Free achète le réseau de Bouygues pour pas grand chose (1,8 milliard d’euros)

Christophe Laporte |

C’est incontestablement l’information du week-end. Le JDD révèle que Free et Bouygues sont parvenus dans la nuit de vendredi à samedi à un accord en cas d’acquisition de SFR par Bouygues : le nouvel entrant achètera le réseau de son ennemi numéro un pour un montant pouvant aller jusqu’à 1,8 milliard d’euros. Cet accord comprend, selon Olivier Roussat, le PDG de Bouygues Telecom, 15 000 antennes et un porte-feuille de fréquences pour la 4G. On imagine que l’accord inclut soit l’accès à la bande des 800 MHz soit à celle des 1800 MHz pour Free Mobile.

Free Mobile fait l’affaire du siècle : 1,8 milliard d’euros, c’est ce que lui coûte sur trois ans environ la location du réseau d’Orange. Le nouvel entrant aura si l’accord est finalisé un réseau digne de ce nom à moindres frais. La filiale d’Iliad apparaît d’ores et déjà comme le grand gagnant dans la concentration des télécoms. Le futur numéro 3 de la téléphonie mobile devrait annoncer demain qu’il possède 8 millions d’abonnés. Cela devrait lui permettre de croître encore plus vite et d’améliorer ses marges. Avec un tel scénario, on envisage chez Free Mobile la fin de l'itinérance dès 2016.

Il est à noter que les négociations ont eu lieu sans Xavier Niel et sans Martin Bouygues. Les deux hommes n’entretiennent pas de bonnes relations. Elles ont eu lieu avec leur consentement et ont été menées par Maxime Lombardini pour Free Mobile et Olivier Roussat pour Bouygues Telecom.

La transition des réseaux doit intervenir en 2015 si Bouygues parvient à obtenir les faveurs de SFR et si l’autorité de la concurrence donne son feu vert. De son côté, Maxime Lombardini annonce la couleur : « On n’est pas là pour faire le Yalta des télécoms. Au contraire, ce sera plutôt la guerre de Cent Ans » .

Reste une question qui a été un peu vite balayée : est-ce que cet accord met définitivement hors-jeu Numericable qui s’est également porté candidat pour acquérir SFR ? D’un point de vue industriel, un rapprochement SFR/Numericable aurait plus de sens que celui de SFR/Bouygues, mais il ne semble pas avoir les faveurs de l’État.


