Fermer le menu

domotique

Toute l'actualité sur domotique

HomeKit travaillera en bonne intelligence avec ZigBee et Z-Wave

| 23/01/2015 | 00:18 |  

Lors du dernier CES, les fabricants ont bien insisté sur le fait que la spécification HomeKit avait été pensée pour les nouveaux appareils Wi-Fi ou Bluetooth certifiés par Apple. Ce qui ne veut pas dire que les anciens appareils, ou ceux utilisant d’autres normes, ne pourront pas participer à un écosystème HomeKit.

Apple avait prévu qu’un « pont » puisse faire le lien entre HomeKit et d’autres protocoles, mais n’a que récemment précisé le fonctionnement d’un tel objet. Par « pont », on entend un petit boîtier connecté au routeur d’une part et aux périphériques d’autre part.

Prenons l’exemple du pont des ampoules Hue ; le pont communique avec les ampoules à l’aide du protocole ZigBee. Apple permettrait qu’il communique aussi avec les appareils iOS par le biais du protocole HomeKit. On pourrait dès lors contrôler les ampoules avec Siri, le pont se chargeant de recevoir les commandes HomeKit et de les transmettre en ZigBee.

On pourrait répéter cet exemple avec d’autres protocoles (Z-Wave, EnOcean, 6LoWPAN…), ce qui signifie que HomeKit pourrait venir s’intégrer à un environnement domotique existant. Mais il y a un mais : Apple interdit qu’un pont fasse le lien avec des accessoires domotiques Wi-Fi ou Bluetooth, ceux-là mêmes pour qui HomeKit a été créé.

De même, le pont doit avoir été certifié HomeKit, ce qui implique qu’il possède une puce MFI. Dans notre exemple donc, le pont Hue devrait être remplacé par un nouveau pont certifié. Et même avec un pont certifié, HomeKit sera limité : il faudra bien un Apple TV pour contrôler ses appareils HomeKit en dehors de chez soi.

> Accéder aux commentaires

Logitech ouvre son Harmony aux développeurs

| 15/01/2015 | 16:30 |  

Les télécommandes universelles Harmony de Logitech ne se limitaient déjà pas aux seuls appareils connectés à la télévision, puisque l’on pouvait déjà contrôler les ampoules Hue de Philips avec sa télécommande. Le constructeur suisse va beaucoup plus loin toutefois avec Harmony API qui permettra à n’importe quel autre constructeur d’intégrer ses produits à l’écosystème Logitech.

L’idée est d’automatiser non seulement son système home-cinema (allumer tous les appareils et les régler correctement pour une activité, comme « Regarder un Blu-ray »), mais aussi sa maison. Depuis la télécommande, on pourrait ainsi baisser la lumière et fermer les rideaux au moment de lancer le film… et pourquoi pas lancer la machine à pop-corn si on l’a branchée à une prise connectée ? Logitech annonce déjà plusieurs intégrations : outre Hue de Philips, on peut régler la température depuis la télécommande grâce au Nest.

Bientôt, on pourra régler la hauteur de ses stores Lutron et bien plus encore. Logitech commercialisera en effet un « Home Hub Extender » qui sera capable de faire communiquer sa télécommande avec plus de 270 000 appareils connectés. Ce nouveau produit sera compatible avec les protocoles ZigBee et Z-Wave Plus. Avec la nouvelle API, toujours en bêta fermée toutefois, on imagine que le nombre de produits compatibles augmentera régulièrement.

> Accéder aux commentaires

Revolv racheté par Nest

| 27/10/2014 | 14:30 |  

Le monde de la domotique est en pleine révolution, surtout depuis que Google a acheté Nest 3,2 milliards de dollars. L'entreprise de Tony Fadell continue aujourd’hui à faire les gros titres avec l’acquisition (pour un montant inconnu) de Revolv, entreprise qui s’est fait connaître en sortant un boitier universel permettant de contrôler tous les objets connectés de la maison.

Pour les utilisateurs actuels du produit, rien ne change, le support continue et la garantie d’un an est toujours effective, mais le produit star de Revolv n’est quant à lui plus disponible à la vente. L’entreprise précise également que les données personnelles de ceux qui lui ont fait confiance ne seront pas partagées avec celles de Google (comme Nest).

