Primaires démocrates 2020 : Apple News partenaire d'un débat

Mickaël Bazoge |

La course au candidat idéal se poursuit au sein du parti démocrate, qui doit trouver la perle rare capable de battre Donald Trump lors de la prochaine élection présidentielle américaine (le 3 novembre). Les primaires battent leur plein depuis de longs mois, et c'est loin d'être terminé : quatre débats auront lieu entre janvier et février, dont un en particulier qui sort du lot. Le débat du 7 février sera en effet organisé à Manchester (New Hampshire) par le réseau ABC et… Apple News.

On ne sait pas trop de quelle manière Apple News compte exploiter cet événement, si ce n'est que le service devrait y envoyer un journaliste pour interroger les prétendants démocrates. Peut-être une retransmission vidéo du débat ? Les lecteurs américains d'Apple News ont depuis le mois de juin accès à un « guide » spécial pour s'y retrouver dans ces primaires très touffues, qui comptent une vingtaine de candidats.

À noter que c'est Twitter qui fera office de co-organisateur du débat du 25 février avec CBS. Le premier vote de ces primaires aura lieu le 3 février dans l'Iowa, et le processus se répétera dans tous les États jusqu'au 16 juin. Au bout de cette aventure, on connaitra finalement l'opposant principal de Donald Trump.

Tags
avatar MonsieurPomme | 

Peu étonnant de l'alliance avec ABC, qui appartient à Disney…

avatar broketschnok | 

Ils vont avoir du mal à le battre ce Trump. Il est vraiment fort. Dommage qu’on en ai pas un comme ça en France

avatar iVador | 

@broketschnok

Pourtant c’est un debile d’extrême droite, à très faible QI, comme tous les gens d’extrême droite.
Heureusement qu’on a pas de déchet pareil en France

avatar roccoyop | 

@iVador

Pas pareil, mais similaire...

avatar broketschnok | 

@iVador

Se faire traiter de débile par des débiles n’importe peu

avatar ckermo80Dqy | 

@broketschnok

Si tu pouvais juste aller te faire « traiter » ailleurs, ce serait cool.

avatar YAZombie | 

Il est vrai qu'il est très fort pour jeter de la poudre aux yeux tout en promettant à son successeur des temps plus que difficiles. Car ses résultats économiques - soyons clairs: son seul succès réel à ce jour, et encore ça avait largement commencé sous Obama (d'ailleurs la croissance est moindre que sous Obama) - auront un coût qui n'est pas encore apparent. Une hausse historique du déficit fédéral qui attend le record d'un trillion de $. Qui va les payer? Les générations futures, merci pour elles qui sont déjà criblées des dettes étudiantes. Pas étonnant qu'ils apprécient.
Sinon, pas de réforme du système de santé, grosse claque sur le rabaissement des taux d'émissions des véhicules, l'Iran ne plie pas et reprend son programme nucléaire, la Corée se rie autant de lui que ses anciens partenaires occidentaux, Poutine et Assad prennent possession de la Syrie, ISIS repart, et j'en passe… S'il n'était pas capable d'approfondir les dégâts on pourrait en effet souhaiter que ce soit lui qui ait à gérer la merde qu'il va laisser.
En effet, il est fort.

CONNEXION UTILISATEUR