merci de te condescendance

avatar byte_order | 

@pocketalex
> Tout à fait, et il est vrai et vérifié que l'iPad répond à nombre d'usage que l'on faisait avant
> avec un ordinateur type "le PC qu'on a dans le salon",

Oui, c'est indéniable.

> il peut donc prendre avec fierté le statut d'ordinateur

Non.
Un "certain nombre d'usage" ne suffit pas.

Sinon, les consoles de salons et les boitiers lecteurs multimédia pourraient y prétendre tout autant. Après tout, beaucoup de gens passaient plus de temps à jouer et à regarder des films "de vacances" sur leur PC de salon avant l'apparition de ces appareils désormais capable de faire tout autant, souvent mieux.

Pour cela, il faut atteindre "tous les usages".
Et cela inclut donc l'auto-suffisance.

Ce que les constructeurs de ce type d'appareils refusent pour des raisons multiples, mais en réalité afin de conserver le contrôle sur leurs plateformes et donc leur source de revenu.

avatar alfatech | 

@byte_order

"> il peut donc prendre avec fierté le statut d'ordinateur

Non.
Un "certain nombre d'usage" ne suffit pas. "

Et pourquoi? Ordinateur ne veut pas dire "machine qui sait tout faire"… d'ailleurs je t'ai prouvé que même un ordinateur ne peut pas tout faire.

avatar byte_order | 

> Et pourquoi? Ordinateur ne veut pas dire "machine qui sait tout faire"…

Etre une machine électronique programmable pour réaliser tout type de calcul logique et/ou arithmétique sur des données soit en mémoire soit traversant des interfaces avec des périphériques extérieurs, si si, c'est même la définition principale d'un ordinateur.
Les nécessaires interfaces avec l'extérieur permettent justement à ces calculs d'interagir avec le monde physique, et donc virtuellement de savoir tout faire, du hello world au pilotage de fusée en passant par le calcul sur 1000 coups d'avance au jeu d'échec, etc...

Dès lors qu'il n'y a pas de moyen pour réaliser cette programmation de tout type de calcul soit même où par l'installation de programmes écris par d'autres, on n'est plus en face d'un ordinateur (personnel, ici) mais en face d'un ordinateur dédié à un type d'usage pré-programmé ou limité à certains types de programme seulement, pas tous ceux qui seraient possibles.

Exemple : apple watch, machinbox, console de jeu, appareil photo numérique, routeur wifi, airport, apple tv, les smartphones, les dumbphones, l'ordinateur de bord de votre voiture, etc.

Ils reposent tous sur sur une architecture d'ordinateur, mais leur périmètre d'usage est volontairement limité pour ne réaliser qu'une liste plus ou moins limitée de fonctionnalité.
Dans le cas de iOS, on peut avoir l'illusion que tout type de programme est possible car la liste est longue.

Mais le contrôle d'Apple sur la distribution de certains programmes le rappelle régulièrement.

> d'ailleurs je t'ai prouvé que même un ordinateur ne peut pas tout faire.

Non, vous avez exclu volontairement les vrais ordinateurs disponibles sous forme de tablette tactile pour pouvoir l'affirmer. Sans cette exclusion arbitraire, votre affirmation ne tient pas, et retombe sur une base non pas de capable / pas capable mais d'efficacité comparée, ce qui n'est pas la même chose.

avatar iPop | 

@byte_order

Tout ordinateur est dédié à une ou plusieurs fonctions. Il ne fait ou ne peut jamais tout faire. Cela dépend très souvent de ses périphériques : capteurs, écran, imprimantes, etc...

avatar byte_order | 

> Tout ordinateur est dédié à une ou plusieurs fonctions.

Ben non, c'est justement la différence entre un ordinateur et un calculateur.
Tout ordinateur est une machine électronique programmable pour faire tout type de calcul logique et/ou arithmétique sur des données internes et/ou via des interfaces externes à la machine.

Par contre, oui, ce sont les capacités des interfaces qui déterminent l'enveloppe fonctionnelle réelle. La capacité de calcul programmable assurant elle l'infinité des calculs possibles, et donc des fonctions, dès lors que les interfaces sont là pour les alimenter en données nécessaires pour cela.

La programmabilité est *la* fonction d'un ordinateur. C'est ce qui le rend si polyvalent.

Hors, par contrôle de ce qui est autorisé à passer à travers de ces interfaces, beaucoup d'entre eux perdent cette capacité et sont réduire à ne pouvoir exécuter que ce qui est autorisé à franchir ces interfaces. L'architecture est celle d'un ordinateur, mais les capacités sont celles d'un calculateur dédié.

Certes dans le cas des terminaux iOS, les capacités sont larges, mais le contrôle sur la distribution
de programme et sur les usages d'API et d'interfaces physiques leur ôtent quand même cette capacité. On est plus dans un gigantesque catatogue de fonctions possibles que sur "à vous de voir ce que vous pourrez faire, voici la machine et ses interfaces externes".

Un exemple : sur un ordinateur, on peut le programmer pour ne faire qu'une seule chose, mais à fond, si on le veut (calculer les décimals de Pi, aucun besoin de données externes...). Cela reste faisable sur des PC, des Macs, y'a une interface de démarrage publiée décrivant comment charger le tout premier programme si celui- préinstallé ne permet pas de préempter le contrôle total de l'unité centrale.

Essayer de faire ça sur un terminal iOS. Ou Android d'ailleurs.

avatar byte_order | 

> le format même de l’iPad lui ouvre des horizons à jamais inaccessibles au Mac

A *jamais* !?

Sur quoi se fonde cette affirmation comme quoi jamais une machine sous macOS ne pourrait avoir le même format ?

Sur le refus d'Apple d'en produire, ou sur un obstacle technique insurmontable, alors qu'il est visiblement franchi sur d'autres plateformes depuis plusieurs années déjà ?