Google continue donc de s’armer pour devenir incontournable dans le domaine de la domotique face à une concurrence de plus en plus présente, comme Apple avec HomeKit. La firme de Mountain View a acheté dans ce sens Dropcam en juin, avant de signer un accord avec Big Ass Fans deux mois plus tard toujours via sa filiale Nest. Reste désormais à convaincre les utilisateurs de s’y mettre.

> Accéder aux commentaires

Nest se lance en France, Belgique, Irlande et aux Pays-Bas

| 06/09/2014 | 11:47 |  

Nest sera en France et d'autres pays européens pour l'hiver. La startup spécialisée domotique, cofondée par Tony Fadell avec Matt Rogers, l'un de ses collègues chez Apple dans la division iPod, va étendre ses activités durant le mois de septembre à la France, la Belgique, l'Irlande et les Pays-Bas.

Dans son communiqué, Nest - devenue filiale de Google en janvier 2013 - explique qu'elle vendra ses deux produits. C'est à dire son thermostat intelligent et Protect, son détecteur de monoxyde de carbone, tous deux contrôlés à distance par smartphone. Elle va ainsi se poser en concurrent direct de produits similaires comme celui du français Netatmo.

Le thermostat était arrivé en Angleterre en avril, dans une version adaptée du modèle américain (lire aussi Nest remet en vente son détecteur de fumée en version édulcorée & Le thermostat Nest piraté pour protéger les utilisateurs).

Nest assure qu'elle va soigner les versions locales de ses produits - synthèses vocales comprises - avec un support technique dans chacune des langues. Des partenariats ont été noués avec des installateurs et des fournisseurs d'énergie (ce sera Direct Energie en France et Lampiris en Belgique).

Les tarifs seront annoncés dans un second temps, mais Nest ne fait pas dans l'abordable. En Angleterre, Le thermostat est vendu £179 ou £249 avec installation par un professionnel, soit environ 225 € ou 313 € et le Protect coûte £89 soit 112 €.

> Accéder aux commentaires

Apple travaillerait sur des produits matériels pour la maison

| 26/06/2014 | 16:33 |  

De la même manière que HealthKit cacherait l'iWatch, HomeKit cacherait des produits Apple relatifs à la domotique. C'est ce qu'avance 9to5Mac, généralement bien renseigné, corroboré par The Information. La firme de Cupertino aurait monté une équipe entièrement dédiée à la création d'appareils pour la maison qui s'intégreraient parfaitement à l'écosystème existant. La plateforme logicielle HomeKit dévoilée à la WWDC servirait évidemment à faire le lien entre tous ces produits.

iPod Hi-Fi - Crédit Teo Ruiz CC BY-SA

Les appareils ne concurrenceraient pas directement ceux de Nest (un thermostat, un détecteur de fumée et maintenant des caméras de surveillance), mais s'adresseraient à un public plus large. Il serait question d'un système audio avancé (un concurrent à Sonos ?) ou d'un panneau de contrôle pour la maison (mais l'iPad ne pourrait-il pas jouer ce rôle ?).

9to5Mac rappelle qu'Apple s'était essayé au matériel domestique avec l'iPod Hi-Fi, une enceinte pour iPod sortie en 2006 qui a fait un four. Si elle voulait se relancer sur le marché, l'entreprise pourrait compter maintenant sur l'expertise et la marque de Beats. Rien n'est encore gravé dans le marbre en tout cas, le développement de ces appareils ne serait qu'au stade préliminaire.

> Accéder aux commentaires

Works with Nest : la filiale de Google dévoile ses ambitions

| 24/06/2014 | 10:30 |  

Nest était déjà en avance en matière de domotique connectée et intelligente. Avec son thermostat et son détecteur de fumée, l’entreprise pouvait déjà apprendre vos habitudes et réguler la température de votre maison en fonction de vos goûts, mais aussi la surveiller et vous alerter en cas de problème. C’est déjà bien, mais ce n’était que le début : le constructeur qui est désormais une filiale de Google est beaucoup plus ambitieux, et il le prouve avec le lancement de Works with Nest.

Derrière ce nom, un SDK que tous les développeurs et surtout tous les constructeurs peuvent utiliser pour enrichir les produits de Nest. Pour son lancement, l’entreprise a signé quelques partenariats qui donnent une idée assez précise de ce qu’il sera possible de faire. Et déjà, on voit que cette solution va loin, beaucoup plus loin que ce que la majorité de ses concurrents peut faire.

Si vous avez un traqueur d’activité, comme le UP24 de Jawbone qui participe déjà au programme, vous pouvez réchauffer la maison au moment même où vous vous réveillez. En temps normal, le Nest détecte que vous vous réveillez tous les jours à une heure fixe, mais si un jour vous avez besoin de partir plus tôt, c’est le traqueur qui détecte que vous êtes éveillé qui demandera au thermostat de chauffer le logement plus tôt.

Nest a également signé un partenariat avec Mercedes : on peut contrôler la température de la maison à distance, depuis l’écran de sa voiture, mais cette dernière peut surtout indiquer au thermostat sa direction. Le but est simple : si la voiture sait que vous rentrez chez vous, elle notifie le thermostat qui chauffera les pièces pour que vous arriviez dans une maison confortable. Et comme le véhicule sait quand vous arrivez, et le thermostat connaît le temps nécessaire pour chauffer votre logement, il n’y aura aucune dépense énergétique inutile.

Mais cette intégration va bien au-delà du chauffage : si le détecteur de fumée détecte un incendie, vos ampoules connectées LIFX peuvent faire office d’alarme visuelle. Vous avez un lave-linge compatible ? Il peut démarrer au meilleur moment pour faire des économies d’énergie ou ne pas vous déranger. Et si vous contrôlez les lumières de votre home cinema avec les télécommandes Logitech, vous pouvez aussi définir la température idéale pour regarder un film.

Les possibilités sont en...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Nest achète Dropcam pour surveiller votre domicile

| 21/06/2014 | 19:30 |  

Nest, filiale de Google, achète Dropcam pour un montant estimé à 550 millions de dollars. L’intérêt de Nest pour le marché de la surveillance était connu : cette acquisition lui permettra d’accélérer la réalisation de son rêve d’une maison « consciente ».

Car l’activité de Dropcam ne se limite pas qu’à la conception de solutions de surveillance comme des webcams ou des détecteurs de mouvement. La société a depuis longtemps déporté l’« intelligence » de ses produits dans le nuage, et a récemment présenté des technologies capables de détecter et suivre une personne enregistrée par une caméra.

Dropcam est désormais capable de détecter (et surtout de suivre) un individu dans un enregistrement. L'idée est de ne pas envoyer de notifications d'intrusion si le mouvement détecté est celui d'un animal ou d'une simple ombre, mais on peut imaginer bien d'autres applications.
Dropcam est désormais capable de détecter (et surtout de suivre) un individu dans un enregistrement. L'idée est de ne pas envoyer de notifications d'intrusion si le mouvement détecté est celui d'un animal ou d'une simple ombre, mais on peut imaginer bien d'autres applications.

Une fois l’acquisition validée, Dropcam sera dissoute dans Nest — la société insistant sur le fait que les données collectées ne seront pas partagées avec la maison-mère Google. Les produits Dropcam continueront à être vendus un temps, et les clients pourront continuer à utiliser le compte Dropcam sans lequel leurs appareils ne peuvent fonctionner. On ne sait pas ce qu’il advient des plans de Dropcam de développer une caméra adaptée aux usages extérieurs.

> Accéder aux commentaires

HomeKit : et si l’Apple TV jouait le rôle de hub universel ?

| 20/06/2014 | 22:15 |  

Pas étonnant que HomeKit ait reçu le soutien des principaux fabricants de solutions domotiques et d’objets connectés : cet ensemble d’instructions et d’API règle quelques-uns des problèmes qui freinent le plus le développement de ce marché. Mais elle ne résout pas tous ces problèmes.

HomeKit n’est par exemple pas couplé à une application « universelle » comme HealthKit l’est avec Health. On peut le comprendre : Health n’a rien d’autre à faire que de collecter quelques jeux de données, alors qu’une hypothétique Home devrait prévoir de très nombreux jeux de contrôles adaptés à des appareils aussi peu semblables que des thermomètres, des ampoules, des alarmes ou des cafetières. Mais cela signifie que chaque fabricant devra continuer à proposer ses propres applications, même si l’on imagine que des développeurs aventureux s’essaieront au délicat exercice de l’application pour les contrôler toutes.

Cela signifique que la plupart des fabricants continueront à proposer leurs propres hubs, et leurs propre système de connexion à distance à ces hubs. À moins qu’Apple n’aille plus loin dans son rôle de médiateur et décide de véritablement se placer au centre de la maison intelligente avec un appareil faisant office de hub. Dès le soir du keynote de la WWDC, certains tiraient l’AirPort Express de son coma plus ou moins profond ; d’autres comme Macworld verraient bien l’Apple TV monter au front — et ce n’est pas bête du tout. D'ailleurs, 9to5Mac révélait au début de l'année qu'Apple testait en interne un Apple TV doté des fonctions d'une AirPort Express.

Le petit pavé noir s’imposerait en véritable cerveau de votre maison, lui qui apporte déjà des contenus à votre téléviseur. Les amateurs de TV ne seraient plus qu’à un pas de la domotique, et les amateurs de domotique se retrouveraient avec un média center dans le salon. Est-ce qu’Apple a un tel produit dans ses cartons ? Réponse, peut-être, d’ici la fin de l’année…

> Accéder aux commentaires

Thermostat : le Lyric d'Honeywell contre Nest

| 11/06/2014 | 00:01 |  

Avec son thermostat connecté, Nest a ringardisé les acteurs d'un secteur qui avait quelque peu oublié que l'innovation devait être au cœur de leur activité. Mais les grands industriels de ce marché (qui intéresse aussi Apple avec HomeKit) ont commencé à se réveiller, tel Honeywell qui a dévoilé ce mardi son propre thermostat intelligent, baptisé Lyric (tout un programme). L'objet s'inspire librement de son concurrent avec son design tout en rondeur et sa molette qui permet de baisser ou d'augmenter la température (l'iPod, créé par Tony Fadell également fondateur de Nest, n'est pas loin).

Mais le matériel ne fait pas tout. L'intelligence du produit, relié à internet via le Wi-Fi, est contenue dans son application mobile (pour iOS et Android), qui permet évidemment d'ajuster à distance la température, mais qui sait également gérer les degrés suivant la localisation de l'utilisateur. Le boîtier pourra également prévenir lorsqu'il est temps de changer un filtre ou d'alimenter la chaudière.

L'appareil sera disponible aux États-Unis au mois d'août, pour 279 $ (l'Europe sera servie l'année prochaine). Et il ne sera pas le seul membre de la famille Lyric, Honeywell ayant l'ambition d'en faire une véritable plateforme connectée, à même de permettre à l'utilisateur de gérer les services de sécurité, les loquets de porte, les ampoules, et tous les objets de la maison développés par le constructeur.

Image 9To5 Mac

Honeywell est un des premiers partenaires d'Apple pour HomeKit. Les périphériques connectés Lyric devraient donc pouvoir se connecter au bouquet de services domotiques de la Pomme, même si le fabricant n'en dit pas un mot.

> Accéder aux commentaires

WWDC 2014 : des bannières encore bâchées pour Healthbook et la domotique ?

| 01/06/2014 | 23:28 |  

Les bannières installées il y a quelques jours dans le hall du Moscone Center, où se tiendra la WWDC, ont permis de prendre connaissance des logos d'iOS 8 et d'OS X 10.10 avant leur présentation officielle, demain à 19h. Si Apple n'a pas fait de mystère sur ce qui sera les deux gros morceaux du keynote, il y a toutefois une ou plusieurs choses qu'elle veut encore garder secrètes pendant quelques heures. AppleInsider et The Verge ont en effet remarqué qu'il y avait encore des bannières recouvertes de bâches aux étages supérieurs.

Quelles surprises pourraient se cacher sous ces bâches ? D'après le New York Times, Apple va annoncer une application de suivi de santé. Ce n'est pas une révélation pour qui suit les rumeurs — on a entendu parler de cette app, a priori nommée Healthbook, pour la première fois en janvier —, mais plutôt une confirmation, donc. Selon le média américain, Healthbook va dans un premier temps recueillir les données des traqueurs d'activité des fabricants tiers, puis Apple pourrait sortir sa propre montre connectée d'ici la fin de l'année.

Le New York Times en remet aussi une couche sur l'entrée d'Apple dans la domotique, en indiquant qu'un kit de développement pourrait être mis à disposition pour faciliter la communication entre les applications iPhone et les appareils électroménagers — le journal ne précise pas s'il tient cette information d'une de ses sources ou de l'article de GigaOM récemment paru.

Suivez en direct les annonces de la WWDC demain à 19h sur notre site spécial lekeynote.fr !

> Accéder aux commentaires

Pages