avatar iceteax | 
Les licences 3G et 4G n'ont pas été vendues à prix réduit à Free. Ils ont payé les fréquences 2100 Mhz 3G 3 fois moins cher que les autres parce qu'ils ont décidé d'acheter un spectre 3 fois moins large que les autres. Du coup SFR et Orange ont acheté ce que Free n'a pas acheté (pour l'Etat ça revient au même). Et les fréquences 4G 2600 Mhz de Free ont été payées au bon prix, le seul truc c'est qu'ils n'ont pas mis assez d'argent pour obtenir du 800 Mhz, donc en définitive ils ont certes payé moins cher, mais ils n'en ont pas et ils s'en mordent les doigts à l'heure actuelle (les fréquences 800 sont indispensables pour avoir une couverture correcte, c'est en partie à cause de ça que leur offre 4G 20 gigas à 19,99€ ne fait pas vraiment peur aux concurrents, c'est une coquille vide). Quand au prix auquel Free rachèterait le réseau Bouygues, c'est sans doute le bon prix, c'est à dire le coût que Free devrait payer pour se construire un réseau équivalent (ils disaient vouloir construire un réseau de 10.000 antennes pour 1 milliard, ils en auront 15.000 pour 1,8 milliards). ça leur aurait pris des années, mais le fait de leur vendre un réseau clé en main est la condition sinequanon pour qu'il y ait encore 3 opérateurs crédibles, sans quoi l'Arcep n'accepterait pas le rachat de SFR. En bref, ça fait ch*%$ Bouygues de vendre son réseau à Free, mais c'est la condition pour qu'ils puissent s'offrir SFR, et devenir pour de bon un gros acteur majeur de la téléphonie. Ce qui leur rapportera énormément à long terme ; dans 10 ans Bouygues sera toujours l'actionnaire du nouveau BT, cette filliale sera certainement hyper rentable et le rachat de SFR sera amorti depuis très longtemps.
avatar etbendidonc | 
Beaucoup de gens, la masse, pensent que la hotline de Free est délocalisée, Faux, elle se trouve sur Paris dans le 8eme pour les soucis techniques. Tout ce qui a trait aux renseignements et 1er appels passent par Rabat au Maroc. Beaucoup de gens, les même encore, pensent que orange, sfr, bouygues, numericable ne passent pas par de la sous traitance pour la maintenance des NRA, Dslam, service technique d'ouverture de ligne Adsl, réparation/optimisation de la synchro chez l'abonné : Faux, c'est sous traité chez SPIE, Envergure ou PC30. Alors que Free, ce sont des équipes internes qui s'en occupent, avec la culture d'entreprise et le sérieux de Free, ils sont payés au mois (CDI) et non au rdv effectués (prestataire multimarque), ce qui change la donne dans le sérieux de la maintenance/réparation/suivi des soucis techniques. Il n'y a que Orange, avec des plateaux téléphoniques répartis sur toute la France, souvent accolés aux principaux répartiteurs FT qui ne sous traite pas son Backoffice ou sa hotline, mais la plupart des teleconseillers sont des gens "recyclés" d'anciens services et qui par essence fonctionnaires et n'ont aucun besoin de résultat mais juste de présence (45 min d'appels pour 15 min de pause) la plupart vous menacent de facturer le déplacement plus d'une cinquantaine d'euros pour les déplacements inutiles, ou lance un test de Mire, inutile dans 80% des cas. La plupart des gens pensent que free détruit de l'emploi, n'investi pas dans son propre réseau et sous paye ses employés car free est low cost : faux, faux et encore faux. Free, Apple ou Google sont pour ma part des sociétés ou j'ai pu le plus m'épanouir sur le plan professionnel comme personnel. Free à l'esprit Start Up dans ses gènes, elle est petite et maligne, elle ne reproduit pas les mêmes erreurs que les 3 mastodontes, tant sur le plan de sa masse salarial ou de sa marge. Elle optimise l'APU et innove sans cesse avec sa box et ses forfaits.
avatar Nathansatva | 
@etbendidonc : Free a le goût de l'innovation mais pas celui de la qualité. Et c'est bien dommage. Et c'est tout le problème.
avatar etbendidonc | 
@Vanton : Je suis d'accord avec toi, on essaye en interne de faire du mieux qu'on peux avec parfois les moyens du bord. En bricolant bien, on arrive à des trucs super cool pour vous le proposer au même prix. Disons que parfois on se casse les dents, mais on préfère innover que de copier les concurrents. Pour avoir testé en perso la numericable Box, la bbox fibre, la bbox adsl, la sfr box, la livebox 1 et 2. Y a que la livebox 2 play qui me semble potable. Maintenant, y en pas beaucoup, qui propose un lecteur blueray dvd avec télécommande radio et non infrarouge, avec un vrai disque dur de 320 Go accessible en FTP avec fonction seedbox pour newsgroup et partage fichier torrent avec liaison CPL entre les 2 boîtiers freebox player et server. La possibilité de rattacher n'importe quel téléphone (jusqu´a 50 combinés) DECT à la fbx en mode appairage et donc sans fil. Un port SATA à l'arrière pour docker un disque sur externe. La fonction AirPlay couplé à la sortie optique pour pouvoir diffuser du son depuis iTunes, iphone, iPad sur son home cinéma ou même de la vidéo (certes avec un décalage de son) aussi sur la Tv. Lire ses MKV en 1080p directement depuis le disque dur avec les sous titre qui vont bien. C'est pas pour rien qu'on gagne des parts de marché.
avatar iceteax | 
@Nonome77 : il faut distinguer 2 choses, le réseau et les fréquences. Pour les fréquences, Bouygues garde une partie des siennes qu'il ajoute donc à celles de SFR qu'il rachète par la même occasion. Mais il en vend une partie à Free, sans quoi le groupe BT/SFR aurait eu beaucoup plus de fréquences que les autres, ce qui aurait été une source d'invalidation du rachat, pour l'arcep. Pour ce qui est du réseau, BT vend purement et simplement ses antennes à Free (pas le cœur de réseau). Donc par le fait il vend ses équipements 4G aussi. Mais il ne faut pas exagérer ça, Bouygues a remplacé ses armoires par des nouvelles qui font toutes les normes à la fois (2G, 3G, 4G), sans remplacer ses antennes. Il aurait fallu qu'il le fasse de toutes façons, pour émettre aussi en 800 et en 2600, le 1800 ne suffit pas à moyen terme. Free devra s'y coller. Et le nouvel ensemble BT/SFR aura des moyens considérables, le réseau 4G basé sur les antennes SFR ne va pas rester embryonnaire bien longtemps. Si l'accord est signé dans les prochains jours, ce réseau va être massivement investi, et il est probable que d'ici fin 2015, lors du transfert et de la migration finale, ce réseau couvrira au moins autant sinon plus que le réseau Bouygues actuel.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR