Test de l’iPad Pro (2015)

Nicolas Furno |

L’iPad Pro est sorti depuis deux semaines et il était temps de conclure nos tests. Nous vous avons déjà proposé une prise en main et quelques tests de performances, puis une partie dédiée à iOS 9 et aux applications sur la tablette. Nous avons également publié un test de l’Apple Pencil et un article consacré aux claviers physiques. Il est grand temps de synthétiser tous ces articles et d’essayer de répondre à une question : faut-il craquer pour l’iPad Pro ?

Prendre des notes (ici avec Notability) avec le navigateur web à côté. Cliquer pour agrandir

La réponse sera, comme pour chaque produit : « ça dépend ! ». Lisez la suite pour en savoir un petit peu plus…

Un iPad Pro reste un iPad

Cela paraît bête de le rappeler, mais il est bon parfois de commencer par une évidence : un iPad Pro reste avant tout un iPad. Tout comme le premier iPad restait avant tout un appareil iOS, la principale différence entre cette tablette et les autres modèles vendus par Apple, c’est d’abord la taille.

Avec son écran de 12,9 pouces, l’iPad Pro est vraiment très grand. On a du mal à s’en rendre vraiment compte sans le prendre en main, mais cet appareil iOS est nettement plus grand que tous les autres, y compris que les iPad Air 2. Il est aussi lourd (713 g), quasiment aussi lourd que la première tablette d’Apple, même si le poids est mieux réparti et même si la finesse change la perception. Les premières minutes, on a vraiment du mal à croire que l’on n’a « qu’un » iPad, mais c’est bien le cas. Et de fait, si on a déjà utilisé une fois la tablette d’Apple, on est en terrain connu.

De l’iPad Pro à l’iPad mini… Cliquer pour agrandir

Rien n’a vraiment changé physiquement sur l’iPad Pro. Apple a préservé tout ce qui a fait le succès des modèles précédents. On retrouve le même design, le même ratio d’écran, le même bouton d’accueil en façade et les mêmes boutons tout autour. Le Lightning est toujours de la partie pour charger et synchroniser l’appareil et les seules différences notables — la présence de quatre grilles pour les haut-parleurs et du Smart Connector pour les claviers physiques — ne changent absolument pas l’expérience de l’iPad.

L’iPad Pro est un iPad, et il bénéficie immédiatement du catalogue d’applications déjà bien rempli de la tablette. Malheureusement, ce n’est pas encore parfait : les développeurs doivent mettre à jour leurs apps pour la tablette, ce qui est facile, mais ils doivent aussi souvent changer totalement l’interface pour prendre en charge les fonctions de multitâche, ce qui est souvent synonyme de réécriture complète. Ce n’est pas spécifique à ce modèle, tous les iPad récents disposent des mêmes fonctions de partage d’écran sous iOS 9, mais c’est avec l’iPad Pro qu’elles manquent le plus.

Il y a tellement de place sur son écran que l’iPad Pro affiche deux interfaces iPad côte à côte. L’iPad Air ou l’iPad mini doivent se contenter d’une interface adaptée à l’iPad d’un côté, mais d’une interface pour iPhone de l’autre. Rien de tel ici, ce qui fait que cette fonction est encore plus agréable et qu’on l’utilise beaucoup plus. Il faut dire que bon nombre d’applications n’exploitent pas vraiment les 13 pouces à disposition, si bien qu’on a aussi bien fait de partager l’écran pour avoir une installation plus cohérente…

En mode paysage, l’iPad Pro est aussi grand que deux iPad mini. C’est pourquoi iOS 9 affiche deux interfaces d’iPad côte à côte, ici Safari et Slack. Cliquer pour agrandir

À quelques détails près, iOS 9 est identique sur tous les iPad. Cette version Pro dispose bien d’un calendrier mensuel dans le Centre de notifications (et encore, uniquement en mode paysage…), mais la plus grosse différence, c’est plutôt le clavier virtuel. Apple l’a totalement revu et on a désormais l’équivalent d’un clavier physique sur l’écran, avec en particulier un rang dédié aux caractères spéciaux et aux chiffres en haut.

C’est LE détail qui fait la différence : ce calendrier mensuel affiché dans le Centre de Notifications en mode paysage. Cliquer pour agrandir

Il faut un petit peu de temps pour s’habituer à ce clavier virtuel, surtout pour désapprendre les habitudes que l’on avait accumulées au fil des années. Le plus compliqué, c’est peut-être les chiffres et certains caractères qui sont disponibles immédiatement (c’est le cas du ! ou des parenthèses) ou en utilisant la touche plutôt que la touche ?123 qui reste disponible. Au départ, on fait un petit peu de fautes, mais on finit vite par s’y faire.

Le clavier des iPad Air et Mini à gauche, celui des iPad Pro à droite.Cliquer pour agrandir

Ce clavier avec sa rangée de touches supplémentaires et surtout le plus grand espace disponible est le meilleur clavier virtuel iOS, à condition en tout cas de ne pas essayer de taper avec les deux pouces, en tenant la tablette entre les mains. L’iPad mini et même l’Air sont relativement praticables en portrait, mais pas l’iPad Pro qui est trop lourd et trop grand.

En posant l’appareil sur un bureau néanmoins, ce clavier virtuel est très confortable, même si on aurait aimé avoir des touches de fonction pour effectuer des raccourcis. Il manque la touche si pratique pour agir sur le texte et même sur les interfaces des applications. Pour en profiter, il faut absolument un clavier externe, dommage…

Pour le reste, iOS 9 sur un iPad Pro est toujours aussi familier et c’est l’un des problèmes de la tablette. Contentons-nous d’un exemple : l’écran d’accueil qui n’a pas évolué depuis des années et qui est presque grotesque avec cet écran de 13 pouces. On doit toujours se contenter de quatre lignes de cinq icônes, ce qui fait que l’on a beaucoup de place entre chaque icône. Assez de place pour caser l’écran du premier iPhone, c’est dire… On aurait aimé qu’Apple trouve mieux ou au minimum ajoute une icône par ligne.

En mode paysage, il y a suffisamment de pixels entre deux icônes pour glisser tout l’affichage d’un iPhone Edge. Cela en devient ridicule…

Cet iPad est-il vraiment (pour les) pro ?

Apple a généralisé l’appellation « Pro » avec ses ordinateurs portables, divisant la gamme entre « MacBook » et « MacBook Pro ». Pour autant, cela n’a jamais voulu dire que seuls les modèles qui portent ce qualificatifs sont professionnels, pas plus que cela voulait dire que les Mac standard n’étaient pas faits pour une utilisation professionnelle.

Avec l’iPad Pro, Apple a repris la distinction et beaucoup de tests se sont concentrés sur cette question : cette nouvelle tablette peut-elle convenir à un usage professionnel ? À notre avis, ce n’est pas une question très intéressante, car la réponse sera toujours : ça dépend. Tout dépend de ce que vous faites et l’iPad Pro peut très bien remplacer un ordinateur si votre travail consiste essentiellement à recevoir et à envoyer des mails, ou bien à rédiger des rapports dans Word.

La tablette peut aussi faire l’affaire si vous faites un métier créatif en utilisant l’Apple Pencil. Ou alors si une application de niche répond exactement au besoin de votre profession (s’il faut donner un exemple, citons FinalCAD qui permet d’afficher des plans de chantier sur un appareil iOS et de rapporter des erreurs). Mais dans beaucoup d’autres cas, l’iPad Pro ne proposera pas les outils nécessaires ou sera moins pratique, moins confortable ou moins rapide qu’un ordinateur.

La question du confort ou de l’efficacité est rarement évoquée, mais elle est pourtant essentielle. Pour prendre un exemple parfaitement maîtrisé par l’auteur de ces lignes, un journaliste ou un blogueur peut très bien faire son travail uniquement sur l’iPad Pro. Quand l’essentiel consiste à écrire, il suffit d’un bon clavier et ce modèle avec son Smart Connector améliore ce point : on n’a plus à s’embêter avec une batterie supplémentaire et la connexion Bluetooth, on pose la tablette et c’est bon. Pour autant, est-ce plus pratique ou confortable qu’avec un Mac ?

Un éditeur de texte, le navigateur pas loin et un bon clavier : on peut facilement écrire des articles sur l’iPad Pro.

Rien n’est moins sûr, surtout quand on a des années d’expérience avec OS X. L’absence de trackpad va rapidement se faire sentir, ne serait-ce que pour déplacer rapidement le curseur dans le texte, ou pour récupérer une image dans un navigateur et la déposer dans le document ou sur le bureau. À l’arrivée, on pourrait tous abandonner nos Mac et passer sur des iPad à la rédaction, mais nous ne le ferons pas, car ce serait beaucoup plus pénible.

L’iPad Pro permet néanmoins de gagner en productivité, c’est indéniable. Sa taille immense en fait l’appareil iOS parfait pour partager un écran entre deux applications, comme on le disait précédemment. Et en même temps, iOS 9 ne tire quasiment jamais partie de cet espace en plus. Le système mobile d’Apple a été négligé trop longtemps sur l’iPad par le constructeur qu’il faudra probablement plusieurs années d’efforts pour avoir une expérience optimale sur cette tablette, comme sur tous les autres modèles d’ailleurs.

Pour la première fois depuis le retour de Steve Jobs, Apple commercialise un produit accompagné d’un stylet. L’Apple Pencil n’est pas livré avec la tablette et c’est vraiment dommage, car cet accessoire n’est pas seulement réservé aux dessinateurs professionnels. Ces derniers pourront naturellement en profiter, d’autant qu’Apple a fait un bon travail pour limiter la latence. Mais la grosse surprise de ces quelques jours passés avec l’iPad Pro, c’est que ce stylet est très fun à utiliser, même si on ne sait pas dessiner.

Il n’y a pas mieux qu’un iPad Pro pour tenir les scores d’une partie endiablée d’UNO. Cliquer pour agrandir

Il peut servir à un étudiant pour enrichir ses notes ou pour prendre des notes manuscrites. Il peut servir à improviser un Pictionnary ou un Pendu et même à compter les points pour un jeu de cartes. Emmené lors d’un week-end en famille, l’Apple Pencil a été utilisé pour une chose ou pour une autre. L’iPad Pro est le seul compatible avec ce stylet, ce qui fait que l’on n’a pas le choix si on veut l’utiliser. À terme, tous les iPad seront probablement compatibles, mais ce grand modèle garde un avantage par sa taille : on a une feuille de papier A4 pour écrire ou dessiner le plus naturellement possible.

Et à l’usage, cela fonctionne très bien, y compris pour les plus grands néophytes. La détection de paume est suffisamment bonne pour que l’on pose sa main sans crainte, une position naturelle qui simplifie considérablement la prise en main du stylet. Les professionnels trouveront à redire (et nous avons déjà listé quelques défauts dans notre test), mais pour les amateurs, c’est un vrai plaisir.

Un excellent (et encombrant) appareil de consommation

À l’arrivée, comme pour les Mac d’ailleurs, le « Pro » signifie avant tout que l’on a un écran plus grand et un appareil plus puissant. C’est bien dans un contexte professionnel, c’est vrai, mais pas seulement. L’iPad Pro est aussi un excellent appareil de consommation, et il brille tout particulièrement dans deux domaines : la lecture d’articles ou de BD et la vidéo.

Apple News sur l’iPad Pro — Cliquer pour agrandir

L’iPad Pro n’est pas un très bon appareil de lecture pour des romans et des essais. Sauf si vous lisez assis à une table, ou éventuellement dans un canapé, mais même alors, son écran de 13 pouces reste encombrant et il n’est pas forcément bien exploité, sauf à agrandir les caractères. Chacun en jugera, mais ce n’est pas l’appareil que l’on recommandera pour cet usage.

En revanche, pour lire un article sur internet ou dans une application et pour lire des bande-dessinées, l’iPad Pro est parfait. En mode portrait, son écran fait grosso-modo la taille d’un magazine ou d’un épisode de BD. Si on lit l’un ou l’autre, on bénéficie ainsi pour la première fois d’une version numérique en taille réelle. À l’usage, cela fait une grosse différence et comme liseuse de magazines, d’articles en ligne ou de comics, c’est parfait.

Même si son écran reste dans un format trop carré pour que ce soit l’idéal, l’iPad Pro est aussi un appareil bien adapté pour regarder des vidéos. Qu’il s’agisse de films ou d’épisodes de séries, on a de la place pour profiter de l’histoire et les quatre haut-parleurs disposés aux quatre coins de l’appareil font une grosse différence si on n’utilise pas d’écouteurs. Le son est non seulement plus puissant — et même un petit peu trop si on pousse le volume —, mais il est aussi mieux spatialisé. On ne peut pas parler de stéréo, mais on a une scène sonore plus ample qu’avant et l’expérience est bien meilleure. On a aussi des basses nettement plus présentes, ce qui est parfait pour un film.

Pour ces usages, la taille de l’écran est un avantage très net, ou un inconvénient selon les cas. Apple n’a pas choisi d’intégrer une béquille à sa tablette comme l’a fait Microsoft, si bien que la Smart Cover est vite indispensable, en attendant d’autres accessoires compatibles. Dans certains cas de figure, la taille devient une gêne bloquante : l’utiliser dans un avion relève de la gageure, à moins d’être en Première Classe naturellement. Tout est affaire de compromis et la taille peut très bien être un avantage, comme un inconvénient.

C’est la même chose, d’ailleurs, pour La batterie au cœur de cet iPad Pro. Certains utilisateurs regretteront qu’Apple n’ait pas opté pour une batterie plus grosse encore, mais ce n’est pas notre cas. La tablette est déjà suffisamment lourde comme ça, pour commencer, et même si l’autonomie est la pire pour un iPad à l’heure actuelle, elle nous semble suffisante. Apple annonce jusqu’à 10 heures d’autonomie et en usage courant nous avons tenu en général 8 à 9 heures, ce qui est déjà très bien.

Vous allez souvent le recharger, cet iPad Pro…

Le plus gros problème de la batterie sur l’iPad Pro, ce n’est pas son autonomie, mais bien plus sa recharge. En utilisant le chargeur de 12 W fourni avec la tablette, il faut déjà quatre heures et demi environ pour la recharger complètement, sans l’utiliser. Avec un chargeur d’iPhone, la recharge est possible, mais extrêmement longue : une nuit ne suffit pas nécessairement, et la tablette consomme plus de 5 W uniquement avec son écran allumé. Autrement dit, la batterie continuera de se vider (lentement, certes) si vous utilisez l’iPad Pro tout en le chargeant avec une sortie USB standard.

Résultat, on passe son temps à recharger l’iPad Pro et on a du mal à le maintenir au-dessus de 50 % de charge. Il faut bien penser à le charger à la première occasion, de préférence en utilisant le chargeur fourni, pour être tranquille. Au quotidien, c’est une contrainte dont on se serait bien passé, et cela aurait été pire avec une plus grosse batterie.

Faut-il craquer pour l’iPad Pro ?

Vous l’aurez compris, il n’y a pas de réponse simple à cette question. Voici néanmoins quelques éléments pour vous aider à choisir, et le premier est le prix. Vendu à partir de 919 €, l’iPad Pro est la tablette la plus chère d’Apple, non seulement en ce moment, mais aussi depuis le premier iPad. Jusque-là, Apple n’avait pas dépassé les 850 € pour une tablette, mais ce modèle établit un nouveau record.

L’iPad Pro est parfait pour les réunions de travail. Cliquer pour agrandir

Le constructeur excelle désormais pour créer des gammes qui poussent à acheter un modèle plus cher, et l’iPad Pro ne fait pas exception. Pour 919 €, on n’a « que » 32 Go de stockage, ce qui est le double des autres iPad ou des iPhone, certes, mais ce qui reste léger à ce tarif. Et le palier suivant monte directement à 128 Go, avec une augmentation de tarif de 180 €, pas moins. Beaucoup de clients se seraient contentés de 64 Go, mais cet écart oblige à se contenter de très peu, ou à payer nettement plus cher.

Pire, l’iPad Pro est la première tablette qui réserve l’option cellulaire à la capacité supérieure. Jusque-là, chaque modèle standard avait un équivalent Wi-Fi + Cellulaire, mais pas ce nouvel appareil qui ne dispose que de trois options : Wi-Fi 32 Go, Wi-Fi 128 Go et Wi-Fi + Cellulaire 128 Go. Ce dernier est facturé 1250 € en France, un tarif particulièrement salé qui le positionne directement face aux Mac portables. L’absence d’option cellulaire sur le 32 Go est mesquine, mais on ne peut pas dire que l’on est surpris : c’est exactement la même stratégie qui pousse Apple à vendre des téléphones haut-de-gamme avec 16 Go de stockage en 2015.

Pour couronner le tout, on ne profitera vraiment de l’iPad Pro et de ses nouveautés qu’en ajoutant des accessoires. Ne revenons pas sur la mesquinerie qui consiste à vendre deux accessoires pour protéger intégralement l’appareil pour un total qui dépasse les 150 €. À ce tarif, l’Apple Pencil aurait pu être glissé dans le paquet, plutôt que d’être vendu une centaine d’euros. C’est dommage, car Apple prive une bonne partie de ses clients d’un accessoire pas forcément indispensable, mais qui reste fun et qui est un très bon argument en faveur de la tablette.

L’iPad Pro, l’Apple Pencil et l’application MathPad : un trio très efficace pour convertir des formules et équations manuscrites en leur équivalent généré grâce à LaTeX. La reconnaissance fonctionne parfaitement et le stylet permet d’être beaucoup plus précis qu’avec le doigt. Cliquer pour agrandir

À nos yeux, le prix est sans conteste le plus gros inconvénient de cet iPad Pro. Non pas qu’il soit trop élevé en soit, mais à ce tarif, on espère plus de stockage par défaut et des accessoires fournis directement. À la place, on a la mesquinerie habituelle d’Apple, amplifiée par des tarifs qui dépassent rapidement ceux des Mac d’entrée de gamme. Sans parler des tablettes concurrentes beaucoup moins chères, y compris si l’on reste avec un iPad.

Et à ces tarifs toujours élevés, comment justifier les retards de l’iPad Pro ? Sortie plusieurs semaines après les iPhone 6s, cette tablette ne bénéficie pourtant d’aucune de ses nouveautés. On peut éventuellement comprendre pour 3D Touch, même si son absence est pénible quand on a pris l’habitude d’utiliser les fonctions associées. Mais peut-être que ce n’était pas possible d’intégrer 3D Touch derrière une dalle de 13 pouces, ou alors peut-être que le surpoids entraîné était rédhibitoire.

En revanche, comment justifier l’absence de Touch ID de deuxième génération, bien plus rapide et précis, ou de la fonction « Dis Siri » sur batterie ? Apple a beau dire qu’on utilise moins Touch ID sur une tablette (cela reste à prouver), c’est pénible de revenir en arrière quand on a goûté à la vitesse des nouveaux iPhone en la matière. À tel point que j’ai totalement désactivé Touch ID pendant mes tests, agacé par les erreurs à répétition et la lenteur, relative c’est vrai, mais indéniable comparée à mon téléphone.

Cliquer pour agrandir

L’iPad Pro est frustrant par certains aspects, mais c’est aussi la première tablette qui s’aventure du côté des ordinateurs portables en matière de taille, et cela change beaucoup de choses. Le multitâche d’iOS 9 prend tout son sens avec deux applications iPad côte à côte. Le clavier virtuel est plus confortable et l’écran, de très bonne qualité, est idéal pour visionner certains contenus.

C’est aussi un appareil extrêmement puissant et le processeur avale toutes les tâches sans broncher, épaulé par les 4 Go de RAM qui ne sont pas de trop. Dans Safari notamment, il est très rare d’avoir à recharger un onglet perdu faute de mémoire vive. Les applications se lancent vite et certaines tâches sont tellement plus rapides et agréables sur cet iPad Pro par rapport à un Mac (c’est le cas pour monter un film 4K, par exemple).

Et puis l’iPad Pro est le seul appareil compatible avec l’Apple Pencil, ce qui peut suffire à justifier son achat. Si vous aimez dessiner, le constructeur propose une alternative viable aux tablettes graphiques. Le Smart Connector est aussi une excellente solution pour les claviers externes, même s’il manque pour le moment un modèle suffisamment convaincant.

Pour conclure, il faut peut-être exclure le prix. Certes, l’iPad Pro est cher et même trop cher à notre avis. Mais si vous avez les moyens de vous l’offrir, la décision dépendra de votre usage d’une tablette. Si vous utilisez un iPad constamment en déplacement, notamment dans un train ou un avion ou si vous avez l’habitude de finir la journée avec la tablette dans le lit, ce n’est pas forcément le meilleur choix. À l’inverse, si vous en avez besoin assis à un bureau, ou dans un canapé, son grand écran peut prendre l’avantage.

Terminons sur mon exemple personnel : j’ai utilisé l’iPad dès la sortie du premier modèle en 2010 et ensuite en continu jusqu’à l’an dernier. L’iPhone 6 Plus était suffisamment grand pour être confortable en toutes circonstances et je trouvais l’iPad trop proche en termes de taille pour être utile. Ce modèle « Pro » est si grand qu’il s’en éloigne au contraire suffisamment, et c’est la première tablette qui me fait envie. Néanmoins, je ne peux pas justifier son achat professionnellement et je ne peux pas me l’offrir, alors que j’aurais sûrement craqué si l’on était plus proche des tarifs habituels pour les iPad. Dans mon cas, c’est bien le prix qui m’a décidé : je n’achèterai pas l’iPad Pro.

Note

Les plus :

  • Grand écran de très bonne qualité
  • L’iPad parfait pour faire tourner deux apps en même temps
  • Tablette très puissante et 4 Go de RAM
  • Son puissant et mieux réparti
  • Apple Pencil vraiment convaincant
  • Le Smart Connector qui simplifie la connexion aux claviers externes

Les moins :

  • Prix exagéré, surtout pour une tablette vendue sans accessoires
  • Appareil iOS en retard : Touch ID 1, pas de 3D Touch ni de « Dis Siri »
  • Manque d’optimisations d’iOS 9 et des apps
  • Difficile à recharger
7.5
10
Tags
avatar CM-S | 

Plutôt prometteur pour une V1 je trouve, en sachant qu'IOS ne pourra que s'améliorer niveau productivité.

avatar umrk | 

Il me sert à lire mes BD, nickel ..... je continuerai à utiliser et à prendre l'ancien en voyage ......

avatar bambou55 | 

@umrk :
Quel app utilise tu pour lire les bd ?

avatar Bigdidou | 

@bambou55 :
Pour les BD, j'utilise Comic Zeal. Il est fluide (sur iPadPro, presque trop...), j'aime bien sa simplicité, la facilité avec laquelle on crée les collection quand ça n'est pas fait automatiquement, et surtout le transfert très simple dès BD sur l'iPad qui ne nécessite aucune connexion physique au Mac.
Le seul truc, c'est de l'application, on ne peut importer les ne que une une à une, et non par dossiers, et c'est très chiant.
Heureusement, via le réseau, à partir du Mac, ça n'est pas le cas, tu peux envoyer les BD sur l'App par sélections multiples.

avatar bambou55 | 

@umrk & Bigdidou

merci des tuyaux...

iBook, j'ai testé, mais pas convaincu par le fait de devoir re-zoumer à chaque page. Finalement, j'ai trouver Chunky, qui me convient et ou on peut, depuis l'app importer des dossiers...

@umrk comme je lis beaucoup au lit, l'iPad Pro est-il confortable ?

avatar umrk | 

Je ne lis pas beaucoup mon iPad en position allongée (l'iPad est plutôt fait pour une utilisation dans un fauteuil). Avec l'iPad Air, pourquoi pas, il est très léger, le Pro me paraît trop grand et trop lourd pour cet exercice .....

avatar bambou55 | 

c'est bien ce que je pensait...

merci pour ta réponse

avatar umrk | 

@bambou55 : iBooks bien sûr, mais pas seulement. En matière de livre électronique, j'avais accepté de jouer le jeu avec des solutions concurrentes (celle de la Fnac, ou autre ..) . Beaucoup de ces solutions se sont révélées un désastre, par rapport à la simplicité de iBooks (surtout pour des gens comme moi qui ont plusieurs Macs, plusieurs iBidules ...). Finalement, hors iBooks je n'utilise plus que:
- l'application dédiée Moulinsart pour les albums Hergé (tintin, Jo& cette, etc ...) : très bien faite
- Izneo, pour lequel j'ai souscrit un abonnement, pour encourager les auteurs de BD (que j'utilise peu, par manque de temps ... et je crois que je ne suis pas fait pour les formules en abonnement, ce n'est pas ma culture ....

J'ai réussi à acheter un seul livre, que je lis sous BlueFire Reader. C'est tellement la galère que ce sera le seul ....

avatar Jeff06am | 

iOS est bien trop pauvre pour qu'un tel écran prenne tout son sens.

avatar sivousvoulezmonavis | 

Excellent test ma première prise en main

https://www.youtube.com/watch?v=5ULK_8i9WlU

avatar WaTy | 

@sivousvoulezmonavis :

Cool ta vidéo !!

avatar Thib-76 | 

@sivousvoulezmonavis :
Génial ta vidéo tu as confirmé mon envie de le chopper ^^

avatar cherbourg | 

@sivousvoulezmonavis :
Super vidéo, très pro, bravo !

avatar pslauver | 

@sivousvoulezmonavis :
Pas mal

Tu avais combien de caméra ?

avatar mfams | 

iOS est bien trop pauvre pour qu'un tel écran prenne tout son sens.
---
Quand on est incapable de voir son utilisation autre que ce qui se fait avec OS X, oui.

avatar Florian Innocente | 

@mfams :
Ben par exemple, n'avoir que le copier coller entre deux fenêtres sur une tablette surpuissante en 2015…comment dire.

On a trouvé mieux depuis genre 20 ans.

Mais on aura peut être un glisser déposer avec iOS 10.

avatar Lestat1886 | 

@innocente :
C'est une habitude avec Apple de retarder le copier-coller :)

La fonction de base n'est arrivé qu'avec iphone os 3 je crois !

avatar Malvik2 | 

J'avoue avoir du mal à comprendre cet "acharnement" à vouloir absolument se passer du clavier virtuel d'iOS...je ne vois pas en quoi un clavier physique est plus agréable en réalité ? Surtout sur cet iPad pro ou le clavier contient les chiffres...

Pour le reste il est clair qu'ios est sous exploité sur un si grand écran, que les accessoires sont hors de prix, que le positionnement tarifaire commence tellement sur le modèle 128...
Ça fait beaucoup de défauts, pourtant j'aime les iPad mais Apple devient bien trop gourmand et mesquin sur tout un tas de détails qui commence à me rebuter perso

avatar Hoppy | 

@Malvik2 :
Je suis entièrement d'accord avec vous, le clavier virtuel de l'iPad me convient parfaitement! Je tape très vite avec! Quand je le connecte à un écran et mes élèves me voient taper avec ils alucinent.

avatar Bigdidou | 

@Pobla Picossa :
Pour le 4', je confirme, enfin sur le nouveau clavier, celui qui est adapté à l'iPad Pro. Par contre pour l'accent circonflexe, il doit y a avoir un problème de ton côté, il fonctionne parfaitement en ce qui me concerne. C'est peut-être "application dépendant" ?
Pour le point, je suis bien de ton avis...

avatar Pobla Picossa | 

@Bigdidou
Le big de l'accent circonflexe apparaît avec le "nouveau" clavier lorsque tu utilises les touches habituelles des claviers physiques (tréma et circonflexe sur la touche au-dessus de%). Dans ce cas, lorsque tu veux faire ê, tu obtiens ^suivi de e.

avatar Bigdidou | 

@Hoppy :
"mes élèves me voient taper avec ils alucinent"

Plus fort que les campignons :D

avatar mac_adam | 

Ce clavier lui donne des ailes, quitte à en perdre ses L.

avatar marenostrum | 

le clavier est utile pour travailler sur un bureau, assis, comme avec un ordinateur fixe ou portable.

avatar Pommeduverger | 

Je trouve le clavier physique inutile sur ce produit.

On peut très bien s'en sortir avec le clavier virtuel, voir même faire mieux.

avatar Pommeduverger | 

Après je pense qu'IOS 10 va améliorer l'expérience sur iPad.

Je ne crois pas à un OS X sur iPad.

Pour moi ça pousserait à trop se servir de l'iPad comme d'un PC.

Alors que l'iPad n'est et ne doit pas être un PC.

C'est ça le problème de la surface à mon sens. C'est un PC déguisé en tablette qui ne transforme aucunement la manière dont on se sert des softs. Pour moi c'est une solution de facilité, pas un progrès.

avatar scanmb | 

2 ipad air ?
En les posant dessus , je trouve 2 ipads mini ...
Me trompé-je ?

avatar Nicolas Furno | 
@scanmb : c'est moi qui me suis trompé, je corrige. Merci !
avatar DL411 | 

Superbe la vidéo,
Bravo !

avatar yoyo3d | 

Je l ai acheté en remplacement de mon iPad Air pour une utilisation personnelle et sédentaire. Franchement je suis ravi. L immersion est impressionnante grâce à la taille de l écran qui par ailleurs est superbe. Pour la mobilité ou pour la lecture à une seule main j utilise plutôt mon iPad mini.

avatar daxr1der | 

Quel perte de place sur le springboard avec ses gros espaces entre chaque application, ridicule...

Ils auraient pu mettre deux fois plus d'apps sur la même ligne.

Tout ça est fait exprès, pour avoir des nouveautés sur ios 10

avatar kouriachicoach | 

Présentation d'iOS 10 : Apple a trouvé le moyen de mettre plus d'application sur l'écran d'accueil grâce à la puissance de l'écran de l'iPad pro !

avatar Lestat1886 | 

@kouriachicoach :
Ils l'avaient fait avec l'iphone 5 puis 6 et 6 plus et ils auraient du le faire là. Après l'écran d'accueil je préfère qu'il reste simple, je reste pas dessus pendant des heures en général

avatar Pobla Picossa | 

J'ai le mien depuis trois jours, et deux choses m'ont marqué jusqu'à maintenant :
-La qualité sonore, qui est impressionnante.
-Les bugs de clavier : on écrit 4 et on obtient 4'. Génial pour entrer les mots de passe. L'accent circonflexe ne marche pas.
Plus globalement, le nouveau clavier n'est pas toujours très pratique, par exemple on ne peut plus écrire un point simplement en touchant le point, ce qui était "une révolution" de l'iPad pour les français :-)
Mais il ne faut pas s'arrêter à ces détails, les bugs vont être corrigés et l'iPad pro est "the king of the tablettes" pour ceux qui aiment la simplicité d'IOS.

avatar mfams | 

@innocente :
Disons que pour moi ça ne me dérange pas que iOS soit ainsi aujourd'hui ... travail visiblement différent. Mais ne disons pas non à des évolutions, le plus rapidement possible, puisque ça semble criant pour certains.

avatar sharky | 

Je ne comprends pas comment Apple a pu passer à côté d'une tablette de ce format permettant également d'utiliser une vraie version d'OSX, c'est tellement plus productif ! Là c'est la frustration assurée, dommage.

avatar jimmycactus | 

C'est triste à dire, mais Apple est en train de pousser son coté snob (mesquinerie sur les capacités de stockage, innovation franchement en berne au profit d'un coté "je fais du luxe" ; franchement, l'Apple Watch "Watch edition", quelle blague....) la ou du coté de chez microsoft ils retrouvent une capacité d'innovation qui tient la route.

Entre un iPad pro à 1099 €, qui tout équipé avec le pencil et le clavier qui va couter presque 1400 euros et une surface pro 4 avec un core i5, qui avec le meme équipement va couter 1250 euros, il faut vraiment aimer la pomme pour choisir l'un plutôt que l'autre

J'ai eu tous les iPad depuis le premier, et la pour la première fois je les ai mis dans un placard pour les remplacer par une surface 3. et la je pense sérieusement à remplacer mon macbook pro par un surface book.

Ce serait bien qu'ils changent un peu l'équipe de direction, et qu'ils se rappellent qu'une compagnie qui fait de la tech se doit d'innover avant tout, pas de se prendre pour Hermès.

avatar Pobla Picossa | 

@jimmycactus
Si tu veux OSX dans un appareil portable, léger et avec clavier physique, le Mac Book est là pour ça...

J'ai toujours trouvé étrange de voir des gens utiliser une tablette avec un gros clavier et une souris. Déjà, la souris, je l'ai virée pour la remplacer par un trackpad sur mon iMac, c'est bien plus pratique à mes yeux.
"A mes yeux", ça veut dire que tu as parfaitement le droit de vouloir utiliser une tablette comme un ordi, aussi, pas de problème de ce côté-là.

D'ailleurs, il me semble que le brevet déposé par Apple d'un clavier "autonome" apportera peut-être une solution très élégante à cette problématique, qui satisfera tout le monde : l'iPad pro sera une tablette, une vraie, sous IOS, utilisée seule, et en la clipsant sur le clavier, qui contiendra un SSD, un processeur et OSX, elle se transformera en écran d'ordi sous OSX. Classe !

Quant à Windows, même en lui mettant un X à la fin, ça reste toujours Windows... Chacun son truc... Il y en a pour tous les goûts...

avatar descartes33 | 

Pour l'avoir testé en magasin, l'ipad pro est tout sauf un produit portable . L'ipad air est la limite de la portabilité . Le problème c'est qu'Apple propose l'ipad pro avec un système qui convient à une tablette . Elle fonce droit dans le mur, ce produit sera un bide s'il reste en l'état. En effet, quels avantages d'une telle tablette comparativement à un mac ou un ipad ? Je préfère un macbook bien plus confortable si je dois travailler et pouvoir le transporter facilement, ou un ipad si je dois consommer du contenu plutôt qu'un tableau "batard" . Sans compter les absences de fonctionnalités acquises par les précédents modèles "dis siri, 3d touch" . Il va y avoir des licenciements !

avatar debione | 

Cela dépend de ce que l'on appelle "portabilité". Perso, un appareil qui ne peut pas être mis dans mes poches de jeans (avant) n'est plus un appareil portable... Donc exit l'iphone 6 et 6s, exit l'ipad mini... Ne reste que le 5s et l'ipod touch...

Après, pour moi il n'y a presque plus de différence, nous somme dans des appareils "déplaçable", mais qui pour être déplacé demande quelque chose de spécial (de grandes poches, un baise-en-ville, une veste etc etc).

Sinon, si tu ne vois pas l'utilité, c'est que justement tu n'en n'a pas...
Les avantages en rapport à un ipad ou un macbook? Ben le macbook, t'essayera d'utiliser en live des claviers virtuel dans la musique, ou faire de la prise de note "à la main"... La même concernant l'ipad et l'ipad pro, sur ipad, c'est à peine utilisable car trop petit, la ou cela devient confortable avec le pro...

Bref chaque machine à ses avantages, avantages que l'on estime nul si on n'est même pas au courant que nos utilisations ne sont pas les mêmes que les utilisations du voisin...

avatar bellague | 

J'adore le mien.
Je ne reviendrais pas à un iPad Air, tout comme j'ai un iPhone 6+, les grands écrans sont bien plus confortables d'utilisation

avatar iYoung | 

Merci article vraiment complet moi qui n'avait pas lu les autres.

avatar andr3 | 

@MacG

Quelle est l'autonomie réelle constatée en utilisation classique "pro" (mail, safari, notes ou evernote, Word ou pages, ...) ?

avatar Gazous | 

Pourquoi vous ne parlez pas des problèmes d'écran de cet iPad.
Tous les modèles que j'ai pu voir y compris le mien ont un problème d'uniformité avec des zones dont la tinte tire plus ou moins vers le jaune, le bleu ou le rose.
On voit très vient par ailleurs sur les différentes photos de votre test que votre exemplaire n'est pas un exemple d'uniformité d'écran.
Tout le monde prétend que cet écran est fabuleux ! Peut-être sur plein de points comme la définition, le contraste...mais il faudrait y regarder de plus près car la qualité n'est pas là et à ce prix on est en droit d'exiger un minimum de contrôles qualités sur l'uniformité et la calibration.
Je suis preneur de vos avis sur le sujet.

avatar OSSDA | 

Merci pour cet article qui confirme mon sentiment premier: j'attendrai la version 2 et éventuellement je l'achèterai. Je trouve cet Ipad Pro trop simple, trop identique... A mon sens rien ne justifie ce prix exorbitant. Mais cela reste uniquement mon avis et mon impression...

avatar deb76 | 

Itou. J'apprécie très fortement le mien. L'écran est super agréable, il se transporte aisément, et en aucun cas identique en terme de puissance aux autres versions. Tout est rapide, y compris le montage vidéo. Et pour l'écriture en Azerty, avec un clavier physique Apple Keyboard Wireless utilisé avec Word ou Mellel, la frappe est semblable à celle d'un Mac. Et puis quel plaisir la 4G en mode mobilité. Et je ne parle pas des applications tactiles en musique pour contrôler un séquenceur, comme l'application Lemur qui n'a pas grand chose à envier au Lemur. Dexter Lemur que j'utilise aussi, ce qui me permet d'effectuer la comparaison avec notamment Ableton Live 9 ou Studio One Pro 3.

avatar jeanba3000 | 

Ajoutons pour les professionnels de l'image, que iOS (et donc l'iPad Pro) ne comporte pas de gestion de la colorimétrie, pas de calibration, pas de gestion de profils…

CONNEXION UTILISATEUR