Test du Gear4 DUO

Sylvain ALLAIN |

Les compagnons pour iPod sont légion et les stations d’accueil ou d’ancrage, comme certains fabricants se plaisent à les définir, le sont tout autant. Difficile alors de sortir du lot si ce n’est en faisant preuve d’inventivité. Challenge pourtant relevé par GEAR4 qui nous gratifie là d’un ensemble audio pour iPod étonnamment puissant et dont les aptitudes modulaires — fixe ou transportable — séduiront ceux qui ne tiennent pas en place ou qui désirent s’affranchir de temps à autre des contraintes inhérentes aux appareils audio classiques, le plus souvent handicapés par leur poids ou le manque d’autonomie. Détails et prise main :

Arborant les lignes qui lui confèrent de prime abord un aspect massif, le Duo cache une double personnalité et moult innovations.

D’apparence massive…

Derrière une apparence massive et une esthétique cossue — l’aspect mat des matériaux renforce cet effet au premier coup d’œil —, le produit jouit d’une réalisation tout à fait inédite tant sur le plan des technologies mises en œuvre qu’au niveau même de sa conception. En effet, lorsque l’on se penche sur le DUO pour la première fois on a l’impression de se trouver devant un appareil tout à fait classique aux dimensions respectables (à peine 24 cm de large pour une profondeur 15).

La façade, dont le cadre est en simili aluminium, est recouverte d’une grille noire alvéolée façon nids d’abeille qui laisse transparaître les enceintes. À son sommet, trois boutons de commande : un pour la mise sous tension et deux pour la gestion du volume ; à sa base, un petit Dock rabattable accueille les différents modèles d’iPod, toutes générations confondues, exception faite de la version Shuffle.

Livré avec cinq adaptateurs afin d’y connecter tous les modèles d’iPod existants, iPod mini, le Dock du DUO est rabattable. Le connecteur est ainsi en partie protégé de la poussière, mais s'avère surtout moins encombrant.

Jusque-là rien d’exceptionnel. Mais en y regardant d’un peu plus près l’on s’aperçoit en réalité que le DUO n’est autre qu’un appareil deux-en-un dont le bloc avant, la façade en fait, se dissocie du corps principal donnant naissance à une version satellite, nomade du DUO…

Les apparences sont parfois trompeuses, et une simple pression du doigt suffit à séparer la façade du bloc principal. Le DUO libère ainsi son satellite dès lors pleinement autonome.

… Nomadisme à la clef

C’est là toute l’ingéniosité du produit. Composé de deux éléments, la façade (la partie mobile) et d’un bloc noir imposant (le caisson de basses), le DUO totalise pas moins de 38 Watts de puissance répartis de la façon suivante : 20 Watts dans le caisson et 18 dans l’enceinte satellite. Ce qui constitue un compromis de puissance énergique pour un faible volume, notamment au niveau du caisson. D’autant que le satellite n’est pas en reste avec ses deux paires de haut-parleurs d’une puissance respective de 12 Watts (2 x 6 Watts) additionnée au 6 Watts (2 x 3 Watts) dédiés aux aigus.

Cette vue en coupe permet d’appréhender clairement la conception du DUO. La difficulté résidait dans l’assemblage des deux éléments tout en permettant de bénéficier d’une puissance sonore équilibrée, que l’on utilise le satellite seul ou l’ensemble.

Une puissance délivrée par le satellite qui reste d’ailleurs constante, que celui-ci soit branché sur le secteur ou que l’on utilise la batterie intégrée, l’autre point fort du produit. Une batterie qui, si nécessaire, peut être jumelée avec un second accumulateur Lithium Ion (un emplacement est prévu à cet effet), mais vendue en option. Si l’idée n’est pas mauvaise — l’autonomie (20 heures) se voit elle presque doublée —, elle se fait cher payer.

Alimenté par la batterie ou le secteur, le satellite peut accueillir une seconde batterie Lithium Ion...

50 euros TTC environ, c’est la somme à débourser pour bénéficier de cette rallonge. Un mal pour bien, certes, mais l’addition aurait pu être allégée si Gear4 avait daigné fournir le DUO avec une housse de transport seulement commercialisée dans le fameux Travel Pack justement…

Enfin, comme la majorité des produits nomades, le DUO sera en mesure de recharger votre iPod à l’unique condition qu’il soit lui-même connecté au secteur et que la ou les batteries soient elles-mêmes au maximum de leur capacité. Mieux vaut donc, si l’on part en voyage, emmener son adaptateur secteur ou s’assurer que la batterie de son iPod soit à son niveau de charge optimale.

Pas sans défaut

Si la conception est inédite, à l’usage nous avons pu constater quelques erreurs de réalisation. Malgré le soin apporté par Gear4 à l’élaboration de son produit et plus particulièrement à la partie amovible, nous avons été surpris par le manque de stabilité du satellite lorsque celui-ci est arrimé, du moins encastré au caisson. Rien ne verrouille la façade (le satellite) — pourtant inclinée — qui a tendance, de fait, à s’échapper lorsque l’on bouge un tant soit peu le DUO. Durant nos tests, le produit s’est détaché de sa base à deux reprises malgré notre vigilance.