N'importe quel utilisateur de PC hybride peut l'utiliser en tant que tablette tactile et avec un stylet et en mobilité... Comment expliquer que les PC arrivent a s'exprimer également dans ce format, alors que pour le Mac cela serait "à jamais" impossible ?

C'est pas impossible.
C'est juste *contraire* à la stratégie commerciale d'Apple.

Leur contrôle sur les terminaux sous iOS *et* l'écosystème applicatif *et* les services d'abonnement de contenu *et* des accessoires les a rendu infiniment riche en moins de 10 ans, là où la plateforme Mac n'a jamais réussi à le faire et pire, à même failli les couler.

L'impossibilité actuelle n'est pas dans l'intérêt des utilisateurs, mais dans celui d'Apple.

avatar iPop | 

@byte_order

Tout à fait d'accord.

avatar pocketalex | 

@byte_order

Si Apple ne fait pa de Mac tactiles, c'est pas pour des raisons de business (on va en vendre le plus possible à nos consommateurs) mais pour des raisons ergonomiques. Tout cela a été largement expliqué, débattu, pas la peine de chercher ailleurs et compliqué ce qui est simple et clair

Le Mac c'est un OS point& clic, l'expérience "MacOs" fonctionne avec un clavier et une souris (ou un trackpad) et n'est pas satisfaisante au doigt. Prend un mac en commande à distance avec ton iPad, tu verras à quel point c'est juste inutilisable

Et le seul moyen de proposer une expérience tactile confortable a été de repartir de zéro et de proposer pour les appareils tactiles un nouvel OS et de nouvelles Apps totalement et uniquement basées sur le tactile

Ce que je viens d'écrire, c'est les fondements de la stratégie d'Apple. Je les ai pas inventés, Steeve Jobs les a détaillé très clairement en 2007 et en 2008

Si l'on trouve des PC "hybrides", qui font OS de bureau et OS de tablette fusionnés, c'est parceque Microsoft a pris le chemin inverse.
C'est bien ? non. On se retrouve avec une schmilibili qui mélange tout, où l'on peut un coup piloter les tuiles prévues pour le tactile ... avec son clavier et son trackpad.
Et un autre coup se retrouver devant le windows "point & clic" que l'on connait bien... et le piloter avec ses doigts. Et c'est juste pas tout le temps la joie (testé et approuvé).
S'y reprendre à 5 fois pour fermer une fenetre ou sélectionner un outil dans un logiciel, t'as juste envie d'envoyer ta tablette "hybride" contre le mur.

Bref, c'est pas pour faire chier ou pour essayer de pomper un max de thunes que l'on a MacOS et iOS, c'est juste que mixer les deux c'est n'importe quoi. C'est "pain in the ass" au quotidien.

avatar iPop | 

@pocketalex

A moins qu' Apple impose des Guideline en design d'interface, contrôle les applications et leur design ergonomique...
Ah ça, c'est ios ?

avatar pocketalex | 

@iPop :

Apple impose des guidelines depuis le tout 1er Mac, c'est ce qui fait que les Apps tournent sur plusieurs machines, plusieurs versions de l'OS (jusqu'a un certain niveau), etc

Atari, par exemple, n'a jamais imposé de guidelines pour les développeurs, ce n'était pourtant pas faute de proposer tout le kit nécessaire, si bien que ces derniers attaquaient directement le hard, si bien que les apps ne fonctionnaient que sur une seule machine ... ce qui les as tués au final

avatar en ballade | 

@pocketalex

"Et c'est juste pas tout le temps la joie"

Tu parles encore de l'iPad Pro?!! On a compris l'iPad Pro n est pas destiné à faire de la bureautique, du tri de photos, d'utiliser de véritables catalogueur, de gestion de données....il suffit juste de consulter des documents.

Ah d ailleurs La Surface Pro le fait tres bien, en plus de posséder des ports externes ...sans adaptateur (tester, approuve et acheté)

avatar klouk1 | 

@en ballade

Soyons sérieux la surface avec son catalogue inexistant est un PC (qui plante quand même souvent incomparable avec l'univers pro sous IOS adapté au tactile (architecture, gestion de chantier, etc pour ce que j'en connais)

avatar pocketalex | 

@en ballade

non, je ne parle pas de l'iPad "pro" qui n'est qu'un iPad avec un stylet, donc le coté "pro", confusant je te l'accorde, n'est au fond utile que pour les "pros" dont les taches sont du suivi, du croquis, de l'annotation, et les "pros" qui utilisent des logiciel "poussés", même bureautique, vont se retrouver comme des cons avec un iPad pro, ça c'est une certitude, mais ce petit point reste à part de mon discours qui au final ne change rien

La surface est, encore et toujours, l'exemple même de l'hybride avec ses avantages mais surtout ses inconvénients.
Enlève la cover clavier/souris et utilise la tablette sous Windows 10 avec des logiciels type office, photoshop, des outils de code, et je ne sais quoi d'autre et c'est la cata totale
Conclusion : cette tablette n'est pas une tablette mais un PC sous windows déguisé en tablette.
Pour bosser elle est surement mieux qu'un iPad mais un bon laptop comme on en connait depuis 20 ans sera surement mieux que cette pseudo tablette
Et pour un usage "tablette", c'est carrément l'enfer sur terre, l'App store tactile est désertique et pire, en fusionnant les deux OS sur sa tablette, Microsoft s'est pris les pieds dans le tapis car les DEV n'ont plus à adapter leurs Apps pour un usage tablette, vu qu'elles fonctionnent très bien dans l'environnement Pc classique, du coup le store est encore plus désert, et on se demande quel intérêt d'un PC déguisé en tablette vs un vrai PC, au fond.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR