L'iPod shuffle souffle sa septième bougie

Anthony Nelzin-Santos |

Le 11 janvier 2005, Steve Jobs présentait l'iPod shuffle au public de la Macworld, sous la forme d'un de ses fameux « one more thing ». L'iPod shuffle est alors le premier iPod sans écran et inaugure l'utilisation de la mémoire flash NAND.

skitched

Début 2004, Apple contrôle 31 % du marché du baladeur musical numérique : les concurrents de l'iPod sont alors ces centaines de modèles de clefs USB à mémoire flash, ainsi que quelques modèles plus cossus à disque dur. La firme de Cupertino décide d'aller à la conquête de ce marché en lançant l'iPod mini, un iPod à disque dur un peu plus petit et un peu moins cher que son grand frère. C'est un succès : en un an, l'iPod double sa part de marché pour atteindre 65 %.

L'iPod shuffle entre en scène : il doit permettre à Apple de se battre non plus sur le haut de gamme, mais sur le bas de gamme aussi — avec l'objectif très clair que « iPod » devienne synonyme de « baladeur musical ». Matériellement, l'iPod shuffle est extraordinairement similaire à ses concurrents : il reprend le format « stick » très en vogue et utilise le firmware et le processeur STMTP35xx de SigmaTel, qui équipe alors les deux tiers des clefs MP3.

skitched

iPod shuffle 1G.

Il innove cependant dans son interface : alors que la plupart des clefs utilisent un écran LCD une ou deux lignes avec des boutons de navigation, l'iPod shuffle se passe totalement d'écran. Il se repose sur l'alliance chère à Apple du logiciel (lecture aléatoire à partir de la fonction de remplissage automatique d'iTunes ou lecture en ligne avec des listes de lecture) et du matériel (contrôles circulaires en façade, commutateur du mode de lecture au dos). Cette interface provient d'une réflexion sur les usages de la musique en mobilité : selon Apple, la plupart des utilisateurs utilisaient la lecture aléatoire sur leur iPod.

skitched

iPod shuffle 2G.

L'iPod shuffle inaugure aussi chez Apple une réflexion sur le wearable computing, l'informatique que l'on porte sur soi. L'iPod shuffle 1G pouvait se porter autour du cou, comme un pendentif de luxe. Son successeur, présenté un an et demi plus tard, est présenté comme l'iPod « le plus facile à porter » (« the most wearable iPod ever »). Deux fois plus petite que la première génération, la deuxième génération adopte un format « pince à linge » coloré qui permet aux utilisateurs de clipser leur iPod shuffle à leurs vêtements, et aux créatifs de TBWA\Chiat\Day d'offrir une publicité mémorable à Apple.

La troisième génération révèle d'autres recherches chez Apple, celle sur le contrôle vocal : deux ans avant Siri, l'iPod shuffle 3G « parle » à ses utilisateurs grâce à la technologie VoiceOver. Apple pousse le concept du shuffle à son paroxysme, en supprimant tout bouton de son baladeur : le casque, doté d'un micro et d'une télécommande, devient la seule interface. C'est un échec : si le système est extraordinairement élégant, il est aussi plus compliqué à utiliser que les simples boutons.

skitched

Apple revient aux fondamentaux avec la quatrième génération, présentée en septembre 2010 : elle reprend les contrôles de l'iPod shuffle 2G, dans le format carré de l'iPod nano 6G. Alors que l'iPod nano a longtemps été le modèle le plus vendu, la mode est aujourd'hui à l'iPod touch — mais le baladeur musical n'est plus en vogue, et même la version sous iOS se vend de moins en moins. L'iPod shuffle fête ses sept ans, et il ne serait pas étonnant qu'il n'atteigne pas la décennie.

skitched


Tags
avatar jolepabo | 
Merci pour cette piqûre de rappel! Mais je ne suis pas d'accord avec votre conclusion : autant un iPhone remplace fort bien un iPod classique/Touch/Nano, autant le shuffle peut le compléter aisément. Par exemple, je garde mon 2G précieusement pour courir. Pour toute activité sportive, le shuffle c'est le rêve quand même!
avatar cesarparent | 
@Komm : je plussoie !
avatar jolepabo | 
Je laisserais le classic aussi quand même, et tant qu'à faire, une version 8go à 19€ pour le shuffle, ce serait parfait (sans écran, 16go, ça va être chaud :p)!
avatar Alméti | 
Perso le premier restera le meilleur pour courir. Son cordon est fort pratique. Les autres, avec leur clip, il glissent sur certains textiles particuliers. L'iPod shuffle restera l'iPod, à défaut d'être celui rempli des dernières innovations, le plus pratique. Mais qu'est-ce qu'il était décrié et moqué à ses débuts....
avatar tigre2010 | 
Une merveille cet appareil. Dommage j'en ai deux qui ont fini dans la machine à laver :-(
avatar Dan DT | 
Mon shuffle 1g reste toujours dans la voiture, avec un cable jack vers l'autoradio. C'est l'idéal pour écouter ses listes de lecture sans décharger l'iPhone... Lui a une autonomie monstrueuse. Et c'est aussi une excellente clé USB d'appoint au cas où. Seule regret : sa trop faible capacité
avatar irebelion | 
+1 Et à l'époque de la sortie du Shuffle 1G, tout le monde ici hurlait parce qu'il n'y avait pas de pile et qu'une fois la batterie morte, l'iPod devenait jetable. Et bien, 7 ans après, mon Shuffle 1G tient toujours aussi longtemps et c'est vrai que l'autonomie est excellente sur ce modèle.
avatar lgda | 
@Komm : 'Pour toute activité sportive, le shuffle c'est le rêve quand même!' Moi qui vais nager de temps à autre je me demandais si le shuffle était adapté mais si tu nous dis que c'est le rêve ;-) Ha, usb09 nous souffle que ce n'est pas une si bonne idée :-o
avatar jolepabo | 
A tester, le mien est tombé dans du sirop d'érable et fonctionne toujours (oui, je sais, ça explique les activités sportives).
avatar winstonsmith | 
Ah, l'époque où les pubs Apple étaient biens...
avatar dent134 | 
L'iPod shuffle 3G je l'ai et il est génial !! Peut être un échec mais en ce qui concerne l'utilisation il est vraiment cool !! Très bon baladeur pour faire son footing !! Je laisse choisir les musiques à ma place en mode aléatoire et il est vraiment mini donc il est parfait !!
avatar koluchon | 
@Komm J'étais comme toi durant 5 ans puis par la force des choses (En fait une petite fille) je me suis à courir avec mon iPhone et en fait c'est plus (Lourd) simple car pas d'émetteur bluetooth sur mes godasses, et surtout le GPS qui tracke mes parcours. Donc mes Nano dorment dans le tiroir.
avatar jmquidet | 
J'avais acheté le 1er Suffle 1G dès sa dispo en france, je l'avais même réservé chez un vendeur apple vers bastille (qui n'existe peut être même plus). Et ben 7 ans apres il est encore tout à fait fonctionnel, avec une autonomie monstrueuse malgré les années et l'usage intensif. L'iPod le plus réussi à mon gout (si on parle juste lecteur musical bien sur).
avatar privatejohns | 
Increvable. J'ai un des premier et je l'ai utilisé plusieurs années. Utilisant mon téléphone pour la musique (tout sur la même oreillette, c'est plus simple n'est-ce pas?), je l'ai "oublier" plus d'1 an. Il a répondu à la première sollicitation, la batterie ayant gardé sa charge. Je suis bluffé!
avatar binaud123 | 
J'ai toujours mon Shuffle… 512 Mo (sic) depuis 2005, je crois (ou 2006) et la batterie fonctionne toujours : avec un petit câble à 1 €, ça se branche sur une chaine ou un autoradio et ça marche du feu de Dieu pour écouter ses albums (pour moi, c'est + pratique qu'un iPhone sur ce plan, car pas d'interface intempestive). Je l'ai utilisé intensivement pendant 2/3 ans, avant de le ranger. Je l'ai ressorti récemment et il marche toujours : finalement, les "vieux" produits Apple sont vraiment les plus efficaces en terme de longévité.

CONNEXION UTILISATEUR