Autre point, rédhibitoire cette fois : le Dock (le connecteur 30 broches) rabattable, une fois relevé, s’avère extrêmement difficile, voire impossible à redescendre avec les doigts.

Bien vu, le Dock est escamotable. Il se rabat sans souci bien que la charnière soit relativement serrée. Mauvais point ! Il pratiquement impossible de l’ouvrir sans l’intervention d’un petit objet plat.

L’intervention d’une pièce, par exemple, est quasi nécessaire. L’absence de grip dans l’encoche et la dureté de la charnière sont clairement en cause. Pourtant, que le fait que le Dock d’accueil soit pliable demeure la meilleure solution pour limiter l’encombrement du satellite. Transporté dans une mallette et dans un sac à dos, il ne prend que très peu de place.

Idem, lorsque l’on pose l’appareil sur une table de chevet, ou sur le rebord d’une baignoire, une poignée animée par des ressorts vient en appui sur le plan où le produit est posé, et assure sa position verticale. Si une fois encore le système se veut simple et efficace, il est la cible d’un autre défaut de fabrication. Les deux petits verrous en plastique (voir photos ci-dessous) ne sont pas suffisamment résistants pour supporter l’usure entrainée par les angles saillants (de part et d’autre de la poignée). L’usure mécanique qui en découle peut, à plus ou moins long terme, engendrer alors l’impossibilité de poser l’objet en position verticale.

La poignée, qui officie comme stabilisateur, bloque les deux verrous en plastiques poussés par des ressorts…

… Malheureusement, pour replier la poignée il est fortement conseillé de veiller à ce que les angles saillants n’entaillent pas les verrous plastiques. Une pression ad hoc de part et d’autre limite la casse.

Bon son, mais sans blindage

À l’usage, le DUO distille une puissance tout à fait honorable y compris dans une pièce aux dimensions importantes. Nous l’avons essayé dans un séjour double (environ 37 m2) en montant le volume à 60 % de ses possibilités. Le résultat est étonnant. Les basses sont bien présentes même si l’amplitude aurait gagné avec 30 Watts intégrés au caisson contre 20, et les aigus sont bien nets, voire en fonction du type de sons trop pointus. Ce qui n’évolue guère lorsque l’on dissocie le DUO pour n’utiliser que la partie nomade. Le système S.S.T. (Seamless Sound Technology) garantit une diffusion continue des sons lorsque l’on passe du système Home Stéréo au système portatif. Très pratique !

Ici, l’ingénieux commutateur du système SST doté d’une petite molette qui à la moindre séparation signale au DUO qu’il passe en mode nomade

En bas, l’ensemble des connecteurs qui assurent la liaison entre les deux éléments

En revanche, l’absence de basses se fait clairement sentir et ne saurait être compensée par les haut-parleurs du satellite. Mais il serait difficile de juger le produit sur ces seuls critères. Il est bien évident que l’ensemble des deux éléments constitue en tout cohérent et homogène, travaillant de concert. Mais le DUO reste un bon compromis fort pratique si l’on veut disposer d’enceintes de bonne facture et suffisamment énergiques lorsque l’on part en voyage. On regrettera seulement que le fabricant n’ait pas daigné investir quelques euros de plus pour proposer une version blindée qui n’aurait pas été allergique aux interférences générées par l’iPhone ou tout autre GSM…

Utilisé seul, le satellite délivre suffisamment de puissance pour une écoute confortable sans saturation, mais les basses brillent par leur absence. À quand une version dotée de mini basses ?

Finalement

Malgré une esthétique sobre que certains trouveront peut-être même austère, le DUO constitue une réelle alternative aux stations audio nomades alliant mobilité et puissance. Sa conception est aboutie, presque irréprochable si l’on fait exception du problème du Dock qui reste difficile à ouvrir et du manque de stabilité de l’enceinte satellite — une fois emboîtée — sur le caisson de basse. Les qualités audio intrinsèques du produit sont indéniables, surtout lorsque l’on utilise dans son ensemble.

Simple d’emploi, on aurait aimé un affichage lumineux plus précis, cette station d’encrage constitue l’une des solutions audio pour iPod les plus élaborées du moment. Reste que les inconditionnels de l’iPhone trouveront à redire, et ce, à juste titre, car pour 200 euros environ, il existe d’autres produits (lire notre labo du T612) tout aussi performants qui ne miseront pas sur la mobilité, certes, mais qui présenteront des caractéristiques blindées. D’autant que GEAR4 aurait pu livrer le produit avec une housse de voyage seulement présente dans le Travel Pack (50 € en option), un paradoxe pour un objet dont la vocation seconde demeure le nomadisme.


avatar jeremyl | 
Ooooooh ! Un minitel pour iPod...

CONNEXION UTILISATEUR